25/04/2006

Erosion côtière

Sénégal: Lutte contre l'érosion côtière : plus d'un milliard de cfa pour protéger Rufisque et Mbao

 

 

Dans six mois, les populations des zones côtières de Diokoul à Rufisque et de Mbao devraient disposer de digues leur permettant de se parer de la forte avancée des eaux de mer.

 

Et c'est ainsi que plus d'un milliard de francs Cfa a été débloqué par le gouvernement du Sénégal, grâce à l'appui des Pays-Bas, pour apporter une solution aux différents dégâts causés par l'érosion côtière dans ces localités. L'annonce a été faite hier par le ministre de l'Environnement et de la Protection de la nature, Thierno Lô.

 

Deux ouvrages de protection côtière seront construits à Diokoul-Rufisque et à Mbao sur respectivement 115 et 200 mètres linéaires pour cette année. Il s'y ajoute un enrochement de stabilopodes en guise de brise-lames pour freiner la houle. En plus des ouvrages dont la pose de la première a été effectuée hier, il y aura un suivi environnemental avec le renforcement de la surveillance dans les zones, a confié un des experts chargé des études de faisabilité effectuées dans les zones, le Dr Papa Goumbo Lô. Ce qui fait dire à son collègue, expert en protection côtière, Khadim Guèye que ces ouvrages ont été le fruit de longues études.

 

L'extraction du sable, à l'en croire, ne sera plus de rigueur à Mbao où l'avancée de la mer est plus grande. Cette dernière est même en train de prendre une bonne partie d'un cimetière se trouvant à Mbao. D'où le satisfecit du maire de la localité Mamadou Seck qui voit, dans ces ouvrages, la réalisation d'un voeux émis depuis longtemps par les populations de Mbao, à savoir la préservation des tombes de leurs parents.

 

Ce programme qui sera étendu sur tout le littoral entend, selon le ministre, protéger les côtes sénégalaises qui subissent, chaque année, une avancée de la mer de près de deux mètres

Commentaires

mon avis sur la question il me semble que cette de l'accentuation du phenomene d'erosion des plages en afrique prend une ampleur qui devrait desormais amener les gouvernants a aider les scientifiques des pays africains disposant d' une facade maritime a reflechir sur la duree dans la gestion concertee et transfrontaliere de l'erosion cotiere . au gabon ce probleme se pose aussi, et je sais, puisque travaillant aussi sur la question au gabon, qu'il s'agit plus du deplacement d'un probleme d'un lieu vers un autre. mettons nous ensemble pour trouver une solution globale dans nos pays et/ou dans nos regions. bien a vous et merci pour un commentaire de votre part.
PS : pouvons nous avoir des photos pour voir l'ampleur du probleme ?

Écrit par : mounganga magloir-desire | 11/04/2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire