31/03/2007

L'eau au Sénégal

Accès à l'eau potable en zone urbaine : Le Sénégal en tête en Afrique subsaharienne

puitconstruit

Environ 1,6 million de citadins ont eu accès à l'eau potable. Le Sénégal est aujourd'hui le pays d'Afrique subsaharienne qui a le plus fort taux de raccordement à l'eau courante en milieu urbain, avec 98 %, selon la Banque mondiale.

 

Le Sénégal à une place de choix devant les pays d'Afrique subsaharienne, avec 98 % d'accès à l'eau potable. Des résultats obtenus grâce aux différentes réalisations dans le secteur. Elles se sont traduites par la mise en place de 140 000 nouveaux raccordements à des tarifs subventionnés pour les familles pauvres, ainsi que de 400 bornes-fontaines publiques.

Ces deux mesures à elles seules ont permis à quelque 1,6 million de personnes d'avoir pour la première fois un accès fiable à l'eau potable, selon la Banque mondiale. Qui rappelle qu'en 2006, le niveau des raccordements individuels atteignait 76 % (le plus fort taux d'Afrique subsaharienne), grâce à l'établissement d'un programme social de raccordements subventionnés pour les quartiers pauvres de Dakar et des villes secondaires, programme entrepris avec l'appui de l'Ida (filiale de la Bm).

 

Globalement, l'accès des citadins aux services d'eau (y compris par le biais des fontaines publiques) est passé d'un niveau de l'ordre de 74-81 % en 1996 à 98 % environ en 2006. Le niveau de pertes (dues essentiellement à des fuites) est quant à lui tombé en dessous de 20 % en 2006, contre 32 % en 1996, ce qui se traduit par une économie équivalente aux besoins en eau de 930 000 personnes.

 

L'assainissement en milieu urbain s'est également amélioré, 830 000 personnes de plus ayant désormais accès au tout-à-l'égout ou aux installations d'assainissement individuel.

 

Le taux de perception des redevances a atteint 98 %, alors qu'il était inférieur à 80 % avant le projet. De ce fait, les hausses de tarifs pour les usagers sont restées de 3 % en moyenne par an, ce qui correspond à l'inflation.

 

L'incidence des maladies transmises par l'eau et de la diarrhée infantile a diminué. L'évacuation des eaux usées a eu des effets bénéfiques additionnels au plan sanitaire, et a engendré des changements de comportement positifs dans les quartiers concernés. ‘Le paludisme fait énormément de victimes en Afrique de l'Ouest, à commencer par les enfants, et grâce aux progrès obtenus en matière de gestion de l'eau et d'assainissement, il devrait diminuer, selon les estimations, de 20 % dans les zones en question.’

 

Le renversement de tendance opéré de manière ‘concluante’ dans ce secteur a drainé un volume majeur d'apports de fonds d'autres donateurs et d'investissements de banques commerciales.

 

La mise en œuvre réussie du projet Eau à long terme a contribué à drainer un volume substantiel de fonds additionnels des bailleurs de fonds et des banques commerciales. L'Ida a quant à elle fourni un montant supplémentaire équivalant à 125 millions de dollars dans le cadre du Projet sectoriel eau à long terme qui vient en complément.

 

L'Ida a joué un rôle d'organisme pivot et de catalyseur pour l'adoption de pratiques et de politiques novatrices. L'assistance technique a permis le passage à une structure de partenariat public-privé, dans laquelle une société holding d'État gère les services d'eau et d'assainissement tout en sous-traitant le travail d'exploitation à une entreprise privée dans laquelle l'État est actionnaire. L'appui fourni par la Banque a contribué à assurer le respect des obligations réglementaires et contractuelles. Le contrôle étroit des décisions prises en matière de passation des marchés a par ailleurs contribué à restreindre les coûts et à maintenir ainsi les tarifs à des niveaux abordables.

 

Les deux projets ont bénéficié d'un volume substantiel de cofinancement de la part des bailleurs de fonds étrangers - dont l'Allemagne, la Banque africaine de développement, la Banque européenne d'investissement, la Banque ouest-africaine de développement, le Fonds nordique de développement, et la France - ainsi que de banques commerciales sénégalaises.

 

Outre la nécessité de maintenir les acquis obtenus dans les zones urbaines, il y a lieu de renforcer l'accès à l'eau dans les zones rurales, indique la Bm. Si la quasi-totalité des citadins ont à présent accès à l'eau salubre, ce n'est le cas que de 62 % des ruraux, et 17 % d'entre eux seulement ont accès à des services d'assainissement améliorés. Atteindre les objectifs de développement pour le Millénaire au Sénégal suppose que plus de 3 millions d'habitants des zones rurales aient accès à l'eau salubre et à l'assainissement, selon toujours la même source.

 

Il faut rappeler qu'en 1995, plus de la moitié de la population du Sénégal vivait en milieu urbain, principalement à Dakar. Dans la capitale, précisément, les pénuries d'eau étaient chroniques, de même que les fuites sur le réseau ; l'assainissement était pour ainsi dire inexistant dans les quartiers pauvres de la périphérie, et 58 % seulement des habitants disposaient d'une eau courante et potable. Pour l'ensemble des zones urbaines, le chiffre était de 40 %.

 

L'approche suivie par le projet de l'Ida de la Bm visait au développement à long terme de ce secteur. Il s'agissait d'accroître la fourniture d'eau et de favoriser l'établissement d'une compagnie des eaux qui soit capable de recouvrer ses coûts, de percevoir les redevances des usagers et de fournir à la population des services d'eau et d'assainissement d'un prix abordable, sans pour cela dépendre des subventions de l'Etat.

 

J. MBENGUE

Danger sur la mangue

MANGUES - Une mouche menace la filière : Le Sénégal secouru par ses concurrents

 

1206potager

 

Une activité qui fait vivre environ 6300 piliers de famille est menacée par une mouche des plus pernicieuses. Les mouches des fruits qui envahissent les vergers du Sénégal, appelées Bactrocera invadens, mettent en péril l’un des secteurs de production les plus dynamiques de l’économie du Sénégal. Elles se reproduisent sur les mangues qu’elles font pourrir très rapidement. Les producteurs calculent que, la saison dernière, c’est plus de la moitié de la production nationale de mangues qui a été perdue du fait de ces mouches. Au point que, de guerre lasse, c’est avec grand plaisir que l’Etat a accueilli l’appui du gouvernement israélien, qui a délégué un expert de ce pays, pour voir comment mettre fin au fléau.

 

Pour montrer à quel point les choses sont urgentes, M. Cheikh Ngane, président de l’Organisation nationale des producteurs exportateurs des fruits et légumes du Sénégal, a expliqué que le secteur de la mangue est l’un des moyens les plus importants de lutte contre la pauvreté. «C’est un secteur qui est entretenu par de nombreux petits paysans. Il n’éxige pas beaucoup d’efforts d’entretien et les produits, à l’exportation, se vendent très cher.» Cela fait d’ailleurs, que de plus en plus de producteurs cherchent à se placer dans ce créneau de l’exportation. Au point, ajoute M. Ngane, qu’en «six ans, les exportations sont passées de 200 à 6500 tonnes». Néanmoins, le potentiel d’exportation est largement inentamé, si l’on se réfère à la production nationale de mangues, qui est d’environ 60.000 tonnes par an à l’heure actuelle.

 

Mais, même cette part d’exportation risque de se réduire fortement, si l’on ne parvient pas à arrêter la prolifération et les dégâts causés par ces mouches, La dernière campagne a vu, aux frontières de l’Europe, 7 conteneurs de marchandises provenant du Sénégal, détruites par les services d’inspection sanitaire. Et Massamba Diop, du Programme de la croissance économique du Sénégal auprès de l’Usaid, chargé de la chaîne des valeurs des fruits et légumes, indique comment les choses se passent : «A la douane, quand on ouvre un conteneur, si l’on voit une seule mangue piquée, sur 100 tonnes, toute la cargaison est envoyée à la destruction. Parce que cette mouche a une capacité de démultiplication qui effraie.» Elle effraie tellement que, les Américains ont interdit l’entrée sur leur territoire des mangues en provenance du Sénégal. «Aucune mangue en provenance du Sénégal ne peut entrer sur le territoire américain à cause de cette mouche. Même si vous en amenez une, vous ne la faites pas entrer», se désole Massamba Diop, qui est pourtant salarié d’une agence des Etats-Unis d’Amérique.

 

Bien que la mangue sénégalaise soit concurrencée, de juillet à septembre, par sa consoeur israélienne, c’est tout de même un expert de l’Etat hebreu qui est venu à la rescousse de la production sénégalaise. M. Moshé Michael Noy, au terme de la tournée de grands vergers qu’il a faite au Sénégal, a conclu, au cours d’une réunion de briefing tenue à l’ambassade d’Israël à Dakar, que : «Le problème du Sénégal sur cette question n’est pas d’ordre technique mais plutôt de management de la crise. En effet l’expertise technique existe, la mise en place d’un comité de lutte est un acquis réel, l’élaboration d’un plan de lutte national est aussi une excellente réponse, cependant la mise en oeuvre coordonnée de la lutte, un défi non encore cerné, est essentielle pour avoir des résultats appréciables à court terme.» Tout naturellement, il ajoute que : «Le modèle israélien de gestion basé sur un financement 50/50, public-privé au démarrage de la lutte nationale, peut rassurer les petits producteurs à investir pour la maîtrise des dégâts causés par les mouches à un seuil économiquement acceptable sans grever la rentabilité de leurs petites entreprises. Avec l’atteinte des résultats, le privé (petits, gros producteurs et exportateurs) pourra financer à 100% et coordonner la lutte avec la recherche d’efficacité qui lui est propre ainsi que le financement de la recherche sur le Bactrocera Invadens. La définition d’une zone test à agrandir au fur et a mesure est une stratégie payante comme ce fut le cas en Israël.» Israél, qui a un climat proche de celui du Sénégal, a depuis longtemps remporté sa lutte contre la mouche des mangues.

 

Massamba Diop de l’Usaid explique que si des mesures ne sont pas prises rapidement, «on va mettre le Sénégal en quarantaine. Et vous savez, si l’on décrète une quarantaine, pour la lever, c’est la mer à boire». Et si cela venait à arriver, c’est toute la filière horticole qui serait menacée, explique Cheikh Ngane. «La filière mangue risque d’entraîner dans sa décadence toute la filière horticole, pourtant l’une des cinq grappes retenues dans la planification de la Stratégie de croissance accélérée du Sénégal. Les mouches des fruits sont présentes au niveau du maraîchage et les revenus tirés de la vente de la production de mangues financent l’activité de maraîchage sur toute la bande des Niayes.».  

 

Mohamed GUEYE -

 

Vignette auto

Sénégal : la vignette Auto et Moto à payer ce samedi au plus tard

4l

 

Les personnes disposant d’une voiture ou d’une moto ont jusqu’au 31 mars au plus tard pour s’acquitter de la taxe annuelle sur les véhicules communément appelée vignette.

 

Les véhicules assujettis à la taxe sont ceux terrestres à moteur utilisés au Sénégal. Que le véhicule soit ou non immatriculé au Sénégal, il est assujetti à la taxe s’il appartient à une personne physique ou morale ayant au Sénégal son domicile, sa résidence habituelle, son siège ou agence d’exploitation.

 

Certains véhicules sont exonérés de la taxe, notamment ceux appartenant à l’Etat, ceux des missions diplomatiques, des mutilés de guerre et ceux spécialement aménagés à l’usage des mutilés.

 

La taxe est de 3.000 francs pour les deux ou trois roues jusqu’à 50 cm3 de cylindrée, 9.000 francs de 51 à 125 cm3, 12.000 francs de 126 à 300 cm3 et 36.000 francs au-delà de 300 cm3 de cylindrées.

 

Pour les automobiles, la taxe des véhicules des particuliers va de 18.000 francs jusqu’à 8 chevaux à 200.000 francs à partir de 20 chevaux.

 

Les tarifs sont moins élevés pour les véhicules de transports dont les propriétaires paient par ailleurs une patente. Ceux-ci ont jusqu’au 30 avril pour payer la taxe.

 

Au-delà du 31 mars, les particuliers devront payer le double du montant exigé, et après le 30 juin la somme est triplée.

 

Le 31 mars tombant un samedi, jour du Maouloud de surcroît, la question se pose de savoir si les délais seront prolongés et s’il sera appliqué le principe du délai franc (qui veut que lorsque le premier ou le dernier jour d’un délai est un dimanche ou un jour férié ou chômé, le délai expire le premier jour ouvrable suivant).

 

La question n’était pas encore tranchée, selon des sources à la Direction générale des impôts et domaines (DGID) contactées lundi par l’APS.

 

En plus du montant de la taxe, il faut présenter la vignette de l’année précédente. Ce que les usagers ont toujours dénoncé, surtout avec la disponibilité des moyens informatiques.

 

Selon Mamadou Abbes Diop, chef de l’administration, du budget et de l’équipement à la DGID, cette tracasserie, encore de rigueur cette année, ‘’ne sera bientôt qu’un vieux (et mauvais !) souvenir’’. Les services fiscaux étant sur le point d’être dotés d’outils permettant immédiatement de savoir qui avait ou n’avait payé l’année d’avant.

 

22/03/2007

Air Senegal en greve?

Sénégal: Air Sénégal International - menaces de grève les 26 et 27 mars

avion

 

 

Le collège des délégués syndicaux d'Air Sénégal International (ASI) a déposé un préavis de grève sur la table de la direction générale de la compagnie aérienne.

Le débrayage est d'ailleurs prévu les 26 et 27 Mars si une solution heureuse n'est pas trouvée entre les deux parties en conflit. Les travailleurs d'ASI dénoncent la « toute puissance » du partenaire stratégique (Royal Air, Maroc) et exigent une revalorisation des salaires jugés très bas par rapport aux autres compagnies de la plate-forme aéroportuaire.

Le personnel d'Air Sénégal International regroupé autour des délégués syndicaux hausse le ton et menace d'organiser une grève les 26 et 27 Mars prochains. La plate-forme revendicative des agents d'ASI insiste sur la revalorisation des salaires, la régularisation de la situation des intérimaires et prestataires de service ainsi que la refonte de l'organigramme sur lequel reposent les nominations. Air Sénégal International est aujourd'hui plombée par des dettes affirme Moustapha Diakhaté le coordonnateur du collège des délégués SUTTAAAS de la compagnie.

Il soutient par ailleurs que c'est la structure du capital (49 % pour le Sénégal et 51 % pour la Royal Air Maroc) qui est le fondement même de toutes les difficultés que rencontre aujourd'hui l'entreprise. À en croire les travailleurs de la société la situation est corsée par le fait que l'actionnaire majoritaire a apporté dans le capital un vieux Boeing 737 au moment où l'Etat lui cédait les droits de trafic.

Plusieurs séances de négociation ont été tenues entre la direction générale et les travailleurs sous la supervision du ministre de tutelle Ousmane Masseck Ndiaye. Jusque-là une issue heureuse n'a pu être trouvée. Le responsable de la communication de l'entreprise interpellé sur la question n'a pas encore jugé utile de réagir.

Youssou Ndour et le 7ème art

Sénégal : Les premiers pas de Youssou NDOUR dans le 7e art
youssou2

Après les Usa le 23 février dernier, le film Amazing Grace (La grâce du ciel) dont le lead vocal du Super étoile, Youssou Ndour, fait partie des principaux acteurs, a été projecté lundi dernier à Londres. Ce film qui raconte l’histoire de l’abolition de l’esclavage en Angleterre, a permis au chanteur de la Médina de faire son entrée dans le cinéma.

L’exclusivité a eu lieu dans la salle Curzon de Londres. L’artiste Youssou Ndour a assisté lundi à la première du film Amazing Grace du réalisateur britanique Michael Apted dont il est un des principaux acteurs. Ce film qui est pour le moment en version anglaise sans sous-titrage et dont le titre Amazing Grace signifie La grâce du ciel retrace l’histoire de l’abolition de l’esclavage en Angleterre par le Parlement, au XVIIIe siècle. Le patron du Super Etoile, Youssou Ndour, y joue le rôle d’Alado Akiyano, un ancien esclave d’origine nigériane devenu poète et écrivain. Dans le film, le lead vocal du Super Etoile, seul noir à jouer un rôle de premier plan, témoigne devant le Parlement et tous ceux qui sont concernés par cette lutte contre l’esclavage.

Après la projection, l’artiste qui s’est réjoui du choix porté sur sa personne, estime que ‘c’est très important pour moi de jouer un si important rôle pour un début dans le cinéma’. Selon lui, cela n’a pas été difficile, car ‘j’ai été bien coaché et briefé par le réalisateur’. ‘Si Youssou Ndour a été choisi, c’est parce qu’il est un artiste de renommée internationale’, explique le directeur du film. Mais, poursuit-il, ‘il y a aussi une ressemblance entre lui et Akiyano, le personnage dont il incarne le rôle’.

Youssou Ndour qui a joué avec de grands acteurs anglais comme Ioan Guiffud, Albert Finney, Rufus Sewell, Romola Garai, Michael Gambon, a réussi son baptême du feu, apprécient les cinéphiles présents à la projection. Mais le roi du mbalakh tient à rassurer ses fans : son entrée dans le 7e art ne va pas porter préjudice à sa carrière musicale. ‘Ne nous enflammons pas. Ce n’est qu’un début’, tient-il à préciser. Ce film long-métrage de 111 mm, il le joue pour faire davantage sa promotion, comme le souligne-t-il, avant de poursuivre qu’il est musicien et entend le rester, même s’il envisage de jouer dans d’autres films.

Le patron du Super Etoile a tenu à remercier le ministre des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio, ainsi que l’ambassadeur du Sénégal à Londres, le général Mamadou Niang, qui a fait le déplacement au nom du gouvernement sénégalais. Ce dernier a, à son tour, remercié Youssou Ndour qui, selon lui, ‘s’est comporté de fort belle manière et a très bien joué son rôle’. Le général Mamadou Niang s’est réjoui du message véhiculé par son compatriote.

Pour l’ambassadeur du Sénégal à Londres, ‘c’est un film historique et les Anglais doivent être fiers de le projeter, car la lutte pour l’abolition de l’esclavage est un combat qu’il faut toujours mener pour la liberté et la dignité de l’homme noir’.

La mélodie qui a accompagné le film est celle d’un très vieil air irlandais. Selon certaines sources, elle aurait été empruntée aux esclaves eux-mêmes.

Pour le moment, souligne le manager de Youssou Ndour, Malick Mbaye, ‘le film Amazing Grace n’est pas encore programmé pour l’Afrique’. Mais, précise-t-il, cela ne saurait tarder. Il y a juste à attendre son sous-titrage en français ou dans d’autres langues.

Source :Walf

19/03/2007

Nouvelle eau minérale

Sénégal: Eau minérale, une usine de 1 milliard installée à Thiaroye

mineraalw01

Après Kirène, Safi, Evian, Mont-Rolland, Fontaine entre autres, les Sénégalais doivent se familiariser désormais avec l'eau minérale de marque Baraji produite par la Société des eaux de consommation du Sénégal (Secosen).

L'inauguration de cette nouvelle unité qui a bénéficié des avantages liés au Code des investissements de l'Apix, a eu lieu le 15 mars dernier à Thiaroye. Avec un investissement de 1 milliard de francs Cfa, entièrement financé par la Fondation privée belge Durabilis, renseigne le directeur général Pape Ibrahima Ndiaye à la cérémonie d'inauguration, cette opération est l'exemple d'un partenariat réussi entre la Belgique et le Sénégal tant du point de vue économique que de celui de la lutte contre l'insécurité sanitaire liée à la difficulté d'accès à l'eau potable.

Dans la foulée, le président du Conseil d'administration de la société, Francis De Clercq, a souligné qu'il s'agit de la première usine d'eau minérale de ce type au Sénégal qui, en pleine expansion, générera 250 emplois directs dans la localité d'implantation, qu'est Thiaroye et plus de 1 000 emplois au niveau de la distribution et de la commercialisation. Ce qui le pousse aussi à dire que la création de l'unité de production et de conditionnement d'eau en sachet est indiquée dans le contexte du Sénégal qui connaît ces dernières années un problème structurel d'approvisionnement en eau de qualité, ce qui a pour pour conséquence l'apparition du choléra et d'autres maladies hydriques.

Le représentant du Premier ministre à cette cérémonie, Cheikh Touré, a pour sa part indiqué que la création de cette unité s'inscrit dans les politiques d'amélioration des conditions sanitaires et alimentaires prônée par le gouvernement du Sénégal.

17/03/2007

Signez contre l'excision

 http://www.respect-ev.com/

Incendie à "Plein Sud" Saly

saly plein sud

Incendie aux Résidences Plein sud de Saly La Sapco se constitue partie civile contre le gérant du restaurant

 

Le jeudi 8 mars, vers 11h 30, un feu d’une rare violence s’est déclaré dans l’enceinte de la station balnéaire à proximité des résidences Plein sud. N’eût été la promptitude des sapeurs-pompiers, le feu se serait propagé dans les résidences. La Sapco s’est constituée partie civile contre le gérant du restaurant Plein sud, Gilbert Marus Thivend.

 

L’incendie a calciné plusieurs arbres. Même les ustensiles des gargotières n’ont pas été épargnées par le feu. Selon les informations recueillies auprès de la direction de l’exploitation de la Sapco, c’est le chef de sécurité, Yoro Wade, qui a été le premier à constater le feu, avant d’aviser les gendarmes et les sapeurs-pompiers.

 

Ces derniers, accourus dès les premières minutes, sont arrivés, avec difficulté, à circonscrire l’incendie, à cause du vent très fort. Interpellé, le gérant du restaurant qui est l’auteur de l’incendie, a expliqué qu’il brûlait des papiers et le feu s’est propagé à cause du vent. On se rappelle qu’au mois de décembre 2006, les résidences Neptune avaient pris feu dans les mêmes circonstances et une dizaine de villas avaient été touchées, faisant des dommages de plus de 500 millions de francs Cfa. Depuis ce jour, le PDG de la Sapco, Ndiouga Sakho, avait pris des mesures draconiennes concernant les feux allumés dans l’enceinte de la station. Une plainte a été déposée par le directeur de l’exploitation de la Sapco, Babacar Sy.

Source : L'Obs

Route du Golf de Saly

cariolegolf

Pour les nostalgiques de Saly...Une p'tit' photo de la cariole du golf sur la route menant à Saly nord, vers Ngaparou et la Somone. A votre droite, M'sieudames, le golf de Saly, à l'autre droite, les résidences et la mer.

16/03/2007

L'Amour a tous les droits

deuxgaminsalarbre
Paroles de L'amour A Tous Les Droits
Ismael lo
 
Tant qu’il y a un regard qui lève tes yeux
Un sourire qui te parle et t’appelle comme il peut
Tant qu’il y a un souffle qui t’effleure
Un geste qui te touche et son manque qui demeure

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs
L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

Tant qu’il y a une envie que l’on écoute
Un reste d’attention et quelqu’un dans la foule
Tant qu’on peut encore le ressentir
Ne rien toucher à ça et vouloir y tenir

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs
L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

Tant qu’on peut se tenir encore un peu
Rien qu’un instant pour l'autre
Une épaule pour deux
Tant qu’on peut redonner de la lumière
A une terre qui n’est plus qu’une parcelle d’enfer

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs
L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

Tant qu’il y a un regard qui lève tes yeux
Un sourire qui te parle et t’appelle comme il peut
Tant qu’il y a souffle qui t’effleure
Au geste qui te touche et son manque qui demeure

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

L’amour a tous les droits
Et nous, tous les devoirs

L’amour a tous les droits

12/03/2007

augmentation de la criminalité

AUGMENTATION DE LA CRMINALITE AU SENEGAL...COMME PARTOUT!


À la lumière des statistiques faites sur la situation économique et sociale du Sénégal, il en ressort un phénomène assez considérable : la recrudescence de la criminalité. Vue sous plusieurs angles, elle permet de mesurer l’ampleur des différentes infractions et de comprendre leur importance. Cette hausse de la criminalité entraîne l’augmentation de la population carcérale du pays et crée ainsi un déficit des places disponibles.

Phénomène qui tend à s’intensifier de plus en plus sur l’ensemble du territoire sénégalais, la criminalité se définit comme un acte passible de sanction. Elle constitue également une gangrène dans l’épanouissement de la société. De plus, elle concerne une population très importante, avec un effectif remarquable, aussi bien sur sa répartition en âge que par sexe. À la date du 31 décembre 2004, sur un rapport de l’agence nationale de la statistique et de la démographie, 20355 personnes étaient écrouées à la suite d’un mandat de dépôt, d’arrêt d’amener, ou d’une réquisition d’incarcération de l’autorité judiciaire, qu’elles soient condamnées, mises en liberté, acquittées ou relaxées par la suite. Sur cet effectif, les hommes représentent la majorité, avec 93% contre 7% pour les femmes. Parmi ces écroués, il y a 6833 de détenus. On note ainsi une augmentation du nombre de détenus dans les établissements pénitentiaires. Ce qui confirme d’année en année le dépassement de la capacité d’accueil des prisons et pose le problème de l’état des structures et la vétusté des équipements. Tandis que les lieux de détention, 37 au total, n’ont pas évolué, leur nombre reste croissant. Réparties dans les différentes régions, il y a 32 Maisons d’arrêt et de correction, dont trois par région, à l’exception de Dakar et St-Louis qui en ont chacune quatre, deux camps pénaux à Dakar et Kaolack, une Maison centrale d’arrêt, une Maison de correction et un pavillon spécial aussi à Dakar.

La répartition Géographique

La population carcérale est inégalement répartie dans les régions. Dakar bat le record avec 49% des écroués, suivi de Thiès avec 11%, de Kaolack 7%, St-Louis 5% et de Diourbel 4%. Ceci s’explique par le fait qu’elles constituent des carrefours dans les mouvements de populations.

Les effectifs et les infractions selon le groupe d’âge et le sexe

L’étude de la moyenne mensuelle, montre que la criminalité a haussé pour presque toutes les tranches d’âge. La plus importante est celle de 26 à 35 ans (2449 dont 211 femmes), ensuite celle de 19 à 25 ans (1960 dont 97 femmes), puis 36 à 45 ans (1506 dont 61 femmes). Après analyse, on remarque que 40,1% des détenus sont incarcérés pour vol. Les détentions pour usage de stupéfiants 27,8%, dont 68 femmes, se rangent derrière, pour le même nombre de femmes. Toutefois, le nombre de femmes détenues pour infanticide est tout de même important.

La situation carcérale

Sur les détenus provisoires qui révèlent une baisse au fil des années, les femmes, les mineurs et les étrangers représentent des effectifs faibles par rapport aux hommes. En effet sur 83% d’hommes, il y a 6% pour les femmes et 5% de mineurs. Il en est de même pour les condamnés sénégalais dont le nombre a aussi subi une hausse. Les peines allant de 1 à 2 ans, sont les plus élevées, soit 94% des condamnés sénégalais et pour l’ensemble des étrangers 6%. Cette situation s’explique par le fait qu’il y a une hausse des infractions pouvant entraîner une condamnation. Il faut aussi noter que des sorties ont été enregistrées dans l’ensemble des établissements pénitentiaires, ainsi que des évasions et des décès.


Ismael Lô

 

Musique : Ismaël Lô présente Sénégal au public européen

ismaello

 


Enregistré entre Dakar, Paris et Londres, Sénégal (un hommage à son pays) qui contient tout ce qui fait l'identité d'Ismaël Lô, a été présenté samedi à Zurich en Suisse et le sera demain, mardi, à la Cigale à Paris, dans le cadre d'une tournée européenne de l'artiste.


Le musicien Ismaël Lô était samedi à Zurich en Suisse et est attendu mardi à la Cigale à Paris dans le cadre d'une tournée européenne (7-24 mars) de présentation de son nouveau produit, a-t-on appris de source proche de l'artiste. Vêtus de leurs boubous traditionnels aux couleurs du drapeau sénégalais, les musiciens d'Ilopro (son groupe) ont présenté leur nouveau bébé au public français venu nombreux mercredi dernier à la grande et mythique salle du Château Rouge.

Enregistré entre Dakar, Paris et Londres, Sénégal (un hommage à son pays) contient tout ce qui fait l'identité d'Iso Lô qui déclarait à la sortie de cet album : ‘C'est pour moi une manière d'honorer mon pays, de le saluer pour tout ce qu'il m'a donné’. Sénégal est le 22e album d'Iso Lô, sorti cinq ans après Dabah, le dernier qui rendait hommage au défunt khalife général des tidianes, Abdoul Aziz Sy Dabakh.

En solo, Woz Kali qui est managé par Albert Gomis, a fait la première partie du concert. Il est considéré comme le continuateur de l'œuvre du Groupe Missal. Woz Kali a dit d'Ismaël Lô : ‘Je le respecte énormément. J'aime les mélodies de ses chants. C'est pour moi un grand plaisir de faire la première partie de son concert’. Le public français est habitué au doux folk d'Ismaël Lô. Emma Ronez et son frère Michael, originaires de Bourgogne et tous deux travaillant en Suisse, qui venaient de le découvrir, ont affirmé : ‘Nous avons adoré sa musique et sa présence scénique, particulièrement la deuxième partie du concert’. Nostalgiques, des Sénégalais n'ont pas hésité à monter sur scène pour danser le Mbalax qu'offrait le titre Sénégal. Ils seront rejoints par de téméraires spectateurs blancs qui leur ont, quelque part, ravi la vedette sous le regard admiratif d'Iso Lô.

Le titre Sénégal est une somme d'interpellations, de messages pour conscientiser, alors que Manko parle de la démocratie et rappelle aux ‘politiciens qu'ils ne doivent pas oublier ceux qui les ont élus’. Quant aux titres Incha Allah et Tass Yakar, ils évoquent et interpellent les enfants qui veulent brûler les étapes, Taar dousey pointe du doigt les mariages opportunistes, là où il dédie aux mères le morceau Yaye Boye. Il a fait les éloges des agriculteurs avec Baykat, tandis que sa pensée va aux victimes d'un naufrage Le Joola. L'artiste garde un sens prononcé de l'humour avec son titre Plus je fais ci, plus je fais ça.

(Aps)

08/03/2007

Destination Sénégal



Destination Sénégal
aebresavane

Le Sénégal sur tous les fronts
 
Le Sénégal s’active pour occuper la scène touristique. Un office du tourisme ouvrira ses portes la semaine prochaine à Paris, tandis qu’un workshop destiné à développer le marché incentive est programmé le 13 mars.


Le Sénégal s’active sur tous les fronts pour promouvoir le tourisme. Après des années noires, la destination a retrouvé les faveurs de la clientèle française et les autorités veulent capitaliser sur ce nouvel engouement. Preuve du dynamisme retrouvé et de la volonté d’agir, un office du tourisme ouvrira ses portes à Paris le 15 mars dans le 9e arrondissement, 32 rue le Peletier.

La même semaine, le 13 mars, le Sénégal organisera un worshop à l’hôtel Holiday Inn de la place de la République à Paris (de 9h à 17 heures) pour promouvoir "l’incentive autour de Saly", la principale région balnéaire du pays. Y seront représentés pour encadrer cette journée découverte le ministère du Tourisme du Sénégal, la compagnie Air Sénégal International, l’Hôtel Lamantin Beach Resort & Spa 5*, et les agences : Africa Events, Africa Travel Group, CTA, Couleurs d’Afrique, Origin’ Africa et Sénegal Tours.
Et bien sûr, le Sénégal sera présent au Salon Mondial du Tourisme (SMT), avec des animations hautes en couleurs, du 15 au 18 mars.

 
 

06/03/2007

Grand Magal de Touba

Le 8 mars prochain: le grand Magal de Touba

magal

 

Touba célèbre chaque année le "Grand Magal", qui constitue une manifestation de reconnaissance à l'endroit d'ALLAH. Cette manifestation a été édictée par Cheikh Ahmadou Bamba, un homme qui, à son époque (fin 19e siècle - début 20e siècle), avait renoncé aux honneurs de ce bas monde, au pouvoir et à ses lustres, pour se consacrer exclusivement au service d'ALLAH et du sceau des Prophète, Muhammad (PSL).

A cette époque où la foi de son peuple était chancelante sous les coups de boutoir d'un colonialisme triomphant et des missions évangélistes, Cheikh Ahmadou Bamba reçut d'ALLAH la mission de réhabiliter le message Prophétique.

Armé uniquement de la foi, du savoir et du travail, Cheikh Ahmadou Bamba s'est complu dans sa mission, acceptant avec courage et abnégation les épreuves pour le triomphe de sa religion, jusqu'au jour où le Seigneur lui fit savoir qu'il a pleinement accompli la mission qui lui a été confiée.

Son sens du pardon l'avait détourné de toute forme de revanche à l'egard de ses ennemis, et les souffrances qu'il a enduré sonnaient pour lui comme une délivrance lui ayant permis de mener à bon terme sa mission.

Devant les immenses rétributions dont ALLAH l'a gratifiées au terme de la mission, Cheikh Ahmadou Bamba entreprit d'appeler toute la communauté musulmane pour rendre Grâce à ALLAH devant tant de mansuétude : c'est le sens du Grand Magal de Touba, célébré chaque année le 18 du mois lunaire de Safar.

03/03/2007

1.000 photos du Sénégal

gosse sur terrain

Salamalekoum!

Nangadeff?

Si tu cliques sur ce lien: http://www.salysenegal.net/photos%20du%20senegal.htm

 tu verras mille photos du Sénégal...

Ba bennen!

Chimpanzé

Le chimpanzé et la chasse "à la lance"

chimpanze

 

Au Sénégal, des chimpanzés fabriquent des lances pour dénicher de petits lémuriens

Nouvelles preuves de l'utilisation d'outils par les chimpanzés

C'est au Sénégal, dans la région de Fongoli, que les équipes de Jil Pruetz et Paco Bertolani ont étudiés des chimpanzés à l'état sauvage. Ils ont pu observer un comportement spécifique à ces primates entre mars 2005 et juin 2006. Les résultats viennent seulement d'être publiés dans la revue Current Biology.

Construction et utilisation de l'arme

Les chimpanzés débarrassent une branche de ses feuilles, et mâchent une des extrémités pour en faire un bout plus ou moins pointu. Munis de cette « lance », ils cherchent des arbres possédant des excavations naturelles. Ils enfoncent l'outil d'un coup sec dans les trous pour dénicher des Galagos (petits lémuriens diurnes qui 'y reposent le jour).

De plus les chimpanzés ont été observés reniflant et léchant leur lance après l'avoir enfoncé dans les trous, cherchant probablement l'odeur du Galagos.

Une chasse « réservée » mais peu rentable

Sur les 22 fois ou ce comportement de chasse a été attesté devant les scientifiques, un chimpanzé a reussi une fois à attraper un Galagos qu'il a mangé immédiatement.

Les scientifiques ont noté que seuls les chimpanzés jeunes ou les femelles pratiquent cette chasse « à la lance ». Les mâles préfèrent des proies plus conséquentes.

Chez les chimpanzés ce sont souvent les femelles et les plus jeunes qui innovent avec un nouveau comportement, les vieux mâles semblent plus réfractaires au changement !

Un chimpanzé chasseur

Ce n'est pas la première fois que l'on découvre que nos cousins chimpanzés utilisent des outils

- brindilles pour attraper des fourmis

- pierres pour casser des noix...

C'est par contre une vraie découverte que ces primates fabriquent et utilisent un « outil » pour chasser.

L'actualité récente sur l'utilisation d'outils par des chimpanzés il y a 4 300 ans... en Côte d'Ivoire.

Sources :

Science Daily

i have a dream

ptitsourire

"Demain, je vais aller à l'école. Demain, je ne serai pas excisée. Demain, mes parents ne seront plus pauvres. Demain, il va pleuvoir. Demain, mon frère ne prendra pas la grande pirogue qui tue. Demain, demain, demain..."

02/03/2007

Wade président: confirme!

Présidentiele au Sénégal: la victoire de Wade confirmée
_39879361_wade_ap

 La Commission nationale de recensement des votes au Sénégal a confirmé la victoire d'Abdoulaye Wade dès le premier tour de l'élection présidentielle du 25 février. Le chef de l'Etat sortant réalise un score de 55,86% qui lui permet d'éviter un second tour.

Avec 14,93% des voix, l'ancien premier ministre Idrissa Seck, dauphin pressenti du chef de l'Etat avant de tomber en disgrâce et passer à l'opposition, arrive deuxième. Il devance Ousmane Tanor Dieng (13,57 %), le candidat du Parti socialiste (PS) au pouvoir de l'indépendance du Sénégal en 1960 jusqu'en 2000.

Ces résultats nationaux provisoires ont été validés par le Conseil constitutionnel. Le président, 80 ans, après un léger remaniement ministèriel entame donc son second mandat.