02/07/2008

Sénélec

L’Afp sur la crise énergétique au Sénégal : ‘La Senelec a été victime de mains inexpertes’


sam%20senelec
La situation d’entreprise sous perfusion financière que traverse actuellement la Senelec découle de la gestion de mains inexpertes et d’un système fermé qu’un audit ne manquera pas d’élucider. L’Afp en est convaincue. Niasse et ses camarades s’étonnent par la même occasion que les 40 milliards injectés par la Banque mondiale soient présentés comme un don alors qu’il s’agit d’un prêt que les Sénégalais devront rembourser.

L’Afp et son secrétaire général ont affirmé hier en bureau politique leur option de poursuivre avec détermination le combat dont l’axe se situe dans la défense de l’intérêt général, quoiqu’il en coûte. Une option ‘définitive et non négociable qu’aucun thuriféraire ne pourra remettre en question’, avertit le parti de Moustapha Niasse. Car, s’interrogent les progressistes, ‘comment ne pas exprimer son indignation face à la duplicité d’un gouvernement qui fait semblant de diminuer un train de vie manifestement en porte-à-faux avec la misère ambiante ?’ L’Afp d’affirmer qu’au moment où l’on distille dans les médias le montant de 15 milliards d’économie dans le fonctionnement des ministères, ‘le gaspillage des maigres ressources du pays se poursuit allègrement, avec le maintien d’une cinquantaine d’Agences aussi inutiles que budgétivores, d’un Sénat qui ne l’est que de nom et des nombreuses dépenses de prestige engagées par la Présidence de la République et la Primature ’. Le plus grave, accusent les progressistes, ‘c’est que malgré la gestion nébuleuse des fonds publics, comme cela a été le cas à l’Anoci et en dépit des dénonciations faites par le peuple, l’impunité totale reste de rigueur’.
C’est ainsi, poursuit le bureau politique de l’Afp, qu’une société nationale ‘aussi stratégique’ que la Senelec ‘a été victime de mains inexpertes et d’un système fermé qu’un audit ultérieur ne manquera pas d’élucider’. En effet, estiment Niasse et ses camarades, ‘la vérité des prix qui est prônée aujourd’hui est déjà précédée par la vérité des délestages et des surfacturations qui accablent les entreprises et les ménages’. Le Bureau politique de l’Afp met donc en garde les tenants du pouvoir ‘dont la fuite en avant pourrait aggraver la misère d’un peuple exsangue qui n’acceptera pas éternellement l’inacceptable’. Le parti de Niasse trouve d’ailleurs ‘bien curieux’ qu’encore une fois, un prêt accordé par la Banque mondiale, pour un montant de 40 milliards Cfa, pour la Senelec, ait été présenté comme un don, alors que ce sont les contribuables sénégalais qui le rembourseront. Par ailleurs, avec les premières pluies ‘importantes’ dans certaines zones, l’Afp constate que les préoccupations des Sénégalais ne sont guère la priorité du régime des pseudo-libéraux. Les progressistes de citer en exemple les inondations de Malhem Hodar, il y a juste une semaine avec leur cortège de dégâts matériels importants. Pour l’Afp, ces inondations ne sont pas un cas isolé alors qu’une politique hardie en la matière, avec une programmation à court, moyen et long terme, pourrait venir à bout de ce fléau généralisé et récurrent. C’est pourquoi le Bureau politique de l’Afp exige des tenants du pouvoir, des mesures immédiates à la hauteur du désastre subi par les populations sinistrées, pour faire face aux urgences. Concomitamment, le bureau politique de l’Afp estime qu’il appartient au gouvernement de gérer ‘avec plus de sérieux et de suivi’ le dossier de la santé publique en traitant réellement les volets prévention et thérapie. ‘A cet égard, il est incompréhensible que le détournement des eaux usées provenant des fosses septiques serve à arroser des plans de légumes consommés par les populations’, fustigent les progressistes. Il est tout aussi incompréhensible pour eux que l’activité économique constitue un danger pour les populations, comme c’est le cas des wagons citernes des Ics transportant des produits toxiques ou le plomb de Ngagne Diaw (un quartier de Thiaroye Sur Mer, Ndlr) qui a gravement endommagé la santé des résidents de cette localité, tout particulièrement celle des enfants. ‘A propos de ce dernier dossier, la réaction officielle du gouvernement, qui avoue son impuissance est tout simplement renversante’, ajoutent Niasse et ses camarades . Situation au Zimbabwé : ‘Me Wade et son parti devraient adopter le profil bas’, estime l’Afp Le Bureau politique de l’Afp a déploré hier la mascarade électorale qui a permis de confirmer Robert Mugabe à la tête de ce pays avec son cortège de crimes et de violences. A cet égard, indiquent les progressistes, ‘Me Wade et son parti-Etat devraient adopter un profil bas, parce que dans le Sénégal d’aujourd’hui, le narcissisme, la violence, l’impunité, le réflexe dictatorial et la fraude électorale sont dans l’air du temps, pas très loin des dérives de Mugabé’. Au sujet des assises nationales, l’Afp constate que chaque semaine le gouvernement de Me Wade confirme ‘par son insouciance et son impéritie caractérisées’, l’opportunité et la pertinence des Assises nationales dont le chronogramme continue de se dérouler conformément aux prévisions du Comité national préparatoire et du bureau. ‘Il est heureux que la deuxième session de cet organe de direction ait pu, sous la présidence de M. Amadou Makhtar Mbow, effectuer les réglages qui s’imposent, avant le démarrage des travaux relatifs aux consultations citoyennes et aux commissions’, souligne le parti de Niasse. ‘Plus que jamais, il se confirme que ces Assises sont celles du peuple, décidé à réfléchir sur ses problèmes et préoccupations’, renchérissent les progressistes.

Georges Nesta DIOP

Les commentaires sont fermés.