10/07/2008

Le Sénégal contre le pacte Européen

Le Sénégal va combattre le pacte européen sur la migration

 immigration

Le gouvernement sénégalais s'oppose au pacte européen contre la migration que veut proposer la France dans le cadre de sa présidence de l'Union européenne, a déclaré ce mercredi à Dakar, le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio.

 

"Le Sénégal est très surpris par les annonces qui ont été faites avant-hier et hier", a lancé M. Gadio, en référence à la déclaration faite par le gouvernement français annonçant les grandes lignes de sa politique à la tête de l'Union européenne pendant les six prochains mois.

 

Cheikh Tidiane Gadio s'exprimait au cours de l'ouverture officielle d'une réunion des experts sur migration et développement préparatoire à la 8e conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement en octobre prochain à Paris.

 

Cette rencontre est organisée par le gouvernement sénégalais et son homologue espagnol.

 

Le chef de la diplomatie sénégalaise a expliqué que pendant que des discussions sont en cours entre l'Europe et l'Afrique dans le cadre du processus de Rabat sur la migration, "on se retrouve avec l'annonce d'un pacte européen sur la migration qui repose essentiellement sur le retour de la migration choisie, les obstacles au regroupement familial et le refus des régularisations massives".

 

"Cela nous pose problème et nous disons non à cette approche répressive et tout sécuritaire" de la question de la migration et le traitement des sans papiers comme "des criminels", a dit M. Gadio.

 

Pour lui, c'est une façon de "ramener par la fenêtre le concept de migration choisie". C'est pourquoi, il a demandé aux Etats africains de "prendre leurs responsabilités" par rapport au processus de Rabat au cas où l'Europe venait à adopter ce pacte.

 

"Si nos amis européens s'engagent dans une double activité de partenariat avec l'Afrique et en même temps une activité unilatérale pour disposer de leur propre vision de la migration, la conséquence devrait être pour les Africains, d'engager une concertation afro- africaine qui va déboucher sur notre propre plan", a-t-il mis en garde.

 

Selon Cheikh Tidiane Gadio, il est révolu le temps où l'Europe décidait seule et l'Afrique s'alignait derrière. Il a ainsi invité les experts africains à engager la réflexion pour proposer des réponses adéquates à l'attitude européenne.

 

"Il nous faut prendre nos responsabilités, nous concerter politiquement", a-t-il ajouté, avant de préciser que quelle que soit la qualité du document qui sera produit par l'Europe, "il restera un document européen qui ne nous engagera pas".

 

Le chef de la diplomatie sénégalaise a indiqué que le Sénégal allait prendre des initiatives pour que l'Afrique soit prête à apporter une réponse à la démarche unilatérale de l'Europe.

Les commentaires sont fermés.