26/03/2009

tuberculose au Sénégal

Prise en charge de la tuberculose au Sénégal :
dyn002_original_500_307_jpeg_2520752_1a2d9f4b3aec2146e83098a8573ac0db

11 % des malades abandonnent le traitement
Le taux d’abandon du traitement par les tuberculeux est trop élevé et le Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt) s’en inquiète. C’est ainsi qu’il vient de lancer un appel à la communauté nationale pour qu’elle participe dans l’accompagnement et le suivi des malades.
Le Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt) lance un appel à la communauté pour une plus grande participation dans le suivi et l’accompagnement des tuberculeux. D’après ses statistiques, 11 % des malades de tuberculose connaissent une interruption du traitement. Un taux d’abandon jugé trop ‘élevé’ pour que le Pnt appelle à l’implication aussi bien des malades prestataires de services que de la communauté pour relever le défi. ‘Je m’engage. Halte à la tuberculose’. C’est le thème choisi pour célébrer hier, mardi 24 mars 2009, la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. Au Sénégal, les festivités marquantes de cette journée auront lieu le 31 mars dans le district sanitaire de Richard Toll, sous la présidence du ministre de la Santé et de la Prévention médicale.
Cet appel à l’engagement est d’autant plus pressant que certains tuberculeux ont du mal à suivre correctement leur traitement. Selon le Pnt, 11 % des tousseurs chroniques connaissent un abandon du traitement. Une situation assez inquiétante et à laquelle les responsables du Pnt comptent apporter une solution définitive. ‘L’engagement de tous les acteurs pour dire halte à la tuberculose doit être sans faille’, souligne le Dr Mame Bocar Lô, coordonnateur du Pnt. A son avis, cet engagement concerne aussi bien les malades, les prestataires de services que la communauté. ‘Les tuberculeux doivent adhérer au traitement jusqu’à la guérison. Les prestataires de services doivent les aider au diagnostic, au traitement et à l’éducation. La communauté doit participer à la sensibilisation, à la lutte contre la stigmatisation et au soutien des malades. Même la communauté scientifique doit s’impliquer pour une intensification de la recherche’, indique le coordonnateur du Pnt qui s’exprimait lors d’un point de presse organisé avant-hier, en prélude à la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose dans les locaux du Service national de l’information et de l’éducation pour la santé (Sneips). Selon le Dr Lô, il s’agit de prendre le tuberculeux dans sa spécificité. Autrement, voir quelles sont les difficultés liées au transport ou d’ordre familial auxquelles le malade est confronté.
Si les autorités du Pnt ont tenu à aller à l’assaut de ce taux d’abandon élevé du traitement, c’est parce que cette situation est souvent à l’origine de la multirésistance. En effet, les bacilles connaissent une mutation et deviennent insensibles aux molécules de traitement. Et les résistances sont beaucoup plus fréquentes chez les malades qui abandonnent le traitement. Et cette forme de tuberculose multirésistante commence à gagner du terrain. C’est pourquoi le Pnt prévoit de mettre en place une unité de prise en charge des tuberculeux multirésistants.
La tuberculose est une maladie bactérienne due à Mycobactérium tuberculosis. Elle est contagieuse, principalement par voie aérienne, notamment lorsque le malade éternue, tousse, crache ou parle. Selon l’Oms, elle gagne du terrain et devient plus meurtrière. Et les chiffres indiquent au moins que 600 personnes sont tuées par jour par la tuberculose et 80 % de ces victimes sont âgées de 15 à 49 ans.
Selon les responsables du Pnt, le choix de Richard Toll pour abriter la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose s’explique par le fait que la localité connaît le taux le plus élevé de guérison des malades. En plus, le taux d’abandon du traitement y est de zéro pour cent. Il faut signaler qu’au niveau national, le taux de guérison a atteint 80 %.
TUBERCULOSE : Le Sénégal compte 11 400 cas, toutes formes confondues
Le Sénégal enregistre 11 400 cas de tuberculeux toutes formes confondues, dont 7 584 cas contagieux. Ces chiffres ont été révélés par le coordonnateur du Pnt qui donnait un point de presse avant-hier en prélude à la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. La région de Dakar concentre environ 42 % des cas. Suivent les régions de Thiès et Diourbel.
Le taux d’achèvement du traitement est de 77 %, soit un retard de huit points sur les objectifs mondiaux. L’analyse des résultats de 2008 a montré que le niveau de détection a atteint 60 %. Ce qui constitue un retard de 10 points sur des indicateurs nationaux et sur les objectifs mondiaux.
Cependant, il faut souligner la gratuité et la disponibilité du traitement sur l’étendue du territoire national. La prise en charge de la tuberculose est intégrée dans les soins de santé primaire. En 2008, les centres de traitement sont passés à 74 et les unités de microscopie à 86.
Issa NIANG

 

Écrire un commentaire