14/07/2011

Menace sur le lac rose

projet de « ville nouvelle » dans la région dakaroise
Cet article découvert hier dans la presse laisse à penser que le site du célèbre lac rose (Retba) est grandeme,t menacé par une nouvelle idée du grand batisseur A.Wade. Même si ce projet risque de ne sortir de terre qu'aux calendes Grecques, il faut s'inquiéter de la disparition d'un des plus important site touristique et de labeur humain du Sénégal.


723277.jpgLe président sénégalais, Abdoulaye Wade, veut mettre les petits plats dans les grands. Son projet de ville nouvelle, érigé en pôle d’affaires et écologique dans la région dakaroise  (Lac rose, 40 km de la capitale) a trouvé preneur. La banque marocaine, Attijari Wafa Bank, se dit prête à accompagner le chef de l’Etat dans la phase conseil et recherche de capitaux extérieurs.
L’initiative du président sénégalais, Abdoulaye Wade,  de sortir de terre, dans  les mois à venir,   une ville nouvelle des entrailles du Lac Rose (site touristique) a de quoi enchanter. Premier partenaire à y croire ,  la banque d’affaires marocaine, Attijari Wafa Bank, leader sur la place dakaroise, qui a annoncé ce mardi son adhésion au projet d’une nouvelle cité devant générer quelque 200 000 emplois.
Son administrateur général, AbdelKrim Raghni, qui a été reçu en audience par le chef de l’Etat sénégalais, a manifesté son intention de transférer le modèle marocain, dont l’expérience en matière de construction de cité nouvelle est incontestable.
Le projet qui est très avancé est en quête de financements pour sa matérialisation même si l’Etat devra mobiliser une partie du coût d’investissement en joint-venture avec des partenaires financiers internationaux, nous a révélé une source officielle.
L’Etat sénégalais compte s’adosser sur l’expertise et les conseils de la banque marocaine, Attijari Wafa Bank pour capter les capitaux. Des sources renseignent que la banque d'affaires, Attijari Wafa Bank pourrait faire appel à des fonds bahrein pour la mobilisation d'une grande partie du financement.
«C’est un projet innovant pour le Sénégal et pour l’Afrique en termes de développement  » a indiqué AbelKrim Raghni.
Selon des sources bien informées, contactées par Les Afriques, ce projet d’envergure (cités  administrative, commerciale, d’affaire) devra nécessiter un investissement de moins de 300 millions d’Euros (soit quelque 200 milliards FCFA).
Ce projet de ville nouvelle  calqué sur le modèle de la ville de Tamnesa (Maroc), s’ajoute aux importants chantiers en construction, tels que l’autoroute à péage, l’Aéroport International Blaise Diagne, prévu à Ndiass, les 7 Merveilles culturelles de Dakar. Une véritable course à la montre qu’engage  le chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, à moins de 8 mois de la présidentielle de 2012. 

Commentaires

il est vraiment temps qu'il parte avant d'avoir vendu le sénégal après l'avoir défiguré!!!

Écrit par : pat | 15/07/2011

Répondre à ce commentaire

Peut-être que les nouveaux promoteurs seront exonérés de taxes sur les matériaux importés à condition d’ériger une ville para-hotelière donc interdite à la vente. Bien sûr, cette condition épinglée au contrat restera cachée aux acheteurs potentiels, légalement titrés par actes notariés. Puis, un beau jour, 10 ans aprés, une enquète de l’inspection générale des finances diligentée par les douanes sénégalaises, constatera un détournement de destination privilégiée,prélude à des saisies massives. Ce scénario, s’il devait se préciser, aurait un goût de déjà vu. En effet, les 42 copropriétaires de la résidence MAR-Y-SOL vivent un véritable calvaire avec cette épée de Damoclès au dessus de leurs tête. Si ce verrou saute, on assistera à des saisies massives d’autres résidences et à la fin de la station balnéaire de SALY, perle du SÉNÉGAL mais endormie dans son écrin pour longtemps.

Écrit par : henri | 16/07/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire