30/04/2012

Quand Saly pleure

IMPACT NEGATIF DE LA PERIODE ELECTORALE SUR L’ECONOMIE A SALY 

De la complainte des commerçants désertés par la clientèle européenne…

dyn002_original_900_675_jpeg_2649844_4cfc830f1c0f769058ad68885ddc11a7.2.jpg 

Belle station balnéaire de renommée internationale, Saly Portudal, qui abrite des hôtels et centres commerciaux, a toujours été très convoitée par les touristes venant d’horizon divers. Cependant, Saly peine, aujourd’hui, à attirer les nombreux clients européens qui ont toujours contribué à son essor économique. Selon certains commerçants et hôteliers, la période électorale y a joué un grand rôle.

Rareté des clients dans les centres commerciaux, hôtels presque vides. Tel est le décor qu’offre, aujourd’hui, la station balnéaire la plus attractive du littoral sénégalais, Saly Portudal. Au centre commercial 1 de Saly, ce sont des allées vides où on n’a pas besoin de faire du coude à coude pour se frayer un passage. Des commerçants désoeuvrés, assis, tranquillement, devant leurs cantines, attendant impatiemment l’arrivée d’un client toubab, se tournent les pouces du matin au soir. Ecoutant avec beaucoup de concentration un son avec son téléphone portable, tout en affichant un sourire de circonstance, une jeune dame nommée Aby Mboup, vendeuse d’objets d’art dans ledit centre commercial, se confesse. «Nos affaires ne marchent plus et c’est comme ça depuis 1999. Mais cette baisse des revenues s’est particulièrement accentuée avec la période électorale pour la présidentielle 2012. Elle a poussé un bon nombre de touristes à changer de destination et on en a énormément pâti. Ceux qui avaient déjà fait des réservations pour le Sénégal ne sont pas venus par peur des débordements. Et jusqu’à présent la situation ne s’est pas décantée. Les touristes européens, qui constituent l’essentiel de la clientèle, se font désirer depuis des mois maintenant».

La crise qui perdure, depuis 2000, accentuée par la présidentielle de 2012

Lasse de rester toute la journée sans rien faire, Aby Mboup martèle : «Nous restons des jours sans vendre le plus petit objet. La saison touristique est actuellement très mauvaise et je crois qu’il n’y a plus rien à faire. En tous les cas, si je trouve autre chose à faire, j’arrête la vente des objets d’art. Car je dépense beaucoup sans avoir de rentrée d’argent». Aby Mboup ne manque pas, en outre, de demander au ministre de la Culture et du Tourisme de revoir les tarifs de la destination Sénégal. «Nous espérons que le ministre Youssou Ndour va vendre la destination Sénégal. Nous pensons qu’il pourra le réussir. Nous demandons également à M. Ndour et aux autorités compétentes une diminution du prix du billet d’avion pour le Sénégal. Les touristes se plaignent toujours de la cherté du billet. Imaginez qu’ils achètent 2 billets pour 2 personnes pour le Maroc au même prix qu’un billet pour le Sénégal. Les tarifs doivent être revus à la baisse pour attirer davantage la clientèle européenne et mieux vendre la destination Sénégal», clame-t-elle. A quelques jets d’elle, un jeune homme, aux dreadlocks, d’environ 30 ans, avec un style jamaïcain, déplore également la situation qui prévaut actuellement à Saly. Mamadou Gningue qui est également un vendeur d’objets d’art et de tissus «bogolan» souligne que «la période électorale a beaucoup impacté sur les revenus. Les images diffusées sur le Sénégal à travers le monde ont fait que beaucoup de touristes ont eu peur de venir dans notre pays. Le fait est que depuis 6 mois, c’est la dèche totale. On se débrouille juste pour s’en sortir et survivre. Sinon, côté affaires, rien ne marche. Tout est au ralenti». Embouchant la même trompette qu’Aby, Mamadou Gningue soutient aussi que le coût élevé du transport aérien est un des facteurs qui plombe la destination Sénégal. «Avant, tous les jours, on faisait des affaires. Maintenant, on peut rester plus d’une semaine sans rien vendre. Or ici, tout est cher. Imaginez que je dois acheter le petit-déjeuner et le déjeuner, alors que je n’ai rien écoulé de ma marchandise. Ça pose énormément problème. Il m’arrive même de bazarder mes articles rien que pour avoir de quoi assurer la dépense quotidienne», se désole- t-il.

La crise en Europe et la mauvaise politique touristique, autres facteurs explicatifs

A l’en croire, Youssou Ndour est la bonne personne pour remédier aux maux dont souffre le secteur touristique. «Je pense que le choix de Youssou Ndour est très judicieux. Il pourra vendre l’image de notre pays puisqu’il est connu à travers le monde en tant qu’acteur culturel. Tout ce que nous lui demandons, c’est de baisser les taxes pour que ceux qui ont envie de venir au Sénégal puissent le faire, au grand bonheur de tous surtout de nous autres qui comptons sur l’arrivée des toubabs pour écouler nos produits et vivre de cette activité», dit-il. Pour sa part, Mamadou Thiam, guide touristique est d’avis que la crise qui sévit en Europe est aussi un facteur explicatif de cette baisse de fréquentation à Saly. Selon lui, la crise financière en Espagne et au Portugal, par exemple, fait que les touristes de la péninsule Ibérique se font rares. Mais ce n’est pas le seul écueil qu’il pointe du doigt. «Sincèrement, ça va mal et d’ailleurs cela fait des années que ça ne va plus. Depuis 2000, on a beaucoup de problèmes, surtout à cause de la mauvaise politique de promotion de la destination Sénégal. Malgré notre valeur ajoutée qu’est la Téranga qui nous différencie de nos voisins, le secteur touristique va de mal en pis. Peut-être que les nouvelles autorités trouveront des solutions. Car jusque-là, on a une mauvaise politique touristique», explique-t-il. Convaincu que les manifestations, lors de la présidentielle, y ont une grande part de responsabilité, il ajoute que «tourisme rime avec paix. Les manifestations ont beaucoup contribué à la baisse de l’activité de l’économie à Saly Portudal. Mais, il faut aussi noter que la prolifération des résidences est aussi un problème. Car certains touristes ne prennent plus de chambre d’hôtel. La cherté des billets d’avion, je n’en parle même pas. Le coût du billet pour quitter l’Europe, faire 5 à 6 h d’avion et venir au Sénégal est presque deux fois plus cher que celui pour partir au Sri Lanka où on fait 12 heures de vol. Vous imaginez». Selon Mamadou Thiam, les ministres de l’Ecologie et du Tourisme, Haïdar El Ali et Youssou Ndour, ont du pain sur la planche. «Nous déplorons l’insalubrité qui règne au Sénégal de manière générale et ici à Saly en particulier. Car ça fait fuir les touristes. Tous les jours, les touristes nous demandent si nous avons un ministère de l’Ecologie. Donc Haïdar El Ali doit faire des efforts dans ce sens. Nous exhortons Youssou Ndour à réduire les taxes et que lorsqu’il y a un salon du tourisme que ceux qui sont sur le terrain participent aux échanges. Car ceux qui sont dans les bureaux ignorent, pour la plupart du temps, les réalités du terrain», lâche-t-il d’un ton sec.

…A l’impuissance des hôteliers face à la baisse de leur chiffre d’affaires

La dèche, dont se plaignent les commerçants installés sur la station balnéaire de Saly, est également connue par les hôtels. En effet, depuis quelque temps, les hôtels de la Petite Côté sont désertés par les touristes. Ce qui d’une façon ou d’une autre entraîne une baisse substantielle de leur chiffre d’affaires. Un constat confirmé par Saliou Diop de l’hôtel «Les Filaos». Ce réceptionniste d’une quarantaine d’années environ, en service dans ce réceptif 4 étoiles, n’a d’ailleurs pas foi à une probable amélioration de la situation dans un futur proche. «Nous avons une clientèle majoritairement française. Et lorsque les manifestations sanglantes du premier tour de la présidentielle ont débuté, ils ont tous appelé pour annuler leurs réservations. Du coup, nous avons perdu beaucoup de clients. Ce qui a induit une forte baisse de notre chiffre d’affaires. En plus, il y a eu les élections françaises et certains de nos clients étaient obligés de renoncer à leurs vacances qu’ils viennent passer habituellement ici, de mars à avril qui correspond à la haute saison touristique. Cette situation de la baisse de la fréquentation et donc de la chute du chiffre d’affaires est valable pour tous les hôtels de Saly», renseigne-t-il. Très pessimiste sur le choix de Youssou Ndour à la tête du ministère du Tourisme, Saliou Diop est d’avis que «ce n’est pas parce que c’est un grand artiste connu partout qu’il pourra trouver des solutions pour le secteur du tourisme. Je ne pense pas qu’il puisse faire un bon ministre du Tourisme. A mon avis, il ne fera pas long feu. Quand même, nous prions pour que la donne change d’ici peu. Car c’est très dur actuellement. Et le pire, c’est que nous sommes impuissants face à cette crise qui frappe le secteur touristique. Et je ne vois pas de solution en vue dans l’immédiat». Du côté de l’hôtel «Les Amaryllis», rien que le calme plat qui règne sur les lieux renseigne quant à absence de clients en cette période de l’année qui coïncide pourtant avec la haute saison. Trouvé seul à l’accueil, Souleymane Cissokho, ne cache pas sa désolation. «Les violences qui ont émaillé l’élection présidentielle nous ont véritablement porté préjudice. Beaucoup de réservations ont été annulées et beaucoup de séminaires ont aussi été reportés. Ce qui fait qu’il est arrivé des moments où nous nous sommes retrouvés avec zéro client», renseigne-t-il avec tristesse. Soutenant que, depuis quelque temps, le secteur est complètement en léthargie, Souleymane pense que le nouveau gouvernement, sous l’impulsion du ministre en charge du secteur, doit être capable de sortir les acteurs touristiques de cette impasse. «Je crois que Youssou Ndour pourra beaucoup faire pour ce secteur. Car de par son aura et son image, il est capable de vendre la destination Sénégal. En tout cas, dans l’immédiat, c’est notre seul espoir. Parce que la situation est vraiment critique et nous ne pouvons rien faire d’autre pour changer la donne», confesse-t-il en étalant tout son «optimiste de voir les choses évoluer positivement sous peu».

Adama AIDARA KANTE & Aminatou AHNE

29/04/2012

Miss Black France est Sénégalaise

Mbathio Beye sacrée première "Miss Black France"

mbathiobeye.jpg

La première élection "Miss Black France" s'est déroulée samedi à Paris avec le soutien du Conseil représentatif des associations noires (Cran). C'est Mbathio Beye, une étudiante sénégalaise de 21 ans, qui a remporté la première couronne.

Mbathio Beye, une étudiante sénégalaise de 21 ans, de Paris, préparant un master de stratégie marketing, est devenue samedi soir Miss Black France 2012, dont la première élection a été organisée salle Wagram avec le soutien du Conseil représentatif des associations noires (Cran), sur fond de polémique. Les dauphines de Miss Black France 2012 sont Romy Niaba, 22 ans, étudiante en sciences politiques, française d'origine ivoirienne, domiciliée à Nantes, et Aissata Soumah, 23 ans, étudiante en école de commerce, de nationalité guinéenne et domiciliée à Troyes.

"L'élection Miss France n'est pas assez représentative"

Sélectionnées sur casting parmi 1.000 candidatures provenant de toutes les régions françaises, dix-huit jeunes femmes noires de 17 à 28 ans, étaient en lice. Pour l'organisateur et créateur du concours, Frédéric Royer, journaliste et animateur, le titre "Miss Black France" a pour objectif de "célébrer la beauté noire", considérant que "l'élection Miss France n'est pas assez représentative". "Les femmes noires sont très peu à la une des magazines et à Paris les mannequins noirs sont beaucoup moins employés qu'à Londres", a ajouté M. Royer.

La chaîne Trace Urban et les radios Africa N°1 et Tropiques FM comptaient parmi les partenaires de "Miss Black France 2012". Ce concours de beauté souhaitait par ailleurs sensibiliser sur la drépanocytose, l'une des maladies génétiques les plus répandues (50 millions de personnes atteintes dans le monde), particulièrement fréquente dans les populations d'origine africaine subsaharienne, des Antilles, d'Inde, du Moyen-Orient mais aussi du bassin méditerranéen.

28/04/2012

Lechantre plutôt que Metsu

Pierre Lechantre nouveau sélectionneur national du Sénégal

artoff95270.jpg

Le Français Pierre Lechantre a été nommé sélectionneur national du Sénégal, suite à une réunion du Comité d’urgence de la Fédération sénégalaise de football, a annoncé vendredi le premier vice-président de la FSF Louis Lamotte.

Le comité a annoncé son choix au terme d’une rencontre qui a duré quatre tours d’horloge. Jeudi, le site du journal français l’Equipe avait pourtant annoncé que Bruno Metsu, 58 ans, allait ’’succéder à Amara Traoré, démis de ses fonctions’’, au lendemain de la piètre prestation des Lions à la CAN 2012.

Mais la Fédération sénégalaise de football s’était empressée de démentir l’information, en indiquant ’’qu’aucun choix’’ n’avait ’’été fait et que le calendrier initialement arrêté’’ serait ’’scrupuleusement respecté’’.

Ancien footballeur, Lechantre a été sélectionneur du Cameroun avec qui il a remporté la Coupe d’Afrique des nations en 2000.

La même année, le nouveau sélectionneur du Sénégal occupait le poste de Directeur technique national du pays, quand les Lions Indomptables gagnaient les Jeux Olympiques en Australie.

Fils de footballeur, Pierre Lechantre a été formé à Lille, avant d’entamer sa carrière professionnelle de footballeur en 1970 au FC Sochaux où il joue pendant cinq saisons.

Il fait un bref passage à Monaco (1975-1976). Il est par deux fois demi-finaliste de la Coupe de France et participe à la Coupe de l’UEFA en 1972 avec Sochaux.

A la fin de sa carrière de footballeur, il devient entraîneur en région parisienne et membre de la Fédération française de football de 1997 à 1999.

APS

26/04/2012

Mortalité juvénile au Sénégal

72 enfants sénégalais sur 1000 décèdent avant l’âge de 5 ans (étude)

b15.jpg

La mortalité infanto-juvénile est dans une tendance baissière au Sénégal car le risque de décès entre la naissance et le cinquième anniversaire est de 72 pour 1000 naissances, indique une nouvelle enquête de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) rendue publique mercredi à Dakar.

Les données de cette étude intitulée ‘’l’enquête démographique et de santé à indicateurs multiples au Sénégal (EDS-MICS 2010-2011)’’ ont été officiellement lancées par Awa Marie Coll-Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale.

’’Cette enquête montre qu’il y a de plus en plus d’enfants sénégalais qui survivent après leur cinquième anniversaire (…) parce que les risques de décès ont baissé jusqu’à 72 sur 1000 naissances’’, souligne le document dont copie est parvenue à l’APS.

Selon cette étude réalisée au Sénégal d’octobre 2010 à avril 2011, la mortalité infanto-juvénile a connu un recul considérable ’’parce qu’elle est à 72 pour 1000 naissances actuellement comparée à la précédente enquête réalisée en 2005 où le niveau de mortalité s’était établi à 121 décès sur 1000 naissances’’.

Outre la mortalité infanto-juvénile, la présente enquête a montré des améliorations de la santé des femmes liées à leur prise en charge du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement. ’’93 pour cent des femmes-mères ont effectué une visite prénatale auprès d’un personnel formé (médecin, sage-femme, infirmière)’’, a souligné l’enquête insistant sur d’autres améliorations.

’’73 pour cent des naissances se sont déroulées dans un établissement sanitaire et 65 pour cent ont bénéficié de l’assistance de personnel au moment de l’accouchement’’, signale le document, relevant également ’’une baisse des niveaux de la fécondité’’.

’’En ce moment, une femme sénégalaise a, en moyenne, cinq enfants à la fin de sa vie féconde contre 6.4 enfants en 1986’’, a fait remarquer l’étude faisant une comparaison avec les enquêtes précédentes de l’ANSD.

 

MTN/CTN

25/04/2012

Bruno Metsu redevient Sélectionneur National

Bruno Metsu redevient Sélectionneur National

Bruno_Metsu_.jpeg
Le Sénégal tient son nouveau sélectionneur : Bruno Metsu. À 58 ans, le technicien va succéder à Amara Traoré, démis de ses fonctions dans la foulée d'une CAN 2012 ratée. Il a été préféré à Pierre Lechantre, l'autre «finaliste» retenu par la Fédération. Libre depuis son licenciement d'Al Gharrafa Doha le 15 mars dernier, Metsu retrouve un poste qu'il avait occupé entre 2000 et 2002. Il avait à l'époque réussi à mener les Lions de la Teranga jusqu'en finale de la CAN. Il devrait s'engager pour au moins deux ans.

Cette information a été démentie par la FSF qui décidera ce vendredi de la nomination définitive du nouvel entraîneur des Lions de la Teranga...

Voyage dans le Siné Saloum

A découvrir!

Senegal2.jpg

Anne est ornithologue en Belgique. Après avoir embarqué sur le Bou El Mogdad pour remonter le fleuve Sénégal, elle a poursuivi sa route vers le Siné Saloum, puis Dakar, Gorée, le lac rose. Son récit est magnifique! Sa captation de la faune, de la flore, des gens, des payasges est un régal à lire! Son oeil de professionnelle a su également découvrir les oiseaux du Sénégal.

http://www.salysenegal.net/activites/excursions/images%20sinesaloum/Sine%20Saloum.pdf

Chef religieux accusé de meurtre

Un chef religieux en garde à vue pour la mort de deux disciples

724861519481ef7d9124cbfe0503bc27.jpg

Un leader de l'influente confrérie musulmane des Mourides du Sénégal, Cheikh Béthio Thioune, était mardi en garde à vue à Thiès (est de Dakar) après la mort de deux de ses disciples au cours de violences entre ses partisans, a appris l'AFP de sources concordantes.

M. Thioune est détenu depuis lundi soir à la brigade de recherche de gendarmerie de Thiès, qui était mardi sous haute surveillance de gendarmes et de policiers anti-émeutes, pour "prévenir les réactions de ses tétalibés qui peuvent être violents", a dit à l'AFP un témoin présent sur les lieux en milieu de matinée.

Dix de ses disciples y étaient également détenus, selon la même source, qui a assisté à leur arrivée lundi soir.

Les fidèles du marabout, estimés à plusieurs centaines, ont été maintenus à bonne distance du bâtiment de la gendarmerie jusqu'en fin de matinée. Selon un correspondant de la radio privée RFM, ils ont ensuite été dispersés par les forces de l'ordre et avaient quitté les lieux.

L'arrestation de M. Thioune, rapportée par la presse locale, a été confirmée à l'AFP par un haut responsable de la gendarmerie sous couvert d'anonymat.

Le chef religieux a été interpellé lundi soir dans la localité de Keur Samba Laobé (au sud de Thiès), où il a une résidence. Cette localité "fait partie du secteur de compétence de la gendarmerie, (il) a été conduit à Thiès. Maintenant, l'affaire est entre les mains de la justice, nous sommes sous la coupe du procureur" de Thiès, a dit ce responsable de la gendarmerie.

D'après le procureur de la République de Thiès, Ibrahima Ndoye, qui s'est exprimé sur l'affaire lundi soir dans sa ville, le marabout a été interpellé dans le cadre de l'enquête sur la mort de deux de ses disciples, tués dimanche lors d'une rixe entre ses "talibés" à Keur Samba Laobé et inhumés en brousse.

Les deux corps ont été exhumés et transportés à Dakar pour autopsie, selon des sources concordantes. Dans cette affaire, "l'implication du guide religieux est (...) avérée", a écrit le quotidien pro-gouvernemental Le Soleil, selon lequel plusieurs personnes ont également été blessées lors de la bataille rangée entre partisans de M. Thioune, qui ont fait usage d'armes blanches.

Un des avocats de M. Thioune, Me Ousmane Sèye, a dénoncé sur la radio RFM la déclaration publique du procureur de Thiès, l'assimilant à un mépris de la présomption d'innocence de son client.

Pour le second tour de l'élection présidentielle au Sénégal, qui a opposé le 25 mars Abdoulaye Wade, alors président sortant, à Macky Sall, son ex-Premier ministre devenu opposant, Cheikh Béthio Thioune avait mené campagne en faveur de M. Wade.

Il était un des rares leaders religieux à avoir publiquement donné une consigne de vote, les autres, bien que très courtisés par les candidats, avaient préféré s'en abstenir.

Abdoulaye Wade, qui était au pouvoir depuis douze ans, a été battu par Macky Sall. M. Wade a reconnu sa défaite dès le soir du scrutin et a félicité M. Sall, qui a prêté serment le 2 avril.

AFP

24/04/2012

Le Sénégal qialifié aux JO de foot

Le Sénégal décroche son ticket pour les JO

media_xll_4781540.jpg

Le Sénégal s'est emparé lundi du dernier ticket pour le tournoi olympique de football masculin des Jeux de Londres (26 juillet-11 août), après sa victoire 2 à 0 en barrage de qualification contre Oman, à Coventry (Royaume-Uni).

Les "Lionceaux", qui avaient manqué la qualification directe en perdant contre l'Egypte (2-0) en décembre, ont saisi leur ultime chance de qualification dès la 2e minute, grâce à un but d'Ibrahima Baldé.

L'attaquant de l'Osasuna Pampelune (ESP) reprenait un coup franc tiré le long de la ligne de touche, dans les buts de l'équipe entraînée par le technicien français Paul Le Guen, ex-coach du Cameroun, de Lyon et du Paris SG.

En fin de rencontre, lancé en contre-attaque l'attaquant Abdoulaye Sané (Rennes/FRA), trompait le gardien omanais d'une frappe du droit (88) et envoyait définitivement le Sénégal au tournoi olympique pour la première fois de son histoire.

Les 15 autres équipes masculines qualifiées sont déjà connues: Corée du Sud, Japon, Émirats arabes Unis (zone Asie), Gabon, Maroc, Egypte (zone Afrique), équipe du Royaume-Uni (organisateur), Espagne, Suisse, Belarus (zone Europe), Honduras, Mexique (zone Amérique du nord, centrale et Caraïbes), Nouvelle-Zélande (zone Océanie), Brésil et Uruguay (zone Amérique du Sud).

Le tirage au sort pour les tournois olympiques masculin et féminin aura lieu mardi à Wembley, pour répartir les participants en quatre groupes de quatre (trois groupes de quatre pour les filles).

Chez les femmes (tournoi du 25 juillet au 9 août) les 12 sélections qualifiées sont Corée du Nord, Japon (zone Asie), Afrique du Sud, Cameroun (zone Afrique), Royaume Uni (organisateur), France, Suède (zone Europe), Canada, Etats-Unis (zone Amérique du nord, centrale et Caraïbes), Nouvelle-Zélande (zone Océanie), Brésil et Colombie (zone Amérique du Sud).

AFP

ça vole bas pour Sénégal Airlines

Polémique autour de Senegal Airlines

Sortie-de-piste-pour-Senegal-Airlines_article_top.jpg

Selon la presse sénégalaise, un rapport, remis au nouveau président du Sénégal, relèverait d’importantes irrégularités sur le montage financier, la création et la gestion de Sénégal Airlines.

Actionnaires fictifs, capital financier inexistant, montage financier incertain, etc. Selon L’Observateur, ce rapport, rédigé par des experts en aéronautique, n’irait pas de main morte avec Senegal Airlines et Karim Wade ancien ministre des Transports et créateur de la compagnie. Certains des actionnaires n’auraient ainsi jamais investi dans son capital et ce alors même que la compagnie accuse des pertes estimées à 18 milliards de francs CFA (plus de 27 millions d’euros).

Ses accusations arrivent à peine un mois après la défaite d’Abdoulaye Wade aux élections présidentielles et le départ de son fils du ministère des Transports. Pour rappel, Senegal Airlines a été inaugurée en grande pompe le 25 janvier 2011 par Karim Wade, qui a tout fait pour protéger le pavillon national, allant jusqu’à remettre unilatéralement en cause des accords aériens, comme dernièrement avec le Maroc (Royal Air Maroc ne peut plus atterrir qu’une fois par jour à Dakar) ou encore Brussels Airlines et Mauritania Airlines.

23/04/2012

Rififi à Saly

Saly : les populations dénoncent une spéculation, la SAPCO rectifie

lca07_saly-entree1259.JPG

Les populations de la commune de Saly-Portudal (Mbour, ouest) ont dénoncé "une spéculation foncière" sur une forêt classée orchestrée par la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (SAPCO) qui, à son tour, dénonce "une manipulation politique".

En assemblée générale samedi, des élus locaux, des notables, des groupements de promotion féminine et des associations de jeunes ont voulu alerter les nouvelles autorités sénégalaises, notamment le nouveau président de la République du Sénégal, Macky Sall.

‘’En venant s’implanter à Saly, les responsables de la SAPCO avaient pris nos terres, en nous promettant des emplois pour nos jeunes, des infrastructures sociales de base, entre autres monts et merveilles. Plusieurs années plus tard, rien n’a été respecté de leurs promesses’’, se rappelle le septuagénaire Imam Assane Guèye de Saly-Portudal.

Selon lui, l’un des porte-parole des protestataires, avant l’arrivée de la SAPCO dans leur localité, en 1977, les populations de Saly s’activaient dans la pêche et l’agriculture. Avec les promesses qui leur avaient faites, elles ont été obligées de céder leurs terres, pour permettre à la SAPCO d’avoir les coudées franches pouvant l’aider à l’implantation de structures touristiques, pour développer le secteur qui est l’une des mamelles de l’économie sénégalaise.

D’après Babacar Guèye, premier adjoint au maire de la commune de Saly-Portudal, en 2009, une correspondance avait été adressée à la SAPCO pour réclamer des terres pouvant abriter un centre de santé de référence, un hôtel de ville, un stade omnisports, entre autres infrastructures sociales de base, sans succès.

‘’Nous sommes conscients que le tourisme constitue un secteur économique très sensible, nous n’avons pas voulu faire de bruit, malgré les morcellements que nous avons constatés au niveau de la forêt classée, au profit d’individus, avec des critères qui répondent à aucune légalité. Seulement, à notre grande surprise, nous avons constaté qu’après la mise en place d’un nouveau régime, les arbres sont en train d’être abattus et des constructions commencent à voir le jour’’, a déploré l’élu local.

‘’Nous voulons que cela arrête sans délai, sinon, nous serons obligés de le faire nous-mêmes. Cette assemblée générale est un avertissement, nous ne voulons pas que l’irréparable se produise. Si rien n’est fait, nous serons obligés de prendre ce qui nous revient de droit. Si cette forêt devrait être classée, elle devait être, en priorité, profitable aux populations de Saly-Portudal’’, a lancé Babacar Guèye.

Selon Talla Diallo, qui a parlé au nom des jeunes de cette commune touristique, les responsables de la SAPCO qui ont été interpelés sur cette affaire disent ne pas être au courant d’un quelconque déclassement de la forêt et que, mis au parfum, le préfet du département de Mbour a instruit la gendarmerie de faire arrêter les travaux.

‘’Malgré l’intervention de l’autorité préfectorale, quand nous passons sur les lieux, nous constatons la poursuite des travaux. Par conséquent, nous interpelons les ministres de la Protection de la nature, des Collectivités locales ainsi que celui du Tourisme. La SAPCO a fini de tuer le secteur du tourisme au niveau même de la Petite-Côte. Même les taxes qui sont collectées dans cette zone ne sont pas profitables aux collectivités locales de la zone’’, a regretté M. Diallo.

Interpelé par le correspondant de l’APS, le chef d’exploitation de la SAPCO, Babacar Sy, a dénoncé une ‘’manipulation’’ d’hommes politiques encagoulés qui sont derrière ces protestataires. ‘’Tout ceci n’est que de la politique’’, a-t-il, d’emblée, relevé.

‘’Je défie quiconque, cette forêt n’est pas et ne peut être déclassée. Cette zone fait partie du plan d’aménagement de Saly dont l’exploitation est du ressort exclusif de la SAPCO’’, s’est défendu M. Sy, qui pense qu’‘’avant de parler à la presse, en faisant des accusations gratuites, ces populations auraient dû se renseigner auprès de la SAPCO’’.

ADE/SAB

22/04/2012

Qui pour les Lions de la Téranga?

Sénégal: Metsu et Lechantre bien placés

sénégal-can-20121.jpg

Les Français Bruno Metsu et Pierre Lechantre sont actuellement les mieux placés pour le poste de sélectionneur du Sénégal, a révélé le président de Fédération sénégalaise de football Augustin Senghor dans une déclaration samedi sur le site officiel de la FSF.

Les deux hommes sont connus en Afrique: Bruno Metsu a déjà dirigé les Lions qu'il a emmenés en quart de finale du Mondial-2002, Pierre Lechantre a porté le Cameroun au titre continental lors de la CAN-2000 et au titre olympique la même année à Sydney.

"Aujourd'hui, ces deux noms se dégagent" entre les cinq candidats encore en lice, a déclaré Me Augustin Senghor, qui a précisé que la FS arrêterait son choix d'ici une semaine. 

Eurosport

Crise alimentaire au Sénégal

Crise alimentaire au Sénégal : l’UE annonce une aide d’environ 4,2 milliards de francs CFA

00191378 9333ffcbde3e7e2cc053dbc3212e805f arc614x376 w614 us1.jpg

L’Union européenne (UE) apportera un financement de 6,5 millions d’euros, environ 4,2 milliards de francs CFA, au gouvernement du Sénégal pour l’aider à faire face à la crise alimentaire qui sévit dans certaines zones du pays, a annoncé son chef de délégation à Dakar, Dominique Dellicour.

‘’Nous sommes prêts à [...] répondre à la demande de soutien aux populations en difficulté. Nous sommes engagés à soutenir les populations, avec un montant total de 6,5 millions d’euros’’, a affirmé Mme Dellicour.

Le chef de la délégation de l’UE au Sénégal s’exprimait à la télévision publique sénégalaise (RTS), à la suite d’une audience avec le Premier ministre Abdoul Mbaye.

Selon Dominique Dellicour, l’aide de l’UE sera distribuée sous forme de bons alimentaires et de programmes de nutrition.

Le déficit céréalier dans les pays du Sahel a touché des régions du Sénégal, qui doivent faire face aux conséquences d’une faible production de céréales en 2011.

Cette situation a installé une crise alimentaire qui touche notamment les régions de Saint-Louis, Matam, Louga, Diourbel, Kaffrine, Sédhiou et Kédougou.

Revenant sur son audience avec le Premier ministre, Dominique Dellicour a indiqué que l’UE sera aux côtés du Sénégal, en vue d’une ‘’meilleure gouvernance, une grande transparence et une meilleure efficacité’’ dans la gestion des politiques publiques.

Aps 

Revoir la pêche au Sénégal

Pape Diouf annonce des mesures sur les licences de pêche

chalutier.jpg

Le nouveau ministre de la Pêche et des Affaires maritimes, Pape Diouf, a annoncé des mesures relativement à la question des licences de pêche, en vue de réorganiser le secteur pour préserver les ressources maritimes du Sénégal du pillage dont elles sont l’objet.

’C’est une question qui revient souvent depuis ma prise de fonction, mais il me fallait du temps pour voir dans quelles conditions les licences de pêche ont été octroyées. Dans peu de jours -je ne donne pas de date, des mesures seront prises dans l’intérêt de tout le monde’’, a-t-il déclaré, samedi.

M. Diouf, qui a dirigé les ministères de l’Agriculture et de la Pêche de 2000 à 2004 dans les gouvernements du président sortant Abdoulaye Wade, était en visite dans les stands de la 13ème Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA).

‘’Je pense ça va tranquilliser tout le monde’’, a-t-il estimé. ‘’Nous sommes-là pour veiller sur la bonne marche du pays et nous ne pouvons pas tolérer de pillage de nos ressources. Il nous faut réorganiser tout cela avec des mesures fortes pour la pêche.’’

Samedi dernier, la Fédération nationale des Groupements de pêche au Sénégal (FENAGIE) a demandé au nouveau gouvernement de ‘’ne plus signer les accords de pêche’’, pour permettre aux pêcheurs et aux femmes transformatrice d’être très présents sur le marché international.

‘’Nous demandons à notre ministre de tutelle, nouvellement [choisi], de ne plus signer les accords de pêche’’, déclarait Adja Fatou Kiné Diop, présidente de l’Union nationale des femmes transformatrices de Bargny.

Selon elle, le gouvernement du Premier ministre Abdoul Mbaye doit ‘’aider les femmes à améliorer leurs conditions de travail pour avoir des produits de qualité et être compétitives sur le marché sous-régional voire international’’.

Un atelier régional s’est ouvert mercredi à Dakar portant sur ‘’les accords de pêche et la reforme de la politique commune des pêches de l’Union européenne’’.

Il vise à ‘’identifier les impacts potentiels de la reforme de la politique commune de pêche de l’Union européenne sur la pêche, en particulier sur les futurs accords de pêche avec les pays de la sous-région’’.

Les organisateurs entendent ainsi ‘’identifier les opportunités de partenariat politique, technique et financier à l’échelle régionale et internationale’’. 

Setalco.net

Année blanche au Sénégal

Le Sénégal risque de perdre 300 milliards FCFA en cas d'année blanche 

1.jpg

Les pertes engendrées par une éventuelle année scolaire et universitaire blanche au Sénégal ont été évaluées à près de 300 milliards de F CFA par le ministre sénégalais de l'Education nationale Ibrahima Sall.

Le Sénégal est menacé d'une année blanche suite à la longue grève observé depuis plus de quatre mois par des syndicats d' enseignants qui réclament le paiement d'indemnités et de « meilleures conditions de travail ». Des élèves eux aussi qui jugent l'année''irrécupérable'' invitent de plus en plus le gouvernement a décrété l'année blanche.

Une année banche serait « une énorme perte de ressources pour l'Etat, mais surtout un gâchis pour les élèves », a souligné samedi le ministre lors d'une cérémonie de remise de prix.

''L'espoir est permis avec la volonté des uns et des autres de continuer la concertation avec l'Etat qui est déterminé à faire tout son possible pour le respect des engagements avec les syndicalistes'', a assuré le ministre.

Xinua

21/04/2012

Youssou Ndour découvre des cadavres

Ministère de la Culture et du Tourisme: You dans un trou de 33 milliards

youssou-ndour-le-self-made-man-photo-afp.jpg

C’est un dossier scandaleux et complexe qui a été transmis à Youssou Ndour, le nouveau ministre de la Culture. Il s’agit d’une nébuleuse autour d’un trou de 33 milliards du Fesman dont la destination reste inconnue.

Le nouveau ministre de la culture et du tourisme ne dort plus, depuis qu’il a pris ses quartiers au building administratif, au vu de la complexité des dossiers qu’il a trouvés sur place. Parmi lesquels, la gestion du Fesman par Abdoul Aziz Sow et Syndiély Wade. Aucun des dossiers n’a de justificatif, en ce qui concerne, notamment, les finances et pourtant, ce sont des milliards qui se sont envolés pour une destination inconnue des services de l’Etat. C'est le cas de cette enveloppe de 15 milliards contactée par le trésor public, à la Banque islamique de développement. Une somme qui serait versée dans le compte d’un des responsables du Fesman par l’ex-ministre des Finances, Abdoulaye Diop. Des enquêtes menées par l’Inspection Générale d’Etat laissent apparaître un scandale financier énorme dans lequel, deux hauts responsables chargés de la gestion du Fesman sont impliqués.

L’audit démarré, sous le pouvoir de Wade, par l’IGE, a permis de découvrir un trou de 33 milliards. Une somme dont la destination reste inconnue. Les enquêteurs rapportent que ce sont 78 milliards de Fcfa, au lieu de 48 milliards, qui ont été dépensés pour l’organisation du Fesman dont plusieurs acteurs sont encore impayés.

Selon l’hebdomadaire la Gazette, l’IGE a transmis au président Macky Sall les résultats des investigations menées autour de la gestion du Festival mondial des arts nègres (Fesman). Dossier qui a été transmis au ministre de la Culture. Des dossiers chauds qui empêchent Youssou Ndour de dormir.

Piccmi.com

Vote des Français du Sénégal

Vote des Français du Sénégal

drapeau-français-2.jpg

L'antenne du consulat de France de Saly avait prévu des bus pour déplacer les français désirant voter dimanche.

Pour ce déplacement à Dakar, chacun devait donner une participation financière. Mais cette très bonne idée n'a pu aboutir pour cause d'assurance.

Les français désirant voter à l'antenne consulaire de Saly ne pourront voter que UMP (Il est à supposer qu'une personne sera là pour enregistrer des procurations).

Ceux qui ne votent pas UMP devront se déplacer à Dakar. Bien sûr, tout cela s'est dit dans le creux de l'oreille mais cette info a été captée par 2 canaux différents que l'on peut qualifier de sûr.

Info qui est d'ailleurs relayée sur le web depuis 2 ou 3 jours et qui, si elle s'avère exacte, ne manquera pas de soulever quelques protestations sur la petite côte. S'il en est ainsi sous d'autres cieux, le président sortant pourrait rafler bon nombre de suffrages alors que ses concurrents n'obtiendraient que peu de voix de l'étranger...

A Saly, on parle de scandale. Est-ce que Paris aura une oreille sur cette affaire?

Wade Junior dans le colimateur

Investigations sur les biens de Karim Wade en France

karim_wade.jpg

Les biens du fils de Wade font l’ objet de discrètes investigations selon le journal Enquête. Karim Wade possède, selon ces investigations, des biens immobiliers en France, dont une villa à Saint-Tropez.

Une information réfutée par un proche du leader de la GC. On évoque aussi le jet privé qui se trouve actuellement en France bien gardé dans un hangar de Dartre. Les enquêtes seraient très en avance selon le journal et toute l’ histoire devrait bientôt pouvoir être établie. 

Premières promesses tenues

Le Premier ministre Abdoul Mbaye a annoncé vendredi soir à Dakar une baisse sur les prix du riz, du sucre et de l’huile, a constaté un reporter de l’APS.

riz-senegal.jpg

Le kilo de riz ordinaire est arrêté à 280 francs contre 325 francs, tandis que le kilo du riz parfumé est à 435 francs contre 475 francs.

Concernant le sucre, le kilo sera vendu à 580 francs contre 690, alors que le litre d’huile est arrêté à 960 francs contre 1.200 francs.

‘’La mesure de baisse des prix de ces denrées de première nécessité est d’application immédiate’’, a-t-il précisé, à l’issue du conseil interministériel au Complexe King Fahd Palace de Dakar (ex-Méridien Président).

Récemment, le nouveau gouvernement sénégalais a tenu une réunion du genre consacrée à la baisse du coût de la vie, une des promesses du président élu Macky Sall.

Produits de grande consommation et sujets à des hausses régulières, le riz, le sucre et l’huile sont concernés notamment par le projet de baisse, en discussion avec divers acteurs.

20/04/2012

Où va Sall?

Billet de la semaine

macky_sall_senegal_2012_004_ns_600.jpg

Le climat politique au Sénégal reste tendu. C'est "Règlement de comptes à OK Corral". On découvre l'étendue des dégâts financiers et autres, héritage de Wade et des siens durant toutes ces années de gabegie. On parle encore des vols commis par la famille Wade et ses ministres avant la débâcle électorale. Ceux-ci se défendent maladroitement. On peut même lire un communiqué de l'ex président, dont il serait judicieux de virer le chargé de communication qui a du rater un épisode scolaire consacré à l'orthographe...
On retrouve, un peu partout, des voitures du parc automobile présidentiel, subtilisé après le verdict des urnes. Stockées dans des fermes ou saisies quand un haut responsable de l'état tente de muter un véhicule soit disant importé de Mauritanie...
En attendant, les caisses de l'état sont vides, autant que les greniers de près d'un million de Sénégalais dont on ne sait comment ils passeront l'hivernage...
Sarkozy vient d'octroyer un joli prêt à Macky Sall dont la première tranche devrait arriver en juin. A condition que Sarko gagne les élections françaises... Sinon, le choix de Macky Sall de faire "copain-copain" avec le mari de Carla Bruni risque de porter préjudice au Sénégal au cas ou Hollande devienne président...
Dans l'urgence de renflouer les caisses de l'état et de retrouver un partenariat fort avec la France, Sall a pris un risque. Ses bonnes intentions et sa volonté de transparence, de bonne gouvernance pourraient plaider en sa faveur au cas ou les socialistes arrivent au pouvoir dans l'hexagone. Sinon que sa visite, cette semaine, à l'Elysée risque de refroidir quelque-peu les relations avec la France et ses dirigeants si la majorité bascule.
Le Sénégal a toujours été très gâté par la France, très courtisé aussi. Wade a échoué dans sa tentative de faire basculer les alliances en faisant les yeux doux aux américains. Il n'a réussi qu'à engranger les milliards des asiatiques sans véritablement enrichir le pays de structures essentielles et efficaces. Ce ne sont pas des semblants d'autoroute, des grands boulevards, des statues et un aéroport dont a besoin le peuple du Sénégal. Mais de structures sociales, de travail, d'organisations fortes et pragmatiques.
Macky Sall va devoir éponger, puis repasser l'éponge sur des années de mauvaise et malsaine gouvernance. Pourra-il s'entourer de gens intègres sur le long terme, changer les mentalités, éviter l'écueil des mauvaises humeurs, des mauvaises alliances?

BR

19/04/2012

Sarko aide Sall

La France accorde un prêt de 130 millions d'euros au Sénégal

Sall-Sarkozy-m.jpg

La France a accordé au Sénégal un prêt de 130 millions d'euros mercredi à l'occasion de la première visite à Paris du président nouvellement élu Macky Sall, a annoncé Nicolas Sarkozy. Les deux pays ont aussi signé comme prévu un nouvel accord de défense.

La France a accordé un prêt d'aide budgétaire de 130 millions d'euros, dont la première tranche de 50 millions d'euros, doit être débloquée "fin juin", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais, à l'issue d'un déjeuner à l'Elysée.

Paris va aussi soutenir Dakar dans ses démarches auprès du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Union européenne (UE) pour obtenir le déblocage des crédits dont le pays a besoin, a précisé Nicolas Sarkozy.

De son côté, Macky Sall s'est félicité de cette aide budgétaire "importante" qui constitue un "gros ballon d'oxygène" pour le peuple sénégalais, a-t-il estimé, s'engageant à "mettre l'argent dans des choses utiles au développement économique et social du pays".

Le président sénégalais s'est aussi félicité de la signature du nouveau traité de partenariat de défense, qui "permettra de définir de nouvelles relations en matière de coopération militaire" entre les deux pays.

"Je voudrais surtout remercier la France parce que nous avons connu quelques turbulences, mais heureusement ça s'est limité au stade de turbulences", a-t-il ajouté, faisant référence aux violences pré-électorales qui ont frappé ce pas de très longue tradition démocratique. Au moins six personnes sont mortes dans des manifestations et émeutes liées à la candidature d'Abdoulaye Wade à sa propre succession, alors que la Constitution limite normalement les mandats présidentiels à deux.

Par ailleurs, MM. Sall et Sarkozy ont évoqué ensemble les gros dossiers régionaux, notamment la situation au Mali et en Guinée-Bissau.

Au Mali, après le coup d'Etat militaire du 21 mars et la démission du président renversé Amadou Toumani Touré, le 8 avril, les putschistes ont remis le pouvoir aux civils pour une période de transition devant mener à des élections. Profitant de la crise à Bamako (sud), des rebelles touaregs et islamistes armés ont pris le contrôle du nord du pays.

La situation "lie à la fois crise politique interne (...) et une situation de rébellion au Nord", avec une "incrustation d'AQMI" (Al-Qaïda au Maghreb islamique), a souligné Macky Sall, souhaitant "ne pas négliger aujourd'hui l'arrivée d'Al-Qaïda (...) aux portes du Sénégal". "Le Sénégal est devenu un pays de la ligne de front", a-t-il constaté, "d'où la nécessité de renforcer (la) coopération" et "l'échange d'informations" entre Paris et Dakar.

"C'est un sujet de préoccupation que l'activité terroriste dans cette région du monde", a confirmé Nicolas Sarkozy.

En ce qui concerne la Guinée-Bissau, ce pays frontalier du Sénégal, où s'est produit la semaine dernière un coup d'Etat militaire, "doit mériter le soutien de la communauté internationale", a insisté Macky Sall, se disant disposé à "appuyer fortement toutes les initiatives de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest)". "Nous condamnons le coup d'Etat sans aucune espèce d'ambiguïté", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Le président Sall a précisé qu'Amadou Toumani Touré se trouvait à la résidence de l'ambassadeur du Sénégal à Bamako.

NouvelObs

17/04/2012

La SAPCO dans le collimateur

Le Directeur Général de la Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO), NDIOUGA SAKHO dans le collimateur de L'IGE

sakho.jpg

Le neveu de l’ex-Président de la République, Me Abdoulaye Wade et non moins Directeur Général de la Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO), Ndiouga Sakho, est dans le collimateur des nouveaux hommes forts de l’actuel régime. Selon des sources sures, l’IGE vient de lâcher une meute d’enquêteurs pour voir clair sur la gestion…opaque de cet inamovible patron de la Sapco (2003-2012). A les croire, plusieurs gros cafards ont déjà été aperçus dans sa gestion de la boîte, comme la vente de terrains sur le littoral.

Kogne-Bi / Rewmi Quotidien

15/04/2012

Le Sénégal pillé

Macky Sall hérite d’un pays dans une situation économique catastrophique

wade (4) copier.jpg

Lors de son accession à la magistrature suprême en 2000, Abdoulaye Wade s’était réjoui d’hériter de 200 milliards de francs Cfa (environ 300 millions d’euros) d’Abdou Diouf dans les caisses du Trésor. Macky Sall ne peut malheureusement pas en dire autant.

« La République pillée », titrait ce vendredi Rewmi Quotidien. Le constat du journal est sans appel : « le défunt régime n’a rien laissé dans les caisses ». Depuis plusieurs jours, la presse sénégalaise se fait l’écho de l’état déplorable dans lequel le président sortant Abdoulaye Wade laisse le pays à son successeur. Et, chaque jour apporte son lot de révélations. « Le Sénégal est dans une situation extrêmement grave » et nécessite un « sursaut national », confirme Mbaye Ndiaye, un lieutenant du nouveau président nommé à l’Intérieur, jeudi à la sortie du premier conseil des ministres de l’ère Macky Sall.

De l’aveu même du président sortant Abdoulaye Wade, il ne reste plus un sou dans les caisses de l’État. « Si je quitte le pouvoir, deux mois après ce sera la grève des fonctionnaires qui ne seront pas payés », avait averti Abdoulaye Wade à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle en jouant sur les peurs de ses concitoyens pour être réélu. « La campagne menée contre moi a créé une situation qui a chassé les capitaux. Les investisseurs se sont retirés », disait-il, affirmant être le seul à pouvoir les faire revenir. Ses détracteurs soulignent que Wade a dépensé en trois mois la quasi-totalité du budget 2012 de la Présidence, tout comme nombre de ministres l’ont fait dans leurs départements. Les fonds politiques auraient eux été entièrement utilisés pour financer la campagne du président candidat.

Le Sénégal a un besoin « urgent » de 200 milliards de francs Cfa pour faire face à une situation « très tendue » de la trésorerie du mois d’avril, explique le porte-parole du gouvernement, Serigne Mbaye Thiam, lors de sa première conférence de presse vendredi après-midi. Amadou Kane, chargé de l’Économie et des Finances, raconte le porte-parole, a tenu à alarmer le Conseil des ministres sur « la situation financière très tendue de l’État, notamment de la trésorerie du mois d’avril où les dépenses seraient de l’ordre de 267, 568 milliards de francs Cfa contre des recettes budgétaires estimées à 118,073 milliards, soit un déficit de trésorerie de 149,492 milliards ».

« Un parc automobile sans automobile et des salons démeublés »

Des dettes donc, rien que des dettes. Mais pire, les dignitaires du régime libéral seraient, selon une expression bien connue, partis comme des voleurs. À la Présidence et dans certains ministères, l’argent s’est évaporé, le mobilier et le matériel informatique ont disparu et les véhicules se sont envolés y compris la fameuse berline noire immatriculée « PR » qu’empruntait Abdoulaye Wade… « Que retiendra-t-on, après son départ du palais présidentiel, sinon des fonds politiques raclés à fond, un parc automobile sans automobile et des salons démeublés ? », s’interroge le journal Le Quotidien. « Cleptomanie ou sabotage planifié au plus haut sommet de l’État ? », va jusqu’à se demander le site d’information Dakaractu.

S’agissant des véhicules volés, Aminata Tall, secrétaire générale de la Présidence, se ferait un malin plaisir de traquer en personne ses anciens camarades du Parti démocratique sénégalais (PDS). « Les personnes ayant acquis, à titre gratuit, des véhicules de la présidence de la République, qu’ils soient immatriculés ou non, sont priées de se présenter auprès du Secrétariat général de la présidence de la République, dans les 72 heures », stipule un communiqué publié vendredi. (…) Passé ce délai, la présidence de la République se réserve le droit de les faire immobiliser définitivement, et par tout moyen. » La veille, la ministre de la Justice, Aminata Touré, avait également menacé les voleurs de la République. « Je lance un appel à ceux qui détiendraient un bien de l’État, de les restituer aussi vite que possible parce que des enquêtes seront menées et les biens de l’État seront restitués », a-t-elle prévenu, précisant que des objets de valeur ont disparu à la Présidence comme à la résidence du Sénégal à Paris. « À la présidence, il n’y a plus de véhicules au point que le président de la République, lors de son déplacement le week-end dernier, a dû utiliser son véhicule personnel », a-t-elle confiée.

Macky Sall, qui a fait de la réduction du train de vie de l’État son cheval de bataille durant la campagne électorale, a d’ores et déjà annoncé une batterie de mesures pour renflouer les caisses. Parmi elles, la suppression des agences « dont la nécessité ne s’imposent pas », la vente de l’ancien avion de commandement « la Pointe de Sangomar », l’arrêt des voyages en première classe, l’inventaire des immeubles cédés dans des conditions irrégulières et la suppression des 687 lignes téléphoniques répertoriées à la Présidence. Rien que pour la facture de téléphone, l’ardoise laissée par l’ancienne équipe s’élèverait à 500 millions de francs Cfa (plus de 760.000 euros).

Afrik.com

Il faut trouver 200 milliards

DEFICIT DANS LE BUDGET DE L’ETAT 

Le gouvernement du Sénégal à la recherche de 200 milliards de francs Cfa

blanchiment_cfa.jpg

Le gouvernement de Macky Sall est dans une très mauvaise passe. En effet, après la disparition mystérieuse de matériels et d’importantes sommes d’argent au Palais, l’Etat du Sénégal a renseigné, hier, le porte- parole du gouvernement, Serigne Mbaye Thiam, a un besoin urgent de 200 milliards de F Cfa pour faire face aux nombreux problèmes que rencontre le pays. «Il y a un besoin actuellement urgent au niveau de l’Etat de 200 milliards de francs Cfa», a déclaré Serigne Mbaye Thiam, en marge du point de presse qu’il a animé pour faire part à l’opinion publique du communiqué du premier Conseil des ministres de l’ère Macky Sall. D’après lui, cet argent va leur permettre de faire face à une situation financière de l’Etat très tendue. Serigne Mbaye Thiam a rappelé les propos tenus par Amadou Kane, ministre de l’Economie et des Finances, lors du Conseil des ministres. À l’en croire, ce dernier a «appelé à l’attention du Conseil sur la situation financière très tendue de l’Etat, notamment de la trésorerie du mois d’avril où les dépenses seraient de l’ordre de 267,568 milliards de FCfa contre des recettes budgétaires estimées à 118,073 milliards, soit un déficit de trésorerie de 149,492 milliards». Dans sa lancée, M. Thiam a informé que les besoins urgents de trésorerie de l’Etat du Sénégal se déclinent de la façon suivante : «65 milliards pour le dérapage compensation tarifaire au niveau de l’électricité, 30 milliards d’engagements des nouvelles autorités pour la réduction des denrées de première nécessité, 3,5 milliards pour les vivres de soudure, 15 milliards pour les semences, 15 milliards pour les engrais, 2 milliards d’aliments de bétail, 5,6 milliards masse salariale, 33 milliards moins value de recettes». Avant d’assurer que «le gouvernement dispose de pistes pour résorber les difficultés de trésorerie du mois d’avril à partir notamment de souscriptions de bons du Trésor». Il a, en outre, signalé que sur ces 200 milliards recherchés, des bailleurs de fonds comme le Pam, la Fao et l’Union européenne se sont engagées à mobiliser au profit de l’Etat 35,5 milliards pour le monde rural. Aussi, «la pointe de Sangomar», par les soins du ministre de l’Economie et des Finances, «sera mise à la vente pour combler ces manquements dans

le budget de l’État. Au demeurant, le porte-parole du gouvernement a fait comprendre que «l’État donnera le signal en procédant à un réaménagement budgétaire à hauteur de 90 milliards dont les 45 milliards seront prélevés sur le budget de fonctionnement et 45 autres milliards sur le budget d’investissement, tout en veillant à ne pas toucher aux projets porteurs de croissance».

Mously NDIAYE

14/04/2012

Promesse tenue: relance du marché automobile d'occasion

Macky Sall fixe à 8 ans la limite d’ âge des véhicules de tourisme

944180.jpg 

Le président de la République, Macky Sall, a fixé désormais à huit ans au lieu de cinq, la limite d’âge pour l’importation de véhicules de tourisme suivant un engagement pris avec les émigrés sénégalais, rapporte le communiqué du Conseil des ministres, réuni jeudi à Dakar.

‘’Il (Macky Sall) a signé le décret n° 2012-444 modifiant celui n° 2001-72 du 26 janvier 2001 relatif à l’importation des véhicules, cycles et cyclomoteurs usagés. Ce décret fixe désormais à huit ans au lieu de cinq (ans) la limite d’âge pour l’importation de véhicules de tourisme’’, note le communiqué rendu publique vendredi.

M. Sall avait promis lors de sa campagne électorale de lever la mesure d’interdiction des véhicules âgés dès son arrivée au pouvoir. ‘’Des véhicules de plus de 10 ans circulent aux Etats-Unis et en Europe. Pourquoi, ces véhicules ne peuvent-ils par rouler au Sénégal ?’’, disait-il.

Cette mesure a été prise par l’ancien régime du président Abdoulaye Wade, dans un souci de renouveler le parc automobile en vue de protéger l’environnement contre les émanations de gaz à effet de serre provenant des pots d’échappement des vieux véhicules.

Cependant, la mesure a été dénoncée par les émigrés installés en Europe et aux Etats-Unis, dont ce fut le filon. Mais, le gouvernement était resté ferme, soutenant même que sa décision avait fait progresser les ventes de véhicules neufs sur le marché domestique.

APS

13/04/2012

expat' au Sénégal

Expat blog

DSC_3114.jpg

Expat blog est une plateforme participative dédiée aux expatriés et futurs expatriés. Le site se base sur l’expérience des expatriés à travers le monde pour aider ceux qui vivent hors de leurs frontières ou qui souhaitent tenter l’aventure.

Expat blog fournit gratuitement conseils et informations sur la vie à l’étranger : vie pratique, formalités, visas, éducation, coût de la vie… Les thèmes abordés couvrent l’ensemble des préoccupations des expats et de ceux qui s’apprêtent à partir.

Expat blog en chiffres :

Plus de 410 000 membres dans le monde entier

1.8 million de visiteurs par mois

206 pays et 400 grandes villes

2,800 membres enregistrés au Vietnam

L’emploi et le logement sur Expat blog

Au départ, Expat blog était une plateforme de blogs d’expatriés. Au fil de son développement, le site a grandi et de nouvelles fonctionnalités ont fait leur apparition. Les dernières en date ? Deux nouvelles rubriques : Emploi et Immobilier.

Elles aideront aussi bien les futurs expats dans leur installation que les expats déjà installés qui souhaiteraient changer de logement ou explorer de nouvelles opportunités d’emploi.

Comment ça marche ?

Emploi au Sénégal : http://www.expat-blog.com/fr/emploi/afrique/senegal/

1.Je choisis mon secteur d’activité mon métier (plus de 100 métiers et secteurs répertoriés)

2.Je crée mon CV ou je décris le poste proposé : descriptif du poste, compétences, langues, type de contrat…

Immobilier au Sénégal : http://www.expat-blog.com/fr/immobilier/afrique/senegal/

1.Je sélectionne le type de logement correspondant à mes critères

2.Je remplis mon annonce : descriptif du logement, superficie, nombre de pièces, charges incluses, parking…

L’annonce est alors accessible à l’ensemble des membres d’expat-blog.com !

Une section Petites annonces est également disponible pour tous les aspects de la vie quotidienne : achat et vente, véhicules, animaux, et bien plus...

11/04/2012

Un ex président de haut vol...

La Résidence de Paris vidée de ses voitures comme la Présidence à Dakar

Sénégal 

Après notre article d’hier sur « la fortune cachée des Wade à Paris », une panique générale s’est installée dans le camp des prête-noms de Karim à Paris. Ils ont aussitôt réagi. Nos sources sont formelles.

Pour la première fois, la dizaine de voitures du parking Haussmann Berry dans le 8ème arrondissement de Paris sont sortis hier et en même temps. Aux environs de 14 heures dans la journée du 10 avril, L’homme de confiance de Karim, Olivier.M se présente avec les chauffeurs types, Nicolas (le chauffeur de Mme Wade), Jérôme (le second chauffeur de Karim), Marc et Patrick (les chauffeurs de liaisons).

Les cinq personnes sortent les cinq premières voitures dont la célèbre « Merco » qui est une Mercedes dernier cri qui transporte le Président. Il est immatriculé en CD500. Donc une voiture du Sénégal. Deux Peugeot 607, une Mercedes 400 Blue Hybrid et une Scénic suivent. « Ils sont revenus 1h plus tard pour sortir encore 5 autres voitures » révèle notre source.

10 voitures de luxe déplacées en même temps dont une qui est uniquement réservée au Président du Sénégal sans que les autorités diplomatiques ne soient informées, est un déplacement suspect. D’ailleurs ce véhicule est sous la responsabilité de Olivier.M qui n’est pas un agent de l’Ambassade.

Complice ou pas, notre Ambassadeur à Paris qui est au courant des véhicules du Sénégal conduits par des agents extérieurs devra expliquer à Macky où sont passés les voitures. Ce dernier qui sera à Paris dans une dizaine de jours pourra se retrouver sans véhicule. Nous y reviendrons avec les immatriculations précises des voitures qui ont pris une destination inconnue.  

Leral.net

article d'hier:

La fortune cachée de Karim, Sindiély et Viviane Wade en France.

Depuis la perte du pouvoir par Maître Abdoulaye Wade, les langues se délient et les sources révèlent les fortunes cachées de la famille Wade qui sont éparpillées entre les voitures, les villas et les actions en bourse. De la famille modeste qu’elle était en 2000 lors de l’alternance, elle est devenue une des familles les plus riches de Versailles.

Elle possède pavillons, hôtels particuliers et appartements gérés par deux sociétés immobilières. Il s’agit de la Société civile immobilière (Sci) Yakaar qui se trouve au 27, avenue Pierre 1er de Serbie 75 016 Paris et de la Sci Synka domiciliée au 13, avenue de la Haye 78 000 Versailles. Le nom de la Sci Synka porte les prénoms de Syndiély et Karim. Ces deux sociétés ont pour activité principale l’achat et la location de terrains et d’autres biens immobiliers. Et sur les documents d’immatriculation, la gérante se nomme Aïda Syndiely Rose Wade et sa seule et unique associée est Madame Viviane Madeleine Vert Wade. A sa création le 16 décembre 2004, dans un bureau de notaire sis à la rue de l’Orangerie à Versailles, les deux Sci qui avaient commencé avec un capital inférieur à 10.000 euros, se retrouvent avec un capital supérieur à 300.000 euros en 2008 et plus de 500.000 euros en 2010 avec des avoirs gigantesques. 3 appartements dans le 16ème, 2 luxueux pavillons dans un domaine résidentiel à la périphérie de Paris vers Marly la forêt. Et tout ceci, c’est sans compter avec les appartements individuels des chacun d’eux. Wade conserve toujours son vieil studio à la rue des Ternes dans le 17ème arrondissement de Paris, Karim a un 4ème étage, à lui tout seul, à la rue Victor Hugo dans le 16ème, Syndiéli à son appartement à l’avenue Pierre 1er de Serbie 75 016 Paris au-dessus de la Sci Yakaar.

Les voitures de la famille Wade ont été achetées sur le budget du Sénégal via les fonds politiques de la présidence qui transitaient par l’Ambassade du Sénégal. Mais le propriétaire des véhicules sur les cartes grises n’est ni la République du Sénégal, ni l’Ambassade du Sénégal mais un certain O.M. Pouillet. Cet homme se trouve être l’homme de main de Karim. C’est lui qui a convoyé Karim dernièrement à Monaco. Il est à la tête d’un parc de voitures luxueuses qui sont garées dans le parking Haussmann Berry sis à la rue de Berry dans le 8ème arrondissement. Dans ce parking, sur plusieurs sous-sol, Monsieur O.M.Pouillet possède des Mercedes S400 Blue Hybrid, toutes immatriculées dans le 75 c’est-à-dire dans la ville de Paris et non en corps diplomatique (CD). Donc les voitures appartiennent à Monsieur O.M.Pouillet. Et figurez-vous qu’aucun sénégalais ne travaille dans cette entreprise individuelle de Karim. Tous les chauffeurs sont français. Et c’est pour éviter les fuites d’informations.

Il y a aussi la société Image.S qui appartient à une française, est la société qui vulgarise l’image de Wade en France et dans le monde. Cette société qui a un budget de 140.000 euros par mois payés par le Sénégal, est basée non loin du Consulat du Sénégal à Paris dans le 16ème arrondissement de Paris. Pendant la campagne, une française se tenait toujours aux côtés de Wade. Elle se nomme Marie-Luce. Elle règle les interviews de Wade et Karim dans les journaux français. Un système banal de fax et de revue de presse chaque jour envoyés à l’Ambassade et à la présidence qui coûtent au Sénégal toute cette fortune. C’est cette même sociétés qui a pris des actions de Edf et Gdf suez en bourse en 2004 et qui valent aujourd’hui plus de 2 millions d’euros. Une société de communication qui vaut son pesant d’or pour une famille Wade en or.

10/04/2012

Un grand coup de balai

Nettoyer le Sénégal

sall-2-6cbc1.jpg

Alors que le nouveau président, Macky Sall, continue sa tournée des congrégations religieuses, ce qui constitue, hélas, une continuité incontournable au Sénégal, il doit faire face à l'urgence de décisions qu'attend le peuple. S'il savait qu'on l'attendrait au pied du mur dès le lendemain de l'élection, Sall ne devinait pas à quel point Wade avait, non seulement, miné le pays de dettes, de magouilles et autres évidences "bananières", mais également pillé le palais présidentiel et autres biens de l'état. Outre les meubles, tapis, tableaux, matériel de captations et autres objets, Maître Wade et ses sbires ont fait disparaître quelques 600 véhicules automobile!
On découvre tant de rapines que Wade serait désormais interdit de séjour dans les lieux, les biens de l'état, partout dans le monde. Il pourrait, en effet, faire le tour des propriétés du Sénégal, comme par exemple à Paris, pour poursuivre ses vols manifestes...
Youssou Ndour a confié la gestion de ses sociétés à un administrateur général et à son fils. Prudente initiative au cas le le ministre à double casquette ne ferait pas long feu sur la scène politique. En attendant, malgré quelques reproches et railleries sur son baguage scolaire, il y a une forte adhésion, un réel espoir de la part du peuple mais surtout de la plupart des artistes du Sénégal. Au niveau du tourisme, on attend fébrilement que You annule les surtaxes aéroportuaires de Wade and Co. Il y a urgence en la matière, le tourisme se meurt au pays de la téranga. Il faudra mille autres mesures mais celle-là est urgentissime!
Le seul ministre qui fasse réellement l'unanimité mondiale, c'est Aidar! Sa nomination est interprétée comme la plus judicieuse qui soit!
En attendant, le Sénégal attend la fin des scandales mis à jour, les audits sur Karim et consort et une réelle, une rapide refonte du pays vers un mieux-être, une gouvernance correcte. Si le Sénégalais a, dit-on, le temps, que "demain est toujours un autre jour"...il est urgent de mettre en place toutes les promesses de ce gouvernement. Le pays sort ruiné des années Wade, à tous points de vue. Et, prier ne suffira pas à redresser ce pays magnifique.

BR

09/04/2012

It's Time to You

Youssou Ndour n’est pas sur-diplômé, il est talentueux

422448_395104393840327_100000223082260_1833512_1623091341_n.jpg

Depuis la nomination de Youssou Ndour comme ministre de la Culture et du Tourisme, une certaine bien-pensance dakaro-dakaroise (la capitale, s’entend) voudrait nous faire croire que l’un des plus célèbres Sénégalais (il a fait la une de Times magazine) n’est pas assez outillé intellectuellement pour gérer le département que lui a confié le nouveau Premier ministre du Sénégal, Abdoul Mbaye. Pourquoi ? Parce que l’enfant de la Médina, banlieue toujours populaire, n’a pas fait d’études. Un commentateur de la RTS 1 s’est permis de préciser que You n’a pas fini son cycle primaire. Soit. Youssou Ndour n’a pas été studieux, mais il est talentueux, le bonhomme. Sa carrière musicale est jalonnée de réussite, à croire que le succès ne l’a jamais quitté, depuis qu’il a claqué la porte du Star Band de feu Ibra Kassé, le parrain de la « musique sénégalaise moderne ». Disques d’or, Grammy Awards..., il a quasiment raflé toutes les distinctions les plus prestigieuses.

Il a également réussi à exporter le Mbalakh avec notamment ses fameux Grands Bals à Bercy, lieu de spectacles en France qui n’est pas à la portée de tous. Et en toute logique, il a gagné beaucoup d’argent. Argent qu’il a investi dans son pays. Son groupe de presse Futurs Media et autre Jololi (la structure musicale) emploient des centaines de Sénégalais. Il est d’un professionnalisme à toute épreuve. Youssou Ndour est aussi un homme engagé qui sait réclamer ses droits. Or celui qui connaît ses droits sait forcément quels sont ses devoirs envers la société. Il a quasiment arraché des mains du régime de Abdoulaye Wade son autorisation d’émettre. Au moment de lancer sa télé et sa radio, le pouvoir a tenté de louvoyer un peu et de lui mettre la pression. « Ma foi, il y a un peu de pression, mais il y a la démocratie », a-t-il dit, au moment où il recevait Martine Aubry, alors candidate aux primaires socialistes, en visite à Dakar. Durant la récente campagne électorale sénégalaise, Youssou Ndour a inhalé des gaz lacrymogènes, essuyé des coups de matraques des policiers.

Il n’a pas reculé. Il aurait pu se dire, pour paraphraser le rappeur Booba : « fais chier cette effervescence politique, je reste seul avec mes millions ». En gros, au lieu de risquer ma santé, ma vie, je vais profiter de mon aisance financière. Ce ne sont pas les faits et gestes des méchantes personnes qui sont inquiétants, mais l’inaction des gens bien. Des personnalités bardées de diplômes ont été aux affaires avec le résultat calamiteux que l’on connaît. Le patron du Super Etoile n’est pas diplômé, mais il est talentueux. Il sait s’entourer de compétences pour bien gérer son business et surtout il impose le respect. De quoi d’autre avons-nous besoin pour redresser le Sénégal.

infosdusud.com/ferlo.com

06/04/2012

Ce que peut faire Youssou Ndour

Ce que peut faire Youssou Ndour

youssou_n_dour.jpg

Un ministre chanteur, un ministre patron de presse, de médias...
Que n'a-on déjà lu, entendu sur la nomination de "You" à la tête de deux ministères au Sénégal, celui de la culture et du tourisme?
Mélina Mercouri, Frédérick Mitterand, Bernard Tapie, Ronald Regan et tant d'autres ont d'abord été des artistes avant de s'engager en politique. Issu de la société civile, ce self made man qu'est Youssou Ndour n'a déja pas cette étiquette de "pourri politique" dont les abus d'autorité, les remplissages de poches et nominations copinardes sont les plus honteuses pratiques...
Le gouvernement de Macky Sall fait espérer beaucoup! Ali Aidar en est le plus extraordinaire exemple de "the best man at the best place"!
You a un aura international, c'est indéniable! Artiste connu et reconnu, on ne lui connaît aucun faux pas dans sa carrière et son investissement social et humanitaire de longue date est crédible, concret.
S'il sait s'entourer - et là est sans doute le piège - le pape du Mbalax peut orienter favorablement et dynamiser les différents secteurs culturels du Sénégal. Théâtre, cinéma, littérature, folklore et, évidemment la chanson!
Par ces biais, il peut attirer l'attention sur le Sénégal. La vie culturelle d'un pays, ses artistes, tous domaines confondus est une valeur ajoutée! La simple candidature de Ndour à l'élection présidentielle et sa nomination ministérielle ont engendré plus d'infos de par le monde que tout autre évènement au Sénégal!
Si ces infos, si ses artistes, si leurs réalisations rayonnent de par le monde: le monde viendra au Sénégal!
D'ou le "plus" de cette double casquette ministérielle. Culture et tourisme.
A condition que Youssou Ndour s'attaque très rapidement à quelques fléaux répulsifs:
Annuler les surtaxes inventées par Wade et fils pour financer le nouvel aéroport mais surtout pour remplir leurs poches personnelles. Former les acteurs de terrain pour acquérir une vraie compétence en matière d'accueil des touristes. Conscientiser la population à se comporter correctement, ne pas fondre sur les "toubabs" pour tenter de leur vendre tout, n'importe quoi à n'importe quel prix ou jouer sur la corde sensible d'une femme malade ou d'une mère déjà décédée 6 fois dans l'année...
Rénover les infrastructures, assainir les sites touristiques et surtout, oui, surtout rendre ce pays propre!
Même si c'est un combat de longue haleine, certains diront "perdu d'avance".
Il faut que le Sénégal soit présent sur les marchés internationaux, dans les salons du tourisme, dans des campagnes média,...mais il est impératif que le vacancier potentiel sache où il va et comment il doit, lui aussi, se comporter au Sénégal!
Si le tourisme balnéaire peut redémarrer, le tourisme dans l'intérieur des terres est à promouvoir tant le pays est intéressant. Si ce n'est que là aussi et là surtout, il ne faut pas abîmer l'écotourisme, abimer les populations et éduquer les candidats à la découverte!
Une double lourde charge pèse désormais sur Youssou Ndour. Qu'on lui donne les moyens, qu'il sache s'entourer sainement et évaluer en permanence les responsables, les acteurs de terrain et ce pays retrouvera son rayonnement culturel et touristique.

BR

Wade et sa femme ont dévalisé le palais présidentiel

"Moi, j'ai pris ça! Moi, un peu plus mais juste ça!"

20120327wade.jpg


Ils volent les meubles, les tapis et les tableaux,...

Grande a été la surprise de Macky Sall et de son épouse quand ils ont pris possession du palais le 2 avril, après avoir raccompagné Abdoulaye et Viviane Wade. La grosse batisse coloniale qui surplombe l'océan a été laissée totalement vide au nouveau couple présidentiel. Tous les objets décoratifs ont été pris.

A commencer par les meubles. Les fauteuils, tables, bibelots, chaises... ont été emportés. De même que les nombreux tableaux qui ornaient les longs murs du bâtiment. Même les moquettes ont été "dévalisées". Quand Macky Sall est arrivé au bureau présidentiel, il y a trouvé des moquettes sales qui venaient sans doute d'être sorties du magasin et d'y être installées.

Même le fauteuil du bureau a été remplacé par une chaise pour le moins inconfortable. Le nouveau locataire des lieux a été obligé d'acquérir sur le marché un nouveau siège sur lequel s'installer pour pouvoir travailler. 

Même le cheval en fer connu des habitués du palais, qui ornait le grand hall de la résidence, a été emporté par les Wade. Ces derniers ont déménagé avec tout ce qui faisait le charme des lieux.

Finalement, rien d'étonnant à cela si l'on analyse le parcours présidentiel de Wade et de sa famille. Ils ont pillé le pays depuis un certain 1er avril 2000. Alors, quand il se murmure qu'un poste prestigieux pourrait  être offert à New York, à ce vieux Saï-Saï de Wade, il y a de quoi se poser des questions sur le fameux audit réclamé contre lui et son fils. "Juste un état des lieux, pas une enquête" clame-on... En ayant fait l'état des lieux du palais, on a déjà tout compris!