09/10/2015

VOUS AVEZ DIT "TOURISME"

Décryptage du jour- Le Tourisme au Sénégal : un secteur qui peine à décoller

ambulant.jpg
Réputé pour être une des bonnes destinations dans la sous-région, le Sénégal, notre beau pays connaît un recul sur le plan touristique depuis quelques années.
Pourtant au lendemain de la nomination du chanteur, homme de culture et d’affaire, Youssou Ndour à la tête du ministère de la culture et du tourisme, la quasi-totalité du peuple Sénégalais avait poussé un ouf de soulagement. Cet espoir était justifié du fait que la personne de Youssou Ndour reflète la culture Sénégalaise.
Pour certains, il a accompli sa mission avant de céder la place. Alors que pour d’autres il n’a pas été à la hauteur des attentes des Sénégal qui espéraient le voir redresser ce qui était autre fois l’oasis du Sénégal.
De la maison des esclaves (Gorée) jusqu’au monument de la renaissance en passant par les parcs nationaux des oiseaux du Djoudj et du Niokolo-koba et de la grande mosquée de Dakar, tout semble délaissé.
Raison pour laquelle même tout récemment, les populations de la Casamance ont dénoncé les décisions infortunes du gouvernement sur le tourisme qui va de mal en pire dans cette région. Elles ont aussi déclaré le ministre du tourisme Abdoulaye Diouf Sarr persona non grata dans leur site.
Le Sénégal qui est un pays riche de par son histoire et ses terres, devait avoir un secteur touristique beaucoup plus florissant. C’est sans doute ce qu’a constaté l’Etat du Sénégal qui a décidé de supprimer le visa pour mieux attirer les touristes.
Mais malgré ce geste symbolisant la volonté du Président Macky Sall, notre économie souffre à cause du manque de recettes dans le secteur touristique. Alors que ce pays comme beaucoup de pays devait se baser sur ce secteur pour booster son économie.
Paradoxalement le Sénégal se réclame pays de la ‘‘TERANGA’’ qui veut dire terre hospitalière, alors qu’il perde de jour en jour ses visiteurs. Cependant rien n’est encore perdu, si les autorités mettent les moyens qu’il faut pour faire revivre les sites avec plus de visibilité et de commercialisation, le Sénégal peut redevenir une des destinations favorites des touristes.
Le secteur touristique est un facteur important pour l’économie d’un pays et l’Afrique étant l’un des continents les plus visités le Sénégal doit tirer son épingle du jeu si nous voulons goûter à l’émergence un jour.
El Bachir Mbacké Ndiaye/Senenews.com

Commentaires

Il faudrait apprendre dès l'école qu'il ne faut pas accueillir les visiteurs étrangers en leur disant "toubab cadeau" avant toute chose !!
Une vraie et efficace scolarisation pour changer les mœurs : apprendre le civisme, la propreté, la politesse, le respect....etc
Peut être alors verrons nous le vrai visage de la "terranga"....

Écrit par : Eric | 09/10/2015

Répondre à ce commentaire

depuis 20 ans nous venont au senegal toujours les memes problemes
manque de proprete trop collant mais toujours avec beaucoup de gentillesse
tout les matin balade sur la plage de paradis au residence du port quelle desolation
de tout sur la plage une vrai decharge a ciel ouvert vous voulez que les touristes revienne
ALORS IL FAUT COMMENçAIT A FAIRE PROPRE avec tout les gents qui cherche du travaille

Écrit par : revol | 09/10/2015

Répondre à ce commentaire

les 2 premiers commentaires et tout est dit......

Écrit par : flopaty | 10/10/2015

Répondre à ce commentaire

Souvent sur les forums les gens sont négatifs, oui il y a des défauts mais aussi bien des qualités, ils faut ce donner la peine de les voir.

Écrit par : domi | 11/10/2015

Répondre à ce commentaire

Nous sommes négatifs, parce que nous avons vu s'écrouler le tourisme, la fermeture des hôtels et des milliers de travailleurs du secteur qui ont perdu leur travail. Un visa imbécile qui nous a tué, son élimination n'est pas preuve de retour des touristes, le mal est fait. Un turn-over de ministres du tourisme non professionnels (4 ministres en 3 ans) sans action concrète dans le temps. Une promotion de la destination inexistante. Un aéroport sauveur qui n'arrive pas à se terminer et qui tourne au ridicule. Des taxes et des prix toujours aussi chers (2 fois plus cher qu'au Cap-Vert et 3 fois plus cher qu'au Maroc). Marmara est parti, Fram a arrêté ses vols charters hors vacances scolaires et veut vendre son Framissima, les Européens se barrent. Le million d'Américains de You ne sont pas venus ? les 3 millions de Chinois de Macky ne sont pas venus ? Les promesses de protection des plages contre l'érosion côtière non-tenues, les 2 digues de Saly sur les 9 promises = où sont les 7 autres et le fric pour les construire. La sapco inefficace, voire inutile. Nos plages sont dévastées, les rues sont sales et les poubelles pas ramassées. Les sites touristiques historiques délabrés et abandonnés, en particulier les bâtiments colonialistes ? Les touristes vont sur internet et ils savent dans quel état est le pays. Pas attractif du tout !
Malgré les dénonciations incessantes des maux qui font fuir les touristes et sans volonté de faire des efforts pour arrêter cette hémorragie, les sénégalais continuent la pratique du virus HAST : Harcèlement, Arnaques, Saleté, Talibés qui gangrènent les derniers touristes. Même les habitués résidents vendent et s'en vont car maintenant, on s'en prend à leurs personnes et à leurs biens. La progression des vols et du banditisme dans les journaux est alarmante. Il n'y a plus de sécurité et de respect pour le toubab qui est considéré comme un portefeuille à plumer par les uns et un sale colonialiste du passé pour les autres, avec une dérive islamiste sévère de nos puissants religieux à leur encontre. Le toubab mécréant et infidèle, coupable de la misère, est maudit dans les daaras.
De plus, nous excellons toujours dans nos 2 sports nationaux : La CORRUPTION, un petit billet pour le policier qui t'arrête sans raison, pour pouvoir repartir. Et la MENDICITE généralisée avec effectivement le "Toubab cadeau", plus fréquemment "Toubab, t'as pas 2 €uros". Enfin, La triste présence des petits talibés mendiants dans les rues à partir de 4 ans, n'est pas perçue par les touristes comme une phénomène religieux socio-culturel, mais un crime contre l'humanité appelé esclavagisme moderne d'enfants qui ne les font plus revenir. Désolé, des qualités, je n'en vois plus. Le vrai visage de la Terranga n'a pas bonne mine et son tourisme est à l'agonie par notre faute.

Écrit par : issa gibb | 12/10/2015

Répondre à ce commentaire

Après lecture de vos commentaires sur de nombreux articles,Issa Gibb,je vous félicite !
Mille merci !

Écrit par : Eva-Bettina Garnier | 12/10/2015

Un grand MERCI Issa Gibb tout est dit..... avec lucidité,il serait tellement facile de faire revenir les touristes,il faut juste s'en donner les moyens!!!!! mais le veulent-ils vraiment?

Écrit par : eddy | 12/10/2015

Vous voyez, que du négatifs. J' avais bien dit. lol

Écrit par : domi | 13/10/2015

Répondre à ce commentaire

J'allais enfin positiver, en disant que les autoroutes étaient une réussite et une bonne chose pour le développement du pays. Un fort atout pour les déplacements, le commerce et le tourisme. Pas de chance, une passerelle toute neuve s'est effondrée. Ils ont du encore minimiser la sécurité de la construction pour s'en mettre plein les poches. Cela me rappelle la route de Kaolack qui a fini, pleine de trous. Ou l'audit canadien sur le nouvel aéroport qui révèlent de nombreuses malfaçons, repoussant son ouverture à ? ? ? Désolé d'être encore négatif, mais pourquoi tout foire dans ce pays ?

Écrit par : issa gibb | 15/10/2015

Répondre à ce commentaire

Retour au commentaire du 11/10. point positif l' AUTOROURE, la passerelle n'est qu un détail sur l'ensemble de l'investissement. Pour l'aéroport dank dank..

Écrit par : domi | 15/10/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.