10/10/2015

LUTTE CONTRE LE GRAND BANDITISME A SALY

LA MUNICIPALITE SONNE L’ALERTE
10487494_681596721915488_823546619202559982_n.jpg
La commune de Saly-Portudal a décidé d’en finir avec la question de l’insécurité. Une réunion regroupant le préfet Ousmane Kane et l’adjoint au sous-préfet de Sindia a servi de prétexte au maire Ousmane Guèye pour revenir sur des actes et faits de grand banditisme. Un renforcement des moyens humains et matériels de la gendarmerie, une  diligence dans la construction du poste de police de Saly-Portudal et la collaboration avec les forces de sécurité sont retenus pour faire face au grand banditisme et à la délinquance.
Les populations de la petite côte sont de plus en plus confrontées à une situation d’insécurité. En effet, plusieurs cas de braquage, de vol à main armée, de cambriolage et de tentatives de viol sont notés ces dernières semaines. Face à cette menace, les délégués de quartier ou délégués du maire, les imams et notables ont convenu de parler de la cybercriminalité, de la drogue, de la prostitution et des facteurs criminogènes. Lors d’une rencontre organisée à cet effet, les notables et délégués du maire ont demandé à l’autorité administrative de voir la situation des résidences devenues de hauts lieux de perversion avec le tournage de films pornographiques et le trafic de drogue de toute sorte.
Selon le maire de Saly, la recrudescence du banditisme est à chercher dans la masse d’inconnus, des sans-travail, des sans domicile et des occupants des bâtiments en construction, en plus des locataires n’exerçant aucune activité professionnelle. Des locataires qui, selon des témoignages, ne sortent qu’à la tombée de la nuit et ne rentrent qu’au lever du jour. Ousmane Guèye a traduit les préoccupations de plusieurs habitants en disant tout haut ce que les administrés pensent tout bas. Il se désole des dizaines d’enfants squattant les alentours des grands réceptifs hôteliers pour des connexions Wifi.
A l’en croire, ces mineurs apprennent, à travers le net, des choses qui ne sont pas honorables et pouvant conduire à des situations déplorables. Certaines agressions sont surprenantes car le modus operandi des bandits montre que ce sont des gens qui connaissent là où ils opèrent ou bien ont des complices. En atteste la précision de leurs actions délictuelles. D’une manière générale, les participants ont convenu de collaborer avec les services  de sécurité et forces de l’ordre pour donner des informations.
La situation des bars et autres débits de boisson près des lieux de culte a été soulevés. L’imam Abdou Rahmane Faye, conformément aux enseignements du Prophète (Psl), invite à lutter par des actions concrètes, à dénoncer ou à refuser systématiquement dans son intimité. Selon lui, chaque fidèle, guide est un berger et sera appelé à répondre de la manière dont il a conduit des gens sous sa responsabilité. Par conséquent, il a invité les fidèles à respecter les règles de bon voisinage et de vie communautaire. Il a invité chacun à balayer devant sa porte et de participer au développement de la cité.
Samba Niébé BA/Sudquotidien

Commentaires

Donc il faut fermer les bars et les boites de nuit (les restaurants aussi s'ils ne sont pas halals), interdire la vente d'alcool, interdire la prostitution, interdire l'usage de la wifi et de l'internet !!...
créer un vrai monde de bisounours bien islamisés !!!.....de quoi faire venir de nombreux touristes ....
mais et les talibés ? on en parle toujours pas ? on interdit pas les marabouts non plus ?....

Écrit par : Eric | 11/10/2015

Répondre à ce commentaire

Je suis tout à fait d'accord, des imams qui font encore de la politique et nous demandent de balayer devant notre porte. Les problèmes de banditisme sont une affaire d'ordre de sécurité publique. Pourquoi des religieux siègent dans les affaires publiques, qui les a élus pour gouverner et décider de nos problèmes. Alors qu'ils tiennent en esclavage des milliers d'enfants talibés. Qu'ils refusent la modernisation des daaras et l'éducation des talibés. Qu'ils refusent le modernisme du pays en général pour garder leurs privilèges éhontés. Les premiers bandits du pays sont ces pourris qui opiumisent le pays et le peuple et nos gouvernants qui sont leurs complices pour nous tenir dans la misère et l'ignorance, avec les dégâts du banditisme, via la petite délinquance qu'ils ont créé avec les enfants des rues. Tant que ces pourris siègeront dans les décisions politiques du pays, nous ne pourrons pas avancer et nous développer. Certains imams demandent dans leurs prêches, le retour à la peine de mort. De vrais hommes de Dieu ? prêchant le retour à la loi du talion, dignes d'une marche vers une république islamique. Sénégal ! prend garde à toi. Ils nous endorment doucement, mais sûrement. Tout homme qui se prétend intermédiaire entre Dieu et le peuple est un escroc, dont un bandit !

Écrit par : issa gibb | 11/10/2015

Répondre à ce commentaire

religion et politique a separer d'urgence !!!!!!!

Écrit par : flopaty | 13/10/2015

Répondre à ce commentaire

il suffit de se tenir place des Bouguinvilliers à saly entre 22 h et 6 h du matin, une horde (des centaines) de bana bana, de harceleurs, d'ambulants, de pickpokets, de voyous en tous genre, sales agressifs, à l'affut du toubab en permanence. Dans les boites de nuit à saly il n'y a pratiquement plus de toubabs environ à peine 0,5 %, ces établissements sont pleins de jeunes sénégalais et sénégalaises (c'est bien ainsi). les toubabs ne peuvent plus circuler dans cette cité à risques envahie par des hordes locales chassant le touriste. il n'y a plus de trottoir tout est envahit par des tables et des antiquaires. la sécurité est douteuse les attaques sont légions, la peur règne. Les toubabs résidents (c'est la richesse de saly) ne sortent plus, vu les risques, ils subissent le racisme et la xénophobie. L'argent est facile à saly, on quitte la campagne pour ce secteur argenté. Les Week end, depuis 1 an, les dakarois et libanais ont remplacé en masse les touristes et font un peu tourner le commerce local. Durant ces week end les agresseurs parasites et baye-fall locaux ont de nouveaux clients à se faire.
C'est sale, les wc sont "la voie publique". Quand à la soit disant prostitution ce n'est que quelques dizaines de femmes (dans la misère) œuvrant avec les locaux, par rapport à d'autres pays ce n'est rien du tout et pas significatif. Les cambriolages de villas c'est 3 par semaine en moyenne, les agressions c'est tous les jours surtout à la Somone.
A noter que quand la gendarmerie arrive, tout ce beau monde disparaît comme une volée d'oiseaux en quelques secondes, en général ils en embarquent chaque fois une dizaine sans papiers en général. Il faut être solide et aguerri pour sortir à saly en soirée, cela demande du courage et de l'expérience.
Les hôtels sont presque tous fermés, beaucoup de villas sont à vendre (c'est le moment d'acheter) , le peu de touristes qui reste s'enferme dans les hôtels ou on leur débite une fausse culture locale et des soirées tam tam assourdissantes et sans intérêt etc etc.
Cité touristique ou les restos ferment à minuit, ou les interdits religieux sont légions, ou la sécurité n'est plus assurée, les plages inexistantes et inaccessibles aux touristes car envahies par les antiquaires et chasseurs locaux. Les prix pour le blanc sont 3 fois plus que pour les locaux (mais ce n'est pas du racisme!). Les taxis presque tous clandos sont dangereux et bons pour la ferraille et leur chauffeur incompétent prétend qu'il est protégé par son marabout ce qui implique qu'il ne risque rien et peut faire abstraction du code de la route. Il n'a pas de permis en général et le contrôle technique c'est un petit billet, en fait tout cela se résume en 15 points : Incivisme, irrespect, illégalité, obscurantisme et fanatisme religieux primaire, analphabétisme, corruption, incompétence, laissez-faire des autorités, saleté-insalubrité, risque, maraboutisme d'état, xénophobie, orgueil-fierté, certainisme, arnaques.

Écrit par : cox23569 | 27/10/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.