24/10/2015

OUVERTURE DE LA SAISON TOURISTIQUE EN CASAMANCE

Tourisme en Casamance : La saison s’ouvre le 1er novembre
cap-skirring-tourisme.jpg
La saison touristique 2015-2016 sera ouverte le 1er novembre en Casamance, avec son lot de problèmes liés essentiellement au transport aérien et au fait que cette région méridionale du Sénégal soit toujours considérée comme une zone en rouge.
Les acteurs touristiques souhaitent que l’Etat trouve des solutions idoines à l’acheminement des touristes. Le président du syndicat d’initiative et du tourisme, Augustin Diatta, rappelle que la compagnie nationale Senegal Airlines, qui faisait quotidiennement la navette Dakar-Ziguinchor, Dakar-Cap Skirring, n’a plus d’appareil. « Actuellement, renseigne-t-il, c’est Transair (un avion de 17 places) qui assure chaque jour la navette Dakar-Ziguinchor ». Cela lui paraît insuffisant et l’inquiète pour le transport des touristes. Nostalgique, le président du syndicat d’initiative et du tourisme en Casamance se souvient : « Il y a six ans, nous avions 7 vols internationaux Paris-Cap Skirring ou Milan-Cap Skirring. Et aujourd’hui, on en a que 2 vols affrétés par le Club Med ». Augustin Diatta avertit que si cette saison encore, le problème du transport aérien n’est pas résolu, les acteurs touristiques risqueront d’avoir une année difficile pour l’acheminement des touristes en Casamance.
Pour le coordonnateur de l’Office de tourisme de Casamance, Modou Diouf, l’Etat doit faire en sorte que l’acheminement, aux niveaux national et international, des touristes qui souhaitent venir visiter la Casamance, soit assuré. Il estime que cela permettra de relancer le tourisme, de manière générale, et de sortir les acteurs touristiques de la Casamance « du diktat du Club Med ». D’après lui, en Casamance, quand on parle de la saison touristique, c’est en fonction du premier et dernier avion du Club Med. M. Diouf déplore que le tourisme en Casamance reste lié en grande partie au Club Med, « qui, fait-il remarquer, est une entreprise privée, qui fixe les dates qui l’arrangent pour démarrer et terminer la saison ». A l’en croire, si le Club Med impose les dates d’ouverture et de fermeture de la saison, c’est parce qu’il est présent à tous les niveaux de la chaîne de valeur du tourisme : le transport (acheminement des touristes par vols directs, Paris-Cap Skirring), l’hébergement (il a l’un des plus grands hôtels du Sénégal) et la restauration ».
Modou Diouf préconise qu’une compagnie nationale prenne en charge les préoccupations du tourisme en Casamance ou l’Etat autorise des compagnies qui en ont fait la demande. « Comme XXL », renseigne-t-il. L’autre ennui des acteurs touristiques du sud du Sénégal, c’est la destination Casamance « qui, d’après Augustin Diatta, est déconseillée par la France, parce que définie comme une zone en rouge ». Si cela continue, à son avis, la promotion du tourisme en Casamance ne sera pas possible. « Aujourd’hui, on ne peut pas développer une destination touristique sans ouvrir le ciel, en laissant venir les charters ». M. Diatta soutient qu’il ne servira à rien, si on règle le problème du transport aérien d’un côté et que de l’autre, on déconseille aux gens de ne pas venir en Casamance.
Néanmoins, les acteurs touristiques préparent la saison avec beaucoup d’espoir. Ils estiment que la région recevra plus de visiteurs que l’année dernière. Selon le président de leur syndicat d’initiative, en 2014/2015 toutes les réservations avaient été annulées, à cause de la maladie d’Ebola. « Il n’y a eu que deux hôtels à la station balnéaire du Cap-Skirring (La Paillotte et le Club Med) qui ont pu résister. Les autres hôtels n’ont pas eu de clients ». L’impact négatif de la crise économique mondiale sur la saison n’a pas été occulté. Avec la suppression du visa biométrique, on espère également qu’il y aura plus de touristes en Casamance, par rapport à la saison passée. Par ailleurs, les acteurs touristiques attendent toujours la mise à niveau des hôtels, promise par le président de la République.
Moussa SADIO/LeSoleil

Commentaires

ceux qui veulent vraiment aller en casamance n'ont qu'a passer par la gambie !!!!!

Écrit par : flopaty | 25/10/2015

Répondre à ce commentaire

DAKAR ZIGUINCHOR en voiture fait un long trajet ,surtout pour une semaine.

Écrit par : oyster | 25/10/2015

Répondre à ce commentaire

J'ai pris le bateau à Dakar 20H, le lendemain midi j'etais à Ziguinchor. Cap skirring n'est plus loin.
En cabine 2 places, prix resident 26.000 p/ pers, bon confort.

Surtout ne pas aller en voiture, bac penible et longue attente, visa gambien.

Casamance magnifique, aucun danger, même au Nord de Ziguinchor vers la Gambie, controles tres frequents ( au Nord ) et le blanc avec bagage ciblé, mais toujours bon enfant. Anecdote, acheté 10 kg de miel à Kafountine, norme UE, bagage systématiquement visité, bon, ca se comprend.

Écrit par : rico | 25/10/2015

Répondre à ce commentaire

Pour la remise à niveau des hôtels en Casamance promise par le Président de la République ? Il faudra attendre encore un peu. Le Président est très occupé avec la construction de l'autoroute de Thiès à Touba. Puis, il y aura la campagne présidentielle en 2017. Donc, si vous votez pour lui et qu'il est réélu, Ok ! pour la remise à niveau des hôtels en Casamance pour 2018, si il s'en souvient bien sur. Le carnet de promesses est plein jusqu'en 2025. Et puis, la Casamance, c'est très beau, mais c'est trop loin. le Président veut aussi un tourisme d'affaires et de luxe à Dakar et des centrales d'élimination des ordures et des déchets de la Tabaski. Il ne peut pas être sur tous les fronts, le pauvre homme....Courage à vous, la belle Casamance.

Écrit par : issa gibb | 26/10/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.