01/11/2015

SALY, C'EST "LA CHANSON DES VIEUX AMANTS"

"Saly, c'est la chanson des vieux amants"
saly.JPG
Jacques est sociologue à ses heures, installé sur le Petite Côte sénégalaise depuis près d'un quart de siècle.
Ce n'était pas un interview mais une rencontre un peu fortuite, un face à face dont nous avons retenu l'analyse, la quintessence.
Huit mois par an au pays des baobabs, il observe ses compatriotes "toubabs". Tant dans leur comportement sur place, dans leurs conversations que dans ce qu'il lit sur la plupart des sites, des forums et autres réseaux sociaux. Il nous a autorisé (et validé) à diffuser cet article.
"Je t'aime, moi non plus"
"Quand j'entends, quand je lis l'amertume des touristes devenus résidents, propriétaires, investisseurs de cœur et/ou de business, je ne peux m'empêcher de faire un parallèle flagrant avec une relation amoureuse.
Ceux qui ont franchi le cap de venir et d'aimer - j'exclus ceux qui ont fuit une destination mal appréhendée - sont, comme on dit au Québec, tombés en amour.
Bien évidemment, tout le monde sait qu'il faut se méfier des coups de foudre, sinon que, souvent, j'ai constaté cet aveuglement merveilleux. Pour une façon de vivre, un endroit, un enfant, une famille, une qualité de climat, une cause, une sexualité facile et mille autres déraisons.
Autre critère, sain et magnifique au départ, est cet émerveillement de constat qu'il est possible, encore, de vivre autrement que sous nos latitudes occidentales fanées à beaucoup d'égards.
Souvenez-vous d'un premier amour! Souvent foudroyant! Une passion. Puis, s'il n'a pas volé en éclat le lendemain, viennent, petit à petit les sentiments vrais, réfléchis, posés, raisonnables.
Je raccourci les étapes mais, arrivent ensuite l'habitude, la tendresse certes mais une certaine lassitude parce-qu'aussi les défauts apparaissent. Ceux qu'on acceptait par amour deviennent difficiles à vivre jour après jour. Le typiquement typique commence à énerver. Le "c'est comme ça au Sénégal" également.
Une déception, un accrochage, une difficulté sociale, administrative. Les différences commencent à se faire jour. Les mœurs, l'éducation, la culture, les traditions, le rythme.
Puis, un jour, même si l'on a crié gare, c'est le clash, le ras le bol.
Le divorce, la séparation douloureuse.
On s'en va, on quitte. Pour ceux qui savent le faire. Financièrement s'entend. Souvent un bien immobilier, un investissement reste comme un boulet, une ancre indécrochable au vu de la dégradation touristique, entre-autres.
Alors, les amants se déchirent. Il n'est rien de plus cruel qu'un amour déçu.
La chanson d'Aznavour, "tu t'laisses aller" trotte également souvent dans la tête.
Il reste des souvenirs, de la tendresse, une envie que ça reparte. Des reproches qui ne sont finalement qu'un besoin que l'autre redevienne ce qu'il a été; au temps du bonheur.
L'amertume, le rejet se porte autant sur un plagiste que sur un président de la république. Tout y passe! Même la mauvaise foi.
La même, sans doute que celle des sénégalais qui se replient dans le déni et la dénonciation d'un racisme, d'une époque coloniale que souvent ils n'ont pas connue, quand une relation délicate se produit.
Blancs et locaux oublient toujours qu'il demeurera encore longtemps une différence d'appréhension de tout!
C'est une richesse mais aussi un mur, parfois.
La vraie sagesse africaine n'est souvent qu'un leurre. Tout comme la croyance qu'ont les blancs de tout savoir, tout connaître. Tout mieux faire.
Souvent, ces toubabs oublient qu'ils ont, au départ, aimé ce pays parce qu'il ne ressemblait pas au leur! Avec l'usure du temps, la découverte des tares, ils commencent à vociférer les rengaines surannées: "Chez nous les routes sont belles, chez nous c'est propre, chez nous ça ne se passerait pas comme ça,..."
Si l'interlocuteur local répond: "Alors, retourne dans ton pays"... quoi de plus logique en somme!?!
La phrase "qui aime bien châtie bien" m'a toujours énervée. Elle est pourtant souvent l'ultime ponctuation pour expliquer l'attitude de reproches permanents des anciens amoureux déçus.
Je terminerai par ceux qui sont heureux, sereins dans leur villégiature, leur retraite, leur pays adopté et d'adoption. Plage, brousse, bistrot, business ou tout autre activité, voire passivité. rares sont ceux qui revendiquent le titre de "sénégaulois. Ils sont simplement intégrés, dans l'acceptation de la vie qu'ils ont choisi.
On n'a pas à juger un couple qui tient. Malgré tout.
La chanson des vieux amants de Jacques Brel trotte dans la tête..."

Commentaires

Je n'aime pas non plus le titre de Sénégaulois.

Écrit par : riki | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

etoui une Belle vérité triste pour tous nous et le Sénégal...rien est fait pour le touriste dans les travaux ,route,aéroport pas fini;et les ordure.;en plus:courage cella un jour propre et vive le retour des touriste mes Belges et divers...

Écrit par : BARBAIX | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

etoui une Belle vérité triste pour tous nous et le Sénégal...rien est fait pour le touriste dans les travaux ,route,aéroport pas fini;et les ordure.;en plus:courage cella un jour propre et vive le retour des touriste mes Belges et divers...

Écrit par : BARBAIX | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

etoui une Belle vérité triste pour tous nous et le Sénégal...rien est fait pour le touriste dans les travaux ,route,aéroport pas fini;et les ordure.;en plus:courage cella un jour propre et vive le retour des touriste mes Belges et divers...

Écrit par : BARBAIX | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

es ist Traurig und richtig ..doch ich persönlich bin vor 26 Jahren der sterilen angeblichen sauberen Welt entflohen ...um wieder das Lachen zu lernen und das fühlen der Menschlichkeit...ich habe viel gelernt hier auch wenn es mitunter schwer war und ist...lebe ich doch besser mit meinen Senegalesischen Menschen..als in der Welt ohne lachen ....Danke dafür das ich bleiben darf ....

Écrit par : gudrun erdmann-kamara | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

Ja in Senegal herrscht eine schöne Lebensfreude, die zu sehen und, trotz der Armut und der Schwierigkeiten des Lebens zu teilen ist.

Écrit par : Candide | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

Oui au Sénégal règne une joie de vivre belle à voir et à partager, malgré la pauvreté et les difficultés de la vie.

Écrit par : Candide | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

Wao tout ça est bien vrai mais quand même, pour ceux qui ont connus ou connaissent d'autres pays d'Afrique, on ne peut nier que le Sénégal avec tout les atouts qu'il a en potentiel, c'est malheureusement gâché et re-gâché, chaque année un peu plus, hélas. Par exemple, le pays des Tswanas, magnifique, hyper bien géré et entretenu le Botswana on en parle peu, deux millions d'habitants, grand comme la France, un niveau culturel et de vie rare en Afrique et son voisin, une fois et demi la France et aussi deux millions d'habitants, géré et entretenu à l'allemande, remarquable d'efficacité à tous les niveaux, la Namibie reste une exception... Alors si "eux" le font, pourquoi le Sénégal ne le ferait il pas ?

Écrit par : Marco Latino | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

Tout cela est à nuancer : il y a trois catégories de "toubabs" au Sénégal : les touristes (qui ont de bonnes raisons d'être exigeants vu le prix des billets et des séjours), les résidents ou semi résidents (amoureux du pays ils tiennent à profiter de leur "investissement" dans de bonnes conditions et sont les plus soumis aux tracasseries administratives, dommage s'ils se sont trompés de destination....) et puis les "mixtes" ceux (comme moi( qui sont mariés avec une ou un sénégalais) et là je peux vous affirmer que la vision du Sénégal est fondamentalement différente : d'une part parce qu’il y a la famille (du conjoint local) et la façon de profiter du pays : vacances intégrées et même carrément immergées, assistance permanente des autres membres de la famille devant l'adversité...enfin un monde sénégalais avec un autre visage ou la "téranga" n'est pas forcément intéressée... ). Tout ceci n'excuse pas bien sûr la saleté, l'hypocrisie, ou la malhonnêteté, mais ça malheureusement ça existe aussi dans tous les pays du monde avec plus ou moins d'ampleur.

Écrit par : Eric | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

Non Eric, dsl, " la saleté, l'hypocrisie, ou la malhonnêteté " n'existent pas dans tous les pays du monde comme au Sénégal ... grâce à Dieu ! Tes propos démontrent simplement que tu n'as pas voyagé, ou très peu...

Écrit par : Marco Latino | 01/11/2015

Désolé Marco Latino mais même en France il y a des endroits dégeu et dans pas mal de pays autour de la méditerranée entre autres....quand a l'hypocrisie et la malhonnêteté il est pas forcément nécessaire de voyager très loin pour la rencontrer !!
Faut arrêter de tirer à boulets rouges sur le Sénégal systématiquement ou alors tirer vous loin et bon vent.

Écrit par : Eric | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

désolé pour moi je suis très bien au senegal il faut tous savoir gérée êtres bien dans ca tête est sur tous a voir vécu autre Jose la françe pour moi c'est la désolation avec le gouvernement que nous avons vive le senegal

Écrit par : montalbano | 01/11/2015

Répondre à ce commentaire

L'image est pertinente. Dans un couple il faut du donnant donnant c'est comme cela que ça marche.

Écrit par : olivier | 02/11/2015

Répondre à ce commentaire

Là j valide donnant donnant sinon rien

Écrit par : Amy | 14/11/2015

je suis né en Afrique, j'aime ce continent ,aujourd'hui je suis au Sénégal et depuis 20 ans mais là ça devient insupportable, étant résident,j'ai a coeur d'avoir des papiers en règle et bien avc le nouveau cadastre et les nouveaux numeros de parcelles que des ennuis rien ne va jamais allongez les khalis alors que tout était en ordre avant ce changement de numérotation la mairie de Saly ne fait rien dans le bon sens alors on a beau dire ici c'est Sénégal il ne faut pas pousser c'est lassant rien ne va jamais

Écrit par : chees | 02/11/2015

Répondre à ce commentaire

Le Sénégal est bien
Sans toute cette saleté, la nonchalance et autres.
Oui ça pourrait être un merveilleux pays.
5 mois que j'ai déposé un document à signer, j'attends toujours.
Déplacements, téléphone toutes les semaines . Rien.
Je suis née en Afrique et je parle couramment le wolof.
C'est pas gagné.

Écrit par : lola diolla | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.