06/11/2015

DE NOUVELLES ECOLES HÔTELIERES

délocalisation de l’école hôtelière
portrait-momar-diop-cuisinier-L-f1li9f.jpeg
Le ministre Maïmouna Ndoye Seck a annoncé, hier, un projet de délocalisation de l’école nationale de formation hôtelière et touristique (Enfht). Le ministre du Tourisme et des Transports aériens était en visite dans cet établissement.
Le secteur touristique occupe une place importante dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent. Pour accompagner la nouvelle politique touristique, le gouvernement du Sénégal a prévu d’importants moyens.  C’est pourquoi, à la suite de sa visite de prise de contact, le ministre du Tourisme a révélé qu’au regard des ambitions de développement du secteur, l’école nationale de formation hôtelière et touristique devra être délocalisée pour répondre aux normes et standard de formation. Maïmouna Ndoye Seck a précisé que dans un premier temps, l’école va être réhabilitée en attendant sa délocalisation en plus de l’ouverture des trois autres établissements à Ziguinchor, Saint-Louis et Diamniadio. Le ministre du Tourisme qui a écouté les différents acteurs de l’établissement a promis de trouver des solutions aux nombreuses difficultés et interpellations.
Dans la présentation de son établissement, le directeur Amdy Sène a fait un diagnostic où il a noté une baisse de la qualité des prestations consécutive à la vétusté et l’inadaptation des locaux, la vétusté du matériel pédagogique, l’insuffisance des moyens financiers et une offre de formation peu diversifiée. Amdy Sène a aussi reconnu l’inadéquation entre formation et besoins du secteur à cause de l’obsolescence des programmes. La  nouvelle concurrence des 22 écoles et instituts de formations dans les métiers du tourisme et de l’hôtellerie  n’a pas facilité les choses pour cet établissement qui a formé la plupart des cadres du secteur.
Dans sa stratégie de développent et ses perspectives, la direction de l’école compte assurer une formation en réseau par l’accroissement de l’offre de formation de qualité sur la base de l’extension du dispositif de formation en créant de nouveaux établissements dans les pôles touristiques régionaux afin d’augmenter les capacités d’accueil. La réforme des curricula selon l’Approche par les compétences (Apc) et l’implantation de programmes adaptés sont aussi dans les projets de la direction de l’école nationale de formation hôtelière et touristique (Enfht). Concernant les filières de formation, il est envisagé l’ouverture de nouvelles filières de formation supérieure de niveaux Licence et  Maîtrise.
Mbaye Sarr DIAKHATE/Lesoleil

Commentaires

Monsieur le nouveau ministre du tourisme, avant de créer 3 nouvelles écoles hôtelières, il faudrait avoir des touristes. Du moins, être sur qu'ils reviennent, car ils se sont barrés et le secteur touristique est à l'agonie, pour ne pas dire mort. Des écoles d'hôtelières sans touristes, c'est une idée lumineuse. Mais ces nouvelles dépenses nous seront-elles utiles et pas démesurées par rapport à la situation économique du pays. On n'arrive pas à finir l'aéroport, on n'arrive pas à finir nos autoroutes, nos plages sont dévastées par l'érosion...Notre pays n'est pas un exemple de propreté, le traitement des déchets est défectueux au plan national... L'intégrisme religieux est dans nos murs et ce n'est pas sécurisant pour le tourisme...Est ce vraiment le moment de dépenser de l'argent dans 3 nouvelles écoles hôtelières. La priorité n'est-elle pas de terminer ce qu'on n'arrive pas à finir et assainir ce qui existe déjà...

Écrit par : issa gibb | 11/11/2015

Répondre à ce commentaire

Remarques parfaitement sensées ! Mais sont-elles censées être lues et comprises en haut lieu ? Dans le secteur touristique on part dans tous les sens depuis un bon bout de temps. Et finalement on tourne en rond, comme le chien qui se mord la queue, sans avancer d'un pouce.
[jeu de mots pour un avenir touristique en jeu]

Écrit par : Candide | 11/11/2015

Les commentaires sont fermés.