13/11/2015

LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SENEGAL

Vague d’arrestations d’imams pour apologie du terrorisme

4808946_3_b9d9_la-grande-mosquee-de-dakar_6dddb18d6a34115efa1abe837d368ccb.jpg

Les autorités sénégalaises s’engagent dans une campagne contre les imams et prêcheurs qui font l’apologie du terrorisme. Trois imams ont été arrêtés et placés sous mandat de dépôt le vendredi 6 novembre. Des imams accusés d’actes de terrorisme, menace de complot, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux et association de malfaiteurs.
Arrêtés il y a deux semaines à Kaolack, Rufisque et dans la banlieue dakaroise par la section de recherche de la gendarmerie, les imams ont été inculpés pour leur proximité avec des milieux djihadistes. Il leur est également reproché d’avoir tenu des propos incitant au terrorisme au cours de prédication hebdomadaire, après la prière du vendredi. Ce coup de nettoyage dans le milieu des imams et autres prêcheurs s’inscrit en droite ligne d’une vaste opération de prévention du terrorisme religieux
Lancée depuis le début du mois d’octobre par le gouvernement sénégalais, cette opération a permis l’arrestation d’une trentaine d’imams et de prêcheurs. La première arrestation est intervenue le 9 octobre dans la région de Kolda, au sud du pays, avec l’interpellation de l’imam Ibrahima Sèye, par ailleurs professeur au lycée Alpha-Molo-Baldé de Kolda. Il lui a été reproché de faire l’apologie du terrorisme, mais également d’avoir traité lors d’un sermon les présidents Macky Sall, François Hollande et Barack Obama de « mécréants profanateurs de l’islam ».
Des documents saisis qui font l’apologie du terrorisme
Le 27 octobre 2015, l’imam Alioune Ndao de Kaolack, également secrétaire exécutif régional de la Ligue des imams et prêcheurs du Sénégal, est lui aussi arrêté. Il s’en est suivi l’interpellation de six de ses proches dont l’imam Mamadou Ndiaye de Rufisque et l’imam Youssou Ndiaye, ainsi que Coumba Niang et Marième Sow, deux religieuses au discours jugé radical.
Tout serait parti de l’arrestation de Diokhané un présumé terroriste interpellé au Nigeria. L’enquête menée par la police nigériane a révélé que M. Diokhané, arrêté le 3 novembre à la frontière du Nigeria, entretenait des relations étroites avec des djihadistes de Boko Haram et assurait la coordination avec certains imams au Sénégal. Une perquisition effectuée par les gendarmes sénégalais chez les imams concernés a permis aussi de découvrir des documents qui font l’apologie du terrorisme. Suite à ces arrestations, la Ligue des imams et prédicateurs du Sénégal a très vite souligné que « l’Etat peut agir pour prévenir et éradiquer le terrorisme autrement que par la répression ».
Au sein de l’opinion sénégalaise, les avis sont divergents, même si les populations condamnent unanimement le terrorisme. Aïssata Bâ, tête voilée la trentaine révolue, estime que la place d’un imam n’est pas en prison. Foncièrement contre les actes de banditisme, Aïssata Bâ demande qu’une enquête sérieuse soit menée pour éviter que les imams soient sacrifiés à l’autel d’une lutte contre le terrorisme dictée d’ailleurs. « La population n’acceptera pas une chasse à l’homme qui cible les imams pour satisfaire des lobbies et autres puissances occidentales. Les imams ont une grande responsabilité sur la gestion du pays, ils font parties des socles sur lesquels repose le Sénégal », souligne-t-elle.
Le Sénégal est composé à 90 % de musulmans qui pratiquent un islam modéré porté par plusieurs confréries. Les plus en vue sont la Tidjania, dont le fondateur est Cheikh Ahmed Tidiane Chérif, érudit de l’islam (1150-1230 de l’Hégire), et le Mouridisme fondé par le Sénégalais Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), théologien, juriste musulman et soufi.
Journaliste traitant des questions de religion, Matèle Bocoum pense qu’il faut savoir raison gardée. Faire la promotion d’un islam radical ne signifie pas forcément être un djihadiste. « L’islam a ses règles et ses préceptes qu’il faut respecter et dire en tant que tels. A mon avis, il faut aborder cette question avec beaucoup de sérénité et ne pas jeter l’opprobre sur une frange de la population », précise-t-elle.
« Un islam modéré et tolérant »
Enseignant à l’Institut des droits de l’homme et de la paix de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, Aynina Diop préconise une gestion responsable de la question pour éviter les dérives. Il avertit que « l’islam pratiqué au Sénégal est certes confrérique mais il est modéré et tolérant. Il faut le préserver à tout prix ».
L’imam Youssou Sarr, secrétaire général adjoint de la Ligue des imams et prêcheurs du Sénégal, association à laquelle appartiennent des imams arrêtés, dit attendre que la justice fasse son travail. Il souligne par ailleurs que le problème de fond de la lutte contre le terrorisme touche à la géopolitique. « Il faut combattre le problème en prenant des mesures sécuritaires de vaste envergure et ne pas commettre l’erreur de cibler une partie de la population. »
L’imam reconnaît toutefois, qu’au Sénégal, il existe effectivement des imams proches de certains milieux djihadistes et qui véhiculent ce genre d’idéologie. Il estime que les imams doivent avoir aujourd’hui une bonne maîtrise de la géopolitique pour mieux faire face aux défis qui interpellent la pratique de la religion. « Il est important de développer cette dimension de l’imamat qui appelle à plus de discernement, car si les imams se préoccupent seulement du culte, il y a des risques de s’embourber », précise Youssou Sarr.
Amadou Ndiaye/Le Monde Afrique/Dakar

Commentaires

Que "les populations condamnent unanimement le terrorisme" est une bonne chose, le peuple Sénégalais étant plutôt pacifique.
"Le Sénégal est composé à 90 % de musulmans qui pratiquent un islam modéré porté par plusieurs confréries": très bien, l'encadrement semble digne de confiance.
"Matèle Bocoum pense qu’il faut savoir raison gardée. Faire la promotion d’un islam radical ne signifie pas forcément être un djihadiste" : effectivement, mais attention tout de même ! la frontière entre radicalisme et intégrisme semble bien fragile.
"Aynina Diop préconise une gestion responsable de la question pour éviter les dérives. Il avertit que « l’islam pratiqué au Sénégal est certes confrérique mais il est modéré et tolérant. Il faut le préserver à tout prix »" : absolument d'accord, il faut le préserver à tout prix.
"L’imam Youssou Sarr dit attendre que la justice fasse son travail. « Il faut combattre le problème en prenant des mesures sécuritaires de vaste envergure et ne pas commettre l’erreur de cibler une partie de la population »'' : absolument ! c'est bien en ce sens que sont menées les actions de l'Etat Sénégalais qui veille à protéger la population et à maintenir la paix intérieure.

Écrit par : Candide | 14/11/2015

Répondre à ce commentaire

Je voudrais suivre l'évolution de cette derive

Écrit par : Callet | 15/11/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.