04/12/2015

BONNE NOUVELLE POUR LA CASAMANCE

Transports aériens Dakar-Ziguinchor : un avion de 50 places arrive pour casser le prix

aeroport de ziguinchor.jpg

Depuis la mort programmée de Sénegal Airlines, c’est Transair qui a le monopole du ciel Sénégal pour quelques destinations. ce jeudi, le ministre du Tourisme et des Transports aeriens, annonce que L’Etat du Sénégal va mettre en place un avion de 50 places pour la desserte Dakar-Ziguinchor, d’ici à la fin du mois de décembre.
Ce, pour pallier le coût exorbitant du prix du billet d’avion pour rallier le sud du pays.
«La petite capacité de l’avion, qui assure la desserte Dakar-Ziguinchor, est à l’origine du prix élevé du billet d’avion. Mais entre le 15 et et le 20 décembre courant, un avion de 50 places sera mis en circulation. Du coup, le prix connaitra une baisse », a annoncé Maimouna Ndoye Seck, qui répondait aux questions des parlementaires du sud.
En effet, ces dernies ont estimé le prix du billet d’avion très cher. En plus, il faut des réservations de deux à trois semaines pour pouvoir avoir de la place. Cette annonce de la ministre du Tourisme et des Transports aériens vient enlever une épine des pieds des populations du Sud. Car avec ce nouvel avion d’une capacité supérieure par rapport au premier appareil, «3 vols sont prévus dans la semaine», a assuré la ministre.
Le président de la Chambre de commerce de Ziguinchor, Pascal Ehemba, exhorte, la semaine dernière l’Union nationale des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal (Unccias) à mettre en place une compagnie aérienne privée, pour desservir correctement le Sénégal et la sous-région.
Lateranga.info

Commentaires

J'applaudis des deux mains pour ma casamance de choeur

Écrit par : Jo | 09/12/2015

Répondre à ce commentaire

Bizarre! la desserte Dakar Ziguinchor ou sens inverse que j'ai emprûntée en janvier et février était effectuée par un avion de 50 places au moins et non pas 10 places; l'avion était plein. Désolant comme tous ces hommes officiels ne semblent pas connaître la réalité du
terrain. Quant au prix du billet, il faudrait peut être avoir les pieds sur terre; on ne peut diminuer le coût d'un billet sans mettre en péril l'équation entretien avion/ personnel de bord/ prix du kérosène... Il faut réfléchir et arrêter de rêver.

Écrit par : PDP | 10/12/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.