15/12/2015

LES RECYCLEURS DE PLASTIQUE

Au Sénégal, faire du plastique une nouvelle source de revenus

c3066f86-dbfb-417b-aee0-0457ed893fd1.jpg.520x400_q85_crop-50,50_upscale-1.jpg

À Dakar, on développe des trésors d’ingéniosité pour recycler le plastique localement
Pas facile de lutter contre la pollution quand on a peu de moyens. Avec beaucoup d’imagination, une Sénégalaise cherche à transformer les problèmes en solution.
À Dakar, on développe des trésors d’ingéniosité pour recycler le plastique localement
À Dakar, les déchets en plastique s’entassent dans les décharges, se répandent dans l’environnement et empoisonnent la faune. Une fatalité ? Pas pour Mame Ngoné Diba. Cette ingénieure spécialisée dans les énergies renouvelables cherche à faire de ces déchets de nouveaux matériaux.
Son idée : transformer ces plastiques… en dalles. Des jeunes du quartier sont chargés de collecter les emballages. Un moyen pour eux de gagner un peu d’argent, tout en faisant une action d’utilité publique. Les déchets sont alors fondus, mélangés avec du sable et transformés en carreaux. « On peut s’en servir comme revêtements de sol, de toiture ou de trottoir », explique la jeune femme.
Avec le mouvement Avaaz, dont elle est une représentante active au Sénégal, Mame Ngoné Diba souhaite désormais étendre ce type de collecte. Dans le pays, l’eau est de plus en plus souvent vendue dans de petits sachets en plastique. Son projet consiste à demander aux jeunes de les rapporter une fois vides, pour éviter toute pollution. « Ces sachets seront utilisés pour fabriquer des carreaux et refaire le sol de leurs collèges ou de leurs lycées », détaille-t-elle.
Il y a quelques semaines, avant le lancement de la COP21, Mame Ngoné Diba a coordonné la marche sur le climat de Dakar. Pour elle, « 80 % des habitants ne sont pas conscients des problèmes climatiques ». Mais on peut les sensibiliser à ces questions par des actions concrètes : « Il faut favoriser une économie verte qui s’appuie sur cette dynamique de créativité. »
Carine Mayo/National Geographic

Les commentaires sont fermés.