23/12/2015

JEMENFOUTISME DU PATRIMOINE

Journées du patrimoine : Des associations s'inquiètent du délabrement de certains édifices

8700406-13738153.jpg
Le collectif des associations du patrimoine au Sénégal a organisé, du 18 au 20 décembre, la première édition des Journées des associations pour le patrimoine (Jap) dans plusieurs villes historiques du pays. Cela a été l'occasion pour certains acteurs de la préservation du patrimoine national de pousser un cri d'alarme sur le délabrement avancé de nombreux bâtiments.
De vendredi à dimanche, s'est déroulée la 1ère édition des Journées des associations pour le patrimoine (Jap) destinées à sensibiliser chaque Sénégalais quant à la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel. Ces journées ont été organisées par le collectif des associations du patrimoine au Sénégal et se sont déroulées dans les localités de Dakar, Ouakam, Gorée, Rufisque, Saint-Louis et Podor. Elles ont pour objectifs de donner une image riche et positive du territoire, de montrer les différents facteurs d'attractivité économique et touristique et, donc, les opportunités de création d'emplois générés par la valorisation du patrimoine.
À l'occasion de la visite de l'île de Gorée dans le cadre de la Jap, la représentante du collectif des Associations du patrimoine au Sénégal, l'architecte Annie Jouga, nous a confié son inquiétude quant au délabrement avancé de hauts lieux de notre histoire coloniale et nationale. Elle craint que la ruine et le défrichement effacent à jamais des pans entiers de notre identité culturelle.
« On attend que l'on considère le patrimoine au sens large du terme. On ne veut pas que le patrimoine soit uniquement le Palais de la République et certains ministères. Pour que la population puisse se l'approprier, la seule manière est qu'on lui montre et qu'on lui explique la dimension historique du patrimoine au milieu duquel elle vit », a-t-elle expliqué.
L'architecte rappelle que l'île de Gorée n'est pas la seule concernée et redoute la disparition d'édifices éloignés et peu connus dans les localités de Saint-Louis et de Podor. Afin de réhabiliter le patrimoine national, elle prône une meilleure adaptabilité des programmes scolaires afin qu'ils mettent en avant la beauté et la richesse de certains sites historiques sénégalais : « Cela doit commencer à l'école. On sensibilise les enfants au drapeau et à l'hymne national, c'est une bonne chose. Mais il faut aussi le faire par rapport au patrimoine qui leur appartient et qui fait partie de leur identité. Comme l'instruction civique, il faudrait créer une instruction au patrimoine ».
De plus, Annie Jouga déplore depuis plusieurs années le manque de suivi et d’intérêt de la part des autorités étatiques sur ces questions.
« On aurait voulu que l'État nous assiste plus médiatiquement, notamment le ministère de la Culture qui, dans d'autres pays, aurait déjà pris en charge nos démarches de tentative de protection », a-t-elle ajouté. Elle invite donc tous les Sénégalais à s'approprier et à sauvegarder leur patrimoine qui peut être un réel vecteur de développement et qui peut donc contribuer à une meilleure qualité de vie.
LE SOLEIL

Commentaires

La langue francaise est le ciment de ce pays en dépit du fait que leurs ancêtres ne sont pas les gaulois!....
et sur son passé on peut alors étayer un avenir .

Écrit par : oyster | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

ciment ??? je dirais platre..ou même farine!

Écrit par : ndiaye | 23/12/2015

libre à toi de ne pas vouloir comprendre que nous aimons ce pays et biensur ses habitants ,reste que l'histoire de ce pays est gravé dans l'unité de tribus qui étaient en guerre depuis des lustres....(voir l'historique de Faidherbe Chaligny dans ton pays ..........)
et que le FRANCAIS permet une unité de compréhension ,il te suffit d'allumer RTS 1 pour ne pas comprendre les différents dialectes .....
donc il n'y a pas de platre à essuyer dans la continuation d'une indépendance acquise par un homme sage le pdt SENGHOR,et d'une république francaise compréhensive ."
Sans pour ma part porter un jugement je ne puis que relire le titre sur" le délabrement du patrimoine"depuis ......l'indépendance.
en restant courtois.
Georges.

Écrit par : oyster | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

le francais ciment de la nation senegalaise..qu'est ce qu'il ne faut pas entendre...
Non cher monsieur, la seule et unique langue qui peut prétendre jouer le rôle de "ciment" est incontestalement l'indétronable langue wolof.
Et le fait que la majorité, presque, ait "accepté" de parler ou comprennent à défaut cette langue dans un pays d'afrique noire multi-ethiniques cela reléve du miracle! Un don du ciel! On aurait pu faire come les togolais, ivoiriens, centrafricains, gabonais parler le francais même dans les bus hors de l'école et de l'adminitration. au sénégal c'est le contraire, dans l'administration c'est le wolof d'abord en priorité. Y a que l'école qui resiste..un peu quoique parfois...on se lache!
Pour le francais (écrit) on est un peu obligé vu l'histoire, mais c'est pas trop tard pour parler english because i think that talking english is more useful than using french.

Écrit par : ndiaye | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

Then, read English, write English, talk English, and get away from blogs written in french language. Nobody forces you...

Écrit par : cassandra | 23/12/2015

Répondre à ce commentaire

A l'attention de Ndiaye:
Bonjour,
Dans certain pays l"ANGLAIS est aussi le ciment ne vous en déplaise ( voir l'inde ..) ,et cela est ainsi !....
La relation FRANCO SENEGALAISE est bonne ,mais vous avez raison on ne peut plaire à tout le monde et manifestement ceci est votre cas sans par ailleurs en comprendre la raison?
Par ailleurs vos deux chaines de tv diffusent l'essentiel en FRANCAIS ( en dépit des infos en différents dialectes..) et rien n'interdit l'ANGLAIS ...
il en est de meme pour le MALI .

Le don du ciel étant de respecter l'autre dans toutes circonstances.

Écrit par : oyster | 24/12/2015

Répondre à ce commentaire

Le wolof n'est pas une langue ,mais un dialecte!!!!ne vous en déplaise

Écrit par : eddy | 01/01/2016

Répondre à ce commentaire

c'est ca..

"une langue est un dialecte avec une armée et une flotte".
Max Weinreich

on est d'accord

Écrit par : ndiaye | 01/01/2016

nb :il ne dit pas que le woloff est une langue ...
Simplement son désir est de faire table rase du passé en refusant l'historique de son pays ,et, de ne pas tenir compte du positif ,mais simplement de ce qu'il juge négatif sans un début d'argumentation pour étayer son jugement....
Enfin ,il ne représente pas la majorité des SENEGALAIS !

Écrit par : oyster | 01/01/2016

Répondre à ce commentaire

oh que si, la majorité des sénégalais preferent parler wolof, soyez pas sourds!
la langue francais c'est vrai était un butin de "guerre" (dixit senghor) malheurseument à l'agonie au sénégal et maltraité et chatié.
mais il n'est pas encore déclaré cliniquement mort au sénégal, il remue toujours avec quelques perfusions

Écrit par : ndiaye | 01/01/2016

C'est vrai que le Wolof est une langue internationalement connue, comme le sérère ou le alpoular, et qui facilite grandement les échanges commerciaux planétaires en ces temps de mondialisation... Non... je rigole là... (c'est juste le changement d'année qui m'inspire...). Alors Bonne Année à tous, en français, wolof, anglais, afrikaanns, allemand, italien, zoulou, belge une fois, thaï, russe, etc. sans oublier le chinois bien évidemment, ni le verlan of course !

Écrit par : Candide | 02/01/2016

Répondre à ce commentaire

Le woloff existe ,comme d'autres dialectes au SENEGAL avec le fait que la langue commune est bien le FRANCAIS .
Il ne suffit d'un article d'un journaliste pour déclarer que le FRANCAIS ne se pratique plus parce que ce dernier veut faire un "papier" ou qu'il manifeste son sentiment anti FRANCAIS ...
Kenavo et bonne année à tous;
Georges.

Écrit par : oyster | 02/01/2016

Répondre à ce commentaire

" langue commune est bien le FRANCAIS"
vraiment n'importe quoi!:!!!! on ne fréquente pas le meme seneal visiblement
bonané deweneti

Écrit par : ndiaye | 02/01/2016

Combien de mots français,sont utilisés en wolof !!!

Écrit par : chees | 03/01/2016

Répondre à ce commentaire

C'est exact : un tas de mots... une flopée... même le terme 'essencerie' est... d'essence française. Comment dit-on 'ordinateur' en wolof, 'téléphone, télévision, fourchette, voiture, avion, train, passe-montagne' (lol) ? Le FRANCAIS figure comme LANGUE OFFICIELLE dans la CONSTITUTION DU SENEGAL (article premier : La langue officielle de la République du Sénégal est le Français. Les langues nationales sont...[chercher à "Constitution du Sénégal"]), n'en déplaise à ce quidam qui écrit "on ne fréquente pas le même Sénégal visiblement"... On ne doit pas parler le même langage non plus, apparemment ! Et puis, peu importe après tout !!! L'essentiel est de se comprendre, et là, c'est une autre paire de manches...

Écrit par : Candide | 03/01/2016

Les commentaires sont fermés.