31/12/2015

VOEUX ET PROJECTIONS DU PRESIDENT

Réduction de son mandat : Mack Sall renonce au référendum et dévoile les grands axes de la réforme constitutionnelle

92ed754dd11845dd1def56d97c9ca9c7519848c5.jpg

Exit le référendum?! Le président Macky Sall va saisir le parlement et le Conseil constitutionnel pour précéder aux réformes institutionnelles en vue d’apporter des « innovations importantes » dans le fonctionnement des institutions de la République.
« Conformément à l’article 51 de la Constitution, je recueillerai, au préalable l’avis du Président de l’Assemblée nationale et celui du Conseil constitutionnel », a annoncé le chef de l’État que précise que le projet de révision constitutionnelle portera sur 15 points notamment. Il s’agit de la modernisation du rôle des partis politiques dans le système démocratique?; la participation des candidats indépendants à tous les types d’élections?; la promotion de la gouvernance locale et du développement territorial par la création du Haut Conseil des collectivités territoriales?; la reconnaissance de nouveaux droits aux citoyens : droits à un environnement sain, droit sur leur patrimoine foncier et leurs ressources naturelles?; le renforcement de la citoyenneté par la consécration de devoirs du citoyen?; la restauration du quinquennat pour le mandat présidentiel, y compris la question de l’applicabilité immédiate de la réduction à cinq ans du mandat de sept ans en cours?; le renforcement des droits de l’opposition et de son Chef?; la représentation des Sénégalais de l’extérieur par des députés à eux dédiés?; l’élargissement des pouvoirs de l’Assemblée nationale en matière de contrôle de l’action gouvernementale et d’évaluation des politiques publiques?; la soumission au Conseil constitutionnel des lois organiques pour contrôle de constitutionnalité avant leur promulgation?; l’augmentation du nombre des membres du Conseil constitutionnel de 5 à 7?; la désignation par le Président de l’Assemblée nationale de 2 des 7 membres du Conseil constitutionnel.
Parmi les quinze points figure aussi l’élargissement des compétences du Conseil constitutionnel pour donner des avis et connaître des exceptions d’inconstitutionnalité soulevées devant la Cour d’appel?; la constitutionnalisation des principes de la décentralisation et de la déconcentration?; l’intangibilité des dispositions relatives à la forme républicaine, la laïcité, le caractère indivisible, démocratique et décentralisé de l’Etat, le mode d’élection, la durée et le nombre de mandats consécutifs du Président de la République.
seneweb News

Commentaires

Bonjour. Présidente de l'association Â.U.D.A.C.E qui œuvre au Senegal dans le domaine de l'éducation, sante..â Warang., NIANING, Yayeme, Rufisque, Pikine est ce quil est possible de figurer sur votre blog?
Je puise. Des infos super intéressantes, merci .
Ma page Générosité Senegal Et Audace association humanitaire.
Merci.

Écrit par : Bouscarel | 02/01/2016

Répondre à ce commentaire

Que le président fasse 5 ou 7 ans, on s'en fout ! Mais que le Président Macky Sall arrête de gaver les confréries (états dans l'Etat) avec nos impôts. Les confréries sont milliardaires. Elles ont reçus des milliers d'hectares de terres gratuitement de l'administration coloniale pour acheter leur collaboration et en remerciement des recrutements de soldats sénégalais pour l'effort des 2 guerres de 1914-1918 et 1939-1945, sur le dos du peuple sénégalais.
Puis, en 1964, après l'indépendance, lors de la loi sur le partage des terres de Senghor. Seuls, les grands propriétaires terriens ont cédé des terres au gouvernement pour redistribution au peuple sénégalais. Les confréries religieuses ont gardé la totalité de leurs terres arachidières, ce qui fait leur richesse aujourd'hui. Puis, ils se sont diversifiés dans des usines d'huileries, de conserveries, dans les cimenteries avec le bâtiment et l'immobilier et dans les sociétés de transports, bus et taxis, etc.....
Vous ajoutez les dons des fidèles qui viennent du monde entier et les 2 milliards par mois que rapporte l'esclavage de mendicité forcée de 300 000 enfants talibés à travers tout le pays, dont 50 000 talibés, rien qu'à Dakar.
De plus, reconnues officiellement zones franches sous la seule autorité du khalife général, ils ne payent pas d'impôts, pas de foncier, pas de taxe, pas d'eau et pas d'électricité. On se gave et on paie rien ! Au contraire du pauvre peuple sénégalais.
Malgré ces privilèges éhontés, nos impôts vont encore gaver les confréries par des aides à la construction ou à la rénovation de leurs mosquées et de leurs écoles coraniques, alors qu'ils relèvent de groupes privés ou de sectes privées. Pour les fêtes, Gamou, Maggal et autres, l'Etat envoie des centaines de bœufs, de moutons et de sacs de riz pour nourrir leurs fidèles, toujours avec nos impôts.....Il serait grand temps, qu'on prenne conscience que cette situation empêche le développement du Sénégal.
La séparation de L'Etat et des religieux est obligatoire dans une démocratie laïque. Il faut que nos impôts reviennent au peuple, pour la construction des routes et finir ce satané aéroport, des écoles publiques et des universités (secteur en souffrance) , des hôpitaux et des maternités, des aides aux entreprises et à l'apprentissage, sauver nos côtes et relever le secteur touristique, du travail pour le peuple et la lutte contre le chômage, des administrations aux services du peuple.
Une République démocratique et laïque au service de son peuple et non au service de ces marabouts.
L'exemple absolu (après la non-application de la loi de l'interdiction de la mendicité votée depuis 2005) est le refus, cet été 2015, par la Fédération Nationale des Associations des Maitres des Ecoles Coraniques de la loi de modernisation des daaras. Leur refus que les enfants talibés apprennent le français, le calcul, les sciences, l'histoire de leur pays, le civisme, les lois de la République, les valeurs de la démocratie et de la laïcité, les droits et les devoirs du citoyen.....
Qui sont ces gens qui créent des écoles d'incultes et de tarés avec que l'apprentissage du Coran, néfaste à leur avenir ? Qui sont ces gens qui s'opposent aux lois du gouvernement ? Qui sont ces gens qui mettent des enfants en esclavage de mendicité forcée pour leurs enrichissements personnels ? Des religieux exemplaires : NON ! Des religieux mafieux pervertis, la honte de l'Islam dans notre pays : OUI ! Combien de temps, laisserons-nous ces pourritures nous gouverner et abuser des enfants talibés ?
Monsieur le Président Macky Sall, combien de temps ? 2 ans, 5 ans, 7 ans encore ???????

Écrit par : issa gibb | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.