06/01/2016

LE SENEGAL VA DEVOIR SE JUSTIFIER

La situation des droits des enfants au Sénégal examinée par un Comité des Nations Unies

Fotobeleidsplan21.jpg

La situation des droits de l’enfant au Sénégal fera l’objet d’un examen par le Comité des droits de l’enfant (CDE) les 11 et 12 janvier prochains lors d’une session publique qui sera retransmise en direct.
Le Sénégal est l’un des 196 Etats parties à la Convention relative aux droits de l’enfant et sera, à ce titre, soumis à un examen périodique de la part du comité de 18 experts.
Un dialogue aura lieu entre les membres du CDE et une délégation du Sénégal sur la mise en œuvre de la Convention des droits de l’enfant. Le Comité fera une évaluation de la situation des droits des enfants sénégalais sur la base des réponses de la délégation et des informations reçues de la société civile.
Parmi les sujets qui seront débattus, on peut citer notamment: les discriminations fondées sur le statut social ou la caste; les mutilations génitales féminines; les mariages d’enfants et les mariages coutumiers; les problèmes d’accès à l’éducation et aux soins de santé rencontrés par les enfants handicapés; la criminalisation de l’avortement; le travail des enfants; les efforts déployés pour retirer du contrôle de maîtres coraniques les enfants talibé qui sont maltraités, exploités et forcés à mendier; les mesures visant à empêcher et à éliminer l’exploitation sexuelle et le trafic d’enfants; la démobilisation, la réhabilitation et la réintégration des enfants victimes du conflit armé dans la région de la Casamance.
Le dialogue entre le CDE et la délégation du Sénégal aura lieu dans la salle XXIV du Palais des Nations de 15 à 18 heures le 11 janvier (de 14 à 17 heures à Dakar) et de 10 à 13 heures (de 9 heures à midi à Dakar) le 12 janvier. Les sessions du CDE sont publiques et seront retransmises en direct via ce lien: http://www.treatybodywebcast.org/.
Le CDE tiendra une conférence de presse pour rendre compte de la situation des droits de l’enfant au Sénégal et dans les autres pays soumis à son examen périodique, à savoir: le Bénin, l’Iran, Oman, la Lettonie, la France, l’Irlande, Haïti, le Pérou, les Maldives, le Zimbabwe, la Zambie, Brunei et le Kenya – à 12 heures le 4 février au Palais des Nations. Le résultat de cet examen, officiellement appelé « Observations finales », sera rendu public le 4 février
Dié BA/Pressafrik

Commentaires

"OBSERVATIONS FINALES": du comité "Théodule" des nations unies :voila qui est bien ,et après ?
Bien certain que la création d'une "haute autorité qui en fait ne possède aucun pouvoir ne doit en fait rien changer ,tout en se donnant bonne conscience !
Alors une fois le "résultat de cet examen" sera rendu public , le bilan dans un an de ces deux jours (en fait quelques heures!....) me laisse songeur.
AHLAM ?

Écrit par : oyster | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Attendons un peu, si le gouvernement se sert de ces "pressions" pour bouger dans le bon sens, pourquoi pas ? Maintenant, j'ai bien peur que ce soit comme tu dis, mais bon...C'est vrai que la loi existe déjà...

Écrit par : rico | 07/01/2016

Encore du pipeau,après rien ne changera c'est encore de la parlotte mais au final on ne fera rien !!!!il ne faut surtout pas vexer ses marabouts,ses imams qui vivent et font leur beurre sur le dos des enfants...Et ,puis ils ne savent pas quoi en faire de ses pauvres gosses, rien n'est prévu pour eux, c'est plus facile de laisser faire!!!!! il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre ,et pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ,ça c'est l'état Sénégalais

Écrit par : eddy | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

je vous en supplie !!!!! faîtes que ça bouge ....c'est désolant et effroyable de voir ce qui se passe ici au Sénégal avec les enfants talibés ...quelle tristesse et merci pour eux !!!!

Écrit par : wermeille patricia | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Re:
Vous avez raison "Patricia" ,mais que voulez vous faire de plus le SENEGAL est indépendant ,et, vous allez avoir quelques uns à dire que vous devez etre des anciens colonisateurs racistes mécréants !....

Écrit par : oyster | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

faite que cella Bouge svp pas que des paroles mes des fait ...et de la Belgique;et vu sur place a M'bour et Dakard...

Écrit par : BARBAIX | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

quelle honte

Écrit par : diop | 07/01/2016

Répondre à ce commentaire

Toutes actions qui parlent de la situation des enfants talibés au Sénégal doivent être soutenues. Parce ce qu'elles parlent du problème des talibés. Parce qu'elles rappellent les conditions de vie et les maltraitances subies par les enfants talibés. Parce qu'elles dénoncent les dérives des religieux dans une traite mafieuse d'êtres humains, les plus faibles et les plus fragiles. Parce qu'elles révèlent l'abandon par nos gouvernants successifs de leurs devoirs : la protection de l'Enfance et des droits des Enfants. Parce nous sommes le premier pays esclavagiste d'enfants en Afrique. Parce que c'est la honte de notre pays. Parce nous ne pouvons pas être à la fois, un pays démocratique et un pays esclavagiste de nos propres enfants. C'est un combat de tous les jours, il faut dénoncer et dénoncer encore pour sortir les talibés de la rue, les rendre à leurs familles, qu'ils aillent à l'école pour tous, qu'ils apprennent le français (constitution), le calcul, les sciences et pas que le Coran. La destruction mentale d'une partie de notre jeunesse nous serait fatale pour notre développement et l'avenir du pays. L'éradication du système Marabout/Talibés est notre premier devoir si nous sommes des êtres humains honnêtes et dignes. Allah, le Tout-Puissant et son Prophète, l'Islam et le Coran ne veulent pas que ses enfants soient esclaves en leurs noms par ces faux religieux pervertis et véreux. Devant l'incompétence des gouvernants et le silence des khalifes des confréries, Nous : Société Civile, ONG, Associations, Intellectuels, Artistes, Forces Vives de la Nation, Peuple Sénégalais non égarés de la vraie religion musulmane, devons défendre les enfants talibés, devons être sans pitié pour les tortionnaires d'enfants pour mettre fin à cet esclavage d'enfants qui est la honte de notre pays et nous entraîne dans la fausse religion musulmane.

Écrit par : issa gibb | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.