22/01/2016

AMORCE D'UNE REVOLUTION

Plan Saint-Louis va accompagner six daara communautaires dans des apprentissages en français.

8833026-13982679.jpg

Au total, six daara (écoles coraniques) de la région de Saint-Louis (nord) bénéficieront d’un encadrement et d’un appui de Plan Sénégal dans le cadre d’un programme initié en partenariat avec les autorités éducatives de la region, a annoncé jeudi Omar Ben Khatab Gueye, directeur de programmes à Plan Saint-Louis.
Il s’agit de daaras ayant choisi de produire des apprentissages en langue française en plus de la mémorisation du Coran.
’’Nous cherchons à travers la sélection de six écoles coraniques à promouvoir les daara communautaires. Ceux-ci vont diversifier les apprentissages en produisant des enseignements en langue française en plus du Coran", a-t-il indiqué à l’APS en marge d’un atelier de présentation du projet tenu à la mairie de Saint-Louis.
’’Le choix sera porté sur des daara ouverts et fonctionnels et ayant accepté d’introduire la langue française dans les enseignements. Ces écoles coraniques doivent également être de type communautaire disposant d’un comité de gestion ", a souligné M. Guéye.
’’Dans le cadre de l’accompagnement dans les apprentissages en langue française, Plan Saint-Louis va doter ces six daara communautaires de matériels didactiques et les appuiera dans la mise en oeuvre d’une collaboration avdc des organisations de la société civile intervenant généralement dans le secteur", a-t-il expliqué.
Il ajouté que c’est un important programme qui ’’s’inscrit dans la mise en oeuvre du PAQUET (Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence du secteur de l’éducation et de la formation)’’.
’’Celui-ci démontre la volonté du gouvernement de prendre en charge les daara, un secteur non pris en compte dans les statistiques sur la scolarisation ", a fait valoir Mbaye Babou, secrétaire général de l’inspection d’académie de Saint-Louis.
Des représentants de collectivités locales partenaires de Plan Saint-Louis, de divers entités intervenant dans le secteur et d’associations de maîtres coraniques de la région de Saint-Louis ont pris part à la rencontre.
APS/Ndarinfo

Commentaires

Bravo et bonne initiative. Espérons seulement qu'il y aura une continuité.

Écrit par : Lola diolla | 23/01/2016

Répondre à ce commentaire

Enfin une bonne nouvelle en faveur de ces pauvres gosses, enfants talibés esclaves, abandonnés par leurs familles, par l'Etat et ses institutions, dans l'indifférence d'une population tenue en survie de misère par ses politiques et ses religieux associés.
Mais Attention ! Que ces pourris de marabouts esclavagistes d'enfants ne prennent que les aides financières et subventions sans rien en retour. Ils en sont bien capables. Ils visent les fonds de l'éducation publique, secteur déjà en difficulté budgétaire.
Puissants et organisés dans leurs toiles d'araignées associatives qui paralysent tout le pays : Associations des Maîtres des écoles coraniques et sa Fédération qui ont déjà bloqué le projet de loi de modernisation des daaras, Associations de la Protection de l'Enfance dont la responsable affiliée rigolait lors du reportage sur le meurtre du petit talibé à Thiès en août 2015, Association des imams de quartier qui confondent la mort du petit talibé, battu à mort par son marabout à Yeumbel en juillet2015 avec la volonté de Dieu.
La loi d'interdiction de la mendicité est votée depuis 2015, qu'elle soit appliquée par les maires, les gouverneurs, la police, la gendarmerie et l'armée. On commence par ramasser les plus petits talibés de 4à 6 ans et on demande des comptes au marabout. L'apprentissage du français est dans la Constitution, par conséquence c'est un droit. Tout marabout qui s'y oppose, doit être arrêter et juger et on ferme sa daara. Ainsi interdire toutes associations qui n'existent que pour s'opposer aux projets de lois du gouvernement.
Faire appliquer les lois à ces enfoirés qui s'enrichissent sur le dos des gosses, mettre à bas ce système parallèle ignoble, concurrentiel au bon citoyen lambda qui travaille et paie des impôts honnêtement. Dans un but ultime de sortir tous les enfants talibés de l'esclavagisme de mendicité forcée des rues, de leur rendre leurs droits d'enfant, d'être humain et de citoyen et un avenir meilleur. Fermer les daaras hors-normes, maltraitantes, nauséabondes et dangereuses. Fermer ces lieux sodomites connus où les enfants talibés sont objets sexuels et livrés à la prostitution contre-nature. Eradiquer la traite mafieuse d'enfants et emprisonner les marabouts tortionnaires, pédophiles et meurtriers d'enfants. Leur règne esclavagiste nauséabond doit disparaître pour retrouver notre dignité
Le Sénégal, pays esclavagiste d'enfants talibés ! çà suffit. Le système Marabout/Talibés au Sénégal ! çà suffit. Les talibés mendiants dans les rues ! çà suffit. Lâche Sénégal, lèves-toi pour une fois et sauve les enfants talibés. Casse la gueule aux esclavagistes d'enfants.

Écrit par : issa gibb | 23/01/2016

Répondre à ce commentaire

N'oublions pas au départ de sanctionner sévèrement les parents de ses petits talibés qui vendent leurs enfants pour une poignée de cerises!!! trop d'enfants a nourrir,alors on les vends ,le planning familiale existe au Sénégal,alors que les femmes (encore elles)fassent ce qu'il faut pour avoir moins d'enfants puisque les hommes en sont incapables ne pensant qu'a leur plaisir...moins d'enfants égal moins de petits talibés égal moins d'esclaves pour ses marabouts de pacotille !!!!

Écrit par : eddy | 24/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.