31/01/2016

DAKAR SERA PROPRE!

Lutte contre l’insalubrité: Lancement à Dakar d’un concept « Sénégal zéro déchets »

senegal

Le concept « Sénégal zéro déchet » de l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides à Dakar (UCG) a été lancé jeudi à Dakar par Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’aménagement du territoire, qui estime que le dit concept participe de la bataille contre l’insalubrité dans la capitale.
Pour lui, ce pari est en train d’être gagné et se présente comme un levier pour engager les acteurs dans le processus visant à réduire au maximum et de façon durable, la production de déchets.
« La stratégie qui sous-tend ce projet s’inscrit dans les deux matrices d’orientation économique et politique majeures de l’Etat du Sénégal, à savoir le Plans Sénégal Émergent et l’Acte 3 de la Décentralisation, notamment dans son objectif de construire des territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable », a expliqué le ministre Abdoulaye Diouf Sarr au cours d’une cérémonie de présentation aux acteurs locaux et de lancement de l’appel à projets pour le concours « Quartier zéro déchet ».
Selon le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’aménagement du territoire, ce concept « Zéro déchet » peut être décliné en plusieurs échelons, à savoir la commune, le quartier, le ménage, l’école, l’entreprise, le marché et l’individu.
« Au terme du processus de négociations, un contrat d’objectifs sera signé entre l’UCG et l’institution bénéficiaire, autour d’un projet intégré. Aussi, chaque année, procédera-t-on à une évaluation à l’effet d’honorer les meilleurs acteurs.
Estimant que la bataille contre l’insalubrité ne peut être gagnée sans l’engagement et l’implication de toutes les populations, quel que soit leur secteur d’activités, Abdoulaye Diouf Sarr a invité tous à un investissement humain en faisant de la propreté des quartiers un mécanisme de contrôle citoyen et un processus d’évaluation citoyenne.
« Pour atteindre ces objectifs, j’invite toutes les parties à la réduction d’au moins 30% de la production de déchets solides, l’utilisation de poubelles réglementaires par au moins 75% des ménages, le recyclage d’au moins 75% des déchets plastiques produits et l’exécution de plus de 75% du programme annuel d’activités citoyennes de propreté », a ajouté le ministre Diouf Sarr.
APA

Commentaires

Dakar est sale,il y a du boulot!!!si chacun balai devant sa porte ....ca irai mieux ,et des camions poubelles,faudrait dix fois plus

Écrit par : Samy | 31/01/2016

Répondre à ce commentaire

encore les enfants et les femmes les chomeures au travail

Écrit par : latouche jean | 31/01/2016

Répondre à ce commentaire

On peut toujours nettoyer ,les ordures ne sont pas ramassées avec régularité et interdiction d'utiliser les charrettes comme avant !!!!je prends l'exemple de Saly ,le Maire ne paye pas ses éboueurs..;

Écrit par : eddy | 31/01/2016

Répondre à ce commentaire

A Goree, il n'y avait pas d'autre option que la propreté
A Dakar, ce ne sera jamais propre, sauf une dictature....

Écrit par : rico | 31/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.