10/02/2016

LES TURQUES INVESTISSENT AU SENEGAL

105 millions de dollars de la Turquie pour la construction d’un marché et d'une gare

maxresdefault_1.jpg

L’entreprise turque, DM, vient de signer un contrat commercial de 105 millions de dollars avec la partie sénégalaise pour la construction d’un marché international et d'une gare des gros porteurs à Diamniadio. Ces deux infrastructures seront réalisées sur une aire de 35 hectares en quatorze mois.
L’escale qu’a effectuée le président turc à Dakar, vendredi dernier, continue de produire des retombées économiques positives pour le Sénégal. Le ministre sénégalais du Commerce a ainsi signé, lundi 8 février, un contrat commercial avec l’entreprise turque, DM, pour la réalisation du marché international et de la gare des gros porteurs de Diamniadio.
L’accord scellé à la Primature, en présence de l’ambassadeur de Turquie à Dakar, qui est le résultat de deux années de négociations, prévoit la construction, dans quatorze mois, de ces deux infrastructures importantes du Plan Sénégal émergent (PSE) sur un périmètre de trente-cinq hectares.
Le projet est évalué à 105 millions de dollars (61,4 milliards de FCFA), dont 15% seront supportés par l’Etat du Sénégal et les 85% seront financés par Exim-Bank Turquie.
«Sur trente-cinq hectares, nous allons avoir un écosystème économique qui permettra à tous les acteurs de la chaîne de valeur agricole d’exercer leurs activités et de réduire les coûts», a expliqué Alioune Sarr, le ministre sénégalais du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des PME.
A son avis, ces infrastructures constituent également une opportunité pour réguler les produits agricoles, «puisqu’elles permettront de raccourcir les circuits mais également les délais entre la production et la consommation des produits, tout en facilitant leur stockage».
Pour ce qui est de la gare des gros porteurs, son objectif est de réduire l’encombrement de Dakar. Ce projet initié depuis 1996 par la Chambre de commerce de Dakar, avec l’appui de la Banque mondiale, était fortement attendu par le secteur privé national.
Il devra permettre au Sénégal de devenir «une plateforme de commercialisation sous-régionale», relève le ministre du Commerce. Ce dernier est convaincu que ces deux infrastructures, situées entre l’autoroute Dakar-Thiès-Touba et le chemin de fer Dakar-AIBD, feront de cet espace un «carrefour commercial».
«Si vous liez ce marché international et la gare des gros porteurs et le renouvellement du parc des gros porteurs (ndlr:projet qu’est en train de réaliser le Marocain Riad Motors) cela offre des opportunités économiques importantes aux opérateurs évoluant dans le transport et la logistique des produits agricoles au Sénégal», explique Sarr.
En plus de ces deux projets, l’entreprise turque va également construire une unité de fabrication de meubles pour le marché sous-régional et le marché américain pour un investissement de 25 milliards de francs CFA (38 millions d’euros). Cette unité va générer jusqu’à 1.000 emplois.
Ibrahima Diallo/le360

Commentaires

les turcs mendient de l'argent pour le passage des réfugiés mais se montrent très généreux avec les sénégalais

Écrit par : jacobus | 12/02/2016

Répondre à ce commentaire

Et qui sait les bonnes poires qui donnent de l'argent!!! encore la France avec l'argent des Français...

Écrit par : eddy | 14/02/2016

De nombreux pays sont entrain de s'acheter un morceau du Sénégal. La Turquie s'est dit pourquoi pas nous, avec le fric des européens qui devaient servir à construire des camps humanitaires pour les réfugiés syriens et irakiens.
Les sénégalais croient toujours à l'Afrique aux africains. Alors qu'on vend leur pays à tout va, car toutes ces dettes, il faudra les rembourser et tant qu'elles ne seront pas remboursés, le pays appartient aux investisseurs étrangers.
Il y a intérêt que çà marche l'émergence finale, que ça soit rentable pour rembourser tout çà car c'est fini les effacements d'ardoise avec les nouveaux pays investisseurs. Les sénégalais vont devoir se foutre au boulot si ils ne veulent pas finir par bouffer du sable et augmenter l'érosion côtière.

Écrit par : issa gibb | 13/02/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.