16/02/2016

LES TROTTOIRS DE SALY

"On choisit pas les trottoirs de Saly pour apprendre à marcher"

IMG_0076.JPG
En se baladant à Saly, on ne peut s'empêcher de fredonner dans sa tête la chanson de Maxime Leforestier, quitte à l'adapter aux circonstances...
Si l'idée est louable, les travaux actuels sur la station balnéaire la plus courue de l'ouest Africain promettent déjà des palabres à n'en plus finir, voire des foulures de cheville, des pieds mouillés ou des colères noires...ou des fous-rires!
Vingt quatre heures sur 24, sous le soleil étonnamment chaud en cette saison ou éclairés par des projecteurs de nuit sous lesquels dansent les insectes, les ouvriers travaillent.
Si certains y voient de la nonchalance; à bien y regarder - avec des yeux absents de médisance - on voit des sénégalais, payés au lance-pierre, piocher, pelleter, porter, ajuster, cimenter, égaliser, peaufiner un ouvrage qui, malheureusement, risque de se fatiguer rapidement mais surtout fatiguer la population locale et résidente, voire même les quelques milliers de touristes annoncés, espérés encore avant l'hivernage.
Le côté typiquement typique échappe encore aux autochtones et visiteurs. Sinon que l’œil averti repère et anticipe déjà les conséquences fâcheuses de ces ouvrages.
Ce ne sera hélas pas joli. Première certitude. Trop mal évaluées, les bordures d'angle, les basses de passage sont laides et grossières, ajustées sénégalaisement ou carrément absentes. Les chefs de chantier adaptent tant bien que mal en faisant creuser, remblayer, bricoler...
Sue le goudron entre Saly Center et Saly Rond-Point, les travaux avancent rapidement. Entre grand dam et satisfaction des piétons et des chauffeurs, suivant qu'on en supporte ou pas les conséquences, les aléas provisoires ou provisoirement définitifs...
Entre Saly Rond-Point et Saly Carrefour, ça se corse! Les travaux sont plus importants. Aires de parking, aires de stationnement rapide pour taxis, bus et clandos, aires de repos et de jeux, parterres sensés être fleuris, piste cyclable se montent, s'assemblent comme un domino dont on aurait perdu la notice initiale...
Les camions tournent et vômissent le ciment promis entre les cadres. Un autre est malaxé dans quelques bétonnière gavées par des ouvriers blanchis ou suant sous la tâche. D'autres encore n'ont que pelles et courage pour fabriquer le mélange...
Dès qu'une traverse de piste, d'entrée de commerce est à appréhender, il faut toute la science des géomètres, tout le talent des poseurs de fils à niveau et toute la compréhension, la compassion, voire l'indulgence même pour valider l'ouvrage... Inch Allah, ça va aller!
La cacophonie du chantier sur l'axe Nationale 1, Saly centre engendre - déjà - des arrangements typiques: Les charrettes roulent sur la piste cyclable et piétonne, les goulots provoquent coups de klaxons et accidents. Les hauteurs de certaines bordures sont autant des croche-pieds à piétons et pièges à deux roues.
Bien évidemment, l'éclairage public n'a pas été modifié et se retrouve enchâssé, planté, droits ou de travers, mais toujours en embuche sur les nouveaux trottoirs.
Une autre chose est à appréhender: aucune évacuation pluviale ne semble avoir été ne fut-ce que pensée. Les piscines risquent de fleurir avec le retour des pluies...
Entre Saly Center et Saly Rond Point, "on" a du oublier les parkings. Les trottoirs sont si hauts souvent que les taxis sont obligé de stationner à même la rue, ce qui accentue les bouchons, bien évidemment. L'ingénieur en chef tente de procéder à un remblayage-déblayage provisoire, le temps que la haute autorité dégage de nouveaux fonds pour corriger les erreurs, oublis et malfaçons.
Les Salysiens, les résidents et les "touropératorés" ne s'attendaient pas à découvrir des trottoirs rivalisant avec certains de Caracas ou de Lisbonne mais, quand-même, on espérait mieux et surtout mieux pensés, mieux réalisés.
Le patron de la boutique "Mal Placée", face au village artisanal, Le Boss chapeauté du "Soleil" qui a du déménager sa cuisine et tous les autres, amputés d'escaliers, de terrasses, d'annexes anarchiques qui "offraient" un "certain" charme à Saly, tous ont du se plier aux exigences controversées mais haut placées...
Les grandes enseignes entre la porte de Saly et le carrefour de la nationale font "avec" sauf le musée Kelkhom qui a fermé ses portes. Il n'est pas le seul. Par contre, de nouveaux bâtiments sortent de terre, certains semblent bien originaux et promis à tout du moins curiosité.
Il se murmure que tout devrait être finalisé avant les pluies d'hivernage. Nous en reparlerons.
Sinon, même si l'on se plains toujours, il semble que cette "haute saison" ne soit pas si mauvaise cette année. Si certains se cachent pour mourir, d'autres le font pour pleurer...sinon que certains commerçants ont le sourire.
A suivre...

BRB

Commentaires

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué...? on constate hélas que tout semble fait pour compliquer les choses à loisir !
Avant le démarrage des travaux, a-t-on entrepris une véritable étude de la circulation à Saly ? circulation des véhicules (dont bus + poids lourds + taxis clandos qui s'arrêtent à tout bout de champ et sans prévenir... "ils s'arrêtent", ils ne se "garent" quasiment jamais), circulation des 2 roues (motos + mobylettes + vélos), circulation des charrettes à bras ou à cheval... et enfin les piétons, nombreux, et bien courageux pour marcher juste en bord de chaussée ou pour traverser les routes (aucun passage piéton dans Saly, à ma connaissance). Sans oublier les animaux errants, mais c'est une autre histoire...
Au lieu d'élargir les routes j'ai l'impression qu'on les rétrécit, on supprime toutes les échappatoires, on ne prévoit effectivement aucune évacuation des eaux de pluie, on n'a prévu aucun rond-point intermédiaire pour changer de direction (pour tourner à droite, pas de problème, mais pour tourner à gauche, il faut aller jusqu'où ?), pas de parking non plus apparemment...
L'intention était bonne pourtant... attendons de voir la suite.

Écrit par : Candide | 16/02/2016

Répondre à ce commentaire

Ils attendent quoi pour finir de goudronner les pistes ,comme la piste aux charrettes elle sera foutue avant qu'ils se décident!!!! ce ne sera jamais fini avant l'hivernage sans compter que les gens en ont marre de ne pas pouvoir circuler correctement et qu'ils commencent a enlever les barrages c'est trop long...il faudra déjà reboucher les trous a certains endroits avant le goudronnage final SI IL SE FAIT UN JOUR

Écrit par : eddy | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

On commence beaucoup de choses ici, beaucoup de chantiers... La date de finition ? toujours aléatoire, et parfois même on arrête les travaux, purement et simplement, et... "point final" : on a démarré une construction qui ne sera jamais terminée. Que d'argent inutilement dépensé ! Pas d'anticipation, pas d'organisation, mauvaise gestion des finances, pas de suivi, pas de contrôle. Et quand par bonheur on finit un chantier : pas d'entretien, pas de maintenance, et tout se désintègre plus ou moins vite. C'est attristant ce laxisme ! Il y a pourtant des gens brillants en Afrique et au Sénégal, architectes, ingénieurs, concepteurs, entrepreneurs, financiers... Où sont-ils donc ?

Écrit par : Candide | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.