25/02/2016

LES DROITS DE L'HOMME AU SENEGAL...

Situation des droits de l’homme au Sénégal : Amnesty International peint un tableau «peu reluisant»

9006778-14298064.jpg

La situation des droits de l’homme n’est pas des meilleurs au Sénégal. C’est en tout cas l’avis d’Amnesty International qui, dans son rapport annuel 2015-2016, n’a pas hésité à peindre un tableau des plus sombres quant au respect des principes des droits humains dans notre pays.
Autant dire que selon Seyni Gassama, on note plusieurs manquements et la réalisation progrès en matière de protection et de sauvegarde des droits humaines laisse encore à désirer au Sénégal comme dans plusieurs autres régions du monde.
Ce qui signifie, constate-t-on dans le rapport que « l’Etat du Sénégal n’a pas fait les efforts qu’il est tenu de faire, en vertu de la législation nationale et du droit international, pour remédier à ses manquements ».
Et c’est parce que, explique Seyni Gassama et Cie «les autorités sénégalaises ont continué d’interdire de façon quasi-systématique des manifestations organisées par des partis politiques et des défenseurs des droits humains, et de poursuivre en justice des manifestants pacifiques. Ces interdictions ne concernent pas seulement les manifestations organisées à Dakar et dans les grandes villes du pays, elles frappent également les communautés dans les villages et hameaux du pays ».
Pour preuve, argue-t-on du côté d’Amnesty « au mois de septembre, le tribunal régional de Kolda a condamné 12 hommes à 21 jours d’emprisonnement pour participation à un rassemblement non autorisé. Une centaine de personnes avaient manifesté pacifiquement le 27 août dans la commune de Diana Malary, dans la région de Sédhiou, pour demander aux autorités de leur fournir de l’électricité. Les forces de sécurité avaient utilisé des gaz lacrymogènes et tiré en l’air pour les disperser, ce qui avait entraîné des affrontements entre manifestants et gendarmes.
Pire, encore, regrette les droits de l’hommiste «le gouvernement du Sénégal ne s’est pas contenté d’interdire des manifestations, en violation fragrante de la constitution et de ses engagements internationaux en matière de droits humains ; de hautes autorités de l’Etat se sont employées à discréditer ce droit en prétendant que son exercice était incompatible avec le travail prôné pour développer le pays ». Chose que M. Gassama et Cie qualifie « d’inacceptable dans un Etat démocratique ».
Dakaractu

Commentaires

La situation des droits de l'homme n'est pas parfaite au SENEGAL
Bien ,ailleurs non plus ....
Peu " reluisant" pour un pays démocratique ,mais lorsque vous avez une dictature ou daesh cela est à un niveau intolérable ...
alors Amnesty devrait revoir ses priorités ....

Écrit par : oyster | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Effectivement, il y a Daech... et d'autres... dont les "recrues" qui, par malheur, se feraient arrêter au lieu de mourir en martyr profitent à plein des droits de l'homme...

Écrit par : Candide | 25/02/2016

Les droits de l'Homme (de "l'être humain" en fait : hommes, femmes, enfants) : on apprend çà aux enfants dans les écoles ? Le respect des droits de l'Homme commence par le respect au sein même de sa famille, par le respect de ses semblables (voisins, commerçants, travailleurs, étrangers de passage ou résidents, etc. etc.), et réciproquement. Et aussi par le respect des lois et règles internationales ou nationales adoptées par son propre pays. Tout le monde le sait, sûrement.

Écrit par : Candide | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas parce que c'est pire ailleurs que le Sénégal ne doit pas revoir sa copie,Amnesty a raison pourquoi toujours regarder vers le bas au lieu de regarder vers le haut!!!!!c'est comme ça que l'on avance

Écrit par : eddy | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Attention à ne pas confondre "la déclaration universelle des droits de l'homme" et la déclaration des droits de l'homme "adaptée" aux musulmans qui est influencée par la charia est qui n'a pas grand chose à voir avec l'original, malheureusement.

Écrit par : bill | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Droits de l'homme ? ,? ? je constate qu'Amnesty international n'a aucun mot sur les 300 000 enfants talibés esclaves au Sénégal. Le monde entier se fout de l'esclavage de ces pauvres gosses, même Amnesty international.

Écrit par : issa gibb | 25/02/2016

Répondre à ce commentaire

Avec Hulo Guillabert le 03-03 à la mairie de Médina à 15 h pour la commémoration de la mort de neuf enfants talibés et signer la pétition contre la mendicité des enfants.
Dans l'espoir que le peuple ouvre ses yeux.

Écrit par : Lola diolla | 27/02/2016

Répondre à ce commentaire

Je suis trop loin pour être présent et pour signer la pétition en faveur des enfants talibés. En souvenir des 9 enfants talibés morts dans l'incendie de leur daara pourrie du quartier de la Médina, le 3 mars 2013 et pour les 300 000 autres tenus en esclavage de mendicité forcée et dans le seul apprentissage du Coran sous les coups par une mafia associative de marabouts tortionnaires et véreux, dans tout le pays, je suis avec vous de tout mon cœur et de toutes mes forces. Il faut continuer à dénoncer cette traite négrière d'enfants par des adultes pervertis et égarés de la vraie religion musulmane. La honte religieuse du Sénégal commise contre ses propres enfants avec un Etat parjure et sans respect des ratifications internationales des Droits de l'Homme et de la Protection de l'Enfance qu'il a signé et qui ne vient pas au secours de ces citoyens les plus faibles.
Rappel du discours du Président Macky Sall, sur les lieux du drame à la Médina, quartier de Dakar, le 5 mars 2016 :
" C'est avec beaucoup de regrets, beaucoup de douleur que je constate ce désastre qui s'est passé dans des conditions que j'imagine atroces. Des enfants ont péri dans des flammes, sans assistance. Ils ont payé de leur vie après avoir été livrés à la rue. Des mesures très fortes seront prises pour mettre un terme à l'exploitation des enfants, sous prétexte qu'ils sont talibés. Des mesures très sévères seront prises à l'endroit de tous ceux qui, au nom de l'Islam, continuent à garder des enfants dans des conditions comme celles qui ont entraîné la mort d'autant d'enfants dans des conditions totalement inhumaines. Pour le reste, le 1° ministre et son gouvernement vont . . . communiquer . . . mettre en œuvre cette directive . . . C'est à dire organiser la charité, appuyer les établissements qui sont en mesure de recevoir des enfants, les soutenir et fermer tout établissement qui ne répond pas aux normes, mais aussi sévir contre tous ceux qui continueront à vouloir exploiter les enfants en les envoyant mendier dans la rue".
Trois ans après, le problème perdure et les talibés sont de plus en plus nombreux à mendier, dérivant dans le vol et la délinquance pour ramener de l'argent au marabout-escroc. Leur situation se transforme depuis peu en haine et agressivité car ils se font détestés et rejetés par la population. La traite négrière des enfants continue au Sénégal, mais elle se développe aussi en Mauritanie, au Mali et en Guinée en rapatriant des enfants étrangers dans les daaras sénégalaises.
Pourtant, dans son discours, le Président Macky Sall semblait comprendre le problème. Dixit " conditions atroces, sans assistance, livrés à la rue, exploitation des enfants talibés, conditions inhumaines, mendier dans la rue.....
Il connait les coupables, sans les nommer par lâcheté ou électoralisme sans doute, mais il connait aussi la religion des pourris, exploiteurs d'enfants puisqu'il la cite : "Au nom de l'Islam". Puis, venait la directive à ses sbires pour mettre fin à cette exploitation d'enfants.
Les sbires de l'époque ne sont plus là, dans un turn-over de ministres affolant en 4 ans. Aucune daara nauséabonde n'a été fermé et aucun marabout exploiteur et tortionnaire d'enfants n'a été inquiété. La loi de modernisation des daaras a été étouffé par la mafieuse Fédération des Associations des Maîtres des Ecoles Coraniques Sénégalaises. Un talibé est mort à Yeumbeul sous le coup de son marabout récidiviste Samba Ndao. Un autre talibé, sans surveillance d'adulte a été assassiné et 2 autres blessés à Thiés par un débile mental Moustapha Ngom. Les journaux continuent à faire étalage des maltraitances subies par les enfants talibés et les viols commis par leurs marabouts sodomites dans les daaras pourries, si égarées de l'Islam. Et les talibés continuent à mendier dans les rues et les marchés, sans intervention de la police et des institutions, face à la haine naissante de la population sénégalaise. Pas bon du tout pour l'avenir du pays et cibles pour l'embrigadement par les intégristes et les terroristes. On peut le payer très cher dans l'avenir !
Les enfants talibés ne peuvent être sauvés que par une révolte générale de la société civile sénégalais contre les marabouts pour mettre un terme à leur système esclavagiste et mafieux, au plan national. Quand à vous, Monsieur le Président ! Votre discours du 5 mars 2013 a été qu'un mensonge d'Etat, encore un autre mensonge d'Etat, un de plus de votre part.

Écrit par : issa gibb | 27/02/2016

Voici nouvelle adresse gmail. Merci

Écrit par : Lola diolla | 27/02/2016

Merci issa gibb. Mais quand on voit qu' il y même des étudiants qui sont pour ce fléau,
On se dit que le combat est loin d'être gagné.
À croire qu'on leur a bourré le crâne et ont fait des études rien que pour défier ceux qui sont contre ces exploiteurs d'enfants, cette mafia.

Écrit par : Lola diolla | 27/02/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.