13/04/2016

LA MALBOUFFE DES JEUNES SENEGALAIS

"Arrêtez de vous empiffrer !" : le message des médecins aux jeunes sénégalais

teaser_46.jpg

Des jeunes en train de se goinfrer ou de siroter des sodas : ces images circulent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux au Sénégal. À l’origine de ce buzz, une association locale qui cherche à sensibiliser les jeunes aux maladies associées à la malbouffe, par l’humour.
"Je préserve ma santé" : c’est le nom de la campagne de prévention lancée par l’association sénégalaise Docteur Nakamou, le 7 avril dernier, afin de lutter contre le diabète et l’hypertension artérielle. Cette campagne en ligne s’adresse en priorité aux jeunes, sous le hashtag #JePréserveMaSanté. Ces derniers sont invités à poster une photo d’eux en train de consommer des boissons sucrées ou des aliments gras ou trop salés, avec le message suivant : "Si tu veux avoir du diabète ou de l’hypertension artérielle, fais comme moi !" Les internautes sont également incités à taguer leurs amis, afin qu’ils relaient à leur tour le message.
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 7 % de la population sénégalaise souffre du diabète, un chiffre qui ne cesse de progresser depuis une trentaine d’années. L’hypertension artérielle concerne quant à elle 32 % des adultes environ dans le pays.
"Les Sénégalais consomment de plus en plus de produits transformés, et moins de fruits et légumes"
Le docteur Mamadou Sy est le président de l’association Docteur Nakamou (un terme signifiant "comment va mon ami médecin").
On a choisi d’utiliser l’autodérision dans cette campagne, car personne n’a envie d’avoir du diabète ou de l’hypertension artérielle, bien évidemment ! En utilisant le rire et les réseaux sociaux, cela nous permet de toucher davantage les jeunes. Environ 60 % de la population sénégalaise a moins de 25 ans, donc il est important de leur inculquer de bonnes habitudes avant l’âge adulte.
Le diabète et l’hypertension artérielle sont des pathologies de plus en plus fréquentes au Sénégal, en ville et à la campagne, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le régime alimentaire des gens a évolué, comme dans tous les pays en développement : ils consomment de plus en plus de produits transformés, souvent gras et trop salés, qu’ils achètent notamment dans les fast-foods, car ça coûte moins cher que d’acheter des produits sains, tels que les fruits et les légumes. Toutes les classes sociales sont touchées par ces problèmes de malbouffe.
Par ailleurs, de plus en plus de gens ont un mode de vie sédentaire, notamment en ville : ils marchent peu, puisqu'il existe de nombreux moyens de transport, ils passent beaucoup de temps à regarder la télévision chez eux… Et c’est aussi là qu’il y a le plus de fast-foods.
"Certains pensent qu’il n’y a rien à faire pour éviter ces maladies"
Les gens touchés par ces maladies sont assez fatalistes : ils pensent qu’il n’y a rien à faire pour les éviter, que c’est le destin. Ils n’ont pas conscience qu’elles sont généralement liées à de mauvaises habitudes.
Le problème, c’est qu’il n’existe pas de politiques de prévention contre ces pathologies au Sénégal. Par contre, notre pays possède l’un des plus grands centres de l’Afrique subsaharienne pour guérir du diabète et prévenir les complications liées à cette maladie. Et c’est l’un des pays où l’insuline coûte le moins cher… [Cette hormone, sécrétée par le pancréas, permet de faire baisser le taux de glucose dans le sang : elle est donc utilisée pour traiter le diabète, NDLR.]
On a donc lancé cette campagne pour faire comprendre aux gens qu’il est possible de prévenir ces pathologies, en consommant de la nourriture saine – c’est-à-dire 5/6 fruits ou légumes par jour, en variant son alimentation – et en pratiquant au moins 30 minutes d’activités physiques par jour, selon les recommandations de l’OMS.
L’association Docteur Nakamou a été créée en juin 2015. Elle rassemble une vingtaine de jeunes médecins et d’étudiants en médecine, essentiellement sénégalais, spécialisés dans la conception de programmes de santé communautaire.
Mamadou_SY/Chloé Lauvergnier/Lesobservateurs

Commentaires

Mieux vaut prevenir ke guerir bravo et bonne continuation

Écrit par : Mme Diakite | 13/04/2016

Répondre à ce commentaire

un rêve a voir pour l'avenirs...

Écrit par : BARBAIX | 13/04/2016

Répondre à ce commentaire

Faudrait parler aussi de ces saloperies de boissons sucrées qu'on leur sert à table depuis l'enfance pendant les repas. Après ça comment voulez-vous qu'ils évoluent là-dessus ! Cà fait partie d'un menu qu'on leur a inculqué comme habitude alimentaire.
En plus des aliments gras et salés!

Écrit par : rico | 13/04/2016

Répondre à ce commentaire

Et sur un autre plan, n'est-ce pas dans la "culture" de devenir bien ronde pour une femme pour séduire le mari, et donc de s'empiffrer de "cochonneries" (attention, je ne parle pas de cochon) ?

Écrit par : rico | 13/04/2016

Répondre à ce commentaire

Pour les "cochonneries" : Si le Sénégal avait créé Nutella, les hamburgers et les yaourts on l'aurait sû !

Écrit par : Ndiaye | 13/04/2016

Répondre à ce commentaire

Bien se nourrir coute cher,quand on fait un seul repas par jour ,on mange ce que presente la mère qui fait comme elle peut avec ds petits moyens !!!!elle remplit des ventres et c'est déjà beaucoup...chacun fait comme il peut et dans beaucoup de familles c'est peu

Écrit par : eddy | 14/04/2016

Répondre à ce commentaire

Et il y a finalement peu de familles qui peuvent s'offrir tous les jours du soda à 700 Fcfa la bouteille... surtout quand on a 5 ou 6 enfants à nourrir. On boit généralement l'eau du robinet ou du puits, pas de bouteille d'eau minérale. Quant au plat quotidien c'est le riz, avec quelques légumes (que certains ne mangent même pas) et parfois un peu de poisson ou de viande (mais pas tous les jours) ; rarement un dessert, sauf la pastèque.
Mais le sandwich tartiné à la mayonnaise a beaucoup de succès !

Écrit par : Candide | 14/04/2016

Ce message ne peut s'appliquer qu'aux gens sénégalais riches qui se gavent et qui n'ont aucune hygiène alimentaire, sans oublier ceux qui sont génétiquement prédestinés à l'obésité. Je pense en premier, au Président et sa famille obèse qui ont les moyens et qui ne doivent se priver de rien. Après, il y a la culture du "m'as tu vu" stupide qui fait croire que d'avoir une femme grosse et des enfants gras, c'est un signe de richesse. L'article est une bonne mise en garde médicale pour les gros nantis.
Enfin, je pense à la majorité des sénégalais qui ne font plus qu'un seul repas par jour, qui ressemblent à des fils de fer et les enfants talibés sous-alimentés. là, cet article devient insultant pour ces gens.

Écrit par : issa gibb | 14/04/2016

Répondre à ce commentaire

Et en déssert : Rien ne vaut un bon petit paquet de cube Maggi la ou je pense :) Au fait vous savez qu'en plantant des graines dans le sol on peut faire pousser des légumes et des fruits ? si si je vous le jure !!!!!

Écrit par : olivier | 15/04/2016

Répondre à ce commentaire

Et le fatiguement ,tu en fais quoi Olivier faire pousser des légumes!!!!après il faut arroser ,récolter,c du boulot

Écrit par : maie | 15/04/2016

Répondre à ce commentaire

;)

Écrit par : olivier | 16/04/2016

commentaire douteux

Écrit par : . | 16/04/2016

Les commentaires sont fermés.