15/04/2016

LA MANGUE SENEGALAISE...

Atteinte des 36 mille tonnes de mangue exportées : Le Sénégal lorgne le marché maghrébin

c98f9d0735b512984a27854298cb79c6_XL.jpg

Renforcer les capacités des acteurs le long de la chaîne de valeur mangue, à travers la formation, la dotation d’équipements et de matériels pour améliorer la qualité et faciliter un meilleur accès aux marchés internationaux, actuels ou potentiels. C’est le souhait de l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (Asepex) en organisant une session de formation et de réflexion sur la création et la promotion du label de la mangue sénégalaise.
20 milliards, c’est le chiffre d’affaires généré en 2015, par la filière mangue au Sénégal, si l’on en croit le directeur général de l’Asepex, Dr Malick Diop. Avec 16 700 tonnes exportées, principalement en Europe la même année, la mangue est le premier produit horticole en termes d’exportation. Mais ce chiffre est en deçà des 36 mille tonnes fixées comme objectif.
Pour parvenir à ses fins, le Sénégal ambitionne de se positionner sur d’autres marchés tels que le Maghreb. C’est ainsi qu’une quarantaine d’exportateurs et d’autorités sont en conclave depuis hier avec Sébastien Ioannitis McColl, conseiller pour la compétitivité des entreprises, Marketing et Bran­ding du Centre international de commerce pour définir les facteurs de compétitivité en vue de créer le label mangue. Même si les exigences sont plus drastiques en Europe qu’au Maghreb, le Sénégal veut néanmoins labéliser sa mangue afin d’optimiser ses retombées financières. Ainsi durant cet atelier, il s’agira d’expliquer les concepts de marketing et de branding, déterminer les grandes lignes de la stratégie marketing, dont les clients, la concurrence et le contexte, ceci en se basant notamment sur les études de marché réalisées, déterminer le positionnement de la mangue sénégalaise et sa politique de communication, déterminer les règles d’engagement des entreprises vis-à-vis de leur participation au label de la mangue sénégalaise et mettre sur pied un plan d’actions et le rôle de chacun. Et définir les lignes directrices de la conception du label relatif à la mangue sénégalaise, notamment les règles d’engagement auxquelles les exportateurs souhaitent adhérer. Ceux-ci devraient permettre au Sénégal de disposer au mois de septembre prochain, d’une stratégie finale de marketing pour la filière.
La mangue sénégalaise, la meilleure au monde ?
Principalement produite au niveau de la zone des Niayes, du centre du pays et de la Casamance, la mangue sénégalaise est considérée «comme la meilleure au monde» par le directeur général de l’Asepex, Dr Malick Diop, avant d’exiger de se positionner «comme tel».
Mais l’expert, Sébastien Ioannitis McColl, ne semble pas partager l’optimisme de M.Diop. Pour l’agent du Centre international de commerce, «c’est bien d’avoir la meilleure mangue au monde comme je l’entends. Mais en même temps les producteurs et les exportateurs ont des ressources limitées. Il faut d’abord pouvoir canaliser ces ressources, cet effort vers une direction commune au lieu de se disperser dans toutes les directions». Pour lui, «il faut cibler des marchés et être présent, notamment dans l’esprit des gens».
Malick GAYE/Lequotidien

Les commentaires sont fermés.