21/04/2016

DAKAR: NOUVEAU PLAN DE CIRCULATION

De nouvelles infrastructures annoncées

senegal

Ce nouveau plan de circulation est une solution à court terme. Le ministère des Infrastructures, des Transports et du Désenclavement, indique le directeur général du Cetud, entend dérouler un programme de réalisation d’autoponts et de nouvelles voieries, pour la gestion des feux de signalisation et des carrefours, le tout dans un souci de fluidifier la circulation à Dakar. « La réflexion est en cours et nous espérons dérouler ces projets dans le moyen et long terme », a indiqué Alioune Thiam. Il a révélé qu’un arrêté est en préparation pour interdire la circulation des charrettes et des pousses-pousses sur certains axes « où il est inconcevable et intolérable de laisser circuler des calèches ». Les discussions sont également en cours avec le Port, la Douane et l’ensemble des services du ministère du Commerce portant sur la circulation des gros porteurs à certaines heures à Dakar.
Concernant la suspension de la délivrance des licences de taxis, le directeur général du Cetud assure que « c’est une mesure que les taximen, les concessionnaires, eux-mêmes, saluent dans leur majorité, étant entendu que la situation était devenue telle qu’aucun opérateur ne trouvait plus son compte dans cette activité tant la demande dépasse l’offre ». Selon lui, cette décision permettra de s’arrêter et de poser la réflexion sur les conditions d’accès à la profession dans sa globalité.
Un nouveau plan de circulation pour Dakar en mai
Pour rendre fluide la circulation dans la capitale, le Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (Cetud) a dévoilé un nouveau plan de circulation qui concerne certains tronçons très fréquentés comme la section entre la Boulangerie Jaune et le rond-point Jvc.
Rouler à Dakar devient, chaque jour, un peu plus difficile pour les automobilistes et les usagers des transports en commun. Entre les inextricables embouteillages et l’indiscipline de certains chauffeurs, il est difficile d’arriver à temps, à bon port. Le Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (Cetud), selon les mots de son directeur général, « veut prendre le taureau par les cornes ». Alioune Thiam qui était en conférence de presse, hier, a dévoilé un nouveau plan de circulation censé améliorer la fluidité de la circulation à Dakar en mai. M. Thiam a annoncé d’autres mesures allant dans le sens de réguler le transport routier dans sa globalité dans la capitale sénégalaise. Ces mesures, a-t-il expliqué, qui s’inscrivent dans un plan d’actions en cours de maturation, ont été prises à la suite de constats : les embouteillages deviennent de plus en plus denses et les accidents de la circulation de plus en plus récurrents.
Concernant une dizaine de tronçons considérés par le Cetud comme des « points noirs » (Route des Maristes, Khar Yallah, Keur Gorgui, Rue Aimé Césaire angle Avenue Cheikh Anta Diop…), ce plan de circulation est dans sa phase expérimentale. Il est testé sur le tronçon Boulangerie Jaune-Rond point Jvc sur les deux voies de Sacré-Cœur. Les routes secondaires et les contre-allées de ce tronçon qui étaient à double sens seront à sens unique. « Ce plan de circulation a été élaboré de telle sorte qu’à l’échelle du quartier, tous les mouvements qui étaient permis et qui sont restreints aujourd’hui puissent trouver des solutions et des alternatives », explique M. Thiam. S’expliquant sur le choix de ce tronçon pour le démarrage de ce projet, le Secrétaire exécutif du Cetud souligne que c’est « un nœud très sollicité et qu’il fallait arbitrer entre tous les points noirs identifiés ». Images à l’appui, Moustapha Seck, ingénieur en transport a montré que le giratoire du Jvc est très achalandé et l’offre insuffisante par rapport à la demande. « Il y a beaucoup de files d’attente et des mouvements désordonnés et dangereux et des effets de cisaillement qui entraînent des problèmes de circulation surtout aux heures de pointe, c’est-à-dire le matin et l’après-midi », a-t-il argumenté. Même diagnostic à hauteur du rond-point de la Boulangerie jaune caractérisé par de nombreux accès informels avec des mouvements très dangereux. « On a proposé des solutions à court terme consistant à la mise en sens unique de certaines rues afin de limiter les effets de cisaillement pour mieux fluidifier la circulation », a précisé l’ingénieur. Des panneaux indicatifs seront plantés et des agents de sécurités mis à contribution pour faire respecter cette mesure. De l’appropriation par les riverains et des automobilistes de cette mesure, dépendra son succès, a insisté le directeur général du Cetud.
Elh. I. THIAM/Le soleil online

Commentaires

Le problème de Dakar, c'est la voiture individuelle. Depuis longtemps, dans les grandes villes, on raisonne en transports urbains, pas en véhicule individuel, c'est anachronique.
Il y a 12-13 ans, il eût fallu faire un tram des Parcelles puis Yoff jusqu'à la gare des NdiagNdyaye (pres du Tribunal) il n'y avait de construit que le Terrou-bi, et encore on pouvait leur prendre sur le parking. Peut-être fallait-il faire un pont suspendu à Soumbédioune mais c'etait encore à cette époque,largement faisable.
Et d'autres trams sur la voie ferrée qui longe l'autoroute.
Il a été fait ce que vous avez vu et qui ne résout rien, sauf quelquefois à déplacer l'embouteillage.
Par ailleurs sur la corniche la voie de droite sert de parking (Ecobank Mamelles, Commerces de Ngor)
Les taxis resteront nombreux même si la delivrance de licences est gelée, quand c'est trop tard, c'est trop tard.

PS. Quand on écrit un article, il faut se relire, pour les taxis, même si tout le monde a compris, c'est l'offre qui est superieure à la demande !

Écrit par : rico | 21/04/2016

Répondre à ce commentaire

Il serait utile et efficace, pour aller dans le sens du développement, et non plus de l'informalisation (même si celle-ci a eu son roi!), de revenir aux compteurs dans les taxis. Ils arrêteront de se vendre à vil prix, ce qui va contre la rentabilité de leur profession, ou de nous prendre pout des c., ce qui qui n'est pas la solution.
Chaque chose a un prix, tout travail et tout service méritent salaire. C'est une des clefs de développement.
Et de l'émergence; qui ne se planifie pas mais se constate, suite à d'indispensables changements de comportements. Y compris clients et chauffeurs dr taxis !

Écrit par : eric Silvestre | 22/04/2016

Répondre à ce commentaire

pour réduire la circulation, une bonne solution vérifier le vrai permis de conduire, la vraie assurance et le vrai controle technique et l'état de la voiture , combien de phares cassés devant et ou derrière et de clignoteurs hors service, de pare brise cassé , du bon foctionnement du tableau de bord, des ceintures de sécurité, de la bonne fermeture des portières et du bouchon du réservoir qui est souvent un gobelet en plastique ou un chiffon

Écrit par : jacobuscobus | 22/04/2016

Répondre à ce commentaire

pour réduire la circulation, une bonne solution vérifier le vrai permis de conduire, la vraie assurance et le vrai controle technique et l'état de la voiture , combien de phares cassés devant et ou derrière et de clignoteurs hors service, de pare brise cassé , du bon fonctionnement du tableau de bord, des ceintures de sécurité, de la bonne fermeture des portières et du bouchon du réservoir qui est souvent un gobelet en plastique ou un chiffon

Écrit par : jacobuscobus | 22/04/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.