12/05/2016

ST LOUIS JAZZ FESTIVAL SECURISE

Un festival de jazz sous haute sécurité à Saint-Louis

topelement.jpg

Le grand festival annuel de jazz, qui s'ouvre mercredi soir à Saint-Louis, dans le nord du Sénégal, est sous haute surveillance après des attaques djihadistes en Afrique de l'ouest.
Dans un premier temps, le festival avait été annulé en raison de la menace terroriste.
La sécurisation de l'événement musical, qui se tiendra jusqu'au 16 mai, a été à l'origine de la brève interdiction du festival par le préfet. Il reprochait aux organisateurs un manque d'engagement «dans l'effort de sécurité».
Des attaques djihadistes ont frappé ces derniers mois plusieurs pays de la région, dont la Côte d'Ivoire (19 morts à Grand-Bassam, près d'Abidjan en mars). Le Sénégal, jusqu'à présent épargné, a cependant renforcé la sécurité dans de nombreux lieux publics, comme les hôtels et les administrations.
Saint-Louis, ville classée en 2000 au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, est visitée par de nombreux touristes. «Toutes les dispositions sont prises pour un bon festival avec un impressionnant dispositif de sécurité», impliquant gendarmes et policiers, a déclaré le gouverneur de la région, Alioune Aïdara Niang, à quelques heures de l'ouverture officielle du festival.
Fouilles systématiques
Selon un responsable policier, en plus des «entrées routières sécurisées», «des forces de sécurité sillonnent discrètement les frontières fluviales et maritimes» avec la Mauritanie.
Les véhicules entrant dans la ville sont ainsi soumis à des fouilles systématiques, a constaté un journaliste de l'AFP. D'après une source de sécurité, près de 600 hommes doivent être déployés pour garantir la sécurité de l'événement.
Jeunes talents du pays
Le programme du festival - dont la scène a dans le passé vu défiler de grands noms comme Liz Mac Comb, Gilberto Gil, Manu Dibango, Ali Farka Touré et Randy Weston - comprend des concerts «in» qui se tiendront Place Faidherbe, au coeur de Saint-Louis, île bâtie sur l'estuaire du fleuve Sénégal.
A l'affiche figurent de jeunes talents du pays comme Sarro, leurs aînés à la riche carrière internationale comme Cheikh Lô, mais aussi des groupes et artistes originaires de près de dix pays, dont le Cubain Omar Sosa et l'Américain Marcus Miller.
Il est aussi prévu des spectacles «off», des concerts de gospel à la cathédrale de la ville, une foire d'artisans et de commerçants entre autres manifestations, d'après l'Association Saint-Louis Jazz, qui organise le festival.
Affluence en baisse
De nombreux touristes étrangers et des résidents du pays, attirés par l'appel du jazz, sillonnaient les rues de la ville même si leur affluence semble en baisse par rapport aux précédentes éditions. Du côté des hôteliers, restaurateurs, commerçants et divers opérateurs économiques, l'espoir de faire de bonnes affaires durant le festival est en revanche intact.
D'après Alboury Ndiaye, hôtelier et président de la Fédération des offices de tourisme du Sénégal, le festival rapporte à la ville de Saint-Louis environ «4 milliards de FCFA (6,7 millions de francs) au moins», somme incluant «2 à 3 milliards de FCFA pour les hôtels et sites d'hébergement» et de restauration.
24h.ch

Les commentaires sont fermés.