14/05/2016

LE SENEGAL VA AVOIR SON TER

687 millions d’euros sur la table pour le train express régional Sénégalais

ter.jpg

Le projet du train express régional (TER), l’un des chantiers majeurs du mandat du président Macky Sall, est sur de bons rails. En effet les dernières touches au montage financier ont été apportées mercredi 11 mai 2016 à Dakar, a confié à Jeune Afrique Abdou Ndéné Sall, le secrétaire d’État au réseau ferroviaire.
Ce TER va faire la jonction entre l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass – une localité à 47 kilomètres au Sud-Est de Dakar – et la capitale.
Les partenaires financiers se sont rencontrés à Dakar pour peaufiner les derniers détail de ce projet, la première liaison ferroviaire rapide du Sénégal. 451 milliards de F CFA (687 millions d’euros) ont été mobilisés.
On a appris que la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement du Sénégal décaissent chacun 100 milliards de F CFA, la Banque islamique de développement (BID) injecte 181 milliards et enfin l’Agence française de développement (AFD) met sur la table 70 milliards.
Les premiers coups de pioche seront donnés en juillet 2017.
Le TER partira de la gare centrale de Dakar pour desservir 14 stations jusqu’à l’AIBD, soit un trajet global de 57 km qu’il avalera en moins de quarante-cinq minutes. Sa capacité est évaluée à 115 000 voyageurs par jour.
Le français Alstom aux manettes
Le constructeur français Alstom a damé le pion à ses concurrents dans l’appel d’offres international provisoire sur l’approvisionnement et la mise en service d’un parc de matériel roulant (rames automotrices bi-mode, essence ou électricité). Alstom disputait le morceau au chinois Norinco International.
Reste à sacrifier au rituel des délais de recours gracieux auprès de l’Agence de promotion des investissements et grands travaux (APIX) et de la commission de règlement des différends de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP), avant qu’Alstom ne rafle définitivement ce marché de 140 milliards de F CFA.
L’entreprise française aura 26 mois pour réaliser ce projet. Toutefois le secrétaire d’État au réseau ferroviaire a déclaré qu’il y a une autre affaire en cours qui pourrait jouer sur le montant du marché : « nous sommes en train de réaliser un travail de benchmarking sur l’offre technique qu’Alstom a faite à l’Algérie, similaire à la nôtre. Il s’agit de matériel roulant bi-mode (essence ou électricité, ndlr). Nous irons négocier la diminution de 10% du montant de l’offre car elle contient des paramètres qui n’épousent par exemple pas nos réalités climatiques locales (brise-glace, neige) ».
A signaler que le TER fait partie des 8 grands chantiers du Plan Sénégal Emergent (PSE), un programme sans précédent dont la réalisation s’étale jusqu’en 2035 et qui devrait, si le cap est maintenu, changer en profondeur l’économie du pays.
dakarecho/j.Louis Verdier

Commentaires

Bonne réalisation Mr le Président c est le Sénégal qui gagne

Écrit par : Rawane beye | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

Il s'agit d'un oui mais de principe ....
car l'accord définitif est en fait beaucoup plus complexe ,et , comporte encore beaucoup de palabres ....

Il est certain que le SENEGAL à des besoins de ce coté ,et que l'argent du pétrole est une aide pour tous ces travaux ,ceci expliquant de programmer 20 ans pour tracer 57 kms.....

Écrit par : oyster | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

En 2035 ou peut être en ??????? souviens-toi de l'aéroport AIBD et çà viendra quand çà pourra

Écrit par : issa gibb | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.