14/05/2016

TOURISME: LE MAROC EN EXEMPLE

Tourisme: Le directeur de la SAPCO donne l’exemple marocain

7144785-10953618.jpg

Le directeur général de la Société d’aménagement et de la promotion des côtes et zones touristiques au Sénégal (Sapco), Bocar Ly, a salué les efforts consentis par le Maroc dans la promotion du tourisme. Il s’exprimait à l’occasion des préparatifs de la semaine du tourisme local du 23 au 29 mai à Saly et l’impact de la menace terroriste sur le secteur.
L’expérience marocaine en matière de promotion du tourisme planera certainement à l’occasion de la semaine du tourisme local prévue du 23 au 29 mai à Saly (70 km de Dakar). Le directeur général de la Sapco, Bocar Ly, donne déjà en exemple les efforts consentis par le Maroc dans la promotion du secteur. Car, estime-t-il, le secteur touristique sénégalais, mal en point, a besoin d’un coup de fouet.
«Notre pays a négligé un aspect important qui est la promotion. Pendant que le Maroc investissait dans la promotion, nous avions jugé que ce n’était pas nécessaire et voilà les résultats», a-t-il constaté. Et d'indiquer que «le tourisme apporte à l’économie 300 milliards de FCFA de recettes par an». Bocar Ly regrette ainsi la baisse du taux d’occupation hôtelière de 60%.
Si le tourisme d’affaires et celui local battent de l’aile avec, notamment, le terrorisme qui sévit dans la région, il urge, dit-il, de prendre des mesures allant dans le sens de rendre attractif le tourisme sénégalais et de procéder à la réduction des prix des nuitées.
Lesechos/Maroc

Commentaires

La promotion c'est bien ! elle se fait d'ailleurs principalement "de bouche à oreille" par les touristes eux-mêmes, qu'ils soient enchantés de leur voyage/séjour, ou totalement désenchantés : cette promotion directe peut donc être soit positive, soit négative. Rendre le tourisme attractif, oui, c'est la moindre des choses... Baisser les prix aussi, car la destination reste chère... Mais honnêtement, sur quelles bases concrètes faire la promotion du Sénégal aujourd'hui ?
Les tarifs du Maroc sont bien plus attractifs, le pays offre nombre de sites très différents et des découvertes inattendues. Mais surtout le touriste n'est pas enquiquiné toutes les 5 minutes, il est libre de vaquer où bon lui semble sans être constamment importuné ; le Maroc a mis en place il y a longtemps déjà des préposés à la sécurité qui se glissent parmi la population et circulent un peu partout pour assurer la tranquillité des visiteurs.
Le soleil et le bord de mer c'est bien pour un séjour d'une semaine. Il faut offrir autre chose pour fidéliser les clients à long terme. En tout premier lieu l'accueil, la sécurité, et le respect.

Écrit par : Candide | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a une diversité de paysages au Maroc qui est inégalable par rapport au Sénégal. Les plages avec du sable, Ok ! Mais les villes impériales, les villages perdus dans les montagnes de l'Atlas, les cascades d'Ouzoud, les vallées du Dadès et du Drâ et leurs tzars, les georges de la Todra, les dunes de Merzouga et de Mhamid, les pierres de Tafraoute et le marché aux chameaux de Goulimine... Géographiquement, le Sénégal ne peut pas rivaliser avec le Maroc.
Et puis, il y a le prix , 450 €uros, en tout compris en hôtel 4 ou 5 étoiles au Maroc avec des buffets extraordinaires et des soirées à thèmes avec un service rempli de gentillesse et de professionnalisme. Alors qu'au Sénégal, la semaine vaut 1 500 €uros pour une prestation d'un 2 étoile sans recherche de diversification des repas et d'un service moyen par des serveurs qui donnent l'impression qu'on les embête pour rester poli. Serveurs qui n'oublieront de mendier un pourboire, le jour du départ malgré leur mauvaise prestation.
Enfin, au Maroc, on peut se promener tranquille partout, sans se faire embêter. A contraire du Sénégal, où on est, dès que l'on sort de l'hôtel, harcelés et arnaqués, voire insultés par les bana-banas et les antiquaires, Il y a aussi la présence de ces pauvres gosses talibés en haillons, pleins de cicatrices et de teigne qui vous soulève le cœur et vous fait haïr le pays, vision d'enfants esclaves inexistante au Maroc. Pour la saleté des rues et des villes, c'est kif-kif dans les deux pays. Pour les phobiques des microbes, ce n'est pas le top. Il y a aussi une référence raciste du colonialisme omniprésente envers les toubabs au Sénégal qui est inexistante au Maroc, comme si on devait une réparation financière s aux sénégalais par rapport à nos aînés, ce qui met vite à mal la notion de Teranga.
Et malgré cela, les responsables du tourisme au Sénégal, nous bassinent toujours avec le manque de promotion de la destination, Ebola et le terrorisme, alors que le tourisme au Sénégal agonise. Ils n'ont toujours pas compris les vrais problèmes, ceux sont des nullards du tourisme aux commandes !

Écrit par : issa gibb | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
En fait ,la promotion des "voyagistes" pour le SENEGAL est ce jour inexistante dans les catalogues ou dans les vitrines on ne peut pas dire que les agences fassent un effort particulier ,et ceci peut se comprendre si pour une agence elle gagne plus sur des destinations différentes?
En ce qui concerne le MAROC ,je sais que l'offre est abondante et de qualité par le savoir faire !

Écrit par : oyster | 15/05/2016

Répondre à ce commentaire

Marmara et Nouvelles Frontières sont partis du Sénégal. Fram veut vendre son Framissima Palm Beach et il n'y a plus aucune publicité de leur part, pour la destination Sénégal, dans leurs agences, leurs press-books et sur Internet. Lookéa veut partir du Sénégal aussi.
A qui la faute ? A une destination pas rentable pour les tour-opérators ou à un gouvernement sénégalais qui a tout fait pour détruire son tourisme étranger dans l'illusion d'un tourisme intérieur très à la mode dans l'esprit de la caste richissime et anti-toubab dakaroise.
Et le peuple sénégalais n'a pas plus de boulot, il va supporter ces richards qui vont venir se pavaner devant eux, les week-ends dans les stations balnéaires ? Jusqu'à Quand ?

Écrit par : issa gibb | 15/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.