21/05/2016

LE SENEGAL TOUJOURS DANS LE ROUGE

La balance commerciale du Sénégal reste toujours déficitaire

peche.jpg

Le Sénégal fait beaucoup d’efforts pour stabiliser sa balance commerciale, mais malgré tout ne parvient toujours à redresser la barre. la balance commerciale reste toujours déficitaire. Une enquête de la BCEAO a révélé le passif. L’étude a été présentée hier au cours de la cérémonie d’ouverture de la 8 ème édition de la journée annuelle de diffusion des comptes extérieures du Sénégal.
La balance commerciale du Sénégal reste toujours déficitaire. C’est une étude commanditée par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ( BCEAO) qui a fait la révélation. Selon cette étude, le déficit commercial s’établit à -1382, 2 milliards en 2014 contre -1471 milliards F CFA en 2013 soit une contraction de de 87, 8% sous l’effet d’une diminution des importations de l’ordre de 37,5 milliards conjugué à une hausse des exportations de 50,3 milliards de FCFA. Rapporté au PIB, le déficit est de 17, 9% en 2014.
L’étude révèle aussi que l’encours de la dette publique est ressorti à 4112,9 milliards de FCFA ( 53% du PIB) en 2014. On note ainsi une hausse de 771,2 milliards par rapport à 2013 où il était à 45% du PIB.
L’enquête fait ressortir que la dette extérieure représente 74% de la dette publique en 2014 contre 70% en 2013.
Le Sénégal doit encore hâter le pas pour atteindre l’émergence. L’étude a montré que le pays a besoin encore de plus d’efforts pour rééquilibrer les comptes. L’accent doit être mis dans la redynamisation de l’offre locale. Le Sénégal est asphyxié, selon l’étude par ses importations qui lui coûtent très chères. Les importations concernent des produits pétroliers, des biens d’équipement, des produits alimentaires et des biens intermédiaires.
Dans les exportations, les produits phares comme l’arachide connaissent une baissent drastique. En 2014; il était évalué à 29,5 milliards de f CFA contre 33,5 milliards en 2013 soit une baisse de 11,9%. L’or a subi le même sort. Depuis le démarrage en 2009 de la production industrielle de ce métal, la contribution du produit aux exportations sénégalaises n’est pas fameuse. L’on pourrait dire la même chose pour les produits acides. Cette situation s’explique par les difficultés rencontrées par la principale unité de production de cette branche. Hormis les produits halieutiques l’ont pourrait dire que les exportations n’ont pas un apport significatif dans la balance commerciale de ce pays.
Abdoul Aziz/Senego

Les commentaires sont fermés.