07/06/2016

L'AUTOROUTE DE L'AVENIR...

Diamniadio-Aibd-Mbour : Le triangle de la nouvelle modernité

74589ce4c9b6a916a3d7e6d6139f8c67_XL.jpg

Après l’autoroute Dakar-Diamniadio, une nouvelle prouesse de l’Etat s’est faite jour à travers la réalisation de l’autoroute Aibd-Mbour dont le premier tronçon, Aibd-Somone, sera mis en service en juillet. A partir d’aujourd’hui le Soleil publie sur quatre éditions des reportages sur ces grands projets.
Là où passe la route, les localités traversées gagnent en attractivité, l’activité économique se développe et les populations s’épanouissent. Grâce à la vision du président Macky Sall qui a compris que les infrastructures routières doivent, outre leur impact social lié au désenclavement, être un vecteur d’investissement et de développement économique, des projets d’envergure sont mis en œuvre afin de densifier le réseau routier national. La construction de l’autoroute Diamniadio-Aibd-Mbour-Thiès fait partie de ces vastes chantiers ouverts à travers tout le pays avec pour objectif de permettre au Sénégal de disposer de l’un des meilleurs réseaux routiers capables d’accompagner la relance économique attendue.
Après l’autoroute Dakar-Diamniadio, une nouvelle prouesse de l’État se fait jour à travers la réalisation de l’autoroute Aibd-Mbour-Thiès. Au-delà de l’intérêt qu’elle suscite sur les plans économique et social, cette infrastructure va assurer une meilleure interconnexion du territoire.
Prolongement de l’axe autoroutier Diamniadio-Aibd lancé au mois de juin 2014, le projet de construction de l’autoroute Aibd-Mbour-Thiès entre dans l’ouverture prochaine de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd) qui est au cœur de ce dispositif infrastructurel. Le chef de l’État qui a compris que les infrastructures routières doivent être un vecteur d’investissement et de développement économique a initié une politique pour développer des autoroutes afin d’assurer une meilleure connectivité du territoire. L’autoroute Aibd-Mbour-Thiès dont la réalisation a été confiée à l’entreprise China international water electric corporation (Cwe) qui sera construite en référence au standard le plus élevé, fait partie de cet ambitieux programme. Et sera un atout de taille pour l’économie du pays, la compétitivité de Dakar comme hub industriel, aéroportuaire et maritime de la sous-région. Selon le directeur des autoroutes et des partenariats public-privé de l’Agence des travaux et de la gestion des routes (Ageroute), Bocar Malick Mbow, Aibd-Mbour représente l’une des branches de l’autoroute Aibd-Mbour-Thiès, car, fait-il remarquer, le projet globalement constitue le prolongement de l’autoroute Dakar-Diamniadio-Aibd qui a été scindé en deux branches. La première va à Thiès sur un linéaire de 16 km et la seconde va vers Mbour sur 39 km. Les deux tronçons autoroutiers font 55 km. En plus de ces tronçons autoroutiers, il est prévu quelques voies de connexion. « Nous avons prévu 7 km de route de connexion pour assurer la desserte de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd), de la Zone économique spéciale intégrée de Dakar (Disez) qui est accolée à l’Aibd, en plus de cela, il y a un cargo village, une zone militaire. Ce sont ces aménagements que l’on réalisera autour de l’Aibd », fait savoir Bocar Malick Mbow. Ces travaux comportent plusieurs ouvrages d’art, trois échangeurs (Sindia-Poponguine, Mbour ouest, Mbour nord) et un grand échangeur carrefour à Thiambokh, 24 passages supérieurs et inférieurs, 5 giratoires, sans compter les dalots et autres structures de drainage des eaux de pluie. Pour ce qui concerne les ouvrages d’art, soutient M. Mbow, une garantie décennale est prévue, s’agissant de l’infrastructure, certaines garanties sont prévues dans le contrat avec l’entreprise.
Cette autoroute est prévue pour être mise en péage, mais M. Mbow précise, toutefois, que le schéma mis en œuvre pour la construction de l’autoroute Aibd-Sindia et Aibd-Thiès n’est pas le même que celui de Dakar-Diamniadio-Aibd. « Aibd-Mbour-Thiès n’est pas mis en œuvre dans le cadre d’une concession. Aujourd’hui, nous avons une infrastructure (première section Aibd-Somone, ndlr) qui sera fonctionnelle au plus tard en août prochain. Mais à terme, il est prévu que l’autoroute soit mise à péage. Il va donc falloir réaliser des aménagements additionnels pour assurer la collecte des recettes », indique-t-il.
Les travaux de l’axe Aibd-Sindia (Somone), financés par l’État du Sénégal, sont avancés à près de 80 %. Selon Bocar Malick Mbow, directeur des autoroutes et des partenariats public-privé de l’Ageroute, sa structure s’est fixée une échéance consistant à livrer l’infrastructure vers la fin du mois de juin ou à la mi-juillet au plus tard.
L’autoroute Aibd-Mbour constitue un maillon très important de l’ambitieux programme d’armature autoroutière lancée par l’État. En termes d’avancement sur la partie financée par l’État, notamment sur le tronçon Aibd-Sindia (Somone), les travaux sont avancés à près de 80 %. « Ce projet avait initialement été financé par l’État du Sénégal à 100 % pour une première tranche des travaux. Pour poursuivre les travaux dans leur globalité, l’État a bénéficié de la coopération chinoise avec Eximbank of China (banque d’import et d’export de la Chine) pour financer les travaux et les achever dans leur intégralité », a rappelé le directeur des autoroutes et des partenariats public-privé de l’Ageroute, Bocar Malick Mbow. Le coût global de l’ensemble des travaux est estimé à 470 millions de dollars (plus de 235 milliards de F Cfa) dont 85 % assurés par Eximbank et 15 % par l’État du Sénégal qui prend également en charge le contrôle des travaux et le paiement des impenses. Selon M. Mbow, l’Ageroute est en train de prendre toutes les dispositions avec l’entreprise chinoise (Cwe), chargée de réaliser les travaux, pour assurer une mise en service correcte de cette section de l’autoroute dans les plus brefs délais. « Du point de vue contractuel, nous avons un délai global de 45 mois pour libérer les tronçons Aibd-Mbour et Aibd-Thiès. L’Ageroute est en train de travailler avec l’entreprise chinoise pour assurer un délai intercalaire nous amenant à la livraison du tronçon Aibd-Sindia (Somone) le plus tôt possible », assure-t-il.
À en croire M. Mbow, les dispositions sont en train d’être prises pour être au rendez-vous, car « l’État s’est engagé, avec Senac SA, dans les clauses paysagères avec le contrat de construction de Senac pour assurer une mise en service correcte du tronçon Aibd-Somone au plus tard au 19 août 2016 ». Toutefois, indique-t-il, l’Ageroute est en train de faire en sorte qu’avant cette date, tous les travaux puissent être terminés et livrés. À l’heure actuelle, techniciens et ouvriers s’attellent à finir les travaux, notamment le revêtement, la couche de surface qui est très bien avancée, les premières couches de bitume sont terminées et la dernière est en cours sur plusieurs kilomètres. Il sera ensuite installé le dispositif, c’est-à-dire tout ce qui concerne le système de protection latérale constitué de glissières métalliques sur certaines sections et par des glissières en béton. À cela va s’ajouter la mise en place de la signalisation horizontale constituée par la peinture au sol et verticale avec tout ce qui est installation de panneaux directionnels et autres et qui devrait permettre l’amélioration des conditions de circulation automobile sur l’autoroute.
Les travaux de l’autoroute Aibd-Mbour en deux étapes
La branche Thiambokh-Mbour, longue de 39 km d’autoroute en 2x2 voies extensibles en 2x3 voies, sera livrée en deux étapes. D’abord le lot Thiambokh (Aibd)-Somone sur 19 km et ensuite le lot Somone-Mbour sur 20 km. Cette infrastructure coupe plusieurs points particuliers : la RN1 à hauteur du village de Tchiky, la route Sindia Popenguine, à hauteur du village de Kignabour 2, la rivière de Somone, la route Nguekhokh-Ngaparou, la RN1, près du village de Gandigal, la route de Malicounda Bambara, à hauteur de la station Senelec, la RN1 à hauteur du village Keur Balla Lo. Pour le premier lot que constitue la branche Aibd-Sindia (Somone), les travaux sont en cours d’achèvement et l’infrastructure sera bientôt livrée. Mais pour le tronçon Somone-Mbour, la libération des emprises est prévue pour le mois de juin ou juillet et les chantiers seront aussitôt ouverts, selon les responsables d’Ageroute.
La libération des emprises sur les tronçons Aibd-Mbour et Aibd-Thiès est en phase très avancée. Hormis la section Somone-Mbour, les travaux ont été entamés sur les deux autres sections à savoir Aibd-Somone et Aibd-Thiès. Selon la chef de la cellule juridique Ageroute, chargée de la libération des emprises des projets routiers, Fatou Diallo Thiam, près de 1 000 personnes impactées ont été indemnisées pour un montant d’environ de 2,650 milliards de FCfa.
L’Etat a indemnisé près d’un millier de personnes impactées par les travaux de réalisation des autoroutes Aibd-Mbour et Aibd-Thiès pour un montant de 2,650 milliards de FCFA. La chef de la cellule juridique Ageroute, chargée de la libération des emprises des projets routiers, Fatou Diallo Thiam précise que ce nombre d’impactés ne prend pas en compte les personnes qui seront touchées avec la modification du diffuseur de Thiambokh dont l’évaluation est en cours. « Initialement, 250 personnes sont impactées. Et si l’on y ajoute les nouveaux impactés, ce chiffre va tourner autour de 1.000 personnes », déclare-t-elle. Pour la première phase (Aibd-Somone) longue de 19 km, 250 personnes ont été impactées. Pour l’essentiel, précise Mme Thiam, il s’agit des impacts agricoles. Ainsi, 400 millions de FCFA ont été mobilisés pour indemniser les impactés. Alors que la libération de la deuxième tranche (Somone-Mbour) a initialement touché 176 personnes sur 20 km et a nécessité la mobilisation d’1,750 milliard de FCfa, selon la chef de la cellule juridique de l’Ageroute qui précise que beaucoup d’habitations à Nguékhokh et à Malicounda seront touchées par cette libération. « Ce sont des villas assez cossues qui se trouvent à Somone. Il fallait, à un moment donné, changer le tracé de l’autoroute Somone-Mbour. Et c’est cela qui a conduit à l’élévation de ce montant », explique-t-elle. Sur cette même section, une partie reste encore à payer. « Au total, 239 personnes sont concernées pour un montant de 325 millions de FCFA », ajoute Fatou Diallo Thiam.
Sur cette deuxième phase Somone-Mbour, reconnaît-elle, il y a eu des réticences au début. « Les Sénégalais sont prompts à rejeter systématiquement des projets d’utilité publique », déplore-t-elle. « Aujourd’hui, se réjouit-elle, les impactés ont compris l’intérêt du projet pour le développement de notre pays et ont fini par adhérer au projet et accepter les montants proposés pour leur indemnisation ». Elle souligne que par moment, il peut arriver que certains impactés ne reçoivent pas leur dû. Cela s’explique, selon elle, par un processus qui est parfois lent et la modification du tronçon. Pour la chef de la cellule juridique de l’Ageroute, cette lenteur se justifie aussi dans le but d’éviter des cas de redondance de paiement ou de payer des zones qui ne seront pas occupées à long terme. Sur ce tronçon, les procès-verbaux de conciliation sont déjà transmis et les paiements seront bientôt effectués. D’ici à deux mois, assure Mme Thiam, l’essentiel des emprises de la deuxième section de l’autoroute Aibd-Mbour à savoir Somone-Mbour sera libéré. Sur le changement de contournement, elle soutient qu’il est lié au fait que le tracé initial traversait un cimetière à hauteur de Nguékokh.
Pour le tronçon Aibd-Thiès, le paiement des impenses a englobé 340 millions de FCfa au profit de 250 impactés. Mais ce tracé a été modifié avec l’agrandissement du diffuseur de Thiambokh dont l’emprise initiale qui est passée de 100 ha à 400 ha. Par conséquent, ajoute-t-elle, il y aura de nouveaux impactés. L’évaluation est en train d’être faite sur ces nouveaux impactés et la difficulté, révèle Mme Thiam, réside dans le fait qu’il y a eu beaucoup de lotissements déjà réalisés dans la zone. Pour la chef de la cellule juridique de l’Ageroute, le projet de construction des autoroutes Aibd-Mbour et Aibd-Thiès s’inscrit dans les politiques de développement des autoroutes initiées par l’État depuis quelques années. Elle reconnaît que la libération des emprises a suscité quelques frustrations au début, car l’Ageroute débarquait dans une zone où il y avait déjà l’Apix avec le prolongement de l’autoroute Dakar-Diamniadio jusqu’à Aibd ainsi que la construction de cet aéroport. « La comparaison était souvent faite entre les dédommagements de l’Apix, de l’Aibd, et de l’Ageroute. C’était la seule contrainte qui a fait qu’il y a eu beaucoup de lenteurs surtout sur le tronçon Aibd-Thiès », relève Fatou Diallo Thiam. S’agissant de la libération des emprises, elle soutient que l’État prend toujours en compte les préoccupations des populations.
Le directeur des travaux de l’autoroute Aibd-Mbour-Thiès de la compagnie China international water electric corporation (Cwe), Zhixiang Song, a indiqué que son entreprise ne ménagera aucun effort pour livrer, dans les délais impartis, cette infrastructure dont ils ont en charge la réalisation. C’est en 2012 que l’État a contracté avec Cwe pour la réalisation de l’autoroute Aibd-Mbour-Thiès sur une durée de 54 mois. Ce n’est qu’un an plus tard que ce projet sera entamé. « Notre projet est en bonne voie. Nous avons consenti beaucoup d’efforts pour qu’il avance. Avec le soutien de tous, le projet va bientôt finir », a-t-il déclaré. Au début, rappelle-t-il, nous avions eu quelques difficultés concernant la libération des emprises notamment sur le tronçon Aibd-Somone. Ce problème est aujourd’hui derrière nous », se félicite-t-il. Le 18 avril dernier, précise M. Song, le Premier ministre du Sénégal, M. Boun Abdallah Dionne assignait à l’entreprise de nouveaux défis. « Pour satisfaire la demande de l’autorité, nous allons consentir beaucoup d’efforts. C’est pourquoi nous avons demandé à notre maison-mère de préfinancer le projet pour gagner du temps », explique-t-il. « Notre objectif, relève M. Song, c’est de faire avancer le projet tout en assurant de la qualité du travail ».
Pour le moment, Cwe concentre ses efforts sur le tronçon Aibd-Thiès. Dans le nouveau contrat avec l’État, il n’était pas prévu de terminer les travaux avant le 19 août 2016. Mais l’État veut mettre en service la section Aibd-Somone pour la jumeler avec l’ouverture de la deuxième phase du projet d’autoroute de Senac Sa à savoir Diamniadio-Aibd. « À défaut, soutient M. Song, l’Etat du Sénégal va payer des pénalités à hauteur de 500.000 FCFA par mois à Senac Sa. C’est pourquoi nous avons consenti beaucoup d’efforts sur ce tronçon (Aibd-Somone) pour le livrer à temps et satisfaire ainsi à la demande de l’autorité », ajoute-t-il. S’agissant de la section Somone-Mbour, il assure que si les emprises sont totalement libérées, les travaux seront aussitôt entamés. M. Song invite ainsi les populations impactées à plus de compréhension, car ce projet est, rappelle-t-il, d’une utilité publique, un projet de développement. Sur cette section, la Cwe est à l’étape des études ; les travaux de topographie ont été déjà réalisés. Zhixiang Song croit savoir que les travaux sur cette section seront entamés au plus tard en début juin.
Le préfet du département de Mbour, Saër Ndao, par ailleurs, président de la Commission de recensement et d’évaluation des impenses, assure que la phase de conciliation supposant le recensement des personnes impactées est presque bouclée, et il ne reste que le paiement des impenses. Des cas d’omissions ont été relevés et selon le préfet, ils seront traités à la fin de la phase conciliation. Ainsi, pour rentrer dans leurs droits, les personnes concernées doivent adresser des lettres de réclamation à l’autorité préfectorale. « Mais si ces cas n’existent pas, les dossiers seront classés sans suite », affirme-t-il, soulignant que certains cas d’omissions sont liés au fait que les personnes concernées n’étaient pas sur place au moment du recensement. « La conciliation est individuelle. La personne concernée doit se présenter physiquement », ajoute-t-il. Hormis ces cas d’omission, le préfet Saër Ndao note qu’il n’y a pas eu de difficultés majeures concernant la libération des emprises sur la deuxième section du tronçon Aibd-Mbour à savoir Somone-Mbour. Seulement, constate-t-il, des personnes impactées jugent très dérisoires les montants proposés pour les impenses. « Elles estiment que leurs biens sont sous-évalués », relève-t-il. Dans l’évaluation des emprises, explique M. Ndao, des techniciens de l’État interviennent à plusieurs niveaux. Mais, précise le préfet, les personnes impactées et qui ne sont satisfaites de l’évaluation peuvent procéder à une contre-expertise. « Si le contentieux leur donne raison, l’État va respecter le droit. Au cas contraire, elles doivent se plier aux propositions initiales », explique-t-il. Selon le préfet, les impactés ne doivent même pas attendre qu’on leur serve de sommations pour libérer les emprises. « C’est un projet très avancé et circonscrit. Nous devons respecter les délais d’exécution », affirme Saër Ndao, rappelant que pour tous les projets d’utilité publique, « l’Etat a un droit sur le foncier ». L’Ageroute, de son côté, s’est engagée à prendre les dispositions nécessaires avec la commission départementale de recensement et d’évaluation des impenses pour assurer les premiers paiements sur cet axe. « L’opération est prévue au début du mois de juin. Une fois que l’emprise sera libérée, l’entreprise va se déployer sur cette partie », assure Bocar Malick Mbow. Cette pénétrante dont le tracé franchit de nombreuses localités aura un impact indéniable sur la décongestion des principales agglomérations traversées et contribuera à la création d’une véritable dynamique économique et sociale.
Samba Oumar FALL et Souleymane Diam SY (textes) et Pape SEYDI (photos)/Lesoleil
http://lesoleil.sn/component/k2/item/50645-diamniadio-aib...

Les commentaires sont fermés.