09/06/2016

LA CROISSANCE DU SENEGAL

Prévision de la Banque mondiale : Le Sénégal aura un taux de croissance de 7% en 2018

images.jpg

La Banque mondiale a publié son dernier rapport sur les Perspectives pour l’économie mondiale. Pour le Sénégal, elle table sur un taux de croissance de 7% en 2018. Alors que le ralentissement devra se poursuivre pour l’Afrique de l’Ouest.
La Banque mondiale dessine de bonnes perspectives de croissance pour le Sénégal d’ici à 2018. Dans son dernier rapport sur les Perspectives pour l'économie mondiale, elle prévoit un taux de croissance de 7% pour le Sénégal en 2018, soit le taux que se sont fixées les autorités sénégalaises dans le Plan Sénégal émergent. En 2017 déjà, la Banque mondiale estime que ce taux atteindra 6,8% et en 2016, 6,6% soit à peu près dans les mêmes proportions que les chiffres de l’année dernière qui étaient de l’ordre de 6,5%. En analysant le document, on se rend compte que le taux de croissance du Sénégal, depuis 2013, est dans une dynamique haussière. Puisque cette année-là, il était de 3,6% puis 4,3%. En 2018, le Sénégal aura l’un des meilleurs taux de croissance en Afrique derrière des pays comme la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie, le Ghana, le Sud Soudan, la Mozambique. En Afrique de l’Ouest, les prévisions de la Banque mondiale font état d’un ralentissement continu de la croissance, qui devrait s’établir à 2,5% en 2016, contre une estimation de 3% en 2015.
L’hypothèse retenue est une faiblesse persistante des prix des produits de base, une baisse de l’activité mondiale et un durcissement des conditions de financement. Alors que les pays exportateurs de pétrole ne devraient pas voir leur consommation augmenter de façon substantielle, chez les importateurs de pétrole, le recul de l’inflation devrait stimuler la consommation des ménages. Cet avantage, selon la Banque mondiale, pourrait néanmoins être atténué par le renchérissement des produits alimentaires du fait de la sécheresse, le niveau élevé du chômage et la dépréciation des monnaies.
L’investissement devrait ralentir dans bon nombre de pays à mesure que les pouvoirs publics et les investisseurs réduisent ou repoussent leurs dépenses d’équipement dans un climat d’assainissement des finances publiques.
Elhadji Ibrahima THIAM/Lesoleil

Commentaires

Macky tu fais du bon boulot
il faut garder le rythme, avec le pétrole, les autoroutes, diamniadio, et.. tout ira

Écrit par : Ndiaye | 09/06/2016

Répondre à ce commentaire

Sûr Macky fait du boulot.
Et tout ira presque bien si on a au moins 7 millions de sénégalais qui bossent correctement. Vous voyez ce que je dire????
Ce n'est quand même pas trop demander pour un peuple aussi fier?

Écrit par : Lola diolla | 10/06/2016

Répondre à ce commentaire

Manifestement à la hauteur ,il lui reste à régler par la justice un accord pour libérer le fils de l'ancien pdt pour rassembler son pays ...

Écrit par : oyster | 10/06/2016

Répondre à ce commentaire

La croissance prévisionnelle du Sénégal est de 7%. La croissance des meurtres d'enfants talibés par leurs marabouts est aussi en croissance, comme leur nombre dans une traite négrière d'enfants éhontée, est en croissance aussi. Tout le monde est content avec çà. On veut libérer Karim Wade et on laisse assassiner les talibés. Le Sénégal est abandonné par Allah le Tout-Puissant.

Écrit par : issa gibb | 10/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.