12/06/2016

LIMITER LES NAISSANCES?

3 enfants par femme au Sénégal, allons-nous vers une limitation des naissances?

une.jpg

A l’occasion d’un atelier sur capture du dividende démographique au Sénégal, le ministre de l’économie et des finances Amadou Ba a déclaré que le Sénégal présente des conditions satisfaisantes. Étaient présents à cet atelier: les acteurs du développement, les services du ministère de l’Economie, la représentante résidente du fonds des Nations Unis pour la Population du Sénégal Mme Andréa Wojnar Diagne et de la coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Sénégal Mme Bintou Djigo.
Et selon le rapport, trois point devraient être observés par le Sénégal. En premier lieu, le Sénégal devrait œuvrer pour une baisse rapide de son taux de fécondité du niveau actuel de 5 à 3 enfants en moyenne par par femme et ce, dans le but d’engranger le dividende démographique et accélérer sa transformation socio-économique. A cet effet, le rapport n’exclut pas d’accompagner de davantage d’investissements dans les programmes de planification familiale, les initiatives pour la survie de l’enfant, l’éducation et l’anticipation des femmes. Deuxièmement, il faudra que le Sénégal veille à ce que les jeunes complètent au moins le niveau secondaire d’éducation. Et enfin, accélérer la création d’emplois pour s’assurer que les possibilités de travail suivent le rythme de croissance rapide de la population en âge de travailler.
Essentiellement composé de jeunes, la population Sénégalaise, selon Amadou Ba, “pose avec acuité des défis en termes d’éducation, de formation professionnelle, d’emploi et d’accès aux autres services sociaux de base“. Avant de confier que le président de la République, Macky Sall, voudrait, à cet effet, réaliser, en “promouvant” le capital Humain, repositionner la planification familiale.
Khalil Kamara/Senego

Commentaires

Le repositionnement de la planification familiale en promouvant le capital humain au Sénégal ? Moins d'enfants par femmes pour pourvoir mieux les instruire ? Vous avez demander la permission aux religieux avec plusieurs femmes et contre l'avortement ou toute mesure moderniste ? A part, copier les chinois et la politique de l'enfant unique avec ses conséquences désastreuses. Dur, dur, le programme à appliquer au Sénégal. Quelques couples sénégalais modernistes comprennent que 2 ou 3 enfants permet de mieux les élever et de mieux les instruire. Malheureusement, la majorité des sénégalais sont toujours dans la notion d'avoir de nombreux enfants. Dixit : "Mes 9 enfants sont ma seule richesse, ils s'occuperont de moi quand je serais vieux." En plus de cet gros message d'amour, la contraception est sous-utilisée et trop chère au Sénégal. Là, aussi il y a une faille béante au repositionnement de la planification familiale.
Enfin, moins d'enfants au Sénégal ? Mais, vous avez pensé aux pauvres marabouts esclavagistes d'enfants. Sans talibés à exploiter, à envoyer mendier, à frapper, à violer, à prostituer et à assassiner, comment vont-ils gagner de l'argent, ces enseignant du Coran qui mènent à rien ? Sinon, qu'à les enrichir sur le dos de ces pauvres gosses, qui eux finissent adolescents, enfants des rue, dans la délinquance pour survivre, proies de tous les dangers de la rue et à la merci des recrutements djihadistes extrémistes, très dangereux pour l'avenir du pays.
Le "promouvant" de Macky Sall ferait mieux de commencer par éradiquer ce système esclavagiste d'enfants talibés, en planifiant le ramassage des talibés mendiants dans les rues par la police et la fermeture des daaras non conformes et maltraitantes par l'armée, avant tout autre chose.

Écrit par : issa gibb | 12/06/2016

Répondre à ce commentaire

1- "le Sénégal devrait œuvrer pour une baisse rapide de son taux de fécondité" : y aurait-il enfin une prise de conscience sur la démographie galopante ? il est vrai que le verbe est conjugué au conditionnel, mais ne désespérons pas.
2- "planification familiale, survie de l’enfant, éducation et anticipation des femmes" : je crois bien que les hommes aussi sont concernés par la conception des enfants, non ? on ne parle jamais d'eux quand il s'agit de planification FAMILIALE ! ils ont pourtant une part de responsabilité dans l'affaire, a minima 50% ...
3- "que le Sénégal veille à ce que les jeunes complètent au moins le niveau secondaire d’éducation" : s'atteler à une éducation du niveau primaire, pour TOUS les enfants d'âge scolaire, ce serait déjà une belle réussite dans le contexte actuel.
4- "accélérer la création d’emplois pour s’assurer que les possibilités de travail suivent le rythme de croissance rapide de la population en âge de travailler" : çà c'est absolument primordial ! sans entreprises, pas d'emploi, pas de travail ! et comment vivre dignement sans travail et donc sans revenu ? de plus, il faut nécessairement une formation efficiente pour travailler "bien" et espérer en retour une rémunération correcte.

Écrit par : Candide | 12/06/2016

Répondre à ce commentaire

Je lis : l’éducation et l’anticipation des femmes - L'EDUCATION oui mais L'ANTICIPATION des femmes c'est quoi ???

Écrit par : déhelle.debelval | 13/06/2016

Répondre à ce commentaire

L'anticipation des femmes, çà ne veut rien dire, en effet ! Dans l'utopie, on pourrait rêver à l'égalité des femmes ou à la prise du pouvoir des femmes dans la limitation des naissances. Mais, c'est sans compter sur le pouvoir absolu de l'homme au Sénégal sur la femme, doublé du pouvoir religieux musulman qui relègue, la femme comme inférieure à l'homme dans l'Islam.
Difficile aussi de croire, à un futur éducatif de niveau secondaire pour les jeunes, alors que seulement 33% des enfants sénégalais fréquentent l'école primaire avec toutes les grèves du corps enseignant qui va jusqu'à ne plus noter et corriger les examens. Ce n'est pas pour demain, la scolarisation à 100% de la jeunesse sénégalaise jusqu'au niveau secondaire.
Avec une population composée de 50% de jeunes de moins de 20 ans, la démographie galopante a oubliée en cours de route, que tous ces futurs adultes voudront un travail, une maison pour fonder une famille. Mais la situation de la politique économique et corrompue du Sénégal, ne pourra pas leur offrir. Car, il faut comprendre que les politiques et les religieux sont de connivence, pour tenir le peuple dans la misère et l'ignorance pour leurs seuls intérêts. Jusqu'à quand ? La persévérance du maintien dans la misère d'un peuple peut entraîner des révoltes, voir une révolution déstabilisatrice du pays ou un glissement vers les extrêmes.
Fécondité, Education, Emploi... le repositionnement du planning familial au Sénégal, je ne le vois pas du tout émergé dans la situation actuelle du Sénégal et encore moins dans les mentalités des sénégalais. C'est article relève du bla-bla utopique et inutile, toujours plus florissant de l'intelligencia peu instruite et irresponsable sénégalaise, sans vision réelle de l'état de leur propre pays.

Écrit par : issa gibb | 13/06/2016

Répondre à ce commentaire

La façon de penser au jour le jour est préjudiciable au pays!....

Écrit par : oyster | 13/06/2016

Répondre à ce commentaire

pour réduire la natalité, interdire la polygamie est une solution toute simple. il est vrai que avec 4 femmes, il y en a toujours au moins une qui n'est pas réglée, il ne faut pas priver les hommes qui font des gosses puis foutent le camp.

Écrit par : jacobuscobus | 14/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les sénégalais sont de grands enfants, qui sont incapables de se diriger tout seul!!!!il leur faut un chef,donc que Macky Sall prenne la décision de réduire les naissances et le peuple suivra...

Écrit par : eddy | 17/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.