17/06/2016

INSECURITE ALIMENTAIRE

Les mauvais chiffres du Sénégal

senegal

La société civile fait un bilan pas du tout satisfaisant de la lutte contre l'insécurité alimentaire au Sénégal. Pour y remédier, elle invite les collectivités locales à s'engager dans le financement.
"Tous contre la faim et la malnutrition''. C'est le slogan de la Plateforme société civile SUN Sénégal, pour lutter contre l'insécurité alimentaire. L'organisation s'est engagée à apporter sa contribution pour relever les défis liés à la nutrition et à la sécurité alimentaire, à travers la sensibilisation. Lors d'un atelier national de restitution de son document de stratégie de plaidoyer hier, à Dakar, les membres de la Plateforme ont fait un bilan pas du tout reluisant de la nutrition dans notre pays. Ainsi, l'on apprend que le taux de l'insécurité alimentaire au Sénégal est de 25% au-dessus de la moyenne en Afrique de l'ouest qui est de 15%. Un enfant sur cinq est en retard de croissance dû à la malnutrition. Quant au taux de malnutrition aigüe, il de 6%, selon les acteurs.
Tout en précisant que la situation n'est pas alarmante, le Secrétaire exécutif national de la Plateforme, Abdou Diouf affirme que depuis dix ans le taux de réduction est stagnant et est à 0%.
Pour réussir leur mission, les acteurs comptent organiser des caravanes nationales afin de sensibiliser les populations et surtout les élus locaux. Ces derniers sont les principaux concernés car "la question de la nutrition est une compétence transférée'', a rappelé M. Diouf. Il soutient qu'il faut que le plaidoyer soit adressé aux collectivités locales pour qu'elles participent au financement. Cette initiative de la société civile sénégalaise s'inscrit dans la perspective du Sommet mondial de Rio (Brésil) en août 2106 sur la "nutrition pour la croissance''.
La Plateforme a reçu un financement de 120 mille dollars (60 millions de francs CFA) pour mettre en oeuvre le projet"Actions de plaidoyer et d'engagement des décideurs en faveur de la nutrition au Sénégal''. L'objectif principal est de "Contribuer d'ici à 2020, à l'amélioration durable de l'état nutritionnel et de sécurité alimentaire des populations sénégalaises, informe-t-il.
Des enfants qui meurent encore au Sénégal à cause de la nutrition? Il y en a selon, toujours M. Diouf. Ce qui est inacceptable à ses yeux au moment où on parle de Plan Sénégal émergent (PSE). "On ne peut pas réaliser le PSE, s'il y a des enfants malnutris qui ne pourront pas aller à l'école'', soutient-il. Entre des produits périmés et le manque d'hygiène alimentaire, il estime que le Sénégal est un pays paradoxal car "on ne produit pas ce qu'on mange et on ne mange pas ce qu'on produit''.
Abdourahim Barry/Sen360

Commentaires

Je n'y comprends rien. D'un côté, le gouvernement annonce l'arrivée au niveau de la sécurité alimentaire au Sénégal à grands renforts de discours triomphalistes. De l'autre, la société civile annonce une situation du taux d'insécurité alimentaire au Sénégal de 25% alors que la moyenne est 15% pour l'Afrique de l'Ouest, avec un taux de 6% de malnutrition grave. Un enfant sur cinq en retard de croissance dû à la malnutrition. Qui faut croire ? D'un côté, les gros riches gavés du fric de la corruption des marchés. De l'autre, les pauvres mal nourris et qui crèvent de faim. Curieuse émergence !

Écrit par : issa gibb | 17/06/2016

Répondre à ce commentaire

j'ai toujours critiqué cette soi-disant émergence que l'on glorifie dans tous les discours et dans tous les secteurs d'activité au Sénégal. J'ai toujours répèté que l'émergence c'est pour les riches et corrompus du Sénégal, pas pour le peuple

Écrit par : jacobuscobus | 18/06/2016

Répondre à ce commentaire

j'ai toujours critiqué cette soi-disant émergence que l'on glorifie dans tous les discours et dans tous les secteurs d'activité au Sénégal. J'ai toujours répèté que l'émergence c'est pour les riches et corrompus du Sénégal, pas pour le peuple

Écrit par : jacobuscobus | 18/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.