01/07/2016

INONDATIONS: ENFIN CA BOUGE...

Lutte contre les inondations : 2.000 familles relogées, 70 milliards de FCfa dépensés depuis 2012

inondations_banlieue.jpg

Le Premier ministre a présidé, hier, un conseil interministériel sur la gestion et la prévention des inondations. Les autorités ont saisi cette occasion pour rappeler qu’elles ont injecté 70 milliards de FCfa depuis 2012 pour la réalisation des ouvrages structurants et reloger plus de 2.000 familles. En dépit de ces résultats, le chef du gouvernement a donné des orientations pour la conservation des acquis. La célérité dans les interventions est la nouvelle ligne directrice.
Le conseil interministériel sur la gestion et la prévention des inondations peut se résumer en deux axes. L’un porte sur le bilan, l’autre est axé sur les perspectives. En fait, depuis le début de la mise en œuvre du Programme décennal de lutte contre les inondations, en septembre 2012, la construction des ouvrages structurants de drainage et de stockage a sorti des quartiers de l’eau comme le Cices ou Dalifort.
Le chef de l’Etat qui a accordé une priorité à cette problématique, n’a pas lésiné sur les moyens pour atténuer la souffrance des populations. « Le président Macky Sall a bâti une vision de la lutte contre les inondations pour apporter des réponses efficaces à ce problème et réduire leurs impacts. C’est ainsi que des ouvrages structurants et des logements ont été construits. Depuis 2012, le gouvernement a dépensé plus de 70 milliards de FCfa et relogé plus de 2.000 ménages », a rapporté le ministre-conseiller porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.
Ce bilan incite les autorités à la vigilance et à la préservation des acquis, d’autant plus que les services météorologiques prédisent une saison pluvieuse. C’est pour toutes ces raisons que les opérations de désensablement, de faucardage des typhas, d’écrêtage des bassins, de curage des caniveaux ainsi que l’entretien et la construction de nouvelles stations de pompage vont se poursuivre. « Le Premier ministre félicite le ministre du Renouveau urbain et du Cadre de vie. Ce programme est de portée nationale. Des ouvrages seront ainsi réalisés à Saint-Louis, Fatick et Koungheul. Il est aussi prévu des ouvrages de franchissement à Kaffrine, Sédhiou et Kaolack », a énuméré Seydou Guèye.
30 milliards de FCfa pour l’atténuation
Aussi, le dispositif sera-t-il renforcé dans la banlieue dakaroise avec l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas). Le réseau primaire sera densifié par un réseau secondaire. La pérennisation des acquis est devenue une option forte pour faire face à tout évènement imprévisible. « Il y a un bon niveau d’avancement des dossiers en termes de signatures des conventions et de passations des marchés. Le Premier ministre a dégagé des orientations pour consolider les actifs afin d’atténuer les impacts et de prévenir des maladies », a souligné M. Guèye.
Dans la phase intermédiaire du plan décennal 2014-2016, les autorités projettent de poser des actes d’atténuation dans les collectivités locales classées dans la catégorie de risque moins et de risque élevé. C’est ainsi qu’avec le Programme d’atténuation des effets induits par les inondations, des logements sociaux seront construits à Kaolack, Thiès, Fatick, Joal... « Compte tenu de la réussite des mesures qui ont été prises, l’Etat va poursuivre la réalisation des projets structurants dans des collectivités locales où le risque est moindre ou élevé. C’est dans ce cadre qu’il a été créé le Programme d’atténuation des effets induits par les inondations d’un coût global de 30,2 milliards de FCfa », a informé le porte-parole du gouvernement.
Célérité dans les interventions
Dans cette perspective, le ministre de l’Habitat, du Renouveau urbain et du Cadre de vie, Diène Farba Sarr, a stabilisé la matrice des actions prioritaires. Il a signé un accord avec les 33 acteurs et la Direction centrale des marchés publics (Dcmp). L’objectif est de permettre à tous les services de réagir avec plus d’efficacité tout en respectant les procédures. « Le ministère du Renouveau Urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie a mis en place une innovation pour plus de célérité. Il a conclu un accord-cadre avec 33 entreprises, en accord avec la Dcmp, pour éviter les attentes directes et pour gagner du temps, tout en respectant la transparence », a apprécié Seydou Guèye.
Au cours de cette rencontre, le chef du gouvernement a validé la matrice des actions prioritaires avec ses composantes, à savoir des actions de prévention et des mesures de réaction, ainsi que la coordination des interventions. « La matrice d’actions prioritaires a été validée par le Premier ministre à partir de trois orientations. Pour la série des mesures préventives, l’enveloppe est de 900 millions de FCfa. La deuxième série concerne les mesures réactives. Pour cela, il y a un budget de réserve de 1 milliard de FCfa. La troisième composante, c’est la coordination », a rapporté M. Guèye.
Idrissa SANE/http://www.lesoleil.sn/actualites/item/51803-lutte-contre...

Commentaires

Dépêchez-vous car la pluie elle n'attendra pas.

Écrit par : Lola diolla | 02/07/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.