05/07/2016

LE COURANT PASSE

l’AFD prête 40 millions d’euros pour l’interconnexion électrique

centrale-electrique-592x296.jpg

L’Agence française de développement (AFD) a signé une convention de prêt de 40 millions d’euros bouclant le financement du projet d’interconnexion électrique de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG).
Avancée sensible dans la réalisation du projet dénommé Ligne d’interconnexion électrique des quatre États membres de l’OMVG (Gambie, Guinée, Guinée-Bissau et Sénégal).
L’Agence française de développement (AFD) a scellé le 1er juillet à Dakar, avec le gouvernement du Sénégal, une convention de financement de 40 millions d’euros (26,238 milliards de F CFA).
Ce montant vient ainsi compléter l’enveloppe globale de 650 millions d’euros apportée par les 6 autres partenaires techniques et financiers que sont la Banque islamique de développement (BID), la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD), la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), la coopération allemande, le Fonds kowéitien de développement et la Banque européenne d’investissement.
Cette ligne électrique longue de 1 677 km disposera d’une capacité de transit en boucle de 800 mégawatts. L’énergie hydroélectrique sera produite à partir des barrages de Kaléta (240 MW) en République de Guinée et de Sambagalou (128 MW) sur le fleuve Gambie au Sénégal.
Raccordement
Selon le ministre sénégalais de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, les objectifs spécifiques du projet sont de parvenir « à une disponibilité de l’énergie en quantité et qualité suffisantes, à un prix parmi les plus bas de la sous-région -entre 60 F CFA à 80 F CFA/kWh, à diminuer de moitié la facture d’électricité des ménages, et enfin, à supprimer les coupures et les pertes associées d’ici 2017 ».
Ce projet est une composante du Système d’échanges d’énergie électrique ouest-africain (EEOA–WAPP) des pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Il permettra, à terme, le raccordement au nord, des réseaux électriques de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) réunissant la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, et à l’est, de Transco CLSG (Côte d’Ivoire, Liberia, Sierra Leone et Guinée).
Amadou Oury Diallo/Jeune Afrique

Commentaires

La dette de la FRANCE augmente tous les jours d'une façon inquiétante ,mais Agence Francaise de Développement fait des chéques !....
Que ceci soit utile pour le SENEGAL est positif ,mais à force de dépenser plus que l'on " gagne " .............................................................

Écrit par : oyster | 06/07/2016

Répondre à ce commentaire

A force de dépenser plus que ce que l'on gagne : ON FERME LA BOUTIQUE, UN JOUR !

Écrit par : issa gibb | 06/07/2016

Répondre à ce commentaire

Ou on s'enrichit davantage, demander aux banquiers!

Écrit par : Ndiaye | 06/07/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.