29/07/2016

MONSTRUEUX MAITRES CORANIQUES!

Nouvelles mesures pour protéger les talibés et les enfants de la rue

2016-07-africa-senegal-photo-02.jpg

Plus d'une dizaine de talibés âgés de 6 à 14 ans ont été découverts les fers aux pieds dans leur école coranique à Diourbel, au Sénégal, en février 2016. Ces garçons ont été amenés au poste de police, où les fers leur ont été retirés.
La récente initiative du gouvernement sénégalais visant à retirer de la rue les enfants y compris ceux qui sont forcés de mendier par leurs maîtres coraniques constitue une étape importante dans la réforme d'un système d'exploitation profondément enraciné dans les habitudes, ont déclaré aujourd'hui Human Rights Watch et la Plateforme pour la promotion et la protection des droits de l'homme (PPDH), une coalition de 40 organisations sénégalaises spécialisées dans la défense des droits de l’enfant. Ces organisations ont exhorté les autorités à maintenir l'élan de ce mouvement en ouvrant des enquêtes et en engageant des poursuites judiciaires à l'encontre des maîtres coraniques et d’autres personnes qui commettent ces types de violations graves des droits de l’enfant.
Lors des six premiers mois de l'année 2016, au moins cinq enfants qui vivaient dans des écoles coraniques résidentielles sont morts, prétendument après avoir été battus par leurs maîtres, aussi connus sous le nom de marabouts, ou dans des accidents de la circulation alors qu'ils étaient contraints à mendier. En 2015 et en 2016, des dizaines de ces enfants, appelés talibés, ont également été sévèrement battus, enchaînés et victimes d'abus sexuels ou d'agressions violentes alors qu'ils mendiaient. Ces décès et les autres abus commis mettent en lumière combien il est urgent que le gouvernement sénégalais punisse les personnes responsables d’abus et réglemente les écoles coraniques traditionnelles, appelées daaras.
« Les talibés ont souffert d'abus et ont été exposés à des dangers qu'aucun enfant ne devrait avoir à affronter », a déclaré Corinne Dufka, directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « Bien que les récentes mesures prises par le gouvernement soient louables, retirer les talibés des rues ne conduira pas à des changements sur le long terme si les écoles coraniques ne sont pas réglementées et si les maîtres qui ont commis des abus ne sont pas amenés à rendre des comptes. »
Les talibés ont souffert d'abus et ont été exposés à des dangers qu'aucun enfant ne devrait avoir à affronter.
Le 30 juin 2016, le président de la République du Sénégal, Macky Sall, a ordonné que tous les enfants des rues soient retirés de la rue, placés dans des centres d’acceuil, puis rendus à leurs parents. Quiconque les forcerait à mendier serait passible d'une amende ou d'une peine de prison, a-t-il averti. À la mi-juillet, les autorités avaient retiré plus de 300 enfants – dont de nombreux enfants talibés et des talibés qui avaient fui – des rues de Dakar. Selon des activistes et des médias locaux, plusieurs autres régions ont également commencé à appliquer cette initiative, que les autorités prévoient d'étendre à tout le pays.
Bien que le nombre d’arrestations de maîtres abusifs ait légèrement augmenté au cours de l'année écoulée, le Sénégal n'a porté devant les tribunaux qu'un petit nombre d'affaires, pour la plupart relatives à des décès ou à des formes d'abus les plus extrêmes; la pratique de la mendicité forcée des enfants ne fait presque jamais l'objet de poursuites judiciaires. Human Rights Watch et la PPDH ont également noté l'existence d'un besoin urgent de services juridiques d'accès facile pour aider les enfants talibés devenues victimes à obtenir justice.
Boucar Aliou Diallo/Le Quotidien/Corinne Dufka - Directrice adjointe de la division Afrique, HRW

Commentaires

Allez, on se dépêche, c'est plus qu'urgent, il faut éradiquer ce fléau au plus vite à l'heure ou on se préoccupe du bien être animal

Écrit par : Felix | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

la Honte et esclavage en 2016 et que fait votre président....

Écrit par : j | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

Human Rights Watch s'est réveillé enfin, depuis son rapport de 2013 sur les talibés au Sénégal. La publication de cette photo oubliée de Février 2016 vient de faire le tour du Monde, elle provient d'une daara de Diourbel en pays mouride. L'esclavage a été aboli en quelle année au Sénégal ???????????
Cette photo en plus de dénoncer le sort des enfants talibés au Sénégal, montre aussi la lâcheté des adultes sur des enfants, l'inhumanité des marabouts, ces faux maîtres coraniques esclavagistes d'enfants, l'hypocrisie des autorités sénégalaises à lutter contre ce fléau pourtant galopant à travers tout le pays depuis des décennies.
On pourrait montrer aussi les photos des élèves talibés qu'ils assassinent, battus à mort par des maîtres sadiques ou des talibés qui meurent faute de soins et que les escrocs esclavagistes vont jeter dans des décharges, sans déclarer leurs morts aux autorités. Pour monter dans la barbarie du système maraboutique du Sénégal, toléré par tous les sénégalais ??????????
Face à un seul cliché photographique, la démocratie sénégalaise a en pris un sacré coup. 13 enfants talibés ou plus, les fers d'esclaves aux pieds, pour les punir ou les empêcher de fuir les coups journaliers de leurs tuteurs, les pseudo-maîtres coraniques. Des marabouts charlatans, arriérés et inhumains, qui ne respectent aucune loi de la République, asservissent par la cruauté des enfants pauvres, de familles pauvres et ignorantes, sous le couvert de l'apprentissage du Coran, qu'ils ne connaissent même pas eux-mêmes. Pourtant, ils se croient puissants et supérieurs grâce à leurs faux statuts de religieux d'une religion qu'ils ont détourné en leurs faveurs cupides. Et ils ont réussi à mettre à mal le fonctionnement et le développement du pays et son avenir.
La vérité est que ces monstres sont des suppôts de Satan et de l'argent facile. Ils ont voués leurs âmes au Diable et à la souffrance des enfants. Ils salissent la dignité et l'honneur du Sénégal. Ils trahissent les valeurs de la religion musulmane. Le Prophète Mohamed a interdit la mendicité dans l'Islam, sauf pour les personnes handicapés adultes comme moyens pour survivre. En aucun cas, le Prophète et l'islam a encouragé la mendicité des enfants ou des élèves coraniques. C'est leur mensonge honteux, une dérive mécréante de l'Islam, par ces dévoyés sataniques.
L'existence de ces faux enseignants, esclavagistes d'enfants et leur système véreux et inhumain doit être éradiquer avec le rétablissement de la peine de mort, leur descendance interdit de mosquées pendant 10 générations, leurs biens saisis pour enrichissement illicite par la pratique de l'esclavage et les enterrer, peints avec du sang de cochon, cousus dans une peau de cochon pour tout le mal fait aux enfants d'Allah, le Tout-Puissant, en son nom, au nom de l'Islam et du saint Coran. Le Sénégal doit éradiquer le Mal sans aucune Pitié !

Écrit par : issa gibb | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai le coeur serré,quand je vois de telles photos ,quelle grande honte,quelle humiliation pour ses pauvres gosses!!!Comment un gouvernement digne de ce nom ,peut-il accepter ce genre de conduite,de la part d'hommes(si on peut les considérer comme des hommes,appartenant a la race humaine)enchainer des enfants,mr Macky Sall faites votre boulot,sévissez ,enfermés ses etres abjects,et humiliez les comme ils le font avec ses gosses!!!! La prison n'est pas suffisante,pour ses loques qui se prennent pour de grands-hommes

Écrit par : eddy | 30/07/2016

Répondre à ce commentaire

c'est pas possible .... qu'on arrête de donner du fric à ce pays !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : olivier | 01/08/2016

Répondre à ce commentaire

D'accord avec vous, il y a trop longtemps que les sénégalais se moquent de la communauté internationale et ne suivent pas les règles universelles des Droits de l'homme et de la Protection de L'Enfance qu'ils ont signé. Depuis 30 ans, nous les aidons à coup de milliards, pour sortir les enfants talibés de la rue et de l'esclavage. Le résultat est que les enfants talibés mendiants sont de plus en plus nombreux et qu'ils ramènent 2 Milliards de francs CFA par mois dans une économie parallèle abjecte. C'est là, toute l'hypocrisie du Sénégal, l'argent des aides disparait en fumée, les marabouts esclavagistes continuent à s'enrichir, les talibés sont de plus en plus nombreux et leur trafic ou traite humaine d'enfants s'étend maintenant sur les pays alentours, Mauritanie, Mali, Gambie et Guinée, etc ...Le Sénégal est devenu le premier pays esclavagiste d'enfants en Afrique. La traite négrière d'enfants y est florissante ! Cherchez l'erreur ???
Sans aucune volonté réelle d'y mettre fin. Le plan de retrait des enfants de la rue est un écran de fumée, la préparation a été baclée, les moyens sont dérisoires, le premier résultat minable : 371 enfants ramassés sur un mois en juillet ??? Dans les grandes villes, la police ne sait pas où amener les enfants ramassés, les centres partenaires sont saturés. Ils n'ont même pas penser aux casernes militaires ??? Puis est venu, le lâche recul du gouvernement face à la mafia maraboutique, l'action de retrait ne concerne plus que Dakar, laissant la continuation de l'exploitation du reste des talibés dans le pays, sauf à Dakar ??? Quelle mesure discriminatoire, digne et juste ??? Une action républicaine, humanitaire et salutaire foulée aux pieds par la pression de la mafia maraboutique, encore et toujours...Aussitôt les marabouts ont déplacés les talibés de daaras en daaras en périphérie de Dakar et ils ont changé les horaires de mendicité des enfants quand les bus de ramassage ont débauché... L'Etat a encore un coup de retard face à ces escrocs religieux dévoyés sataniques !
Face à l'hypocrisie et la lâcheté du Sénégal, à sortir ses enfants de l'esclavage : Les institutions internationales doivent bannir le Sénégal de la société des nations, le virer de son poste de membre de l'ONU, sanctionner son manquement aux ratifications des valeurs universelles des Droits de l'Homme et de la Protection de l'Enfance et des groupes vulnérables. Dénoncer son laxisme contre les traites humaines. Arrêter toutes les aides financières à un pays esclavagiste d'enfants. Le manque de volonté généralisée d'éradiquer le système abject de l'exploitation des talibés a fait son temps. Le mensonge et la traitrise aussi !
Quand on voit à la télévision, un maître coranique flagellait un petit talibé de 6 ans parce qu'il n'arrive pas à réciter son texte coranique et nous expliquait : " Avec ces enfants, c'est la seule chose qu'il faut faire, les frapper pour qu'ils apprennent bien". Tout l'inhumanité de cet être sadique, montre que l'on confie des enfants à des faux enseignants et à des adultes pas finis intellectuellement. Puis, il y a la mendicité, les maltraitances, les humiliations, le trafic, les viols, les meurtres qui font la une des journaux dans l'indifférence généralisée de tout un pays.
Halte à l'Hypocrisie sans fin, on aide plus le Sénégal tant que les talibés ne sont pas secourus par l'Etat sénégalais. Tant que les marabouts esclavagistes et sadiques ne soient pas éradiqués comme la peste noire et emprisonnés à 5 ans de prison, sans oublier les fers aux pieds dont ils sont friands pour leurs élèves. Condamnés pour pratique de l'esclavage sur des enfants et enrichissement illicite par la pratique de la mendicité forcée sur des enfants élèves.
Autre argument stupide avancé pour expliquer la non-volonté de retirer les enfants de la rue et des daaras pourries et illégales, serait la disparition et le départ du Sénégal, de toutes les ONG qui s'occupent des talibés ??? On se fout de qui encore ??? Il y a aura toujours du travail pour les ONG, sans les talibés dans les rues au Sénégal. La misère et les familles pauvres n'ont pas disparu au Sénégal. L'analphabétisme de 60% de la population sénégalaise, plus les talibés illettrés se sachant ni lire, ni écrire et compter, restent à socialiser et à éduquer. Le honteux apprentissage du Coran fait beaucoup de séquelles dans les daaras pourries. Beaucoup d'enfants des rues sont des fuyards des daaras maltraitantes, leur retour à la confiance et leur socialisation est un travail de longue durée. L'accès aux soins, la condition de la femme, les incestes et les viols en recrudescence, la lutte contre l'excision, la lutte contre le Sida... Il y aura toujours du travail pour les ONG, à aider et à protèger les plus faibles contre des adultes arriérés et pas finis au Sénégal. La route sera longue, avec des êtres humains qui font des enfants sans amour, les élèvent sans affection et les abandonnent sans remords...
Quand on regarde, encore une fois, la photo de ces 13 enfants talibés d'une daara de Diourbel, avec leurs fers aux pieds. On se demande dans quel siècle on est ??? Réponse : au XXIème siècle et au Sénégal. Si les 13 talibés avaient la tête tranchée, c'est la même chose, on vous dirait que c'est normal : " Ici, c'est le Sénégal , c'est la volonté de Dieu". La religion, opium du peuple explique tout ! Pauvres mecs pas finis !

Écrit par : issa gibb | 01/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.