09/08/2016

AMOUL TABAC...

Le Président Macky Sall a signé le décret d'application de la loi antitabac

fumeur-senegalais.jpg

L'ingérence de l'industrie du tabac dans l'élaboration des politiques de santé publique peut constituer un blocage dans leur mise en oeuvre. Dés lors, il parait nécessaire d'interdire toutes formes d'ingérence de l'industrie du tabac dans les politiques de santé.
Cette loi et son décret d'application constituent une avancée considérable pour la lutte antitabac au Sénégal et en Afrique. Ils sont exemplaires à plus d'un titre. Notamment les articles sur la non-ingérence de l'industrie du tabac dans les politiques nationales de santé devraient servir de modèle pour les autres pays. À commencer par la définition de l'ingérence utilisée par le décret :
L'article 2 prévoit un plan national d'action contre l'ingérence de l'industrie du tabac et l'article 3 interdit à toute personne ayant des liens directs ou indirects avec cette industrie de participer de quelque façon que ce soit à l'élaboration ou l'application des mesures de lutte antitabac ou une politique de santé publique.
Le rapport de présentation du décret est remarquable de clarté et exprime bien la volonté politique qui anime le Ministre de la santé. Nous nous permettons d'en donner ci-dessous un large extrait.
Extrait du rapport de présentation du décret
L'épidémie de tabagisme constitue un problème mondial aux conséquences graves pour la santé publique, qui exige des réponses nationales et internationales efficaces, adaptées et globales.
Au Sénégal, les pouvoirs publics, réaffirmant le droit à la santé des populations garanti par l'article 8 de la Constitution, ont adopté la loi n° 2014-14 du 28 mars 2014 relative à la fabrication, au conditionnement, à l'étiquetage, à la vente et à l'usage du tabac afin de protéger les populations contre les effets néfastes du tabagisme sur la santé.
L'ingérence de l'industrie du tabac dans l'élaboration des politiques de santé publique peut constituer un blocage dans leur mise en oeuvre. Dés lors, il parait nécessaire d'interdire toutes formes d'ingérence de l'industrie du tabac dans les politiques de santé.
La composition des produits du tabac a été pendant longtemps une forte préoccupation. Ainsi, la nouvelle dynamique de lutte contre le tabac doit conduire à fixer les normes de composition de ces produits. Cette mesure essentielle va permettre d'édicter des règles de transparence dans la fabrication des produits du tabac.
La réglementation de l'interdiction de la publicité, de la promotion, du parrainage et de la commercialisation du tabac ainsi que de ses produits, est également nécessaire pour une baisse considérable de la consommation de ces produits.
Il est également important de fixer les règles relatives au conditionnement et à l'étiquetage du tabac et de ses produits afin d'exiger de l'industrie du tabac qu'elle fournisse au consommateur et au ptIbltE'-des mises en garde sanitaires et des messages bien conçus sensibilisant sur les dangers de la consommation du tabac et de ses produits.
La réduction de la consommation du tabac exige par ailleurs l'élaboration de mesures dissuasives et protectrices notamment pour les non-fumeurs. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de restreindre l'accès aux produits du tabac et de protéger les populations contre l'exposition à la fumée du tabac.
Ainsi, aux termes de l'article 18 de la loi n° 2014-14 du 28 mars 2014 susvisée, « il est interdit de fumer dans les lieux publics ou ouvents au public, ou à usage collectif et tout lieu qui constitue un lieu de travail, ainsi que dans les moyens de transport public ». L'application de cette disposition doit conduire à déterminer les différents lieux soumis à l'interdiction de fumer.
OTAF

Commentaires

C'est déjà un bon début. Ça va être dur mais courage M. Le président.

Écrit par : Wane | 09/08/2016

Répondre à ce commentaire

Bien d'accord.

Écrit par : Giacomo | 11/08/2016

ca vas etre dur d'appliquer cela

Écrit par : alain | 10/08/2016

Répondre à ce commentaire

ca vas etre dur d'appliquer cela

Écrit par : alain | 10/08/2016

Répondre à ce commentaire

C'est encore une bonne chose, des mesures anti-tabac. Le tabac est nocif, dangereux et cancéreux. Mais Macky Sall s'attaque à beaucoup de choses à la fois, on pourrait dire qu'il se disperse. Et la dispersion n'amène à rien !
Dans un pays où règne l'individualisme et l'anarchie. Où personne, du citoyen lambda au marabout ne respecte les lois, le civisme, la sécurité routière, les lois anti-tabac seront suivis comme l'interdiction de la mendicité ou la lutte contre la corruption généralisée. C'est à dire pas suivi, ni appliqué. Ainsi va, le désobéissant et anarchiste Sénégal. Et c'est sans compter sur les lobbies du tabac, ils sont aussi puissants que les lobbies mourides, sinon plus. C'est pas gagné !

Écrit par : issa gibb | 10/08/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a des choses plus importantes a faire au Sénégal!!!!a vouloir tout faire en meme temps,on ne fait rien du tout,la preuve le ramassage des enfants talibés c'est déjà de l'histoire ancienne,alors que c'est la première cause dont il faut s'occuper au Sénégal,et il y a du travail,mais c'est tellement difficile a organiser pour eux qu'ils préfèrent oublier...C'est une honte,vous etes tous des esclavagistes chacun a son niveau,votre lacheté ne sera pas payante,un jour ses gosses vous le feront payer et ils auront raison!!!!

Écrit par : eddy | 10/08/2016

Répondre à ce commentaire

Eddy,je suis à 500% d'accord avec vous !!!!
LE TABAGISME SÉNÉGALAIS !!

Écrit par : Eva-Bettina Garnier | 15/08/2016

Meme si cette loi est bien, il faut bien remarquer qu'il y a de moins en moins d'atouts pour les toubabs au Sénégal,certains restaient au Sénégal pour la liberté qu'ils y trouvaient,elle fou le camp comme tout le reste...

Écrit par : maie | 13/08/2016

Répondre à ce commentaire

Ceci est un nuage de fumée pour le faire appliquer ,mais j'ai rien contre !

Écrit par : oyster | 16/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les gendarmes se dépecherons d'aller dans les bars et restos tenus par des toubabs,pour leur faire allonger la monnaie ,encore une contrainte de plus pour les européens qui ont investis au Sénégal,on tourne en rond ....les flics sont bien trop corrompus

Écrit par : eddy | 20/08/2016

Répondre à ce commentaire

mais vous savez bien que nous sommes des vaches à lait, qu'ils savent traire !!!!!ils nous supportent uniquement pour cela !!!!!

Écrit par : flopaty | 20/08/2016

Les commentaires sont fermés.