13/08/2016

MOUTONS POUR LA TABASKI

La Mauritanie va exporter 350 000 moutons au Sénégal

moutons-tabaski.jpg

La Mauritanie va exporter vers le Sénégal 350 000 moutons pour les besoins de la Tabaski. C’est la décision qui est ressortie de la réunion, mercredi à Nouakchott des délégations mauritanienne et sénégalaise, conduites respectivement par Mme Vatma Vall Mint Soueinae, ministre de l’Elevage et Mme Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l’Elevage et de la Production animale, renseigne le site «le360.ma». Ainsi la Mauritanie assurera 47% de la demande du marché sénégalais durant cette fête de l’Aid el Kabir estimée à 750 000 têtes. Le reste sera fourni par le Mali. Il faut dire que cette opération d’exportation de moutons vers le Sénégal va faire les affaires des éleveurs mauritaniens qui vont empocher des dizaines de milliards d’ouguiyas (monnaie mauritanienne).
En contrepartie de l’engagement de la partie mauritanienne, la partie sénégalaise s’engage à œuvrer à la facilitation des formalités de contrôle et à exempter les bêtes exportées des droits de douanes du début de l’opération jusqu’au 27 septembre 2016. Elle s’est aussi engagée à mettre à la disposition des éleveurs mauritaniens de points d’eau pour l’abreuvage de leurs bêtes, à sécuriser les personnes et leurs biens, et leur assurer le suivi médical pendant cette période. Quant à la Mauritanie, elle s’est engagée en vue de la réussite de cette opération. Les deux parties ont appelé à la désignation d’une commission mixte qui serait chargée de l’organisation et du suivi de cette opération. Cette commission sera supervisée par les ambassadeurs des deux pays, des gouverneurs des régions concernées, des services techniques impliqués et des représentants des acteurs économiques engagés dans l’opération.
La réunion de Nouakchott a par ailleurs permis d’aborder d’autres sujets liés à la coopération bilatérale dans le domaine de l’élevage. Au-delà du caractère ponctuel de l’opération Tabaski 2016, la ministre mauritanienne de l’élevage a rappelé le contexte de la coopération bilatérale et sous-régionale en matière de ressources animales «dans le cadre du Programme d’appui au pastoralisme au Sahel, nous nous engageons dans une opération d’identification pour l’implantation de marchés de bétail dans les zones transfrontalières». La Mauritanie et le Sénégal sont liés par une série d’accords de coopération en matière d’élevage et de transhumance, qui font l’objet d’une reconduction régulière, rappelle le site «Pointschauds.info». La poursuite sur cette voie semble ainsi tourner la page d’un épisode récent lié à l’expulsion des chameaux mauritaniens du territoire sénégalais, notent les observateurs.
Le Populaire

Commentaires

incroyable !!! les senegalais ne sont pas capables de produire assez de moutons pour leur propre consommation !!!! c'est assez grave quand meme !!!!!

Écrit par : flopaty | 13/08/2016

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas une explication, mais il y a tellement de vols dans ce secteur, même des mafias, que si l'éleveur ne peut sécuriser, faute de moyens, son élevage...

Écrit par : rico | 13/08/2016

Répondre à ce commentaire

C'est dur d'élever des moutons, comme de faire pousser ses légumes,qui soutiendrait les murs, si ils se mettaient au boulot!!!! et pourtant ils ont en majorité des grands terrains

Écrit par : chees | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

Je fais en sorte de ne jamais etre au Sénégal au moment de la Tabaski,c'est une orgie!!!!S'endetter en plus comme ils le font ça frise le ridicule,s'en parler qu'ils se rendent en principe malades...qu'ils mangent le mouton pour honorer leur prophète oui,mais ils pourraient procéder différemment!!!!!!

Écrit par : maie | 18/08/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.