16/08/2016

SAINT LOUIS PLEURE A L'AIDE...

Mansour Faye appelle à préserver Saint-Louis de l’avancée de la mer

42319467.jpg

Le maire de Saint-Louis, Mouhamadou Mansour Faye, a invité lundi l’Etat du Sénégal et la communauté internationale à œuvrer à la mise en œuvre de dynamiques permettant de préserver la capitale du nord des effets de l’avancée de la mer.
"Il est temps pour l’Etat et la communauté internationale de créer des dynamiques pour arrêter l’avancée de la mer et faire en sorte que nos populations puissent vivre en paix des centaines d’années encore (…)", a-t-il déclaré.
"Saint-Louis fait partie des zones les plus menacées par l’avancée de la mer", a rappelé son maire, s’adressant à des journalistes à l’issue d’une randonnée de sensibilisation sur les effets des changements climatiques.
Des officiels et de nombreux acteurs locaux ont participé à cette marche à travers plusieurs quartiers de la ville, sur un parcours de huit kilomètres.
"Le long du parcours, nous avons a eu à sensibiliser les populations sur les conséquences des changements climatiques. Ces changements, nous les ressentons profondément dans la commune de Saint-Louis, plus précisément dans la Langue de Barbarie", a indiqué Mansour Faye.
"Si rien n’est fait, les experts disent que dans une cinquantaine d’années, la Langue de Barbarie risque de disparaître en entraînant avec elle l’île de Saint-Louis, et on sait où est-ce que ce cela va mener", a-t-il prévenu.
"Saint-fait partie des zones les plus menacées et il est impératif que ce message puisse être entendu par la communauté internationale. C’est un cri lancé par les populations de Saint-Louis en direction de l’Etat du Sénégal et de la communauté internationale", a-t-il insisté.
La Langue de Barbarie, constituée principalement des quartiers de Guet-Ndar, Ndar-Toute et Gokhou-Mbath, subit de plein fouet les effets liés à l’avancée de la mer. Les habitations de cette zone sont régulièrement attaquées par les vagues qui en ont détruit plusieurs.
Récemment, des dizaines de personnes ont été contraints d’abandonner leurs maisons et ont dû être installées dans les faubourgs de Saint-Louis, tandis que des villages entiers ont été déjà quasiment engloutis.
Parallèlement, la ville subit les conséquences de l’ouverture, en 2003, d’une brèche sur la Langue de Barbarie pour permettre d’évacuer les eaux et sauver la ville de la crue du fleuve Sénégal qui à l’époque menaçait la ville d’importantes inondations.
Ouverte à l’origine sur quatre mètres, cette brèche s’étend aujourd’hui sur des dizaines de kilomètres et semble avoir entamé durablement l’équilibre écologique de cette zone de l’embouchure du fleuve Sénégal.
Saint-Louis, Ndar en langue wolof, est l’une des plus grandes villes du Sénégal et, historiquement, l’une des plus importantes, comme en témoigne son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO à partir de l’année 2000.
AKS/BK/APS

Commentaires

Bonjour,
On ne peut pas dire que la communauté internationale ne fait rien pour entretenir quelques bâtiments sur ST LOUIS pour conserver son passé et préparer d'une façon son avenir. (Unesco)
En ce qui concerne la BRECHE ouverte pour reprendre le texte au début sur simplement quelques mètres on peut tout de meme sans etre trop "regardant" se poser la question de savoir pourquoi il y avait autant de bras cassés pour combler ,car maintenant le trou ferait plus de dix kilomètres excusez du peu !.......

Écrit par : oyster | 16/08/2016

Répondre à ce commentaire

Quelques petites rectifications à cet article. Deux phénomènes sont complètement différents et n'imputent pas du tout les mêmes populations et n'ont pas les mêmes conséquences à long terme..
D'abord la fameuse brèche de 2003 qui ne fait pas aujourd'hui des dizaines de kilomètres mais au dernier relevé GPS kms ce qui est déjà énorme.. Cette brèche n'impacte absolument pas St Louis mais la population du Gandiolais avec deux villages déjà engloutis sous les eaux et d'autres surement menacés dans les mois et les années à venir . Cette ouverture a entrainé en outre un changement profond de ces derniers 25 kms du fleuve au niveau du biotope avec une salinisation extrême de l'eau et la pollution par le sel des nappes phréatiques . Par contre ce phénomène est réversible : en effet la "brèche" migre peu à peu vers le Sud et pour l'exemple le premier village impacté par cette ouverture en 2003 est revenu dans le fleuve et la nature est en train de reprendre ses caractéristiques antérieures. On peut donc penser que cette erreur humaine tragique pour la population du Gandiolais sera compensée dans quelques dizaines d'années par la reconstitution naturelle à l'identique.
Pour ce qui est de l'érosion marine qui attaque Getn'dar le phénomène lui s'est fortement aggravé au cours de cet hiver et le niveau de la plage à hauteur de St Louis est descendu par endroit de plus de 2m ( sable enlevé par la houle et porté justement plus au Sud sur la Langue de Barbarie) .... Là le phénomène peut fortement s'aggraver si par malheur de fortes houles coïncident avec les gros coéfficients de marée de l'automne. Si une percée naturelle se fait dans Getn'dar ou Dar tout , l'île même peut être sous le danger des vagues.
Le problème est une fois de plus le temps de latence des instances dirigeantes qui sont alertées depuis presque un an sur le risque mais on semblé ne pas prendre en considération les avertissement des populations locales et des observateurs . Aujourd'hui comme je disais il y a quelques semaines le temps est compté et l'intervention a effectuer de plus en plus importante donc onéreuse, ce qui risque de la rendre impossible malheureusement.

Écrit par : jean-marie dupart | 16/08/2016

Répondre à ce commentaire

En fait St louis attend l'intervention de l'état qui préfère attendre que ST louis bouge ,et par le fait les travaux deviennent hors de portée pour tous les deux ,alors pour reprendre le titre on doit " pleurer à l'aide" qui : UNESCO ....
Rien de "neuf" sous le soleil de ST LOUIS !

Écrit par : oyster | 16/08/2016

Et bien sur la France mettra encore la main a la poche pour des queues de cerises!!!!ils veulent effacer le passé,aidons les et laissons les avec leurs problèmes... C'est méchant, je sais mais ils sont lassant ,ils nous poussent hors du pays petit a petit,mais il faudrait payer quand meme, on ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre!!!!!!!

Écrit par : eddy | 17/08/2016

Répondre à ce commentaire

completement d'accord !!!!

Écrit par : flopaty | 18/08/2016

Les commentaires sont fermés.