09/09/2016

L'ALPHABETISATION: CLE DE L'EMERGENCE

L'Unesco avec le Sénégal

170162277.jpg

Dans le cadre de la promotion de l’alphabétisation, le Sénégal, soutenu par l’Unesco, met en place un dispositif de Valorisation des acquis de l’expérience pour améliorer son offre.
La lutte contre l’alphabétisme constitue l’un des défis les plus importants que le Sénégal doit relever. Le taux d’analphabétisme s’élève à 54 ,6% dont les 62,3% sont des femmes. Face à cette situation, le Comité de l’alphabétisation et la promotion des langues nationales est en train de mettre en place un dispositif de Valorisation des acquis de l’expérience (Vae) pour les facilitateurs en alphabétisation. Il s’agit de relever le niveau de qualification des acteurs et des personnels enseignants en leur permettant d’accéder à une formation qualifiante et une reconnaissance de leurs acquis expérientiels. Ce dispositif s’inscrit donc dans la perspective de réalisation de l’Agenda éducation 2030, plus précisément l’atteinte de l’Odd (Objectif de développement durable), d’assurer l’accès de tous à une éducation de qualité et promouvoir les possibilités d’apprentissage. En ce sens, l’Unesco, qui a décerné au Sénégal son prix Confucius 2016, a réitéré son engagement à soutenir la formation technique et l’utilisation des Tic. Hervé Huot-Marchand, représentant de l’Unesco à cette rencontre, explique : «Cet atelier constitue une étape importante dans la professionnalisation du métier de facilitateur telle que recommandée à Bamako +7 et réitérée dans les Objectifs de développement durable (Odd) sur lesquels tous les pays doivent s’aligner, et qui appellent à un changement de paradigme des politiques éducatives dans une vision holistique, et dans une perspective d’éducation tout au long de la vie. Ce contexte est également marqué par la volonté politique.» Il ajoute : «Cette rencontre doit nous conduire à la validation des documents cadres (le cadre d’orientation stratégique, le référentiel de certification et le cadre réglementaire), produits par une équipe nationale d’experts, accompagnée par des consultants nationaux et internationaux.»
Lequotidien

Commentaires

Primo il ne s'agit pas de "La lutte contre l’alphabétisme" comme l'écrit ce plumitif ignare mais plutôt de la lutte contre l'ANalphabétisme.
Deuxio le taux d'analphabétisme au Sénégal n'est pas de 56 et des brouettes % mais bien de 83 et des charrettes %.
Tertio la brillante "équipe nationale d’experts, accompagnée par des consultants nationaux et internationaux" au lieu de se masturber le bulbe comme d'habitude depuis 60 ans devrait construire des écoles à la place d'une mosquée à chaque coin de rue, pardon, de brousse...
Allahù Akpoubelle.

Écrit par : Marco Latino | 09/09/2016

Répondre à ce commentaire

Message bien reçu : on n'a pas d'argent pour payer les professeurs toujours en grève, on n'a pas d'argent pour réparer et entretenir les écoles de type architectural colonial qu'on laisse se dégrader et à l'abandon lorsqu'elles peuvent encore servir à instruire les masses ignorantes, on n'a pas d'argent pour construire des écoles modernes et des daaras modernes... Mais on trouve de l'argent pour construire des mosquées à tous les carrefours de la brousse.
La politique de la lutte contre l'ANALPHABETISME est encore une vaste fumisterie gouvernementale comme le retrait des enfants mendiants et talibés de la rue ou comme fermer les daaras maltraitantes, esclavagistes et sodomites. La volonté politique de tenir la population sénégalaise dans l'ignorance, l'analphabétisme et la misère est à peine cachée ou voilée...
Gouverner des pauvres ignorants et analphabètes est plus facile que de gouverner des citoyens alphabétisés et instruits car ils ont la conscience politique de se révolter contre la corruption, le mensonge, l'injustice, l'exploitation et l'ignominie...Et ils ne se font pas endormir par l'opium de la religion !

Écrit par : issa gibb | 09/09/2016

Répondre à ce commentaire

Hélas, les 2 commentaires précédents sont très justes.

Écrit par : bill | 09/09/2016

Répondre à ce commentaire

Je me demande toujours comment on peut vivre sans savoir ni lire ni écrire. Sans ces connaissances basiques, il est difficile d'apprendre, d'évoluer, peut-être même de réfléchir, d'anticiper. La vie au quotidien ne doit pas être simple ! Promouvoir les langues nationales comme le relate l'article, pourquoi pas ? Mais il faut impérativement une langue commune dans le pays, pour que chacun se comprenne, ce serait la moindre des choses, parce que nombre de Sénégalais-es ne peuvent même pas communiquer entre eux, beaucoup ne connaissant pas le Wolof (qui serait actuellement la langue parlée par le plus grand nombre). C'est par là à mon avis qu'il faudrait commencer : mais ce n'est que mon avis...
Promouvoir les langues nationales par un dispositif de Valorisation des acquis de l’expérience (Vae) pour les facilitateurs en alphabétisation... par un changement de paradigme des politiques éducatives dans une vision holistique, et dans une perspective d’éducation tout au long de la vie... Simple comme bonjour à comprendre... Bon, bah, peut-être, hein, qui sait ?!

Écrit par : Candide | 09/09/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.