14/09/2016

TABASKI: DAKAR EST IMMONDE

Dakar, lendemain de Tabaski : de la pluie et des tas de déchets

dechets-dakar.jpg

Dakar, capitale dépeuplée de bon nombre de ses habitants, s’est réveillée mardi en ville-fantôme inondée par les ordures, au lendemain de la commémoration de l’Aïd-el-kébir, la fête du mouton, dont les effets les plus immédiatement visibles consistent en ces tas d’immondices jonchant ses principales artères.
Des déchets de bêtes sacrifiées et des ordures ménagères de tout type, rejets de provisions ayant servi aux victuailles de la veille, ont inondé certaines voies, charriés par les pluies intenses de ces dernières heures.
De la saleté mêlée aux eaux de pluie et aux refoulements d’égout. Une défiguration tellement décevante que la capitale sénégalaise semble réaliser les mauvais souvenirs des embouteillages qui faisaient le lot quotidien de Dakar et de sa banlieue.
Des soucis en plus pour une ville qui entretient en temps ordinaire un rapport problématique avec son cadre de vie, dont la dégradation est à la hauteur de la surpopulation caractérisant la presqu’île dakaroise, centre administratif et des affaires, mais aussi poumon économique.
La capitale sénégalaise a accueilli au fil des ans de nombreux fonctionnaires et travailleurs de sociétés publiques ou privées, ajoutés aux résidents nouveaux fuyant les campagnes pour faire fortune dans la capitale.
Ils entretiennent la caste des «marchands ambulants» et des agents du secteur informel de la capitale sénégalaise, une catégorie qui a hautement contribué à entretenir bien évidemment la vie économique et marchande dakaroise.
Avec près du quart de la population totale (23%) du Sénégal, sur une superficie représentant 0,3% du territoire sénégalais selon les derniers chiffres, la concentration continue de population semble peser sur Dakar dont certains résidents affirment qu’elle étouffe d’autant.
Privée de bon nombre de ses résidents partis passer la fête de l’Aïd-el-kébir dans les régions de l’intérieur, d’où ils sont originaires, Dakar pouvait se satisfaire de la fluidité de la circulation dans ses rues. La capitale a été d’autant plus contrariée de se retrouver si sale et aussi défigurée.
APS

Commentaires

C'est bien dommage d'avoir une si belle ville et de la laisser très sale suite à la fête de la Tabaski , il faut que les habitants comprennent une fois pour toutes que c'est à eux de prendre soin de leur ville de la laisser propre et de faire attention de ne rien jeter sur le sol mais bien dans des poubelles aménagées pour cela ... il faut apprendre à gérer ses déchets, très important pour la planète entière, c'est pour tous les pays et pour tous les peuples ...
Espérons que chacun y mettra du sien ... car c'est un beau pays le Sénégal ....

Écrit par : LAMY | 14/09/2016

Répondre à ce commentaire

Toute une éducation...

Écrit par : Angela | 14/09/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai vécu 5 ans au senegal ..non le Sénégalais n'est pas sale..mais l'Etat - une nouvelle fois- est incompétent !! Avez vous trouvé des poubelles dans chaque quartier ? tous les 100 m et quand il y en a ..quand sont elles vidées ? combien de fois ai je cherché cela !!!! comme pour l'eau, l’électricité, le tout à l’égout, les routes et j'en passe !!! l'Etat corrompu est ABSENT !!! la honte pour tous ces gouvernements successifs qui préfèrent une statue de 83 milliards aux travaux !!!

Écrit par : richard | 14/09/2016

Répondre à ce commentaire

Plus il y a de maires plus les villes sont sales. Certains ne pensent qu'à nettoyer leurs 4x4.
Ils devraient faire des meetings, aller à la rencontre de la population de leur commune pour leur expliquer ce que cause la saleté sur leur propre environnement mais pour celà il faut d'abord faire le nécessaire. ( avoir des poubelles, les vider tous les matins).
La plupart des régions sont concernées

Écrit par : Lola diolla | 14/09/2016

Répondre à ce commentaire

D'Accord les autorités sont incompétentes dans ce domaine,mais depuis 16 ans que je me bat dans mon quartier,pour qu'ils respectent leur environnement je suis encore loin du compte!!!!les Sénégalais(es) sont hyper propres sur eux mais se foutent royalement de leur environnement et balancer leurs déchets dans les rues ne les genent aucunement , ils serait temps que dans les écoles on leur apprenne le respect des autres ,ce n'est pas encore ça!!!!!

Écrit par : eddy | 14/09/2016

Répondre à ce commentaire

Il n'y a pas que à l"école d'éduquer les enfants , c'est d'abord aux parents de le faire mais beaucoup d'entre eux n'ont surement pas connu
l'école. L'EMERGENCE pour employer un mot très à la mode dans les discours, commence par une bonne éducation.

Écrit par : jacobus | 14/09/2016

Répondre à ce commentaire

Plus il y a de maires plus les villes sont sales. Certains ne pensent qu'à nettoyer leurs 4x4.
Ils devraient faire des meetings, aller à la rencontre de la population de leur commune pour leur expliquer ce que cause la saleté sur leur propre environnement mais pour celà il faut d'abord faire le nécessaire. ( avoir des poubelles, les vider tous les matins).
La plupart des régions sont concernées

Écrit par : Lola diolla | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

Allez expliquer aux écoliers qu'il faut mettre les déchets dans la poubelle quand celle ci est vidée derrière l'école par la femme de ménage, parce qu'il n'y a pas de service de ramassage des ordures.

Écrit par : Bill | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

La mise à disposition de containers pour les déchets ménagers est quasi inexistante sur le territoire. Le ramassage (très irrégulier) des ordures se fait ou ne se fait pas, et reste un problème majeur au Sénégal, que ce soit à Dakar ou ailleurs. L'Etat n'est pas le seul responsable. Iy a des maires élus par la population dans chaque ville : ne leur appartient-il pas, au premier chef, de veiller à la salubrité de leur ville ? dans chaque quartier ? chaque rue ?
La récupération des déchets, le tri, le recyclage éventuel, permettraient en plus de créer des emplois... et de la richesse... Ne dit-on, ailleurs, pas que les déchets valent de l'or ?
Oui, je sais, je suis candide !

Écrit par : Candide | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a un gros travail d'éducation à faire auprès des enfants sénégalais, générations futures, à l'école et partout, pour la propreté, le civisme et le respect de leur pays. Mais aussi, auprès des parents, générations présentes, car ils jettent tout et n'importe quoi dans les rues du Sénégal et dans l'océan. Cela va du papier de bonbon à la "pampers" souillée, de la peau de pastèque aux viscères du mouton de la Tabaski. Le civisme sénégalais n'est pas de haut niveau, il ressemble plus à de l'incivisme, l'irresponsabilité et d'un manque total de respect écologique du pays.
L'Etat et ses dirigeants, dans son ensemble administratif est aussi responsable de cette situation : sans infrastructures correctes pour ramasser et détruire les ordures sur l'ensemble du territoire, nous sommes sans politique de salubrité publique et sans gestion globale des déchets. On construit des quartiers, des routes, des autoroutes sans aires de repos, sans poubelles et sans lieux d'aisances publiques....L'Etat ne montre pas l'exemple et il n'a pas de politique réelle de sensibilisation à la propreté du pays, à l'hygiène publique et au civisme...
Les rues sont encore sales, après la Tabaski. Les promesses des ramassages d'ordures de l'année dernière, n'ont pas eu lieu, cette année encore. Rien n'a été anticipé, une année de plus ! Tout comme la promesse de lutte contre les inondations ou le retrait des enfants mendiants et talibés des rues. Rien n'a changé, rien ne bouge et ces tares reviennent d'années en années sans évolution positive EMERGENTE...
Pour rappel, ce petit texte de 2007 : "Ces chefs d'états qui prétendent être des intellectuels parce qu'ils ont des diplômes et qui n'utilisent pas leur savoir pour faire avancer leur pays, mais pour duper la majorité analphabète qu'ils gouvernent. Ils érigent des monuments de béton pour appâter les ignares et épater les électeurs, alors qu'ils sont incapables d'assurer une activité aussi élémentaire que le ramassage des ordures.
Autrement dit, être un dirigeant politique et ne pas comprendre qu'un pays de 13 millions d'habitants génère des tonnes de déchets à ramasser, à trier pour les transformer ou les détruire et ne pas se souvenir que d'années en années, la tabaski tapisse les rues, d'ordures. C'est être con, incompétent, irresponsable ou neu-neu...

Écrit par : issa gibb | 18/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

triste...

Écrit par : tr | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.