15/09/2016

ECHAPPEE BELLE AU SENEGAL

Samedi 17 septembre à 20h40 sur France 5

senegal-2-1280849.jpg

Diversité, j’écris ton nom… Il suffirait sans doute de citer les dix-sept langues vernaculaires parlées au Sénégal pour comprendre à quel point ce terme caractérise le pays : diversité des paysages, entre le nord, aride, baigné par le fleuve frontière, et le sud, luxuriant et tropical ; diversité culturelle, à l’image du grand nombre d’ethnies qui en forment la population, en grande majorité musulmane.
Des frontières héritées de la colonisation et régulièrement remises en cause, un conflit armé qui s’éternise, en Casamance, depuis les années 90, et de réelles difficultés économiques n’empêchent pas le Sénégal de faire face et d’avancer sur la voie du développement rapide qu’il s’est imposé pour sortir de l’endettement.
Il faut dire que si son histoire est marquée des affres de la traite des esclaves puis de ceux de la colonisation, le Sénégal a su se construire une identité vive et combative, portée par la force et l’intelligence de son premier grand homme d’Etat et père fondateur de la francophonie : le président-poète Léopold Sédar Senghor.
Il n’est donc pas étonnant que la culture – entre tradition et modernité – tienne une telle place dans cette parcelle d’Afrique, rendant sa découverte encore plus savoureuse.
Monnaie : franc CFA (XOF).
Langue(s) : le français est la langue officielle, le wolof est la langue la plus comprise dans le pays.
Superficie : 196 722 km2
Nombre d'habitants : environ 14 millions.
Régime politique : république à régime présidentiel multipartite.
Culture et religion(s) : la religion occupe une place importante dans la vie des Sénégalais. La plupart d’entre eux (environ 95 %) sont musulmans, on trouve également quelques chrétiens. Les croyances traditionnelles sont très présentes dans la pratique. Le pays est réputé pour sa tolérance réligieuse.
Formalités de départ : Les ressortissants français désirant se rendre au Sénégal pour un séjour de moins de 90 jours doivent obligatoirement être munis de leur passeport avec une validité supérieure à 6 mois. Ils sont exemptés de visa.
Climat : le climat du Sénégal est de type intertropical. Le Sénégal est l’un des pays les plus ensoleillés du globe. Globalement, l’année se répartit en deux saisons distinctes : la saison des pluies va de juin à octobre, avec une importance des précipitations plus marquée du sud au nord ; la saison sèche s’étale de novembre à mai, avec des températures comprises entre 22 °C et 30 °C, et des variations importantes entre le littoral et l’intérieur.
Transport : le train existe mais il ne faut pas être pressé ; mieux vaut lui préférer les taxis collectifs. Rapides et économiques, les taxis-brousse sont des Peugeot 505 breaks, ils ne partent que quand ils ont le nombre de passagers suffisants et ne s’arrêtent pas en route. Il y a également les « car rapides » qui sont des camionnettes transportant jusqu’à une vingtaine de passagers. Moins chers que les taxis-brousse, les « N'Diaga N'Diaye » sont des camionnettes Mercedes de couleur blanche. Elles prennent en général une trentaine de personnes. Ajoutons qu’il existe une liaison en ferry entre Dakar et Ziguinchor.
Nourriture : connue pour être riche et variée, la cuisine du Sénégal mêle plusieurs influences. Elle ressemble à d’autres cuisines que l’on trouve en Afrique de l’Ouest mais se teinte d’influences plus lointaines (France, Portugal). Le principe autour du repas se résume en un mot : convivialité. Incontournable au Sénégal, le thiéboudienne est fait à base de riz, de poisson et de légumes. Le thiep bou yapp est un plat de viande mijoté avec du riz, une sauce à l'huile de palme et des tomates. Côté poisson, le mérou bronzé se mange beaucoup dans le pays. Les poissons peuvent être farcis à la saint-louisienne par exemple. Il s’agit d’un mulet farci de mie de pain mélangée avec sa chair et des épices. Pour les becs sucrés, il existe des gâteaux de noix de coco et des beignets.
Hébergement : à noter qu’une taxe touristique vous sera demandée par les établissements d’hébergement ; elle est incluse dans le prix de la chambre. Les hôtels sont souvent chers, les grandes chaînes internationales sont représentées dans des établissements de luxe. Pour plus d’authenticité, mieux vaut se tourner vers les gîtes ou les chambres chez l’habitant, qui se développent de plus en plus, notamment dans les principaux lieux touristiques.
ECHAPPEE BELLE AU SENEGAL
Raphaël est dans les airs avec Eric, un pilote d’ULM. Nous sommes sur la côte ouest, au Sénégal, terre de la "Teranga". Une fois qu’il a atterri, Raphaël rejoint Dakar et son ambiance si particulière.
Moctar, Dakarois d’origine, surfer et photographe, accueille Raphael dans son hôtel pour visiter la ville. Au marché Kermel, on trouve des tables immenses où l’on peut manger notamment des plats de saison.
Après un rendez-vous avec un groupe de danseurs/skateurs, Moctar emmène Raphaël sur une plage de Dakar, un excellent spot de surf. Dans le club qu'il a créé, Moctar tente de montrer aux jeunes Sénégalais qu’il ne faut pas avoir peur des vagues !
Raphaël monte dans un taxi brousse pour rejoindre la station balnéaire de Saly. Eric, le pilote d’ULM, a pour mission de lutter contre les mouches tsé tsé et la maladie du sommeil, le fléau de l’agriculture sénégalaise. Il s’agit de lâcher des milliers de mouches mâles stérilisées.
En ULM, Eric et Raphaël se posent sur le domaine des collines de Niassam, dans cette réserve naturelle où 24 lodges sur pilotis ont été installés. Pierre, le propriétaire des lieux, les accueille. Après avoir vu les puits de sel, la journée se poursuit au lodge.
Réveil dans les collines de Niassam. Pierre Diouf va à la rencontre de Raphaël. Ils visitent le village. Le lendemain, à bord d’une pirogue, Ils partent dans les bolongs du Delta du Sine Saloum. Fatou est la présidente de l’association de ramassage des huîtres. Seules les femmes ramassent ces mollusques.
Toujours à bord de la pirogue, Pierre et Raphaël continuent de naviguer dans la mangrove. En pleine brousse, Isabelle, une Française a créé une école un peu spéciale, La maison des enfants d’Awa.
Pour remercier Pierre de toutes ces découvertes, Raphaël lui propose de tester l’ULM. Ce sera son premier vol…
Raphaël et Pierre arrivent à une messe originale : la messe au tam - tam dans l’église de l’île de Mar Lodj. Après la messe, Pierre montre à Raphaël les trois arbres qui s’enlacent (un fromager, le caicedrat et le palmier rônier). Ils symbolisent les trois religions qui cohabitent en paix dans le village : Les catholiques majoritaires, les musulmans et les animistes.
La journée touche à sa fin, il est temps d’installer le campement. Raphaël conclue son voyage, au coin du feu en dégustant un bon plat sénégalais.
PHOTOS: http://www.france5.fr/emissions/echappees-belles/diffusio...

Commentaires

J'ai déjà rencontré Isabelle .Son école est vraiment formidable . ...

Écrit par : Denise Randier | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

malheureusement pas de France 5 avec Canal + cela manque il y a beaucoup de choses intéressantes sur France 5

Écrit par : jacobus | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

beaucoup de voitures taxis et minibus sont de vraies poubelles et cela roulent sous le nez des gendarmes qui ne réagissent pas. Vive le Sénégal Emergent

Écrit par : jacobus | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

wow! géniale cette femme https://www.youtube.com/watch?v=F4aCiooVEm4

Écrit par : Ndiaye | 15/09/2016

Répondre à ce commentaire

pour UNE fois un commentaire positif et en plus concernant une femme????????

Écrit par : flopaty | 16/09/2016

Le document de youtube est à découvrir ...

Écrit par : Denise | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

FORMIDABLE ! et des enfants souriants, propres, et qui ont l'air heureux d'apprendre... heureux tout court. BRAVO à l'association !!!

Écrit par : Candide | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

Echappées Belles a "survolé" le sujet des enfants d'Awa...
Il faudrait une émission spéciale sur cette école de brousse.
J'ai rencontré Isabelle, vu évolué les enfants...
arrivés à l'école primaire, ces enfants réussissent beaucoup mieux que les non initiés à la langue française...
Je vis près de 5 mois par an dans un village de brousse, au sein d'une famille de 10 enfants...depuis 8 ans...
eh bien, cette année , 2 filles de la famille ont réussi leur bac ( S et L)
un garçon du même village a eu son bac S...
Et ils sont inscrits en fac pour cette nouvelle 2016/2017 !!!
Il faudrait des écoles maternelles pour sensibiliser les enfants à la langue française , leur apprendre les pré-requis afin de faciliter l'accès à la lecture, l'écriture...
Je fais ma part : je mets à disposition des petits, des jeux, des puzzles ...dans ma chambre...
Un vrai bonheur aussi bien pour les petits que pour moi...

Écrit par : Denise Randier | 18/09/2016

Les commentaires sont fermés.