16/09/2016

MECHANT SENEGAL...

"Une étude sociologique démontre que le Sénégal est un peuple méchant"

b0b69429d0a969187ee23a2496a45578.jpg
J’habite dans un espace géographique appelé le Sénégal. Mais je ne suis pas un Sénégalais. Je suis un citoyen de la planète Terre. Et c’est sous ce rapport que je me permets aujourd'hui de prendre la parole pour m'exprimer et m'indigner par rapport à ce qui se passe dans un ou plusieurs endroits précis de cette Terre, surtout au Sénégal où, comme je l'ai dit tout à l'heure, je vis! Car ce peuple semble malade et il lui faut des médecins sincères qui ne le caressent pas au sens des poils mais qui l’étudient objectivement afin de soigner ses maux. Cette contextualisation faite, permettez-moi maintenant d'aborder la question qui couve cette réflexion.
Ce témoignage dont je m’attelle à faire consiste en une autoflagellation, pour parler comme Marième Kane. Car il est question ici, de regarder, d'observer, de scruter, de s'intéresser, d'étudier, d'analyser, de retourner mille et une fois, de diagnostiquer et d'expérimenter le peuple Sénégalais dans lequel je fais partie, pour pouvoir recenser, classifier et catégoriser les multiples choses qui font que ce peuple n'est jusque-là pas encore sur la voie du développement durable.
Chaque discipline a cherché à expliquer les causes du sous-développement des pays de l'Afrique tropical selon ses gourous et ses limites disciplinaires. Des raisons liées à la nonchalance, à l'oisiveté ou encore au manque d'ambition et de volonté entre autres ont été proposées à cet effet. Mais cette fois, il semble que ce sont de braves socio-anthropologues qui se sont joints à ce programme d'explication du sous-développement de ces pays sous un angle purement socio-anthropologique, différent.
Au King Fadh PALACE , à la réunion qui s'inscrivait dans le programme appelé les mercredis du MEDS (Mouvements des Entreprises du Sénégal) à laquelle j’étais convié avec mon ami Khalifa sall pour démarcher un partenariat entre le MEDS et HANDI FESTIVAL INTERNATIONAL et dont l'objectif principal était de se prononcer sur l'état de la préparation de la 10ième Edition de la Cérémonie Internationale de Remise des Cauris d'Or, M. MBOUP, Le secrétaire général de cette dite organisation, qui intervenait sur les différents aspects qui bloquent l'émergence du Sénégal, a mentionné le fait qu'il existait une étude qui avait été consacrée à ce sujet et qui dénote que "l'un des facteurs fondamentaux qui causent ce blocage consiste en la méchanceté de ce peuple."
Cette étude, selon M MBOUP, a relevé deux aspects extrêmement importants liés à la mentalité de ce peuple et qui ne sont rien moins que les causes qui rendent ce dernier minable. D’une part, on a ce que les auteurs de cette étude appellent « l’esprit tropical ou sahélien » qui n’est rien d’autre que la logique de raisonnement enraciné et chapeauté de méchanceté qui détermine la manière de vivre des peuples tropicaux du sud, et d’autre part il y a ce qu’ils nomment « l’esprit bantu » en le qualifiant comme cette sorte de pureté philosophique dans l’approche et la mécanisation de la « sociabilisation ».
Le Sénégal étant à ranger dans la catégorie des pays ayant l’esprit sahélien.
Comme explication de ces terminologies ou concepts employés, nous pouvons nous appuyer sur ces cas concrets lesquels aucun membre de ces communautés n'ose, pour peu qu'il/qu'elle soit objectif (ve), nier.
Au Sénégal et les pays tropicaux du Sud, c'est l'esprit sahélien qui gouverne les gens et leurs interrelations. Le groupe se veut de fonctionner d'une manière qui ne voudrait, n'accepterait et ne tolérerait presque jamais qu'un membre puisse accéder à ou prendre l'ascenseur social et jouir d'une promotion personnelle. A chaque fois qu'un membre du groupe réussit à être soufflé d'un vent de chance qui lui propulse au sommet de la pyramide sociale, tout le groupe se ligue à son tour pour le tirer afin qu'il rejoigne son statut d'avant, c'est à dire qu'il redevienne comme tout le monde dans le groupe.
Aucunement, le groupe n'acceptera de le soutenir, de l'encourager à aller de l'avant afin qu'il puisse se réaliser davantage. L'exemple le plus patent pour confirmer ce cas consiste à ce fait que personne d'entre nous ignore pour ne pas dire a été soit témoin/victime: A l'école, souvent les plus intelligents et travailleurs sont les plus marginalisés. Dès fois même, ils subissent des coups montés par leurs camarades qui n'ont pu supporter pendant longtemps cette haine instinctive (car liée à leur esprit sahélien selon l'étude) qu'ils gardaient en eux depuis qu'ils avaient constaté que ces gens-là étaient doués et pouvaient ainsi aller trop loin. Nombreux sont ceux, parmi ce qui lisent cet article qui ont soit orchestré soit été victimes de ces opérations de ridiculisation, d'expression de jalousie et de méchanceté.
Dans les pays où c’est l’esprit bantou qui gouverne, nous voyons que ce sont des peuples solidaires qui fonctionnent à l’image d’une équipe de football ou disons d’un système où chacun joue son rôle et veille sur les erreurs de ses partenaires. En football par exemple, quand un défenseur en général laisse son couloir et remonte pour aller renforcer son attaque, il a tellement couru qu’il est essoufflé, c’est un attaquant ou un milieu de terrain qui comprend immédiatement qu’un couloir est libéré et il n’attend pas que quelqu’un s’infiltre dans le couloir et arrive à marquer dans leur camps, il se replie aussitôt pour assurer le rôle de récupérateur. Autrement dit, ceux qui sont animé par l’esprit bantou comprennent et pratiquent le soutien mutuel, la solidarité et la complicité. Une réussite personnelle est perçue par le groupe comme étant une fierté pour tout le monde. Ce qui n’est pas le cas avec le peuple sénégalais : d’où la résultante de leur méchanceté pointue.
Marc Zuckerberg n’est pas devenu milliardaire au hasard. Il a été soutenu par ses parents, ses amis et collègues à l’Université ainsi que quelques institutions publiques américaines et l’Etat Américain qui se sont intéressés à son projet ; qui n’était à ses débuts destiné qu’à être utilisé localement et en privé, pour lui aider en à faire un phénomène mondial qui aujourd’hui transcende toutes les frontières. Aujourd’hui, c’est Facebook ainsi que les milliers d’autres initiatives, appuyées par la société civile américaine, les institutions publiques et l’Etat, qui font marcher le pays sur le plan économique et ainsi contribue à améliorer les conditions de vie de tout le monde. Voilà le résultat de la solidarité, de l’entre-aide, de la sincérité et de l’amour.
Mais mon Sénégal pourrit d’hypocrites, de gens malintentionnés qui te sourient à longueur de journée alors que leur seul objectif consiste à te voir malheureux tous les jours quitte à le provoquer eux-mêmes si la nature t’en épargne. C’est seulement ou plus fréquemment au Sénégal que tu verras des gens qui en veulent à leur propres frères et sœurs juste parce qu’ils sont socialement mieux aboutis. Certains iront même jusqu’à mettre en mal plein de monde avec les autres juste parce qu’ayant peur des capacités de ces derniers. Ces exemples ne finissent pas !
L’étude rattache tous les échecs des peuples sahéliens à leur méchanceté et à leur désir de vouloir se promouvoir personnellement en empêchant par tous les moyens nécessaires les autres de connaitre pareille sort. L’on dénombre des milliers de projets et d’Entreprises dans ces pays à l’esprit tropical qui, normalement, si toutes les conditions indispensables à leur développement et maintien étaient réunies (amour, sérieux, travail, entre-aide, solidarité, franchise, sincérité), devait considérablement changer en bien la face de ces espaces géographiques au niveau desquels ils se déploient.
Ainsi, n'ayant pas de qualificatifs exacts pour cette activité qui garnit le quotidien des sénégalais, l’étude a tout simplement préféré le nommer méchanceté et en va pour la pointer comme étant la raison fondamentale du blocage de nos pays. Oui Méchanceté ! Parce que l’on ne puisse comprendre comment un peuple, au lieu de concevoir la réussite individuelle comme une fierté comme cela se passe ailleurs dans les pays développés, peut avoir aussi mal à la digérer. C’est simplement de la pure méchanceté et rien d’autre.
Usman TUREY/Seneweb
Communication. UGB/Saint-Louis/Sénégal
facebook Usman TUREY (Uzzikiller Slzoo)
twitter Usman TUREY (The elusive)

Mail : usmanturey@live.fr

Commentaires

Bonne analyse du Sénégal Emergent. L'émergence existe dans quelques portefeuilles de personnes bien placées.

Écrit par : jacobus | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

L'homme est un loup pour l'homme ,et ceci pas uniquement en AFRIQUE !
J'ai peut etre une vue faussée car j'aime ce pays et ses gens ,mais je ne crois pas qu'il y ait une différence sur le fond...........
Chacun veut faire sa place ....

Écrit par : oyster | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

Franchement tu bien analyse le senegal et l'espris des senegalais.

Écrit par : coly | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai été victime de ces opérations de ridiculisation, d expressions de jalousie et de méchanceté. Pourtant mes parents ont donné et moi aussi j'ai donné, aidé .
Mais le mal de notre pays est cette jalousie, cette méchanceté, cet orgueil et cette fierté mal placée.
On a beau donné celà ne servira à rien. Le jour qu'ils ont auront l'occasion, ils vont nous enterrer vivant. La majorité du peuple sénégalais est très méchante.
On aurait pu avancé avec une once de solidarité mais hélas Satan s'est accaparé de leur esprit. Continuons à prier pour ces âmes perdus.
Merci à Usman TUREY.

Écrit par : Lola diolla | 16/09/2016

Répondre à ce commentaire

Merci de cette analyse O combien vraie et interressante. Peut etre faut il parler du "cas" de la Casamance qui me parait etre beaucoup plus sur l esprit Bantu comme tout le peuple guinéen d'ailleurs... Solidaire, gentil et humble.... Si,si ça existe aussi au Senegal... encore un peu... ;)

Écrit par : Ninnin | 17/09/2016

Répondre à ce commentaire

Dans le même ordre d'idée, je vous recommande vivement la lecture d'un livre écrit par un jeune sénégalais dont le nom d'auteur est ELGAS. Ce livre s'appelle "Un Dieu et des mœurs", Carnets d'un voyage au Sénégal....édité à Présence africaine.
C'est un récit de 15 nuits, 15 portraits, et un réquisitoire à travers lequel l'auteur ausculte sans concessions , les tabous et les problèmes lourds de la société sénégalaise...
A lire et à recommander absolument

Écrit par : Gérard Dupuy | 17/09/2016

Répondre à ce commentaire

Rien à voir avec la sociologie ! Votre ami a lu une oeuvre de fiction: "Afrique dans le sang" de l'écrivain togolais Molessou Sapao.

https://books.google.fi/books?id=Lj5NBAAAQBAJ&pg=PA194&lpg=PA194&dq=molessou+sapao+afrique+dans+le+sang&source=bl&ots=PuapirtL_W&sig=RtIm6y5lL74paF6BBaAwtsee8S0&hl=sv&sa=X&ved=0ahUKEwibmoe6tJfPAhVDlxoKHTAADAgQ6AEIKjAC#v=onepage&q=molessou%20sapao%20afrique%20dans%20le%20sang&f=false

Écrit par : Analyse basée sur la fiction | 18/09/2016

Répondre à ce commentaire

Ce texte me laisse perplexe ? La méchanceté n'est pas la qualité première du sénégalais moyen. Sa qualité première est la débrouillardise à survivre face à ses élites politiques et religieuses corrompues qui tiennent le bas peuple dans la misère et l'ignorance jusqu'à exploiter et maltraiter les enfants des familles les plus pauvres, les talibés, mendiants esclaves.
Les méchants sont en haut, pas en bas au Sénégal. D'ailleurs les sénégalais rient beaucoup et font la fête souvent, pour ne pas pleurer et oublier leur sort de non-méchants, soumis et opiumisés par une religion qui n'est même pas la leur. La Méchanceté n'est pas une tare majoritaire au Sénégal.

Écrit par : issa gibb | 18/09/2016

Répondre à ce commentaire

Je ne ressens pas de méchanceté chez les Sénégalais!!!! de la jalousie surement,mais je pense qu'on peut le comprendre

Écrit par : eddy | 18/09/2016

Répondre à ce commentaire

Il faudrait demander a ce sociologue dans quel pays sont les gens gentils...que je courre acheter un billet d avion...merci

Écrit par : olivier bundaw | 19/09/2016

Répondre à ce commentaire

Ce jeune homme me fait penser au Pangloss de Voltaire qui enseignait la métaphysico-cosmolonigologie ! Des concepts aussi vides de sens que "esprit tropical ou sahélien" renvoient à un déterminisme géographique sans doute hérité de la glose coloniale ethniciste et hyper-généralisante, et non pas à des catégories de la pensée scientifique !Jeune étudiant, visiblement ébloui par une terminologique aussi baroque que creuse veut parader dans un espace socologico-anthropologico-métaphysico-éthique qui le dépasse et jargonne donc dans une langue et un métalangage qu'il ne maîtrise pas, à la manière des Trissotins de la pensée ou des Femmes savantes de Molière !!!

Écrit par : Marcel Schelcher | 11/12/2016

Répondre à ce commentaire

Le peuple sénégalais méchant ? non, je ne crois pas... dans l'ensemble plutôt indolent, apathique... et fataliste, car tout ce qui advient est de la volonté divine... Bien sûr il y a l'envie, la jalousie, comme partout, plus ou moins... On voudrait bien tout avoir, mais sans produire vraiment d'efforts. Alors on rend visite à son marabout pour qu'il intercède afin que la vie devienne meilleure...
Certains pensent aussi que leurs prédécesseurs ayant été réduits en esclavage, puis colonisés, tout "le mal" actuel et l'impossibilité d'avancer aujourd'hui résultent de ce passé... Explication facile et simplette, qui résume tout.
Il y a aussi sans doute une perte de confiance envers les dirigeants, car malgré les belles annonces, la vie au quotidien ne semble guère s'améliore pour le peuple. Et puis la corruption, le racket, les détournements de fonds, les falsifications, les magouilles... sont rarement sanctionnés ; ce n'est pas un bon exemple pour "le peuple" ; pourquoi se démener et travailler durement et honnêtement quand les nantis se remplissent les poches impunément ? Les journaux ne manquent pas d'exemples en la matière...
Le "blocage du pays" vient peut-être aussi d'une éducation scolaire déficiente ou mal adaptée, d'un manque évident de formation professionnelle, d'une offre d'emplois quasi insignifiante. Un avenir qui se présente comme un tunnel sans fin... et quand on vit au jour le jour, comme c'est hélas le cas pour un certain nombre, l'avenir se limite à demain.

Écrit par : Xx | 11/12/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.