24/09/2016

LE TOURISME SENEGALAIS AU TOP RESA

Tourisme: Le Sénégal au Salon Top Resa 2016

1731253-0134e.jpg

Malgré les difficultés que le tourisme sénégalais et ouest-africain ont traversées ses dernières années, les voyants sont désormais au vert pour permettre la relance des destinations. Lors du forum portant sur « Infrastructures et développement touristique » les intervenants sont revenus sur les opportunités offertes par la sous-région.
Quelques témoignages recueillis lors du Salon Top Résa à Paris du 20 au 23 septembre 2016.
Monsieur Grégory Lanter – Directeur du développement Club Méditerranée
« Le Club Méditerranée va ouvrir dans deux ans sur le site de Saraba et dans un an la commercialisation va commencer pour continuer à jouer son rôle locomoteur de la destination. Les opérateurs comme le Club Méditerranée vont faire le marketing au niveau mondial.
Dans les années 2000, le Club Med regardant le projet du gouvernement sénégalais a considéré que les Almadies devaient se transformer en un hôtel d’affaires et que le Club Méditerranée devait suivre le mouvement de l’aéroport de Blaise Diagne de Dakar en se déplaçant sur la Petite Côte pour être beaucoup plus proche du nouveau aéroport et proche également d’un site beaucoup plus touristique. C’est en ce moment-là que le Club Méd a été un partenaire local. Nous avons signé la semaine dernière le tour de table de ce projet. »
Monsieur Alexis Janoray - Directeur du développement Afrique subsaharienne AccorHotels
« Ce qui est formidable en Afrique de l’Ouest, c’est que le réservoir et le potentiel touristique existent déjà. Ce qui n’est pas forcément le cas dans d’autres pays sur lesquels nous sommes en concurrence et qui sont à un niveau de maturité. Aujourd’hui si nous mettons en place des bonnes infrastructures et la bonne promotion des marques des destinations, nous pouvons dire que l’Afrique a un rôle majeur à jouer dans le tourisme de loisirs dans les années à venir. »
Madame Maimouna Ndoye Seck, Ministre du Tourisme et des Transports Aériens du Sénégal
« Avec la finalisation et la mise en service du nouveau aéroport de Dakar conçu pour recevoir 3 millions de passagers modulable jusqu’à une capacité de 20 millions, une compagnie nationale forte est importante. Si les aérodromes sont développés, la compagnie nationale mise place, cela devrait permettrait l’acheminement des touristes vers les sites. Ce qui entraîne une possibilité de faire beaucoup d’activités.
La question sur le développement des infrastructures est essentielle mais nous devons encore être prudents sur la question de l’open sky, le temps de renforcer nos arrières. Nous regardons les possibilités comme nous en avons pour des vols charter. Dans deux jours, on peut monter un vol charter. L’autoroute à péage et le rail sont entrain d’être développés pour permettre l’accessibilité des sites présentant le plus grand potentiel. »
ausenegal.com/http://www.au-senegal.com/le-senegal-au-salon-top-resa-20...

Commentaires

Toujours du bla-bla utopique, vue la situation catastrophique du tourisme au Sénégal. Finissez l'aéroport et ouvrez cet aéroport en premier lieu, au lieu de perdre votre temps à enfumer le peuple sénégalais avec des propos répétés sans cesse, des estimations sans lendemain. Les 20 millions de passagers, une compagnie nationale forte, que des promesses. Pour le moment, çà ne fait pas trois repas par jour pour la majorité des sénégalais qui vivent avec un seul repas par jour et dans la hantise de faire survivre cet unique repas pour leurs enfants, le lendemain à cause de la calamiteuse politique touristique depuis quelques années. Au lieu de vous perdre dans des statistiques rêveuses, passez aux actes qui remplissent les bols de riz du peuple.

Écrit par : issa gibb | 25/09/2016

Répondre à ce commentaire

oui tout cella mes dans combien encore des années:triste pour nous touriste Belge l'aéroport et auto route pour M Bour... et rien depuis 2013 plus de touriste chaques années vu sur place idem centre de Dakar...

Écrit par : jean | 25/09/2016

"la MAJORITE des sénégalais qui vivent avec un seul repas par jour..."
qu'est ce qu'il ne faut pas lire ici..
Le tourisme n'a jamais développé un pays c'est du n'importe quoi, construisons des autoroutes, des ponts, universités, des écoles c'est cela l'avenir pas alimenter un réseau de vieux avec des midinettes!

Écrit par : Ndiaye | 25/09/2016

Répondre à ce commentaire

Le premier devoir des dirigeants est de nourrir le peuple.
Après on peut penser l'éduquer et construire des infrastructures.
Les "Midinettes " si elles étaient nourries n'auraient pas à aller chercher leur" pitance".
Mais malheureusement elles ne se nourrissent pas de mots, mais uniquement des "maux" qui leur sont fournis et
là on peut dire qu'elles sont repues.

Écrit par : amy | 25/09/2016

Pour qu'il y ait tourisme, quatre paramètres essentiels doivent être réunis :
1. le goût de l'exotisme, de la découverte d'autres cultures,
2. de l'argent disponible pour des activités non-essentielles,
3. du temps libre,
4. des infrastructures et moyens de communication sécurisants et facilitant le voyage et le séjour.

Le nombre de touristes dans le monde a progressé :
1. de 6,6 % en 2011,
2. de 5 % en 2012,
3. de 4 % en 2013,
4. de 4,7% en 2014, atteignant 1 milliard 138 millions de touristes !

Le tourisme s’est avéré être une activité économique étonnamment forte et résiliente et un secteur apportant une contribution essentielle à la reprise économique, générant des milliards de dollars de recettes d’exportation et créant des millions d’emplois.

Le tourisme a pris une importance majeure dans l'économie mondiale et la place qu'il y occupe est appelée à s'accroître davantage. A côté des pays d'Amérique du Nord et de l'Europe, ce sont maintenant les pays du Sud pour lesquels il constitue un moteur de croissance.
L’Afrique subsaharienne a vu son nombre de touristes internationaux augmenter de 3 %, et ce malgré la flambée de maladie à virus Ebola dans certains pays d’Afrique de l’Ouest. Les résultats pour l’Afrique [...] doivent être pris avec précaution dans la mesure où ils s’appuient sur des données aussi limitées que volatiles.

“Dans la plupart des pays, le Tourisme fait désormais partie des secteurs de l'économie les plus dynamiques et dont la progression est la plus rapide" (Organisation Mondiale du Tourisme).

Écrit par : Xxx | 26/09/2016

Le salon top resa est un salon pour les professionnels du tourisme. Ces gens-là, pour vendre la destination
Senegal,ont besoin de vols, charters de preference, et de receptifs. Egalement, une compagnie desservant l'interieur du pays.
Laissons de coté l'autoroute.
Sur les 3 points, il n'y a rien...En receptif, il reste quelques hotels...mais les pro du tourisme peuvent_ils travailler serieusement avec eux ? Just a question...

Écrit par : rico | 25/09/2016

Répondre à ce commentaire

Ah ouiii,construire en voilà une idée qu'elle est bonne !!!!!Avec quoi??l'argent des esclavagistes,des mécréants,il y en a qui n'ont vraiment aucune fierté,(on le savait déjà) bienheureux celui qui fait 3 repas par jour ,a ma connaissance c'est souvent un repas par jour n'en déplaise a certains!!!! quand aux midinettes ,pas besoin de leur courir après,elles font ça très bien la chasse aux hommes mures,et bien des fois avec l'accord du mari ou du copain,ehhhhhhh il faut bien nourrir la famille,alors ne leur jetez pas la pierre....

Écrit par : eddy | 26/09/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.