12/10/2016

TERRORISME ET RADICALISATION AU SENEGAL: ENQUÊTE

Enquête sur la montée de l'islamisme qui fait peur, des femmes prêtent à s'engager avec un groupe terroriste, 54% des sondés pour la charria ...L’institut Timbuktu, dirigé par Dr Bacary Sambe, a réalisé une enquête sur « Les facteurs de radicalisation et de perception du terrorisme ».

senegal
400 jeunes âgés entre 18 et 35 ans, interrogés dans des banlieues de Dakar comme les Parcelles Assainies, Pikine et Guédiawaye ont été interpellés par les enquêteurs.
Ils leur ont présenté un questionnaire comprenant une quarantaine de points, notamment « des questions sensibles portant sur les confréries, sur la vision de l’islam, sur l’activité rémunératrice des personnes enquêtées, sur la personne qui, dans la perception des jeunes, connaîtrait mieux le Coran et sur la représentation effective ou supposée de l’islam par les confréries ».
Divers réponses ont permis tout d’abord d’établir un profil type des sondés. Ces jeunes de la banlieue dakaroise sont majoritairement célibataires et plus d’un tiers ne travaillent pas bien que plus de 90% d’entre eux ont été scolarisés.
Une jeunesse qui considère majoritairement l’Etat comme « défaillant » dans sa lutte contre le terrorisme. Un profil révélateur lorsqu’il est mis en perspective avec les réponses apportées : près de la moitié des jeunes interrogés ont justement estimé « que ce sont la pauvreté et le chômage qui font le lit du terrorisme ».
L’enquête révéle aussi qu’aux moins de 10% des jeunes interrogés ont expliqué aux enquêteurs de Timbuktu Institute Rechercher Timbuktu Institute être prêts à « rejoindre un groupe radical ». Dans cette catégorie, « la première raison invoquée est la défense de l’Islam (48%) ».
Les jeunes se sont dits « satisfaits ou n’ont montré aucune réaction aux actions terroristes les plus médiatisées telles que les attentats de Paris »
et ont marqué leur opposition à « la présence militaire étrangère, américaine et surtout française qui, selon eux, exposerait le pays à plus de risques ».
45% des personnes interrogées estiment que le chômage et la pauvreté poussent les jeunes vers les organisations terroristes.
Mais là où les résultats de cette enquête font froid dans le dos, c’est lors qu’ils révèlent que 54% de l’échantillon sont pour un référendum pour l’adoption de la charia au Sénégal. Ainsi que l’existence de femmes décidées à rejoindre les rang d’un groupe térroriste.
En guise de recommandations, l’équipe du Timbuktu Institute Rechercher Timbuktu Institute estime tout d’abord qu’il est urgent de lutter contre le chômage des jeunes et de proposer un modèle de société plus égalitaire.
L’institut a également proposé de trouver une solution au problème de « la dualité du système éducatif sénégalais mais aussi de mettre en place une plateforme collaborative et inclusive de veille et d’alerte précoce sur les facteurs de radicalisation.
Sidy Djimby Ndao, Dakar/Kaoci

Commentaires

Cet institut veut vraiment s imposer !! Mais tout ceci n'est qu'un ramassis de contre-vérités

Écrit par : deug | 12/10/2016

Répondre à ce commentaire

Je souhaite que cet institut se trompe lourdement ??? 54% des sénégalais favorables à la charria islamique ??? çà vous glace le cerveau.
Les jeunes et en particulier, les filles favorables à la radicalisation pour défendre le vrai Islam et sauver l'Islam des détournements des groupes religieux confrériques soufies sénégalais ???
Sans doute, écoeurés par l'alliance des élites politiques et religieuses confrériques qui se gavent sur le dos du peuple et les laissent sans espoir. Leurs milliards insolents font du mal.
Ce n'est pas en faisant bouffer du mouton et du bœuf gratuitement pendant 3 jours dans l'année, au peuple que l'on fait acte de lutte contre la misère pour un religieux digne de Dieu.
De l'autre côté, l'Etat rassure qu'il lutte fermement contre la radicalisation ??? çà n'a pas l'air à la lecture de cette enquête, les jeunes ont l'air d'être souterrainement, bien radicalisés ???
Pour aller se jeter dans les bras, d'Al Quaida, d'Aqmi, de Boko Haram ou de Daech par ignorance et désespoir.
Entre nous, çà craint pour le boudin, cette enquête sur la dérive vers la radicalisation de la jeunesse sénégalaises, contre les confréries richissimes et irresponsables, contre les valeurs de la République pour la charria islamique ,???
Mais, une jeunesse épuisée de mensonges, de misère, de corruption et sans avenir, est capable d'aller se jeter dans les bras de n'importe qui ou n'importe quoi ! Souviens-toi de l'Iran, de la Tunisie, de l'Egypte, de la Lybie et de la Syrie... et du vase se Soissons

Écrit par : issa gibb | 12/10/2016

Répondre à ce commentaire

Comme en France avec la montée de l'extréme droite, la pauvreté, l'ignorance... un terrain favorable.

Écrit par : bill | 12/10/2016

Répondre à ce commentaire

La comparaison n'est pas raison .....

Écrit par : oyster | 13/10/2016

Le tourisme ne se porte déjà pas si bien, les résultats d'une telle enquête ne sont certainement pas de nature à changer la donne. Perso, pourtant "amoureux de ce pays", je m'abstiendrais d'y venir si la religion se fait trop présente dans la vie courante, alors LA CHARRIA .... , espérons qu'on n'en viendra pas à une telle extrémité. Les autorités sont-elles conscientes des conséquences pour le pays??
Quand on dit que "les religions sont l'opium du peuple" !!!!!!!!

Écrit par : ANDRE | 13/10/2016

Répondre à ce commentaire

MAIS POURQUOI IL Y A MA PHOTO SUR CET ARTICLE
JE PORTE PLAINTE DE SUITE
MON DIEU

Écrit par : SUR LA PHOTO | 14/10/2016

Répondre à ce commentaire

Équipe Timbuktu vous n'êtes pas du tout professionnelle et votre article est un torchon et plus grave encore la photo n'a absolument rien à voir avec l'article. C'est très grave ce que vous avez fait et croyez moi le milieu scientifique sera averti.

Écrit par : Kasse | 14/10/2016

Répondre à ce commentaire

SENEGAL BLACK RAINBOW ENLEVEZ MA PHOTO DE CET ARTICLE

Écrit par : SUR LA PHOTO | 14/10/2016

Répondre à ce commentaire

Je suis navré. J'ai retiré cette photo qui apparait pourtant sur internet, via google lorsque la recherche se fait sur l'islam au Sénégal.
Elle a été remplacée par une illustration anonyme.
Encore désolé, internet est parfois indélicat.

Écrit par : Yves | 14/10/2016

Répondre à ce commentaire

En France les gens menacent,mais au dernier moment reprennent leurs esprit ce qui n'est pas le cas au Sénégal pour la religion!!!!!pour preuve Mr Macky Sall qui se courbe devant les religieux et leur octrois ce qu'il demande,qu'a t-il fait pour les petits talibés a part prendre l'argent des Américains,et surtout fermer les yeux

Écrit par : maie | 15/10/2016

Répondre à ce commentaire

je trouve aussi le gouvernement senegalais bien faible face aux religions alors que le senegal se dit republique laique.....

Écrit par : flopaty | 16/10/2016

Répondre à ce commentaire

Il n'y a aucunes raisons pour que le Sénégal échappe au terrorisme,il ne faut pas etre aveugle,mais ouvrir grand ses yeux et ses oreilles la radicalisation est en marche,et c'est au Sénégal comme ailleurs!!!ils sont partout,et leur objectif les touristes,alors sans faire pleurer dans les chaumières surveillez vos arrières,les frontières terrestres sont comme le gruyère pleine de trous et contre un petit billet le passage est encore plus facile!!!!!!

Écrit par : eddy | 16/10/2016

Répondre à ce commentaire

Franchement...cà suffit...
Et si on parlait des 15000 "fichés S" (pas S comme sénégal) ?
Vous êtes plus en sécurité à Touba, Tivaouane, qu'à Paris!

Écrit par : Ndiaye | 17/10/2016

Répondre à ce commentaire

Soyons réaliste ,
Le Pdt de la république ne peut se permettre de créer un conflit avec TOUBA ,car le pays serait rapidement en guerre civile .
il faut bien comprendre que le FILS de l'ancien PDT doit son 'pardon" à l'intervention de TOUBA ,et que chacun y trouve un interet.
le danger étant l'extrémisme pout tous...
Ceci n'étant qu'un exemple !

Écrit par : oyster | 17/10/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.