19/10/2016

ADIEU PIROGUES TYPIQUES

"Les pirogues en fibre de verre vont favoriser la sécurité et l’hygiène

image010.jpg

L’utilisation de pirogues en fibre de verre au Sénégal pourrait ‘’grandement’’ améliorer la sécurité et l’hygiène des opérations de pêche et aider à maintenir la fraîcheur des captures, estime Yuji Moriya, représentant-résident de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).
‘’Le Projet d’étude de la promotion de la cogestion des pêcheries par le développement de la chaîne de valeur (PROVOCAL) a assisté la société japonaise Yamaha, dans une étude de faisabilité, financée par la JICA, pour la fabrication et la distribution de pirogues en fibre de verre au Sénégal’’, a-t-il dit.
Le représentant-résident de la JICA s’exprimait mardi, lors de la cérémonie d’inauguration des nouveaux quais de pêche de Pointe-Sarène et de Ngaparou, dans le département de Mbour (ouest).
‘’La JICA espère, bientôt, pouvoir démontrer et partager les résultats positifs de cette étude de faisabilité’’, a déclaré M. Moriya. Il a précisé que les différents projets initiés dans le cadre de la coopération entre son pays et le Sénégal se font dans une démarche ‘’efficace et efficiente’’.
Pour sa part, l’ambassadeur du Japon au Sénégal, Takashi Kitahara, annonce que le prototype de cette pirogue, conçu spécialement pour le Sénégal, sera introduit à titre expérimental, à partir de ce mois d’octobre à Mbour. Il a fait remarquer que ‘’cette aide du japon est un symbole supplémentaire de l’amitié et de la solidarité entre nos deux pays et nos deux peuples’’.
Selon le diplomate japonais, la coopération pour le développement de la pêche est non seulement ‘’un outil’’ pour assurer la sécurité alimentaire au Sénégal, mais aussi ‘’un pilier important’’ pour la création d’emplois et de revenus ainsi que pour le développement de l’industrie.
De son côté, le directeur général de la Société des infrastructures et réparation navale (SIRN), Samba Ndiaye, indique que ce projet soutenu par la coopération japonaise, va permettre de remplacer les pirogues actuellement en activité et qui sont faites en bois.
‘’On est en phase d’expérimentation, mais si on arrive à faire 1.000 pirogues à fibre de verre par an, ce serait un excellent résultat. Le minimum que nous envisageons à partir des projections que nous avons élaborées lors des études, c’est que nous voudrions faire 600 pirogues par an’’, a-t-il expliqué, précisant que le parc piroguier du Sénégal est composé de 20 mille pirogues.
Selon le DG de la SIRN, les retombées de ce projet sont multiformes avec notamment un aspect sécuritaire non négligeable, puisqu’il s’agit de pirogues submersibles, bien équipées en termes de matériel de secours et de localisation des pêcheurs en mer.
D’après M. Ndiaye, ce genre d’embarcations contribuera aussi à la préservation de l’environnement dans un contexte de déforestation.
‘’Ce projet va surtout créer des emplois, puisque nous n’allons pas importer ces pirogues, mais il s’agira de transfert de technologie qui nécessite la création d’usines dans lesquelles vont travailler des Sénégalais’’, a dit Ndiaye.
ADE/ASG/APS

Commentaires

allez 1000 de plus ...... après une rapide enquête dans les villages de pêcheurs autour de moi le constat est catastrophique dans le Saloum, les ressources sont en chute pour ce qui est du poisson et des crevettes ainsi que des seiches .... les banas banas descendent de Dakar pour trouver du poisson car il n'y a rien dans la mer de Dakar et les prix flambent ... voilà des années que l'on en parle le thiofs a quasi disparu ( j'ai des statistiques solides qui parlent de 575 000 tonnes prélevé en 1976 oui oui 575 000 m tonnes / an ! 1on ne se rend pas bien compte mais c'est un désastre écologique... Plutôt que des pirogues il faut interdire la pêche illégalee tout simplement, oui je suis un con que vont ils bouffer tous ces gens ( toubabs y compris ) mais c'est la triste réalité, je n'ai pas la plume d'Issa et la défense des talibés, je n'ai pas non plus envie de m'appliquer, la mesure doit être stricte et sans concession...

Écrit par : olivier | 19/10/2016

Répondre à ce commentaire

La surpêche et les pillages des réverses halieutiques dans les eaux territoriales sénégalaises par les bateaux tankers russes, puis les tankers chinois sont une catastrophe écologique, mais aussi une catastrophe pour le peuple sénégalais pour se nourrir dans l'avenir. Les réserves de poissons n'ont pu se reproduire. De nombreuses espèces de poissons ont disparu. Dans l'indifférence et par l'incompétence des gouvernements successifs incapables de gérer et sauver le premier pilier économique du pays. Incapables de gérer et protéger la première ressource alimentaire du peuple sénégalais. Toutes ces dérives ont été dénoncé par l'ancien ministre de l'écologie remercié et limogé, Ali el Hadar, en vain !
Ce désastre est un fier combat à mener, tout comme l'excision des fillettes sénégalaises, le mariage forcée des mineures, l'exploitation des enfants talibés ou la déforestation de la Casamance. Face au laxisme et à l'incompétence des élites politiques et religieuses qui ne pensent qu'à s'en foutre plein les poches et à laisser le peuple dans la misère jusqu'à l'épuisement de ses ressources vitales, seule la société civile et chaque citoyen sénégalais lambda doit se défendre de la mise à sac du pays par les pourris, avant qu'il ne soit trop tard !

Écrit par : issa gibb | 19/10/2016

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison .....
Le plus souvent la volonté de lutter contre les excès se limite à rejeter sur les générations à venir le problème qui ne peut que devenir ingérable.
Maintenant l'insouciance de prendre de l'argent pour des concessions est une façon de vivre en pensant que demain matin il devrait faire jour !
Pathétique inertie du moindre effort ?

Écrit par : oyster | 20/10/2016

Le vol des ressources halieutiques sénégalaises par des chalutiers chinois, coréens ou russes est un grand problème mais il faut quand même reconnaître qu'il y a eu des progrès. La marine sénégalaise s'équipe régulièrement depuis deux ans en patrouilleurs auprès du constructeur français STX mais également Raidco afin d’arraisonner ces navires délinquants. Certains comme Kedougou et Ferlo participent déjà à la traque avec pas mal de succès. Un autre va être livré très prochainement. Et la charte africaine sur la sécurité maritime signée il y a peu devrait aider à améliorer les choses.

http://www.meretmarine.com/fr/content/ocea-le-patrouilleur-senegalais-fouladou-acheve-ses-essais

Écrit par : Dedale | 20/10/2016

en plus ils veulent saccager les zones de pontes des poissons en Casamance, tout cela pour extraire le zircon; s'il n'y a déjà plus de poisson a dakar , si la Casamance laisse extraire le zircon , s'en est fini des ressources de la mer meme au sud......que restera t il aux senegalais a bouffer!!!! les aracahides !!!!! les mangues sont mal exportées, les noix de cajou sont sous payées alors que les indiens font un benefice incroyable dessus sur le marché mondial, jusqu'à quand faudra t il que les populations soient spoliées pour qu'elles réagissent.....

Écrit par : flopaty | 20/10/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.