30/10/2016

CONTRACEPTION AU SENEGAL

Taux de contraception: le Sénégal a atteint 21% en 2015

taux-de-contraception-le-senegal-a-atteint-les-21-en-2015-597245-696x393.jpg

Le taux de prévalence contraceptive au Sénégal a atteint 21%. Selon le directeur de la structure sociale Marie Stopes, Anne Lancelot, il y a une vraie demande de la population sur les méthodes contraceptives.
L’entreprise sociale Marie Stops International Sénégal a livré hier ses statistiques sur le taux de prévalence contraceptive. D’après l’étude qui date de l’année dernière, près de 21% des femmes ne souhaitent pas avoir d’enfants dans les deux prochaines années. « Le Sénégal a progressé si vite, car le taux est passé de 12 à presque 21%, en moins de 5 ans », constate Anne Lancelot. Elle affirme, en effet, qu’il y a un fort taux non couvert et une vraie demande par la population, en ce qui concerne l’utilisation des méthodes contraceptive.
Enquête/Senenews

Commentaires

Tu m'étonnes que les femmes sénégalaises veulent avoir accès à la contraception. A 30 ans ou 35 ans, elles se retrouvent épuisées avec une tribu de 8 à 9 gosses dont la plupart n'ont pas été voulu. Mais, elles n'ont majoritairement pas le droit à la parole face à la toute puissance du mari, mâle et chef de famille qui veut des enfants pour assurer sa retraite et sa vieillesse, avant de partir travailler au loin ou encore dans de nombreux cas avec une plus jeune femme. Laissant la première femme dans le désarroi total avec la première progéniture à nourrir et à élever....Ce n'est pas un programme qui donne envie aux femmes sénégalaises d'avoir beaucoup d'enfants !
La contraception devrait être gratuite pour les femmes aux Sénégal car la volonté de disposer de leur corps semble encore lointain dans les mentalités rétrogrades masculines et religieuses. Tout comme les préservatifs devraient être gratuits au Sénégal pour protéger les jeunes et les adultes irresponsables aux multi-partenaires, du Sida et des maladies sexuelles transmissibles, afin d'éviter la contamination des jeunes partenaires ou les femmes saines de retour à la maison, après des incartades sexuelles...

Écrit par : issa gibb | 30/10/2016

Répondre à ce commentaire

bien Issa, bonne vue et analyse de la situation des femmes sérieuses Elles méritent plus de respect et d'aide

Écrit par : jacobus | 30/10/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire