14/11/2016

LA MENDICITE RAPPORTE...

La mendicité au Sénégal rapporterait 5,475 milliards de FCfa par an

f1f45ae2ad71c7b7e45a7e22397ecaca_XL.jpg

La mendicité est une activité fructueuse au Sénégal. Rien que pour Dakar, elle ne rapporte pas moins de 5,475 milliards de FCfa par an, selon Issa Saka, coordonnateur de projets à l’Onudc. Il l’a fait savoir, hier, lors de l’ouverture de l’atelier national de renforcement des capacités de l’administration du travail sur la traite des personnes, présidé par le directeur du Travail et de la Sécurité sociale.
A Dakar, la mendicité génère au moins 5,475 milliards de FCfa par an. Cette estimation est faite par Issa Saka, coordonnateur de projets à l’Office des Nations Unies contre la drogue et les crimes (Onudc). C’était hier lors de l’ouverture de l’atelier national de renforcement des capacités de l’administration du travail sur la traite des personnes. « Il y a au moins 30.000 enfants qui mendient dans les rues de Dakar. On leur demande de ramener chacun un montant quotidien qui tourne autour de 500 FCfa. Quand on multiplie cette somme au nombre de mendiants, ça donne 15.000.000 de FCfa par jour, soit 5,475 milliards de FCfa l’année », a-t-il estimé, avant de préciser que cette somme ne concerne que Dakar parce qu’à Thiès, Saint-Louis, Tambacounda, Kolda, etc., les enfants de la rue ramènent aussi des dizaines de milliards de FCfa qu’ils versent annuellement aux adultes.
Action unitaire nécessaire
Selon le représentant de l’Onudc, pour solutionner ce phénomène, il faut travailler sur trois niveaux. D’abord la prévention pour que les gens comprennent les enjeux qui sont derrière la mendicité qui, a-t-il souligné, ne consiste plus à inculquer l’humilité aux enfants, mais est devenue l’esclavage des temps modernes. Ensuite, a relevé M. Saka, il faut protéger les enfants exposés souvent dans les médias en construisant des centres d’accueil. Enfin, a mentionné le coordonnateur de projets, il faut poursuivre les personnes qui exploitent les enfants. « Il y a des lois qui interdisent l’exploitation d’enfants, notamment à travers la mendicité.
Nous avons par exemple la loi de 2005 qui condamne ces personnes à des amendes et à des emprisonnements allant de deux à cinq ans », a-t-il expliqué. Pour Issa Saka, l’application de la loi incombe à l’Etat qui a la puissance publique. Malheureusement, la mendicité est souvent imbriquée à des considérations religieuses ou culturelles.
« Le phénomène des talibés est une tradition vieille de plus de cent ans et a des liens avec la religion. C’est ce qui fait que ce sont ceux qui sont censés appliquer la loi qui donnent l’aumône à ces enfants », a-t-il déploré.
Pour sa part, Karim Cissé, directeur général du Travail et de la Sécurité sociale, a estimé qu’il faut une action unitaire pour éradiquer ce phénomène qui évolue en permanence en s’adaptant aux différents pays. Selon lui, au Sénégal, un jalon supérieur est posé dans cette lutte avec l’élaboration du nouveau Plan d’action national de lutte contre la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants.
Ndiol Maka SECK/Lesoleil

Commentaires

Il y a déjà eu tant et tant d'écrits sur le sujet ! mais rien n'y fait... Ils sont toujours là, ces pauvres gosses !

Human Rights Watch : avril 2010 (116 pages) : Sur le dos des enfants : mendicité forcée et autres mauvais traitements à l'encontre des talibés au Sénégal : https://www.hrw.org/sites/default/files/reports/senegal0410frwebwcover.pdf

Talibés, la défaite de la société sénégalaise : http://terangaweb.com/les-talibes-du-senegal-un-probleme-de-societe

Combien sont-ils? Les ONG évaluent leur nombre à... : http://www.planete-senegal.com/senegal/mendicite_senegal.php

La FTS est née d’une volonté commune de huit femmes sénégalaises vivant au Québec, préoccupées par l’avenir des enfants privés de droit... : http://fondationtalibe.org/

Il y a une flopée de sites qui traitent de cette question. C'est une image extrêmement négative pour le Sénégal.

Écrit par : Xx | 15/11/2016

Répondre à ce commentaire

C'est la honte du Sénégal. Il faut arrêter avec ces articles qui ne servent à rien pour la cause des enfants talibés esclaves. Ces articles déjà lus, maintes fois répétés, arriveraient à glorifier la traite abjecte de ces pauvres gosses et rendre acceptable cette ignominie humaine, crime de l'humanité pour les enfants au Sénégal. Avec toujours, les mêmes chiffres 30 000 à Dakar (200 000 dans tout le pays, plus des intrusions au Mali et en Mauritanie). Les mêmes références incessantes, les mêmes réflexions sur la loi contre la mendicité de 2005 jamais appliquée et pour finir, toujours l'annonce d'un énième plan de lutte contre les personnes vulnérables qui n'aboutit jamais à rien, depuis trois décennies. Comme exemple, le dernier échec du retrait des enfants mendiants des rues, avoué par le coordinateur Diouf en personne. Des moyens minables, le manque de centres d'accueil, la mafia des marabouts qui a déplacé ses petits esclaves des daaras en daaras. Une annonce et une action gouvernementale qui sont devenues de l'enfumage de la population, comme d'habitude.
Il y a aussi l'hypocrite question qui revient sans cesse : De savoir si c'est culturel et/ou religieux, alors que nous sommes face à un ignoble problème de traite négrière, d'exploitation et d'esclavage d'enfants par des marabouts, faux enseignants coraniques, des escrocs religieux voués à l'argent facile, personnages détournés des valeurs de l'Islam, bafouant l'interdiction de la mendicité par le Prophète Mahomet et ne priant plus Allah, le Tout-Puissant. Faire du pognon sur le dos de pauvres gosses innocents, quel bel exemple d'humilité, de charité humaine et de religiosité ???
Puis, il y a le laxisme des gouvernements successifs et la lâcheté de la population sénégalaise qui n'ose pas se révolter contre cette mafia maraboutique, si unie, si organisée et si puissante. Pourtant ce n'est qu'une poignée d'escrocs religieux qui exploite des enfants, ne respecte pas les lois, bloque tout développement d'un pays, mais on les laisse faire impunément !
Arrêter cette hypocrisie, ces hommes exploiteurs d'enfants ne sont pas des guides religieux, ne sont pas des humains ou des maîtres exemplaires. Ils ne sont pas des hommes de Dieu. Ils ont transformé le Sénégal en premier pays esclavagiste d'enfants en Afrique et à la face du monde. Ils sont entrain de sacrifier et de radicaliser des générations entières de notre jeunesse qui ne présage rien de bon pour notre avenir. Il faut sortir les enfants talibés des griffes de ces pourris sataniques qui salissent et trahissent la religion musulmane et l'honneur du Sénégal.

Écrit par : issa gibb | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

En fait, le type a pris la calculette, et est tombé sur le cul !!!!!

Écrit par : rico | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.