15/11/2016

INTERVIEW: LE TOURISME...

Relance du tourisme au Sénégal : écotourisme, ’bird watching’’, tourisme solidaire et tourisme d’affaires

tourisme-au-se_ne_gal-selon-nouvelles-frontieres--_6_-3e811.jpg

Depuis la fin de l’alerte concernant le virus Ebola qui avait un peu plombé la destination, l’on note aujourd’hui un regain d’intérêt pour le Sénégal et de nouveaux tours opérateurs sont intéressés par le pays de la téranga. Entretien avec Alain Noël, directeur de Nouvelles Frontières sur la relance du tourisme au Sénégal.
Nouvelles Frontières Sénégal a récemment organisé des voyages d’étude avec des professionnels du tourisme, dites-nous en quoi ça consistait ?
Nous avons reçu entre octobre et novembre de cette année pas moins de 150 professionnels du tourisme en provenance des Pays Bas. Ce sont essentiellement des responsables d’agence de voyages impliqués dans les ventes. Pour la plupart, c’était leur premier voyage au Sénégal ! Nous leur avons fait visiter les principaux hôtels qu’ils commercialisent sur la Petite Côte ainsi que la Réserve de Bandia, l’Ile de Gorée, le lac Rose et l’ile de Sipo, proche de Toubacouta.
Par ailleurs TUI France (Nouvelles Frontières, Corsair, Marmara, et depuis peu Look Voyages) a beaucoup investi ces mois-ci dans les voyages de presse au Sénégal. Avant fin novembre, une douzaine de journalistes de la presse française généraliste et spécialisée auront visité le Sénégal. L’accent a été mis sur l’art urbain, la culture, la ville de Dakar et les sites touristiques innovants, ceci afin de susciter la curiosité sur la destination.
Quels sont les tours opérateurs intéressés par la destination Sénégal ?
Depuis quelques mois, nous enregistrons un regain d’intérêt de tour opérateurs européens notamment des marchés hollandais, belges, français, allemands, espagnols et portugais . La plupart des programmes sollicités concernent les circuits de découverte et les séjours balnéaires.
Quelles sont les nouvelles tendances touristiques au Sénégal aujourd’hui ?
Le circuit individuel sur mesure est vraiment la tendance sur les marchés traditionnels tels que la France, Belgique et l’Espagne. L’observation de la faune et des écosystèmes, les rencontres villageoises, les visites culturelles et la détente en bord de mer ou de fleuve sont les thèmes les plus sollicités.
Les circuits en groupe attirent les marchés peu initiés à la destination comme l’Europe Centrale et l’Allemagne. Beaucoup veulent combiner le voyage avec la Gambie pour séjourner sur ses plages et faire quelques excursions autour.
Quels sont les exigences des tours opérateurs, hollandais par exemple ?
Ils sont très exigeants au niveau du respect de l’environnement et des populations. Les initiatives locales sont par exemple toujours étudiées avec attention. Enfin, l’hygiène et la sécurité sont chez eux des constantes préoccupations tout comme la compétitivité et la satisfaction de leurs clients Pour ce dernier point, ils ont fait venir une représentante de leur pays afin d’être à leur écoute 7/7…dans leur langue !
Nous avons beaucoup à apprendre de ces pays où le voyage est à la fois un acte courant de consommation et une promesse de dépaysement en toute sérénité qui doit être proche de la perfection.
Comment voyez-vous le futur touristique du Sénégal ? quels sont les facteurs qui vont lui permettre de se développer encore plus ?
Je n’ai pas une boule de cristal, mais je pense que si aucun incident malheureux ne vient entacher l’image du pays, il y a tout lieu d’être optimiste car la promotion sur les marchés émetteurs fonctionne de façon constante depuis quelques années et la géopolitique actuelle joue en faveur du Sénégal.
L’Afrique du Nord, la Turquie et l’Egypte ne sont plus du tout attractives. Du coup, les Canaries et le Cap Vert sont régulièrement saturés en termes de fréquentation. Un vent favorable souffle donc naturellement vers le Sénégal qui doit pouvoir rapidement proposer davantage d’hôtels balnéaires de qualité ou en formule All Inclusive.
C’est cette offre qui attire en effet les gros tours opérateurs internationaux et ce sont eux qui font un effet de locomotive auprès des autres voyagistes plus spécialisés et de taille moindre.
En outre, le maximum doit être fait par les autorités pour que le pays soit jugé sécurisé. Le fait qu’une grande partie de la Casamance soit passée tout récemment de zone orange à zone jaune sur le site du ministère français des Affaires étrangères est un signe très positif. Cela permet d’envisager des projets !
Enfin, certains marchés à fort potentiels comme l’Allemagne ou l’Angleterre ont jusqu’à présent été peu ou pas démarchés. Le jour où ils le seront, le Sénégal peut faire un véritable jackpot !
En tant que réceptif, Nouvelles Frontières Sénégal compte rester sur Dakar ou alors s’installer dans la zone du nouvel aéroport de Diass ?
Ce n’est pas à l’ordre du jour pour notre siège car la plupart de nos clients et fournisseurs ne sont pas forcement à Dakar. Par contre, notre bureau à l’aéroport devra peut être déménager !
Quelles sont les types d’activités touristiques qui vont se développer et quelles sont celles qui sont appelées à disparaître ?
L’écotourisme, le « bird watching », le tourisme solidaire, le tourisme d’affaires et toutes les manifestations culturelles et sportives ont certainement de belles années à vivre à condition d’être constamment valorisés. Le tourisme balnéaire est quelque peu menacé dans certaines zones de la Petite Côte et en sommeil en Casamance.
Espérons que des solutions seront vite trouvées et que des hôtels de nouvelle génération viendront prochainement s’installer sur les nombreuses plages vierges du pays comme au Cap Skirring, sur la Grande Côte et dans la zone de Mbodiène.
Quelles sont les zones touristiques les plus demandées au Sénégal aujourd’hui ?
La Petite Côte, les régions du Sine Saloum et de Saint-Louis, Dakar et l’île de Gorée.
Eva Rassoul/ausenegal.com - http://www.au-senegal.com/relance-du-tourisme-au-senegal-...

Commentaires

L'espoir fait vivre ! Tout d'abord, pour relancer le tourisme, terminer l'aéroport et les autoroutes. Puis, baisser les prix et les taxes portuaires : 450 €uros pour une semaine au Maroc, 1 500 €uros pour une semaine au Sénégal, chercher l'erreur ! Nettoyer les rues pour les suisses et les hollandais, pour les touristes qui aiment la propreté en général. Sortir les enfants mendiants talibés des rues, çà fait désordre esclavagiste d'enfants. Contrôler les banas-banas harceleurs et les antiquaires escrocs à la petite semelle. Enfin pour les touristes allemands et anglais qui sont des fêtards et aiment l'alcool qui coule à flot comme d'autres touristes d'ailleurs, la politique de fermer les bars à 11 heures du soir et la radicalisation galopante du Sénégal qui interdit tout, n'est pas compatible avec la venue de tels touristes fêtards et de beaucoup d'autres pour les raisons citées ci-dessus.
Mais, on peut toujours continuer à rêver à la relance du tourisme, les palabres stériles et utopiques ne font de mal à personne sauf au tourisme, peut être ?

Écrit par : issa gibb | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

Reparons les plages de SALY(station balneaire)????que ldd nom helas

Écrit par : laugenie | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

Reparons les plages de SALY(station balneaire)????que ldd nom helas

Écrit par : laugenie | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

M. Alain Noël, directeur de Nouvelles Frontières, me paraît bien optimiste. Pour ma part je ne crois pas au Père Noël ! En tout cas si le Sénégal espère accueillir de nombreux Européens pour la saison touristique, il va falloir se retrousser les manches, parce que dans l'état actuel (je parle d'aujourd'hui) des sites touristiques... et de l'environnement en général... c'est un travail de titan qui attend le Sénégal... Les 12 travaux d'Hercule de Madame la Ministre !

Écrit par : candide | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

C'est un paradis surtout la Casamance les gens sont gentils et accueillants il y fait bon vivre .n'hésitez pas allez y!

Écrit par : Guedon | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

oui, oui, c'est celààà !

Écrit par : rico | 16/11/2016

en casamance on se fait piller dans nos maisons et cambrioler de nuit jusque dans notre chambre !!! rien ne les arrete !!!! on tent encore une fois et on brade tout et allons voir ailleurs....certains autres pays d'afrique sont bien plus accueillants que le senegal vis a vis des français!!!!!

Écrit par : flopaty | 16/11/2016

en casamance on se fait piller dans nos maisons et cambrioler de nuit jusque dans notre chambre !!! rien ne les arrete !!!! on tent encore une fois et on brade tout et allons voir ailleurs....certains autres pays d'afrique sont bien plus accueillants que le senegal vis a vis des français!!!!!

Écrit par : flopaty | 16/11/2016

Le tourisme en Afrique .........
Si les " touristes" viennent au Sénégal pour trouver ce qu'ils ont chez eux , qu'ils passent leur chemin !! Ce pays a bien plus à offrir et se mérite !!! À quoi bon vouloir adapter le pays aux desiderata des visiteurs ! À eux de s'adapter !!!

Écrit par : Deschamps Anne-Marie | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Le tourisme en Afrique .........
Si les " touristes" viennent au Sénégal pour trouver ce qu'ils ont chez eux , qu'ils passent leur chemin !! Ce pays a bien plus à offrir et se mérite !!! À quoi bon vouloir adapter le pays aux desiderata des visiteurs ! À eux de s'adapter !!!

Écrit par : Deschamps Anne-Marie | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

OK... le touriste (étranger... je suppose) doit donc s'adapter... sinon, qu'il reste chez lui !
Alors chiche, listons un peu (en vrac) ce qu'il ne trouve pas “chez lui” ce touriste curieux, et à quelles choses ou situations il devra s'adapter pour “mériter” ce pays :
-les chiottes publiques sénégalaises malodorantes (quand elles existent...),
-les rues jonchées de détritus nauséabonds, partout, dans tous les lieux publics, attirant rats et autres nuisibles (et des rats morts, souvent, près des dépotoirs sauvages...),
-les superbes arbres et forêts décorés de sacs plastique de toutes les couleurs,
-les tarifs, jamais affichés, définis à la tête du client,
-les harceleurs de tout poil qui vous saluent avec insistance à longueur de journée,
-les faux guides touristiques qui vous accueillent bras ouverts et main tendue,
-les marchands de ceci-celà qui veulent absolument que vous repartiez avec un beau souvenir,
-les merveilleux petits talibés mendiants, curiosité exclusivement sénégalaise,
-les magnifiques plages désormais réduites à peau de chagrin, hélas !,
-les magnifiques plages de sable fin, plages-poubelles offrant un multiple choix de choses et d'objets plus ou moins ragoûtants,
-la mer immense, balançant au fil de ses eaux bleu océan (normal) des choses bizarres... telles que peaux de mouton ou autres viscères ou déchets innommables,
-les dangers de la route, avec des chaussées défoncées,
-les dangers de la route, avec les taxis-clando, les cars rapides, les poids-lourds en surcharge, et les conducteurs locaux qui ont tous les droits, même celui de méconnaître les règles élémentaires du code et de la sécurité routière,
-les dangers de la route, avec les charrettes brinquebalantes menées par des charretiers incapables de diriger leur cheval,
-les dangers de la route encore, les piétons traversant droit devant, sans un regard ni à droite ni à gauche,
-les dangers de la route toujours, avec la divagation des animaux (ânes, zébus, cochons, chiens...), et les cadavres d'animaux en bord de route...

J'en oublie, sûrement... ceux qui sont bien informés complèteront peut-être... Ah oui ! Encore une chose pourtant... Que le touriste qui se plaint s'attende à cette réponse lapidaire, très prisée ici : “si t'es pas content, t'as qu'à rentrer chez toi !”. Il n'aura plus, effectivement, qu'à passer son chemin...

Écrit par : Xx | 20/11/2016

Je suis bien d'accord avec Anne Marie ,nous ne venons pas au SENEGAL pour manger un steack frites ,ceci étant une image bien sur ....
Cependant le touriste n'est pas une vache à lait qui se doit de payer à un racisme anti blancs ambiant...
Nous aimons ce pays qui ne peut etre parfait ,mais regardons aussi chez nous en FRANCE l'accueil est il toujours agréable pour les touristes !...

Écrit par : oyster | 21/11/2016

Je suis tout a fait d'accord,quand on part a l'étranger c'est pour avoir un dépaysement et trouver autre chose qu'en France,mais là franchement il n'y a plus rien a part le soleil,la Teranga est devenue imaginaire,et l'image du touriste porte feuille sur pattes est bien réel, XX a raison sur tous les points il ne sert a rien de se mettre un bandeau sur les yeux !!!!depuis 10 ans le Sénégal régresse que cela plaise ou non,et le racisme vis a vis des français évident.

Écrit par : eddy | 25/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire